top of page
  • Photo du rédacteurRwano Breizh

30 Spieltag Player-Picks Bundesliga

Dernière mise à jour : 21 mai 2023



Spieltag 30#


Billet rédigé le 26 avril, où l’on y parle de toile (pour les amateurs du Septième Art, un coup d’œil à l’opus 25 pour la séance de rattrapage), de brique et de Layvin Kurzawa. Sans y voir aucune malice dans ce portrait chinois, quoique.



« La deuxième mi-temps a été un peu meilleure ».

Bo Svensson, entraîneur heureux de Mayence, après avoir vu son équipe, menée 0-1 à la mi-temps, inscrire 3 buts au Bayern entre la 65ème minute et la 79ème minute pour remporter une victoire nette. Entre modestie et respect pour Thomas Tuchel qui fut son entraîneur à Mayence pendant 90 matchs entre les saisons 20009-2010 et 2013-2014.


PRÉSENTATION


La Bundesliga a palpité une nouvelle fois aux rythmes endiablés d’une dernière journée qui a parfaitement répondu aux attentes en nous offrant de nouvelles surprises, dessinant des rebondissements inattendus et ménageant une fin de championnat où le suspens s’agitera jusqu’au dernier coup de sifflet de la trente quatrième journée.


A la faveur de la défaite du FC Bayern à Mayence (3-1), où les Bavarois pourtant devant à la mi-temps se sont complètement écroulés en seconde période, Dortmund est le nouveau leader de Bundesliga avec un point d’avance : car cette fois-ci, le Borussia n’a pas gâché cette nouvelle opportunité et a pris rapidement les devants face à l’Eintracht Francfort, qui n’est plus que l’ombre de l’équipe conquérante du début de saison, pour s’imposer sans aucune contestation possible (4-0). A quatre points de la seconde place occupée donc par les hommes de Tuchel, l’Union Berlin a été chercher une nouvelle victoire à l’extérieur, sur la pelouse de Mönchengladbach (0-1), pour continuer à rêver les yeux ouverts à la troisième place du podium qui devient aujourd’hui un objectif accessible et légitime. Pour ce faire, il faudra garder le rythme car Fribourg, enfin d’attaque, n’a pas fait dans la demi-mesure au moment de recevoir Schalke (4-0) et grapille une place pour occuper le quatrième fauteuil à deux points des Berlinois. Finalement, le grand perdant en haut du classement est le nouveau cinquième RB Leipzig qui, défait à Leverkusen (2-0) contre le cours du jeu, voit son adversaire revenir à quatre points et menacer sa cinquième place. Alors que Fribourg passe devant le RBL avec deux points d’avance et en les éjectant pour le moment d’une qualification en Ligue de Champions. Enfin, derrière, on retrouve un trio lancé dans la folle conquête européenne : le Bayer Lerverkusen, sixième à quatre points du cinquième et heureux vainqueur fatigué du RB Leipzig justement cinquième (2-0), Mayence septième rugissant à six points du cinquième ou quand le duel entre disciple prend l’avantage sur le maître qui n’a plus rien d’un Rekordmeister de plein exercice et Wolfsbourg huitième à huit points qui n’a fait qu’une bouchée de Bochum atomisé façon puzzle (1-5).


Alors que dans le bas du classement, il ne faisait pas bon être une équipe concernée par la relégation puisque sur les cinq dernières équipes, seul le barragiste Stuttgart a pris un point à Augsbourg (1-1). Toutes les autres formations ayant été vaincues dans les grandes largeurs : dernier avec 22 points le Hertha corrigé à domicile (2-4), avant-dernier avec 24 points Schalke anesthésié en déplacement (4-0), Stuttgart barragiste du haut de ses 25 points seule exception du week-end, puis premier relégable Bochum 27 points autour du cou et cravaté à domicile (1-5) et Hoffenheim fort de ses 29 points n’est toujours pas sorti d’affaire après avoir été brouté à la maison (1-3). Bref, pas de complaisance dans le monde impitoyable de la Bundesliga avec un status-quo qui maintient le suspens. A défaut d’attribuer un ticket pour la Buli 2023-2024.


Un championnat que ne fréquentera plus Jonas Hector qui a annoncé ranger définitivement les crampons à la fin de la présente saison. On ne reverra plus l’infatigable latéral gauche de Cologne arpenter son couloir, tacler rageusement l’outrecuidant qui venait musarder dans sa zone, soulager sa défense sur les ballons aériens grâce à son excellent jeu de tête ou bien prendre la tangente le long de la ligne de touche pour délivrer des centres aussi nombreux que précis et qui ont fait les délices de ses coéquipiers pendant plus d’une décade.





Car à bientôt 33 ans, dont près de 13 ans passés dans son club de cœur où il est arrivé en 2010, celui qui porte le brassard de capitaine depuis 2016 n’a connu qu’un seul club professionnel avec une fidélité à toute épreuve : ainsi, alors que l’Effzeh connaissait une nouvelle relégation en 2.Bundesliga, l’arrière gauche pourtant titulaire au sein de la Deutschenationalmannschaft (43 sélections) choisissait de rester au club et même de prolonger son contrat à la surprise générale alors que certains des clubs les plus prestigieux d’Europe lui faisaient alors les yeux doux. Juste un œil sur la liste pour bien mesurer le calibre du bonhomme : Barcelone, Juventus, Inter, Liverpool, Bayern, Dortmund, Tottenham, PSG (c’est vrai que c’est autre chose que Layvin Kurzawa au poste de latéral gauche)…. Pourquoi, une telle loyauté ? Parce qu’il s’estimait redevable à ce club qui l’a propulsé de la ligue régionale à l’équipe nationale, de son équipe amateur à son équipe professionnelle. Bref, un taulier, un vrai leader par l’exemple et certainement un mec bien. Assurément, une espèce rare en voie de disparition que ces joueurs professionnels passant l’intégralité de leur carrière sous un même et unique tricot à l’heure du football business. Détail singulier, il n’est pas passé par un centre de formation et a fait ses classes via le football amateur chez lui au SV Auersmacher. Ce parcours atypique à l’heure du football professionnel moderne confère aujourd’hui à Hector un vrai statut de légende au sein du club de Cologne où il facture aujourd’hui 221 matches de Bundesliga et 86 matches en deuxième division. Relégations, titres de 2.Bundesliga et Coupes d’Europe, que d’émotions avec l’Effzeh. Normal donc de voir cet amour du maillot récompensé modestement par les honneurs de la tête d’affiche de cet opus 30. Il lui reste cinq matchs à savourer. A commencer par la réception de Fribourg ce week-end. Et comme les choses sont parfois bien faîtes, Hector jouera son dernier match le jour de son 33e anniversaire, le 27 mai, à Cologne, dans son stade, contre le FC Bayern Munich. Des airs de jubilé devant son public. Chapeau l’artiste et belle après-carrière !


En attendant, les luttes continuent autant pour le Meisterschale, les places européennes que pour éviter la descente à l’étage inférieur.


Et parce qu’il n’est jamais trop tard pour rejoindre notre Ligue qui répond au doux nom de « Fantasy Coach », c’est ici pour vous inscire : https://fantasy.bundesliga.com/leagues/95705


Ces derniers matchs sont probablement la meilleure préparation pour disputer dans les meilleures conditions la prochaine saison de Bundesliga qui reprendra le 18 août prochain !


Et notre incomparable concours de pronostics vous attend encore pour quelques journées :




MATCHS 30 #



VfL Bochum 1848 - Borussia Dortmund


Un derby de la Ruhr en guise d’apéritif. Le leader se déplace chez le premier non relégable.


Bochum enchaîne avec une seconde réception à domicile qui traditionnellement n’est jamais la plus simple à négocier. La première ayant été catastrophique (1-5), ce serait plutôt une bonne idée de relever la tête lors de la réception du voisin et de faire mentir l’adage. On sera attentif à l’accueil réservé au gardien Manuel Riemann qui, depuis sa prise de bec quasi physique avec ses propres supporters, enchaîne les toiles comme d’autres les tableaux de maître ou les chefs d’œuvre du Septième Art. Le VfL aura besoin d’un gardien au top pour réaliser l’exploit.

Car c’est à quelques encablures de la maison que Dortmund étrennera son nouveau costume de leader de Bundesliga. Ce Borussia veut aller au bout d’un titre qui les fuit depuis 2012. En ce moment, c’est Malen qui porte le feu sacré. Et, comme il y a toujours dans cet effectif des joueurs de talents, le danger peut venir de partout. Terzic a trouvé sa formule dans un 4-2-3-1, pas toujours enthousiasmant mais très souvent gagnant. Seule ombre au tableau, Nico Schlotterbeck aurait rechuté de sa blessure musculaire, il est forfait pour Bochum et probablement out jusqu’à la fin de saison.

La relégation et le titre, les antipodes d’un championnat sont réunies pour ce petit derby de la Ruhr qui s’annonce donc très disputé. Et parce qu’il ne peut pas en être autrement lors cette saison souvent poussive quant à la qualité du jeu produit, les Marsupiaux s’imposeront au forceps et continueront à rêver les yeux bien ouverts.


Pronostic 1-2



RB Leipzig - TSG Hoffenheim


Le cinquième attend le quatorzième. Match à priori déséquilibré entre des hôtes qui guettent la Ligue des Champions et des visiteurs qui ne pensent qu’au maintien.


Bien que dominateur d’un match décisif pour les places d’honneur, Leipzig a perdu à Leverkusen (2-0), piégé par le réalisme des contre-attaquants du Bayer. Pour ne rien gâter, Haidara (accumulation de cartons) et Szoboszlai (expulsé) manqueront à l’appel pour cette réception d’Hoffenheim. Grand perdant de la journée pour une qualification en Ligue des Champions puisque les résultats des autres adversaires qui ont tous gagné sont défavorables, il s’agira donc de prendre impérativement les 3 points.


Pour Hoffenheim, la défaite à domicile (1-3), concédée face à un Cologne réaliste et peut-être galvanisé par les nombreux supporters venus soutenir leur équipe, marque un coup d’arrêt à la récente embellie (3v, 1n). En conservant un matelas de 4 points d’avance sur le barragiste, il s’agit maintenant pour le TSG de maintenir cet écart.


Les Taureaux Rouges sont légèrement décrochés du podium, maintenant à 4 points. La victoire est impérative malgré les absences, celle de Szoboszlai devrait provoquer la titularisation d’un Nkunku en manque de rythme. Hoffenheim a des atouts offensifs mais je les vois mal résister défensivement sauf si Baumann nous sort un match de folie. A l’usure.


Pronostic 3-2



1. FC Union Berlin - Bayer 04 Leverkusen


Le Topspiel de la journée : le troisième accueille le sixième, 8 points d’écart. La Ligue des Champions, objectif avoué de deux équipes qui cet été ne devaient pas initialement boxer dans la même catégorie.


L’Union Berlin semblait quelque peu ralenti ces derniers temps mais en s’imposant de nouveau à l’extérieur sur la pelouse de Gladbach (0-1), les Eisernen ont relancé la machine à gagner en faisant un étalage des précieuses qualités qui les accompagnent cette saison (discipline, solidité défensive et un jeu de contre-attaque efficace). La qualification pour la Ligue des Champions devient de plus en plus à la portée des Berlinois. Encore 5 matchs et un tirage chanceux inviterait le Real Madrid à taquiner la gonfle du côté de Köpenick. Punaise, 5 matchs !!


Leverkussen est toujours invaincu en Buli depuis 8 matchs (6v, 2n), ce qui en fait l’équipe en forme de cette fin de saison. Et donc un sérieux prétendant aux places européennes : si la Ligue Europa apparaît comme le minimum syndical, le Werkself a encore 5 matchs pour aller chercher la Ligue des Champions. A l’image de la victoire emportée contre le cours du jeu sur le RB Leipzig concurrent direct à la plus prestigieuse des compétitions européennes, Xabi Alonso gère pour l’instant avec talent son effectif entre indisponibilités et temps de jeu, se révélant au passage être un coach de talent en devenir.


Belle opposition tactique en perspective avec 2 équipes qui utilisent beaucoup le jeu de transition et les côtés pour apporter le danger chez l’adversaire. Pas des jumeaux mais de lointains cousins de style. L’Union adoptera probablement une posture encore plus prudente qu’à l’accoutumée afin de ne pas s’offrir aux dragsters du Bayer que sont Frimpong et Diaby. Wirtz n’a pas d’équivalent chez les Eisernen (ni dans aucune autre équipe de Buli d’ailleurs) et dans un match à enjeux, qui peut-être bloqué, le talent est souvent décisif. Match nul.


Pronostic 1-1



1. FC Köln - SC Freiburg


Match opposant le onzième au quatrième.


Sous les yeux de nombreux supporters, Cologne a gagné à Hoffenheim (1-3) et par là même a quasiment assuré son maintien dans l’élite. Depuis 3 matchs, l’équipe inscrit à nouveau des buts et comme la défense tient toujours le choc, une petite série a pris forme (2v, 2n). Les devraient jouer plus relâchés.


Fribourg a lâché les chevaux face à Schalke (4-0), de quoi rassurer Christain Streich sur le potentiel offensif de son équipe. Solide quatrième, l’Union est 2 points devant alors que Leipzig rode 2 points derrière : pour le club de la Forêt Noire, il n’y a pas à tergiverser, c’est la victoire qu’il faut ramener en Brisgau.


Deux équipes qui il y a encore quelques matchs présentaient un jeu offensif pas très folichon. Je doute que l’une comme l’autre parte la fleur au fusil dans un match qui s’annonce intéressant pour qui apprécie les batailles tactiques. Jonas Hector devrait recevoir une sacrée ovation puisqu’il s’agit de son premier match au RheinEnergieStadion depuis l’annonce de sa prochaine retraite : frissons garantis. Match accroché et serré, la décision pourrait venir des CPA. L’Autrichien Kainz a ses repères dans son stade et l’Italien Grifo est loin d’être maladroits. Bascule sur un coup de dé ou plus sûrement sur une initiative tactique ambitieuse. En tout cas je l’espère car l’audace doit être récompensée, dans l’idéal...


Pronostic 2-2



Eintracht Frankfurt - FC Augsburg


Match du ventre mou, un neuvième en chute libre accueille un treizième pas encore tiré d’affaire.


Nouvelle défaite pour l’Eintracht qui n’a opposé qu’une faible résistance à Dortmund (4-0). La dernière victoire en Buli remonte au 18 février, depuis la bande à Gasner a enregistré 4 nuls et 4 défaites. Difficile dans ces conditions de suivre le rythme imposé par les meilleurs. Le directeur sportif a été beaucoup laconique « une série de merde ». Les maux sont connus : une Kolo -Muani dépendance extrêmement forte, des blessures de joueurs importants, des fins de contrat plutôt mal gérés, des transferts dans toutes les têtes y compris celle d’un entraîneur qui veut coacher plus haut (trop haut le Real l’ami Oliver) et qui me semble avoir perdu le feu sacré (mojo aurait dit Bruno Labbadia mais ça ne ui a pas porté chance...), bref un groupe en fin de cycle. On mise tout sur la Coupe. Comme la saison dernière. A ceci près que cette année c’est la Pokal qui est devenue l’objectif et la seule voie pour jouer à nouveau l’Europe la saison prochaine.


Augsbourg a pris un point à Stuttgart (1-1). Pas la panacée mais un moindre mal puisque les autres équipes concernées par le maintien ont perdu. L’absence du buteur Berisha pèse vraiment sur l’efficacité offensive des Fuggerstädter, même si le croate Beljo a fait le travail en marquant. Cinq points d’avance sur le barragiste et à cinq points des 35 points qui devraient offrir le maintien. Et, il reste cinq matchs. Il faut donc prendre au moins un point chaque match...


Difficile de prédire dans quelles dispositions l’Eintracht se présentera au Deutsch Bank Park. Augsbourg n’est pas au top de sa forme (3n, 3d), pourtant comme souvent ces derniers temps avec les outsiders, j’ai envie de croire dans leur capacité de révolte. Et comme Francfort n’est pas non plus au mieux. Un match nul ou plutôt un partage des points.


Pronostic 1-1



VfB Stuttgart - Borussia M'gladbach


Un seizième au taquet reçoit un dixième presqu’en vacances, 9 points les séparent.


Depuis 3 matchs (1v, 2n), Stuttgart ne perd plus et peut encore espérer se sauver dans le cadre de la saison régulière. Le point pris à Augsbourg (1-1) s’inscrit dans cette dynamique où le VfB est clairement mieux dans le jeu. Sous Bruno Labbadia, je ne voyais pas le club s’en sortir et avec Sebastian Hoeneß (dont je ne suis pas spécialement fan pour autant), je commence à croire que le sauvetage est possible. Son coaching en seconde période ayant transfiguré son équipe qui était plutôt passée au travers en première période. Surtout que la prochaine journée offrira aux Souabes un déplacement au Hertha dans un match couperet et que la dernière journée se conclura par la réception d’Hoffenheim, qui pourrait être déjà sauvé.


En perdant à domicile face à l’Union (0-1), les Fohlen ont quasiment dit adieu au dernier espoir d’une qualification en Coupe d’Europe. Tout résultat autre qu’une victoire à Stuttgart sonnerait comme la fin du championnat pour Gladbach. Farke pourrait alors commencer à distribuer différemment le temps de jeu pour préparer la saison prochaine. Ce qu’il aurait dû faire depuis un moment déjà. Le buteur Thuram est forfait (adducteurs).


Stuttgart fait preuve de caractère dans cette fin de championnat en revenant au score bien que mené. Pas la dernière des qualités pour lutter jusqu’au bout. Gladbach est toujours aussi inconstant que ça en est désespérant. Je dirai donc le VfB autant à l’envie qu’à l’arraché. Sur un but de raccroc inscrit en fin de match. Au mental.


Pronostic 2-1


FC Schalke 04 - SV Werder Bremen


Retrouvailles entre promus, l’avant-dernier et premier relégable accueille le douzième. Deux trajectoires bien différentes.


Schalke n’a pas existé à Fribourg (4-0) où comme prévu la marche était trop haute. On peut penser que les joueurs de Thomas reis vont chercher à remettre sur la pelouse les ingrédients qui ont terrassé le Hertha Berlin : combativité, détermination, envie, des vertus de combat. Pas sûr que ce soit cette fois-ci suffisant face à une équipe qui présente d’autres garanties collectives te davantge de talents individuels.


Car le Werder a cartonné le Hertha à Berlin (2-4) après avoir mené de 4 buts à rien au bout de 63 minutes de jeu. Sous la houlette d’un Marvin Ducksch auteur d’un triplé sur les trois buts de la partie. Je ne sais s’il lit le player-picks mais il a en tout cas rassuré (au moins les recruteurs du Torino) sur sa capacité à briller sans son binôme Füllkruf resté sur le banc. Brême conserve cette année deux caractéristiques fortes : une capacité à marquer contre n’importe qui (47 buts inscrits) et une générosité défensive qui refuse le clean sheet de peur de froisser l’adversaire (56 buts encaissés).


Opposition de style qui pourrait nous offrir à la faveur de faits de jeux un match débridé. Sinon, plus classiquement, c’est une affiche qui tourne souvent ces derniers temps en faveur des visiteurs. Aucune raison que ça change, même résultat qu’au match aller : victoire du Werder sur le même score.


Pronostic 1-2


FC Bayern München - Hertha Berlin


Le dauphin veut passer ses nerfs sur la lanterne rouge. Mesquin mais ça devrait faire du bien.


La quatrième défaite de la saison est cinglante pour toutes les composantes du club. Que ce soit pour les joueurs qui ont affiché un niveau technique affligeant et inhabituel, produisant une bouillie de football faite d’approximations en pagaille.


Pour les dirigeants munichois, Kahn et Salihamidzic en tête, qui sont dorénavant dans l’œil du cyclone et qui sont clairement sur la sellette. Et enfin, pour Tuchel qui pourrait déjà servir de fusible à ce duo de dirigeants probablement prêts à beaucoup de choses pour conserver son maroquin. Pour les supporters, la colère gronde avec une prise de conscience de la forte probabilité que nous assistons à une fin de cycle et peut-être même au début d’une remise en cause beaucoup plus profonde du modèle même de fonctionnement du club (gouvernance, organisation, fonctionnement, individus). Entre l’arrogance déplacée d’une Hoeness Family qui pense déjà à profiter de la situation pour recaser le neveu parce que celui-ci a réussi à prendre 7 points en 3 matchs à Stuttgart, le partenariat qatari qui ne passe toujours pas, la perspective de voir Dortmund mettre fin à une hégémonie historique ou les chiffres faramineux qui circulent sur le possible investissement de l’été pour signer un avant-centre de standing (Kane, Osimen ou Kolo-Muani ne se négocieront pas en dessous des 100 briques) sont autant de carburants qui devraient chauffer à blanc le moteur d’une vindicte populaire en marche.


Côté sportif, le bilan de ce déplacement à Mayence est désastreux et Tuchel est d’ors et déjà confronté à un joyeux foutoir. Sorti blessé (ischios de la cuisse gauche), Davies est out au moins jusqu’à la mi-mai minimum et peut-e^tre même jusqu’à la fin de saisson. En perte de confiance depuis le départ de Nagelsmann, Upamecano enchaîne les boulettes. Stanisic, dont j’attendais qu’il ait sa chance, a déçu à l’image du second but où Onisiwo joue avec lui. De Ligt est enfin au niveau sur les derniers matchs. Les latéraux Cancelo et Mazraoui ont fait leur match mais sans casser des briques. Le retour de Pavard devrait faire du bien. Au milieu, l’absence d’un six de métier (type Van Bommel) est criante. Les deux capitaines Kimmich et Müller, sortis à la minute alors que le score était encore de 2-1 et donc jouable, ne vont pas être des plus simples à gérer.

En attaque, aucune certitude. Musiala n’est pas vraiment revenu du Mondial. Leroy Sané et Serge Gnabry ont commencé sur le banc pour rentrer à dix minutes de la fin. Kingsley Coman lui y est resté sur le banc. Sans un avant-centre, la possession stérile comme en première mi-temps ne mène à rien.

On peut même y ajouter le gardien suisse Sommer, à la confiance totalement évanouie, qui a offert sur un plateau le but de l’égalisation à Ludovic Ajorque sur un ballon anodin : de là à imaginer un retour de l’expérimenté Sven Ulreich dans les cages, il n’y a plus qu’un pas...Histoire que la question du gardien soit bien le running—gag de la saison bavaroise.


La semaine dernière, j’évoquais le possible parpaing de Mayence projeté dans la véranda du FC Bayern. On y est. C’est bien un parpaing et non pas une brique, objet fétiche de cet opus 30. La chance du Bayern est de recevoir un Hertha qui a déjà quelques orteils à l’étage inférieur.


Au Hertha Berlin, le retour de Dardai sur le banc n’a rien donné si ce n’est une défaite (2-4) : le Werder s’est même baladé menant 0-4 à la 63ème minute sur la pelouse d’un Olympiastadion où 20 000 de ses supporters avaient fait le déplacement. Avec une magnifique ambiance pour les visiteurs. Pour les Berlinois, une nouvelle débâcle. Entre une défense passive et un gardien qui y va de sa propre toile, la spirale infernale est enclenchée. La confiance de l’effectif est de fait extrêmement basse et l’idée même de défier à Munich un Bayern vexé ne doit pas enchanter grand monde. Si ce n’est les parieurs, la cote doit être monstrueuse. Si la relégation n’est pas encore acquise, le maintien appelle à un exploit en Bavière. Sacré défi.


Réaction obligatoire pour le Bayern. Je n’ose même pas imaginer ce qui pourrait advenir si le Hertha avait la malice de prendre un ou trois point(s). Une révolution de palais ? Boucherie.


Pronostic 5-0



VfL Wolfsburg - 1. FSV Mainz 05


Huitième contre septième, deux points les séparent.

Duel au couteau entre aspirants aux places européennes, le vainqueur prend une option. Enfin surtout si c’est Mayence qui gagne.


Wolfsbourg voulait s’offrir ce match dans les meilleures conditions : en torpillant Bochum (1-5), les Loups sont à l’heure au rendez-vous des prétendants. Reste à savoir si c’est pour un bal ou pour un enterrement. Cette équipe a de la qualité individuelle mais je trouve qu’elle manque trop de régularité pour passer le cap d’équipe prétendante au top 5. En tout cas, cette saison.


Mayence a frappé un grand coup sur la Bundesliga en infligeant une quatrième défaite au FC Bayern après une seconde mi-temps de qualité avec 3 buts inscrits, avec 3 buteurs distincts et dans 3 styles différents (renard des surfaces, transition, frappe). Une revue de l’attirail offensif à la disposition des Mainzers. Depuis le début de la saison, je vous parle de la qualité de l’entraîneur Bo Svensson : en renversant son mentor Thomas Tuchel, il a confirmé une nouvelle fois qu’il était promis à un avenir brillant. Et puis Barreiro milieu du Luxembourg formé au club est impressionnant depuis la reprise post Mondial.


Match prometteur avec deux coachs qui en pincent pour les coups tactiques. La forme du moment et la confiance sont clairement du côté des Nullfünfter mais les Loups, lorsqu’ils ne sont pas attendus, n’en sont que plus redoutables. Les absences d’Otavio blessé et Van de Ven suspendu pourraientt peser lourd dans cette bataille où le tableau noir jouera une part importante. Prime à la dynamique du moment, Ajorque buteur.


PLAYER PICKS 30 #


Comme prévu, la dernière journée a réservée aux managers fantaisistes certaines surprises dont certains se seraient assurément bien passés.

Avec 138 nouveaux points engrangés, on espère maintenir ce rythme pour intégrer les 1000 premiers. Comme quoi, avec une stratégie moins risquette (ou alors à petite dose), des choix finalement main stream et une compréhension croissante du jeu lui-même, on progresse. Vivement, la prochaine saison pour s’y appliquer dès le début de la compétition !

En attendant, il y a matière à opérer des choix espérés payants. Ainsi, on misera sur la capacité de révolte de Bavarois, forcément secoués, et qui ont un calendrier très favorable sur les trois prochains matchs (Hertha, Werder, Schalke). Pour une approche limitée à cette seule journée, Dortmund et Leipzig sont aussi de bons choix.

Les blessés et suspendus dans les équipes de tête du championnat vont obliger de nombreux managers à modifier leur équipe sur des spots structurants (Davies, Schlotterbeck, Szoboszlai par exemple).

Comme ce billet est rédigé mercredi et que prenant quelques jours loin de tout wifi, il ne sera pas mis à jour en cas d’indisponibilités nouvelles : aussi, vous pouvez vérifier les compositions probables ici (source : la Ligue officielle) :


GARDIENS


Gregor Kobel (Dortmund, 11 M) joue vendredi soir. Garder les cages du leader à cinq matchs du terme, avec un calendrier abordable en fait un gardien intéressant si vous devez en changer.


Pour les aventuriers, un billet sur Sven Ulreich (Bayern, 1,8 M) qui pourrait bien prendre la place de Sommer dans les bois d’un Bayern qui nous a offert tellement de décisions iconoclastes cette saison que celle-ci en serait, au final, plutôt cohérente d’un point de vue sportif. Pari kamikaze.


En plus d’être cette semaine en promo, Lukas Hradecky (Leverkusen, 10,1 M) peut représenter une option stratégiquement habile qui pourrait s’avérer payante sur les cinq derniers matchs : il sera sollicité samedi face à l’Union alors que les dernières rencontres pourraient se solder par des clean sheets. Choix tactique.


Enfin, conservant une semaine de plus Koen Casteels ( Wolfsbourg, 11,7 M) qui aura fort à faire face aux Mainzers, je ne peux donc pas rester une seconde semaine sans un second gardien valide, je dois trouver un remplaçant à Ralf Fährmann (Schalke, 2,5 M) qui ne devrait pas rechausser les crampons cette saison. En partant du principe (pas du tout établi d’ailleurs)que je finisse la saison avec Casteels, l’idée est de trouver la meilleure combinaison possible : aussi, j’hésite entre Hradecky mais le budget est conséquent, Janis Blaswich (Leipzig, 2,9 M) mais qui par le passé ne m’a pas rendu la confiance donnée, Jonas Omlin (Gladbach, 7,5) qui m’excite pas du tout et Fabian Bredlow (Stuttgart, 1 M).

En l’état, c’est ce dernier qui devrait intégrer la team autant pour un calendrier intéressant qu’un prix défiant toute concurrence.


DÉFENSEURS

De ma défense actuelle, je conserve la même ossature que la semaine dernière : Jeremie Frimpong (Leverkusen, 14,6 M)toujours dans les bons coups même s’il y a fort à penser que l’Union cherchera à limiter son influence (tout le monde le sait mais personne n’y arrive vraiment pour le moment), Raphaël Guerreiro (Dortmund, 13 M), toujours aussi régulier dans la performance (quelle hérésie si le BvB ne le prolonge pas tellement il apporte de la qualité au jeu collectif de son équipe) et qui devrait encore être excellent à Bochum dès vendredi soir, Christian Günter (Fribourg, 14,4 M) qui comme prévu a délivré des deux côtés du terrain même si Cologne lui demandera certainement de davantage s’employer et enfin l’excellent fantaisiste Mitchell Weiser (Werder, 5,4 M), buteur face au Hertha et opposé cette semaine à Schalke.


On libère Alphonso Davies (Bayern Munich, 18,7 M), sorti sur blessure avec une probable indisponibilité de plusieurs semaines. Benjamin Pavard (Bayern Munich, 13,8 M) est son remplaçant naturel. Autre option séduisante, Joao Cancelo (Bayern, 14 M), seul défenseur à ne pas être individuellement passé au travers de la débâcle de Mayence, sera titulaire et devrait représenter une vraie force de frappe offensive. Et vu la qualité actuelle du bloc défensif du Hertha, je penche plutôt pour le Portugais capable de délivrer galettes et offrandes à ses attaquants. Inamovible titulaire, Matthijs de Ligt (Bayern, 13,8 M) a tout du placement « bon père de famille », presque sans risque dirait le banquier. Et c’est dans le presque que réside la subtilité (entorse, blessure, carton rouge...restant possibles).


Avec la blessure de Schlotterbeck, Julian Ryerson (Dortmund, 6M) devrait de nouveau postuler à une place de titulaire de latéral droit. Option bon marché pour rentrer un défenseur d’une top team avec un beau potentiel de point ce week-end. Cerise sur le gâteau, il joue vendredi.


Option intéressante cette semaine avec Benjamin Heinrichs (Leipzig, 10,5 M) qui devrait s’engouffrer dans les boulevards offerts par le bloc défensif d’Hoffenheim.


Et comme la risquette suggérée a correctement fonctionné la semaine passée avec 8 points dans la besace, on persiste avec Josha Vagnoman (Stuttgart, 4,3 M) pour cette semaine et la prochaine (déplacement au Hertha Berlin).


Pour reformater sa défense, on peut retenir un défenseur de l’Union Berlin, de bons jouers aux profils différents :


Danilo Doekhi (Union, 7,1 M), toujours aussi fiable et dans le viseur de grosses écuries pour la saison prochaine.

Josip Juranovic (Union, 8,4 M), qui ne devrait pas manquer de courtisan l’été prochain s’il continue à jouer aussi bien à chaque sortie.

Robin Knoche (Union, 7,2 M), qui retrouve une seconde jeunesse (il n’a que 30 ans, 31 le mois prochain) et sort une très belle saison.


Au placard depuis l’annonce de son départ l’été à l’issue de son contrat et donc sans indemnité de transfert, Aaron Martin (Mayence, 6,9 M, en promo) au pied gauche soyeux a fêté son anniversaire de la plus belle des façons : en logeant une ogive dans le petit filet des cages munichoises pour signer le troisième but, celui de la victoire. Mention spéciale à le psychologie de Bo Svensson qui a fait jouer le joueur né un 22 avril. Problème pour l’Espagnol, son anniversaire n’a lieu qu’une fois par an : remplaçant au coup d’envoi, aucune garantie de le voir fouler la pelouse de nouveau. Et c’est dommage car c’est un bon joueur. A ne réserver que pour les ultra kamikazes.


MILIEUX


Avec la suspension de Dominik Szoboszlai (Leipzig, 17,1 M), je suis contraint à un mouvement non désiré. Poste pour poste, Christopher Nkunku (Leipzig, 17,3 M) représente la solution la plus naturelle. Son manque de rythme pourrait être compensé par la faiblesse supposé de l’adversaire rencontré (réception d’Hoffenheim).


Plus secure, Jude Bellingham (Dortmund, 16,8 M) est un quasi-incontournable cette semaine, surtout qu’il joue dès vendredi soir. Et comme annoncé la semaine dernière, Christoph Baumgartner (Hoffenheim, 14,9 M) sort de mon équipe : ce qui peut me permettre de faire les deux mouvements.


Je maintiens ma confiance à Vincenzo Grifo(Fribourg, 17,8 M) et à Julian Brandt (Dortmund, 15,8 M), le second ayant un adversaire plus abordable que le premier.

Celui qui me questionne davantage est Joshua Kimmich (Bayern, 19,2 M) : sorti par Tuchel alors que Goretzka pourtant bien plus mauvais à Mayenvce est resté sur la pelouse, son statut pourrait être remis en cause. Et vu son prix, je ne peux pas me permettre une mauvaise décision sur ce spot. A priori, il tire toujours les pénalties et certains corners, ce qui milite encore pour son maintien cette semaine. De toute façon, le Bayern ne nous offre pas d’autres réelles alternatives au milieu. Comme pour Tuchel


Jonas Hofmann (Gladbach, 17,2M) a été décevant la semaine passée confirmant que son statut de risquette n’éatit donc pas usurpé. Avec Stuttgart et Bochum au programme, il reste une option crédible. Pas fiable, crédible.


La semaine prochaine, Florian Wirtz (Leverkusen, 13,9 M)fera son retour dans ma team la semaine prochaine. Si vous êtes impatient, et comment ne pas l’être avec un tel joueur de ballon, il reste un très bon pick.


Plus risqué mais vrai différentiel, Leandro Barreiro (Mayence, 9,8 M) a encore sorti un gros match face au Bayern. Et si sa cote monte en Europe, c’est bien qu’il y a de bonnes raisons. Autant en profiter. Opposé à Wolfsbourg qui dispose d’un bon milieu de terrain (j’aime beaucoup Felix Nmecha 4,5 M et Patrick Wimmer, 11,9 M), il joue dimanche soir. Avec Barreiro, on anticipe la semaine prochaine et la réception de Schalke.


ATTAQUANTS


Beaucoup d’options cette semaine pour construire votre ligne d’attaque.


Le bulletin médical peut être déterminant dans vos choix. Marcus Thuram (Gladbach) est forfait et m’impose un transfert non désiré. Niclas Füllkrug (Werder, 8,8 M) est toujours dans ma team mais n’a pas joué le week-end dernier infligeant à ses nombreux propriétaires un blank malvenu. Surtout que l’autre moitié de son duo d’attaque du Werder flambait au même moment. Rageant ! Pour le moment, pas d’information fiable sur l’état de son mollet, qui je le répète est une des pires blessures car la rechute est courante. Son entraîneur jouant aussi de sa présence/absence pour perturber la semaine d’entraînement de l’équipe adverse. Ce qui est de bonne guerre.


Ce qui fait un transfert sûr et peut-être deux si on veut sécuriser l’affaire.


Mon idée première est de faire rentrer Kolo Muani (Francfort, 15,1 M) qui a deux matchs vraiment intéressants (Augsbourg et Hoffenheim). Meilleur buteur, il porte à lui seul l’Eintracht.


On conserve un spot pour un attaquant de Dortmund, j’ai actuellement dans ma team Karim Adeyemi (Dortmund, 12,1 M), quel jump sur la déviation du second but marqué contre Francfort,mais je voudrais avoir Donyell Malen (Dortmund, 13,7 M), qui gagne vraiment à être connu et reconnu, avec ses 6 buts, 3 passes sur ses 5 derniers matchs de Buli, il est stratosphérique. Le joueur du mois sans conteste.


Reste alors le dernier fauteuil à attribuer.


Rentrer un attaquant du Bayern a du sens mais je suis bien incapable de vous dire lequel est assuré de démarrer titulaire. Donc, je vais m’abstenir et observer avant d’effectuer un mouvement. Le seul que je vois bien démarrer, c’est Kingsley Coman (Bayern, 14,3 M), resté bizarrement sur le banc lors du naufrage de Mayence. Mais ce n’est qu’une intuition pas une recommandation.


Difficile cette semaine de ne pas penser à Marvin Ducksch (Werder, 9,7 M), auteur de son premier triplé en Bundesliga contre le Hertha. Là, c’est Schalke qui s’offre à lui et en plus c’est samedi en fin d’après-midi.


Dani Olmo (Leipzig, 13,2 M) ou l’ami Timo Werner (Leipzig, 15,9 M), juste pour le plaisir de le citer depuis que nous sommes à nouveaux copains, croisent Hoffenheim avec l’appétit de ceux qui savent qu’ils peuvent se goinfrer.


Buteur face au Bayern, Ludovic Ajorque (Mayence, 10,3 M) est donc capable de marquer contre n’importe quelle défense de Buli et s’impose comme une des révélations de la seconde partie de saison.


Pour la risquette, je regarde du côté de Serhou Guirrassy (Stuttgart, 8,9 M) qui devrait bientôt marquer de nouveau. Et Gladbach a un bon profil de victime.



Bons matchs à toutes et tous, on se retrouve la semaine prochaine !




Posts récents

Voir tout
bottom of page