top of page
  • Photo du rédacteurRwano Breizh

Fantasy Coach Bundesliga - Players Picks - 10.Spieltag #

Billet rédigé le 13 octobre.

Comme espéré ce week-end de football allemand a été riche en émotions, et en plus sous le soleil dans la plupart des stades :

Un derby de la Ruhr qui nous a offert des buts (sept), une VAR au rendez-vous et un carton rouge comme tournant du match,

Un Klassiker dans une ambiance exceptionnelle avec un final à rebondissements, avec le GIF de la colère d’Oliver Kahn en train de devenir viral,

Une Union Berlin qui s’échappe en tête et qui s’apparente de moins en moins à un tube de l’été, avant d’attaquer des confrontations directes beaucoup plus relevées que l’adversité jusqu’ici rencontrée,

Un coach qui réussit son atterrissage en tant qu’entraîneur principal ou comment Xabi Alonso remporte son premier match aux manettes du Bayer Leverkusen face au plus mauvais élève actuel de la classe,

Un Werder Brême qui continue à déjouer les pronostics dans le sillage de son futur international, le buteur Niclas Füllkrug qui se rapproche du graal de tout enfant devenu footballeur pro, la Coupe du Monde sous la liquette de sa sélection nationale,

Et le VfL Bochum qui gagne enfin son premier match et en plus avec style : celui du bonheur retrouvé où la joie a irradié les visages de joueurs, staff et supporters, soumis quand même à un sacré régime depuis le début de saison. Et ça, ça mérite bien les honneurs de l’affiche du player picks de la Bundesliga – opus dix.

En attendant, la valse des bancs de touche se poursuit encore et toujours (d’ailleurs, joli titre pour une rubrique). Si je passe un peu de temps (parfois trop) à essayer de vous retranscrire les ambiances et les contextes qui entourent certains clubs, l’actualité nous rattrape souvent : ce lundi, c’est Pellegrino Matarazzo qui est limogé de son poste d’entraîneur en chef du VfB Stuttgart pour mauvais résultats. Son successeur n'est pas encore désigné au moment où j’écris ces lignes. Ces dernières semaines, l’ex-sélectionneur Joachim Lowe avait refusé un poste de conseiller au club pour se consacrer à sa carrière d’entraîneur : peut-être moyen de faire une pierre deux coups en habitant une innovante fonction d’entraîneur-conseiller du président, non ? Peu probable mais sait-on jamais où nous emmèneront les prochaines péripéties de la Buli en folie.

Bouclez vos ceintures, on y retourne.

Bons matchs, bon week-end en perspective et à la semaine prochaine.

Pour jouer, il faut se créer un compte, ici : https://fantasy.bundesliga.com/

Et pour rejoindre notre Ligue qui répond au nom de « Fantasy Coach », c’est ici : https://fantasy.bundesliga.com/leagues/95705

FC Schalke 04 - TSG Hoffenheim

Deux équipes battus, laquelle à la relance ? Et en prime, le possible dernier match du coach de Schalke ?

Schalke a sombré à Leverkusen, 17ème avant ce match, tant au niveau du tableau d’affichage (4-0) que du jeu produit. On touche le fond à Königsblau avec 2 frappes dont une seule cadrée ! Nouveau barragiste restant sur 3 défaites consécutives pour un mauvais bilan (1v, 3n, 5d), la crise de résultat se double d’une défiance interne croissante à l’égard du coach Kramer. On est obligé de prêter une attention plus particulière aux bruits de vestiaires en provenance des joueurs (y compris le capitaine) cadres dont la méfiance persistante et continue est étalée sur la place publique : schéma tactique incompris et non partagé par les joueurs car non adapté aux caractéristiques de l’effectif en place, remise en cause des choix de composition, jeu trop restrictif et peu emballant (pas une surprise, cet entraîneur étant réputé pour ce style de jeu). Et donc de penser que les joueurs ont quasiment lâché leur entraîneur qui joue probablement sa survie sur ce match couperet. Si on ajoute les critiques des supporters dont le poids dans ce club populaire est certain, la pression sur Frank Kramer, arrivé cet été, est juste énorme. A sa décharge, l’effectif a perdu en qualité durant le mercato d’été avec un recrutement notoirement insuffisant.

Septième à deux points de la troisième place, Hoffenheim reste sur trois matchs sans victoire (1d, 2n) et une défaite à domicile face au Werder. Le club de Sinsheim a perdu son invincibilité à domicile en pêchant surtout par son manque d’efficacité car les occasions étaient là. En mode rédemption d’autant plus avec les résultats moyens obtenus jusqu’à présent à l’extérieur, les joueurs d’ Andre Breitenreiter viendront pour reprendre les points perdus afin de rester dans le wagon du haut de tableau.

Je pense qu’en cas de défaite le coach Kramer saute et avec 21 buts encaissés, seconde plus mauvaise défense du championnat, je vois mal Hoffenheim et ses artificiers en chef (Kramaric, Baumgartner, Dabbur) ne pas trouver la cible et repartir sans point. La motivation des joueurs de Schalke sera déterminante car sans un engagement total pas de résultat positif à espérer.

Score 1-3

Eintracht Frankfurt - Bayer 04 Leverkusen

Deux équipes à la croisée des chemins ?

Frankfurt a été défait à Bochum et proprement 3-0. J’y ai vu autant de la suffisance de la part du coach dans sa composition d’équipe que le manque d’investissement des joueurs alignés (buts encaissés sur deux CPA et une touche… !!). C’est un couac, un véritable coup d’arrêt. Alors simple accident de parcours ou prémice d’une fragilité plus profonde ? Alors qu’une victoire aurait propulsée l’Eintracht à une belle troisième place, au lieu de de ce podium, c’est la huitième place avec deux prochains matchs costauds qui se profilent (à M’Gladbach puis réception de Dortmund). Vaudrait mieux prendre des points ce week-end pour s’éviter toutes tensions inutiles. Concernée par les joutes européennes du milieu de semaine, l’Eintracht a été battu à Londres par Tottenham (3-2) au cours d’un match joué sur un rythme plutôt élevé et a fini la partie à dix suite à l’expulsion de Tuta (58ème). Les rotations pourraient être décisives.

Xabi Alonso aura commencé sa carrière d’entraîneur par une belle victoire 4-0, face à un adversaire très faible, peut-être même le plus faible du plateau. Les promesses exposées dans le dernier billet ont confirmé le jeu sur les ailes (Frimpong en étendard) et le contrôle (coaching avec entrées de milieux confisquant le ballon). Le duo Diaby-Frimpong se chargeant de dynamiter Schalke et la stat inutile qui voulait que le Bayer ne marque pas en première mi-temps. Mais cette embellie aura été de courte durée puisque la réception en Ligue des Champions de Porto s’est soldée par une punition sans appel de 0-3. Autant dire que cette déroute magistrale a permis de mesurer l’ampleur de la tâche que le néo-coach espagnol va devoir traiter. Pour commencer, « atelier efficacité dans les deux surfaces » : Leverkusen a frappé 17 fois pour 4 tirs cadrés. Et un pénalty non converti. Alors que Porto a tiré 5 fois, pour 3 cadrés et…3 buts dont 2 pénaltys. Ce sera le premier match de championnat à l’extérieur pour coach Xabi, attention à ne pas faire pire que précédemment (1v, 1n, 2n) parce que l’aura de grand joueur s’abîme vite lorsque l’on devient entraîneur.

Match intéressant entre 2 équipes défaites en milieu de semaine en Ligue des Champions et restant sur des résultats différents en Championnat : à priori, l’Eintracht semble au-dessus. J’ai envie de croire dans un effet Xabi en Buli, et pas seulement pour la rime.

Score 1-1

VfL Wolfsburg - Borussia M'gladbach

Le 13ème accueille le 6ème

Wolfsbourg a su prendre un point de son déplacement à Augsbourg et s’est ainsi extirpé de la zone de relégation. Pas forcément un résultat facile (18 tirs subis) chez un adversaire en forme. J’ai l’impression que Kovac commence à trouver son système (4-1-4-1), avec ses hommes (Marmoush en pointe). Reste à confirmer à domicile.

GladBach a gagné avec brio son derby du Rhin en atomisant Cologne 5-2, avec un bon Bensebaini auteur d’un doublé. Si Thuram a fini par marquer sur une belle passe de Pléa, il vendage quand même beaucoup trop pour espérer partir au Qatar. A sa décharge, sa débauche d’énergie. Les Fohlen n’ont toujours pas gagné à l’extérieur cette saison (3n, 1d) et chercheront à y remédier.

Entre ces deux équipes, j’ai l’impression que tout est possible : autant l’euphorie offensive que le match cadenassé avec la peur de perdre. Pour un joker des pronostics, je l’utiliserai plutôt sur ce match. Sans conviction aucune, un nul avec des buts.

Score 2-2

VfB Stuttgart – VfL Bochum 1848

Topspiel du bas de tableau, match importantissime dans la lutte pour le maintien : le 17ème reçoit le 18ème c’est-à-dire l’avant-dernier accueille le dernier. Un point les sépare.

En encaissant un but à un quart d’heure d’un match qu’il maîtrisait plutôt jusque-là face au leader l’Union Berlin, le VfB a abandonné à domicile des points pourtant cruciaux et s’est enfoncé dans un tunnel maintenant long de trois défaites consécutives. Cela aura donc été la défaite de trop pour l'entraîneur Pellegrino Matarazzo, licencié après 3 saisons sur le banc (une accession+2 maintiens). Le directeur sportif Sven Mislintat est à la recherche d’un successeur. : de nombreux noms circulent (dont l’ex-lyonnais Bosz) après le refus de Domenico Tedescon récemment débarqué du RB Leipzig. Cette prospection ne semble pas avoir été anticipée, ni réellement préparée : Mislintat était partisan de conserver Matarazzo, toujours pas de successeur en poste avec un intérim assuré par Michael Wimmer, assistant de Matarazzo !! Bref, des rigolos au regard des enjeux du match à jouer : Stuttgart est aujourd’hui la seule équipe de Bundesliga à ne pas avoir encore connu l’ivresse de la victoire. On peut y ajouter deux suspendus Karazor (accumulation de cartons) et Guirassy (expulsion).

A Bochum, le soleil était de la partie samedi après-midi et a illuminé encore un peu plus les visages aperçus au stade. Dans le sillage de sa recrue Philipp Förster enfin décisive (1 but, 2 passes), les joueurs du nouvel entraîneur Thomas Letsch ont enfin remporté leur première victoire de la saison en tapant Francfort 3-0. Pas les plus beaux buts mais tu sentais bien la joie profonde de joueurs qui cravachent depuis des semaines pour marquer et enfin gagner UN match. Ensemble. Ces effusions de joies communes et partagées faisaient vraiment plaisir à voir. Le nouveau coach avait l’air galvanisé au coup de sifflet final. J’espère pour eux qu’ils ont lancé leur saison.

Ce match promet de l’engagement et de l’intensité. Au complet et dans un cadre serein, Stuttgart est supérieur sur le papier mais il y a des absences, la semaine a forcément été pesante. Alors je vais prendre une risquette justifiée par les dynamiques à l’œuvre, favorables aux visiteurs. Un match pour un clutch player de l’acabit de Gerrit Holtmann, gaucher talentueux capable de faire parler la poudre.

Score 1-2

SV Werder Bremen - 1. FSV Mainz 05

Le cinquième reçoit le douzième ou un duel opposant deux entraîneurs actuellement en vogue.

Le Brême de ce début de saison n’est plus une découverte mais une demi-surprise car aller gagner sur la pelouse d’Hoffenheim est une véritable performance en Bundesliga ces dernières saisons. Et les joueurs du Werder dans leur maillot saumon continuent de nous prendre à contre-pieds depuis leur retour dans l’élite. Le duo d’attaque fonctionne bien, la défense axiale à 3 est solide et certains joueurs s’affirment (Weiser Gruev). Bref, Ole Werner, jeune entraîneur de 34 ans, est en train de réussir un sacré tour de passe-passe pour le retour des Hanseaten en Bundesliga. La question maintenant, c’est combien de temps cette hype va-t-elle continuer ? Impossible à prévoir.

En enchaînant avec un nouveau nul soit sur les quatre derniers matchs un mirifique bilan de 2 nuls et 2 défaites (soit 2 points pris sur douze possibles), Mayence a confirmé son actuel coup de moins bien après son bon départ. Moins fluide, moins efficace, le secteur offensif paraît en berne donc difficile d remporter la victoire lorsqu’on ne marque plus assez (5 buts inscrits sur les 6 derniers matchs). Je reste persuadé que les absences répétées du buteur Buckardt sont une des clefs du problème. Il est à nouveau annoncé incertain ce week-end. Les rumeurs concernant un débauchage de l’entraîneur Svensson ont repris : un temps pressenti à Brighton, certaines l’envoient du côté de Wolverhampton. Toutefois, peu probable.

On peut toujours miser sur les qualités défensives retrouvées d’une équipe de Mayence capable dans un bon jour de neutraliser l’armada offensive du Werder. Par contre, si les joueurs de Svensson ne sont pas dans une bonne journée alors une rouste est bien possible.

Score 3-1

RB Leipzig - Hertha Berlin

Match de milieu de tableau.

Pour une équipe du ventre-mou, Leipzig s’est rassuré en prenant un point lors de son dernier déplacement. Pour une équipe revendiquant de jouer les premiers rôles, c’est encore un nul décevant puisqu’il aura fallu courir après le score et arracher une égalisation chanceuse à dix minutes du terme. Si les Roten Bullen veulent entendre à nouveau la musique de la Ligue des Champions dans leur stade la saison prochaine, il va falloir changer de braquet car pour le moment, c’est insuffisant au classement (onzième) mais ne sont qu’à une victoire de la cinquième place. Enchaîner de bons résultats est donc la prochaine étape que fixera Rose à ses joueurs.

Le Hertha est passé prêt d’une victoire dimanche, ne craquant que sur la fin de match face à Freibourg. Menée, la Vieille Dame a su trouver les ressources pour revenir et prendre l’avantage face à une des très bonnes équipes du championnat. Avant de craquer sur une faute de main de son gardien. Avec une série en cours de 5 matchs sans défaite (1v, 4n), j’y vois une nouvelle illustration des progrès réguliers de cette équipe sous la houlette de Sandro Schwarz qui fait indéniablement du bon travail. Pour franchir un nouveau palier, la direction va devoir se pencher sérieusement sur la constitution de la ligne offensive : par correction, je dirai que les attaquants berlinois manquent de confiance. Autrement dit, comme dirait mon copain Izo l’incorrect, ces attaquants manquent surtout de talent.

Leipzig part avec un avantage dans une confrontation malgré tout loin d’être simple à négocier. Les Berlinois vont s’accrocher. Je ne parierai pas ma chemise sur ce match.

Score 2-1

1. FC Köln - FC Augsburg

Le 9ème reçoit le 10ème, les 2 équipes flashées à 13 points.

Cologne s’est fait corriger dans le derby de la Ruhr. A sa décharge, le rouge reçu par Kainz juste avant la pause a pénalisé l’équipe des compétences de son meilleur joueur. Seule bonne nouvelle, le retour d’Uth capable de donner une autre saveur au jeu offensif développé. Les cadences pourraient commencer à tirer sur des joueurs peu habitués à jouer à ces niveaux si régulièrement. Aussi, Steffen Baumgart, qui a voulu jouer à fond la qualification en Europa Conférence, a été obligé de moins faire tourner ses meilleurs joueurs que dernièrement car « les autres joueurs de l’effectif » avaient laissé filer des points contre le Partizan Belgrade : pas forcément, une réussite puisque cette équipe mixte s’est à nouveau inclinée 2-0 toujours face au Partizan. Enfin, dernier point noir, Dejan Ljubicic s'est gravement blessé au genou lors du derby et sera indisponible jusqu’à fin 2022.

Augsbourg n’a pas gagné et a donc interrompu pas sa série de trois victoires consécutives. Mais n’a pas non plus perdu, continuant ainsi à engranger de précieux point dans l’optique du maintien. Dix précieux points tombés dans l’escarcelle de l’éternel candidat à la relégation. Tombé en troisième position dans la hiérarchie interne des gardiens, le tchèque Tomás Koubek, ancien gardien du Stade Rennais, remplaçait le titulaire Rafał Gikiewicz absent, a sorti de gros arrêts et a mis fin à la stat inutile qui voulait qu’Augsbourg ne prenne pas de but dans la première demi-heure : il s’est fait transpercé à la 27ème minute…Bien que j’adore ce gonze, à jamais le sprinter rouge et noir du Stade de France, Gikiewicz récupèrera sa place dans les cages ce week-end.

Le rythme pourrait être la clef, et particulièrement la capacité de Cologne à imposer son tempo. Augsbourg a de vrais arguments. Match nul parce l’Europe va commencer à tirer sur les meilleurs joueurs de Cologne alors que la charnière centrale d’Augsbourg sera suspendue après le déluge de cartons distribués la semaine dernière.

Score 1-1

1. FC Union Berlin - Borussia Dortmund

Mon topspiel : l’affiche de la journée, notre sémillant leader reçoit le quatrième. Quatre points les séparent.

L’Union a bien abordé une semaine passée qui était décisive tant pour la compétition européenne qu’en championnat. Résultats ? Deux victoires, toujours vivant en Ligue Europa et toujours premier de Bundesliga. Si la victoire en Suède a été le résultat d’un siège en règle des buts adverses, la victoire arrachée sur la pelouse de Stuttgart a elle été acquise dans la douleur sur corner : les Eisernen sont apparus fatigués et poussifs. La victoire efface la fatigue dit-on. Ce jeudi soir, l’Union a remis le bleu de chauffe pour finir par faire craquer à nouveau Malmö en Europe, cette fois-ci sur pénalty en fin de match. Cette nouvelle victoire assure à minima aux Berlinois de passer l’hiver dans la peau d’un européen puisqu’une qualification pour la Ligue Europa Conference est maintenant acquise. Ce n’est pas forcément mais ça gagne, bienvenu dans les exigences du haut-niveau petit poucet.

C’est un Dortmund certainement encore excité par son improbable retour sur le Bayern qui viendra à Berlin tâter du leader. Gagner dans les arrêts de jeu d’un Klassiker par la grâce d’un final de folie permet de faire le plein de confiance : la délivrance apportée sur le but marqué de la tête par Anthony Modeste au bout du bout du temps additionnel a plongé tout un stade dans une folie furieuse. Côté Borussia, j’en retiens quelques images fortes et leçons : le match de patron de Schlotterbeck, l’envie de Moukoko, le raté de Modeste au pied et cette tête victorieuse de Modeste, les accélérations dévastatrices d’Adeyemi, la joie de Terzic au coup de sifflet final et un public en délire à la 95ème sur une égalisation que l’on attend plus. Morale de ce Klassiker, Modeste est définitivement meilleur avec sa tête qu’avec ses pieds…Ce qui pour un footballeur est singulier, non ? A moins que ce soit le Dortmund apathique entrevu en milieu de semaine lors de la réception de Séville (1-1) qui pointera le bout de son nez, auquel cas c’est la glorieuse incertitude qui reprendra la main.

Je crois les Berlinois capables de prolonger le rêve éveillé commencé il y a déjà deux journées. Le dernier quart d’heure sera décisif entre deux équipes qui accumulent les matchs. La qualité du banc est à Dortmund alors que la candeur de disputer de telle affiche est à Berlin, et comme le match se déroulera dans la citadelle de Köpenick alors le gaz énergisant sera plus dans les têtes de l’Union que dans celles du Borussia. Le douzième homme venant à nouveau compenser les puissances de l’argent. Enfin, je l’espère parce que Hümmels talisman défensif invaincu cette saison lorsqu’il joue est annoncé titulaire. Un prono tiré par les cheveux.

Score 1-1

FC Bayern München – SC Freiburg

Match qui n’a rien à envier à l’affiche de la journée puisque le troisième reçoit le second : c’est donc le podium qui est en jeu lors de ce dernier match de la journée.

Le Bayern a perdu deux points à Dortmund en se faisant égaliser à la dernière minute du match après avoir mené, tout en contrôle, 0-2 un match symbole. Symbole de cette arrogance répétée qui fait perdre de précieux points au Bayern qui n’arrive pas à reprendre la tête du championnat. Symbole de ce que peut procurer aux suiveurs de la Buli le fait de voir le grand Rekordmeister se faire accrocher, à répétition, par ses ex-vassaux. Comme si l’heure de la fronde avait sonné et que tous les insoumis du ballon rond allemand se donnait le tour (des plus petits Augsbourg, Union Berlin ou Stuttgart au plus fort Dortmund). Bref, la compétition reprend enfin ses droits et cela fait du bien. C’est même très bien. N'en déplaisent aux supporters bavarois tellement habitués à écraser de la tête et des épaules une compétition sur laquelle leur club règne sans partage depuis dix titres nationaux consécutifs. Et je pense même qu’au fond d’eux, ils savent que pour être un beau champion, il vaut mieux une belle adversité. Car en fin de saison, il y a fort à parier que la régularité récompensera l’ogre bavarois, qui aura tout le loisir pendant la trêve « Coupe du Monde » d’ajuster ses réponses (effectif, mercato, préparation…). Dans ce qui sera une seconde saison à l’intérieur de la première. Les Bavarois ont passé leur déception sur Plzen en Ligue des Champions en s’imposant sans forcer (2-4), tout en ayant procéder à une revue d’effectif. Par contre, les absences de Coman et Hernandez sont à déplorer, le Bayern récupère ses covidés et autres joueurs préservés.

Fribourg a été chahuté par le Hertha et a sauvé un point de son déplacement berlinois. En enchaînant un troisième déplacement consécutif (ce jeudi, le club de la Forêt Noire s’est imposée à la Beaujoire 0-4, tranquillement), il s’agira pour les joueurs de Christian Streich de s’étalonner avec la référence allemande : un déplacement à l’Allianz Arena où le peu de rotation apportée dans le onze de départ aligné pourrait se révéler fatal. Car à trop tirer, l’élastique finira par craquer. A titre d’exemple, on voit bien que l’absence prolongée de Sallai est un vrai souci dans l’équilibre initialement pensé dans la constitution de l’effectif.

J’aimerai que le plus petit des deux ait ses chances mais j’ai dû mal à croire que le Bayern ne reprenne pas sa marche avant, surtout dans son antre.

Score 2-0

On attend comme chaque semaine vos petits pronos.

Player Picks

Hoffenheim doit une revanche à ceux qui avaient misé sur ces joueurs lors de la réception du Werder qui s’est soldée par une inattendue défaite. Et cette mise au point attendue par les Fantaisistes devrait se dérouler face à Schalke qui recevra à Gelsenkirchen.

Les quatre premiers s‘affrontant entre eux, une gestion des risques commande de répartir ses choix. Il s’agira donc de saupoudrer son effectif d’habituels premium (Bayern, Dortmund, Fribourg) avec des membres d’équipes ayant des matchs plus abordables : Leipzig et Cologne ont ce profil. Mais sont aussi deux clubs engagés dans les compétitions européennes, si consommatrices d’énergies physiques et mentales en milieu de semaine.

Attention une nouvelle fois à la gestion des minutes et à la rotation au sein d’une semaine encore entrecoupée de matchs européens.

Bref, pour performer, il va falloir manager.

Gardiens

Sans surprise, le RB Leipzig a recruté un nouveau gardien expérimenté en la personne d'Ørjan Nyland (libre, norvégien, ans, inconnu au bataillon) pour doubler Janis Blaswich (3.5) intronisé au poste de numéro un après la blessure longue durée aux ligaments croisés du titulaire Péter Gulácsi. Confirmé dans son nouveau rôle de titulaire par l’entraîneur, c’est donc un gardien low-cost qui garde les bois d’une grosse écurie : pour nous, c’est à minima financièrement intéressant et probablement une belle option sur ce second tronçon (encore fort de 6 matchs). C’est donc un investissement longue durée qui permet par exemple de dégager du budget soit pour un gardien de grande qualité (Sommer) ou soit sur une autre ligne.

Manuel Riemann (9) est toujours un gardien fiable en Fantasy. Le gros match contre Stuttgart pourrait déboucher sur une clean-sheet. Une des rares de la saison pour Bochum.

Autre option pour ce week-end, deux bons gardiens s’opposent via leurs équipes dimanche dans un match équilibré où les défenses pourraient prendre la mesure des attaques : Schwäbe (Cologne, 6.5) et Gikiewicz (Augsburg, 7).

Défenseurs

Je n’ai pas suivi mon propre conseil la semaine dernière et je m’en suis mordu les doigts puisque Frimpong (Leverkusen, 11.7) a marqué deux buts pour facturer 30 points fantaisistes. Bien joué à ceux qui ont misé sur ce latéral très offensif Cette semaine, il pourrait profiter des largesses d’une défense venant de concéder trois buts à l’attaque de Bochum.

Borna Sosa (Stuttgart, 11.9) était un excellent atout fantaisiste la saison dernière. Il donne l’impression de ne pas encore avoir commencé sa saison. Un coup d’éclat est attendu pour rappeler à tous ses indéniables qualités de joueurs de côté. Raum (Leipzig, 12.5) et Angelino (Hoffenheim, 12.4) appartiennent à cette même confrérie des arrières gauches qui donnent l’impression de ne pas encore avoir débuté leur saison fantaisiste.

Au contraire du poulain Bensebaini (M’Gladbach, 12.4) buteur en fin de contrat qui affole les grosses écuries en vue d’un prochain transfert.

Milieux

Entre son talent offensif et la faiblesse récurrente d’un adversaire en crise, Baumgartner (Hoffenheim, 12.4) est un incontournable de cette dixième journée.

Comme nombre de joueurs, Hofmann (M’Gladbach, 15.2) aspire à partir au Qatar dans quelques semaines. Et pas en villégiature. Son coéquipier l’ex-international Lars Stindl (10.3) n’ira probablement pas au Qatar mais peut encore largement faire de très gros scores fantaisistes.

Au RB Leipzig, un des deux ou les deux, Szoboszlai (12.5) et Nkunku (16.7) sont vraiment à considérer.

En jouant sur les désormais célèbres portes ouvertes de Leverkusen, les milieux offensifs de Francfort sont intéressants : Lindström (11.7), Götze (9.5).

Enfin, dans la catégorie petits prix, 2 risquettes à haut potentiel de différentiel

En l’absence de la charnière centrale de son adversaire du jour, le milieu Linton Maina (Cologne, 4) est souvent aligné attaquant. Avec plus ou moins de réussite. A ce prix, il ne peut que surprendre.

J’aime bien m’entêter dès fois et Führich (Stuttgart, 7.1) est souvent à la manœuvre des bons mouvements offensifs de son équipe, qui affronte à domicile Bochum. Alors pourquoi pas ?

Attaquants

A Hoffenheim, je préfère Kramaric (13.8) bien qu’il ne soit pas aussi démonstratif que les saisons précédentes. On peut lui préférer ses coéquipiers Dabbur (6.2) ou Rutter(10.9). En tout cas, les points de la ligne offensive sont là.

Tellement régulier avec le système de notation du jeu qui favorise les attaquants volontaires que ce bon Niclas Fullkrug (Werder, 7.3) va en remettre une couche afin de se rapprocher encore un peu plus de la sélection et de la Coupe du Monde. D’ailleurs, une prime de contrat s’il devenait international pourrait (r)ajouter un surplus de motivation et d’engagement à un gars qui n’en manque déjà pas.

A Leipzig, on trouve Silva (12.3) ou Werner (14.8). Délit de sale gueule, je préfère largement Silva. Surtout parce que je n’aime pas Werner autant le joueur que le bonhomme. A vous de voir.

Maintenant annoncé dans les éventuelles cibles du Bayern pour le mercato de l’été prochain (il sera libre), Marcus Thuram (M’Gladbach, 12.5) a pour objectif individuel d’accrocher un strapontin pour la prochaine Coupe du Monde. Pour y arriver, il dispose d’un gros mois pour convaincre le sélectionneur et ça commence dès ce week-end sur la pelouse de Wolfsburg.

Sur sa lancée, Diaby (Leverkusen, 13.8) est une risquette qui peut rapporter gros

Le gaucher Holtmann (Bochum, 8.3) n’a toujours pas marqué cette saison et la confiance emmagasinée pourrait trouver à s’exprimer dans ce duel au couteau de bas de tableau.

Alors bons choix et bons matchs.

Et à la semaine prochaine.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page