top of page
  • Rwano Breizh

Spieltag 17# Player-Picks, Bundesliga

Dernière mise à jour : il y a 2 jours




Billet rédigé les 23 et 24 janvier 2023

La Buli, le championnat à nul autre pareil !

Elle vous a manqué ? On a dû lui manquer aussi un peu parce qu’elle nous a régalé direct avec ce qu’on préfère, au stade ou devant un écran, des buts, du spectacle, des émotions, des condensés de tranches de vie.

Un chiffre pour cette reprise ? 41.

Comme le nombre de buts marqués, record de la saison. Tout est dit, ami de la Buli.

Premier épisode Die Bundesliga-Rückrunde* en 3 actes (*la phase retour de la Bundesliga)

Vendredi soir en ouverture, le RB Leipzig et le Bayern se sont livrés un match décevant mais âpre qui s’est conclu sur un nul plutôt logique puisque chaque équipe a eu sa mi-temps. Chez les Bavarois, Gnabry a semblé être le plus en jambes des offensifs et est le passeur décisif pour Choupo-Moting, toujours là et qui continue de surprendre en ouvrant le score (main pas très ferme de Blaswich sur le coup). Sur le but de l’égalisation des Saxons au début de la seconde période, difficile par contre de passer sous silence « le chef d’œuvre défensif » de l’ami Kimmich : relance plein axe, duel à l’épaule perdu face à Silva dans la surface où il démontre toute sa passion pour le flopping en réclamant une faute bien entendu inexistante, replacement mou et surtout défaillant sur le latéral gauche Marcel Halstenberg qui seul au second poteau remet les deux équipes à égalité .

Les matchs du samedi nous ont offert deux scores dont la Buli a le secret.

Fessé en mode set de tennis 6-0, Fribourg s’est écroulé dans les grandes largeurs à Wolfsbourg qui menait déjà 3-0 à la mi-temps. L’absence de Grifo, malade, n’expliquant pas tout. A voir s’il s’agit d’un simple accident de parcours ou si le mal est plus profond, en tout cas cela fait désordre pour un candidat aux places européennes. L’explication se trouve peu-être du côté de Loups qui sont vraiment sur une dynamique exceptionnelle et font de l’Europe leur objectif revendiqué de fin de saison. Les deux déplacement à venir au Hertha et au Werder nous en diront plus sur les capacités d’une équipe en plein renouveau.


Devant à la mi-temps (5-1!!), Cologne a atomisé le Werder 7-1 dans une rencontre dominée de la tête aux pieds où Linton Maina, Ellyes Skhiri et Steffen Tigges ont été excellents. Le Werder a confirmé qu’il était bien l’équipe spectacle de la saison, à son corps défendant cette fois-ci. La performance offensive de Cologne est une vraie et grande surprise au regard des absences d’une ligne offensive décimée par les blessures et alors que la nouvelle recrue, l’avant-centre Selke, n’a pas été alignée d'entrée.


Et des confirmations

L’Eintracht Francfort et l’Union Berlin ont fait le travail, avec un retournement de situation des hommes de la capitale qui rassure sur la motivation intacte qui les anime après une première partie de saison ébouriffante.

Bochum a gagné le match de la peur face au Hertha et a donné encore un peu plus à croire dans ses chances de maintien. Pour la Vieille Dame, la cote d’alerte est atteinte et il va falloir proposer autre chose pour prolonger son bail dans l’élite.

Dimanche

Le jeu mis en place par Enrico Maassen , ex-coach de la réserve de Dortmund, a longtemps perturbé un Dortmund vainqueur branché sur courant alternatif mais qui avec sa rigueur défensive actuelle aura bien dû mal à s’inviter sérieusement à la lutte pour le podium. Certes buteur sur ce match sur un bijou de passe déposée sur CPA par Brandt, Schlotterbeck est cependant vraiment loin du niveau qui était le sien la saison dernière et qui l’a mené jusqu’à sélection nationale : trop d’approximations, de prises de risques inutiles, le premier et le troisième but d’Augsbourg sont pour lui, avec une relance plein axe que Kimmich a apprécié en connaisseur et que dire de ses alignements ! Il m’a déçu, il peut et doit faire beaucoup mieux. Il en est capable. A l’heure de jeu, séquence émotion de cette reprise en Buli et ce beau moment qu'est le retour sur une pelouse du fighter Haller, qui nous fait les honneurs de la tête d’affiche de ce player-picks opus 17. Chapeau l’artiste ! A souligner le recrutement malin d’Augsbourg (Engels et Beljo intéressants dans le jeu) que je crois suffisant pour assurer l’essentiel, à savoir le maintien.

Le derby rhénan a accouché d’un nouveau match spectaculaire. Leverkusen maîtrise son sujet, probablement la patte Xabi Alonso qui doit commencer à faire de l’effet, et menait 0-3. Avec un Adli rayonnant (un but, une passe dé), un Amiri toujours aussi intéressant et un Bakker toujours aussi...comment dire, énervant. Et puis le vétéran, mais toujours vert, Lars Stindl rentre et rappelle à tous quel formidable joueur il est. Et quel coup de canon sur le second but de son doublé ! Insuffisant toutefois pour que Gladbach arrache le nul. Effet ciseau pour les voisins rhénans ?


C’était si bon pour une reprise et même pas le temps de souffler puisque la 17ème journée commence dès ce mardi et s’achèvera mercredi alors nouvelle orgie de buts au programme ?


Tout est possible car le championnat est loin d’être plié, pour notre plus grand plaisir.

Cela nous promet pour les prochaines journées de belles bagarres que l’on espère à base de buts


FC Schalke 04 - RB Leipzig

La lanterne rouge accueille le cinquième. Normalement pas photo entre les deux.


Schalke aura au moins gagné quelque chose cette année puisqu’en perdant à nouveau à Bochum, ce club est devenu l’unique détenteur du triste record de match sans victoire à l’extérieur (série en cours de 36 matchs, 10n, 26d) en Bundesliga. La classe. L’heure est grave à la Veltins Arena puisqu’avec 9 points glanés depuis le mois d’août, les Königsblauen comptent déjà 5 points de retard sur l’avant-dernier et 6 sur le maintien. Finalement d’un point de vue comptable, le retard n’est pas rédhibitoire mais il ne faut plus traîner en route. Et celle-ci a une pente dramatiquement élevé au regard de la qualité de jeu, même si de cette dernière défaite on perçoit un léger, mais alors un tout petit léger mieux.


D’autant plus que la réception de Leipzig s’annonce compliquée. Pour leur reprise, les taureaux rouges ont fait jeu égal avec le Bayern et ont montré qu’ils ont suffisamment d’arguments pour venir chercher les trois points lors de ce déplacement. Ils n’ont plus connu la défaite en Buli depuis le 17 septembre et un déplacement à Gladbach (6v, 3n).


Difficile de les imaginer interrompre leur belle série à Gelsenkirchen, tout autre résultat qu’une victoire, avec au moins deux buts d’écart, serait surprenante. Si vous pariez, la grosse cote doit être sur une victoire des locaux.

Score 0-3

FC Bayern München - 1. FC Köln

Le leader accueille le dynamiteur en chef de la journée de reprise, les filets devraient trembler !

Le Bayern a préservé l’essentiel lors de son périlleux déplacement à Leipzig : en ne perdant pas ce match de reprise, il laisse un concurrent direct à six points. Résultat qui devient positif avec la défaite du dauphin. Dans le jeu, le Bayern n’a pas forcément rassuré. Solide et en place en première, les Bavarois perdent la seconde période avec une prestation poussive qui les voit finalement presque satisfaits de repartir avec le partage des points. A domicile, c’est 5v et 2n


Cologne a surpris son monde, et peut-être même ses supporters, en collant une de ses dragées qui font la renommée de la Buli en passant 7 buts à la défense du Werder. Cinq buts inscrits en 36 minutes ! De ce feu d’artifice, je retiens deux pétards : le lob du milieu du terrain de Tigges (2b, 1p) et la reprise de volée acrobatique de l’ex-montpelliérain Skhiri (2b, 1p), qui est un joueur magnifique. Il mériterait d’avoir sa chance dans un gros club, je pense qu’il serait au niveau. En déplacement Cologne, c’est tout juste moyen (1v, 3n, 4d). Curieux de voir cette attaque de feu face à la défense bavaroise.

Pour le Bayern qui voudra se rassurer après son match moyen, il reste cinq matchs avant l’échéance parisienne de LDC. Ça m’étonnerait donc qu’il laisse quelques miettes à la maison d’ici là. Des buts, du spectacle, histoire de gonfler la moyenne de buts du championnat.

Score 3-1

TSG Hoffenheim - VfB Stuttgart


Match à enjeu dans la lutte pour le maintien puisque un 13ème vraiment patraque reçoit le 16ème et donc barragiste, seuls trois points les séparent.


Hoffenheim tenait le bon bout lors de son déplacement à l’Union avant de s’effondrer en fin de match venant malheureusement confirmer que le mal qui ronge cette équipe est profond : elle reste sur 4 défaites consécutives tout court et à domicile. Donc contrairement aux dernières années, la PreZero Arena ne fait même pas office de forteresse. Grosse pression sur l’entraîneur André Breitenreiter.


En face, c’est le Stuttgart de Bruno Labbadia version 2.0 qui viendra défendre chèrement sa peau. Bruno, revenu coacher une ex, a débuté par un match nul et sait ce qu’il l’attend après avoir porté des regards lucides sur le niveau réel de son équipe : un serrage de fesses en règle jusqu’au soir de la trente-quatrième journée. La muscu a donc commencé, et bien commencé avec un point de pris. La politique des petits pas à l’œuvre ?


Un match dégeu en perspective (attention parfois, c’est derrière ce genre de match que se cachent ces feux d’artifice tant appréciés) sauf si vous aimez les batailles de chiffonniers.


Score 1-1

Hertha Berlin - VfL Wolfsburg

Match à priori déséquilibré entre l’avant-dernier qui reçoit l’équipe hype du moment. Et qui à mon sens le sera, déséquilibré…


Berlin brûle t-il ? C’est un peu la question que l’on peut se poser après la piètre prestation délivrée lors du pourtant crucial déplacement à Bochum. La Vieille Dame a-t-elle encore le feu sacré de celle qui veut encore briller au plus haut niveau ou sont-ce les dernières cendres d’un naufrage annoncé qui éclairent les derniers espoirs d’un navire à la trop longue dérive ? La faillite observée lors de ce match où sur les 3 buts on retrouve une apathie létale, un manque d’agressivité et des largesses défensives impensables pour une équipe qui aurait dû être en mode commando. Je trouvais que Schwarz faisait progresser son équipe. La différence d’implication mentale était trop flagrante pour se demander si ses joueurs y sont vraiment.

Car c’est un visiteur carnassier qui monte à la capitale. Les Loups ont faim et dévorent tout ce qui se présente à eux depuis maintenant 6 victoires et 3 nuls. Dernière victime en date, l’ex-second au classement Fribourg, qui n’avait pourtant pas la tronche à se prendre une bulle digne du grand Federer (6-0) ! Les hommes de Kovac sont chauds bouillants, et pour ceux qui lisent régulièrement ces billets, ce n’est pas une surprise. Bénéficiant de la confiance de ses dirigeants qui lui ont confié les clefs de la meute, l’ex joueur du Hertha, passé notamment par les bancs du Bayern et de l’ASM si cher à l’ami Robin (de la Team Fantasy Coach), construit un groupe qui doit venir jouer le très haut de tableau dans les 2-3 prochaines saisons. Ah si, un mot sur le retour en grande forme d’un joueur que j’affectionne depuis son passage à Bielefeld et qui a été trop longtemps absent sur la première partie de saison suite à un choc à la tête : Patrick Wimmer. Buteur et passeur sur les deux premiers buts (à voir, tellement la passe dé est créative alors que le but est un régal d’exter de gaucher dans un face à face avec le gardien), le jeune autrichien de 21 ans est le facteur X de cette formation. Son retour coïncidant avec le retour au premier plan du club de Volkswagen. Tout sauf un hasard.


Carnage et non respect des Vieilles Dames au programme.

Score 0-4

1. FSV Mainz 05 - Borussia Dortmund

12ème contre 6ème ou comment une saison va basculer.


Soit Mayence perd et va se retrouver à devoir regarder dans son dos la distance le séparant de la zone rouge soit Dortmund perd et pourrait déjà faire une croix sur le titre à mi-saison. Un nul arrangeant alors ?

En temps normal, un match qui aurait pu m’emballer. Là, beaucoup moins. Les prestations offensives des 05 ne m’enthousiasment pas cette saison, et je reste poli alors que Dortmund me laisse à chaque match vu une impression de gâchis énorme : une défense d’internationaux qui fait de telles erreurs (bien pour le spectacle quand même), des joueurs offensifs qui pour certains pensent plus à leurs stats individuelles qu’à faire la passe au copain pourtant mieux placé pendant que le très courtisé Bellingham surnage à chaque sortie. C’est quand même dommage pour Terzic d’avoir un tel matos sous la main et d’en tirer si peu en terme de jeu.


D’ailleurs le diffuseur TV a la même analyse, c’est le seul match au programme mercredi à 18h30, histoire d’éviter toute concurrence frontale. On zappe.

Score 1-1

Bayer 04 Leverkusen - VfL Bochum 1848

On lui préférera largement ce match de milieu de tableau entre le 9ème et le 14ème où l’affrontement entre deux des équipes bien en forme du moment.


Avec Xabi Alonso, Leverkusen semble avoir renforcé les fondations d’un édifice instable précédemment. Pourtant les animation et les composition se ressemblent. Le discours de la méthode, sûrement. Et puis le retour en grâce d’un Amiri à nouveau buteur qui le rend bien à l’Espagnol ainsi que le retour tout court du génial Wirtz sont autant de chances supplémentaires de réussir cette formidable remontée dans laquelle Die Werkself s’est engagée. Vainqueur du derby à Gladbach et restant sur 4 victoires consécutives en Bundesliga, le Bayer vise la passe de cinq avec un moral au beau fixe.

Bochum vient d’enchaîner 3 victoires consécutives, suffisamment pour lui permettre de s’extirper de la zone rouge d’un point certes. Mais qui fait tellement de bien à la tête d’une équipe que la majorité avait condamné après une mise en route cataclysmique. En début de saison, je parie que le VfL n’avait rien inscrit sur le tableau de marche avec ce déplacement. Les joueurs de Thomas Letsch, au travail remarquable, n’ont donc rien à perdre et n’en seront que plus dangereux. Surtout qu’ils ne ferment pas le jeu dans un 433 inamovible.

Le match de tous les possibles. Festival comme purge. Pour la beauté du match, on espère que Bochum ouvrira le score et que le Bayer s’ouvrira en déployant ses ailes. Je les imagine se rendre coup pour coup, comme des boxeurs. Pugilat à base de buts. Et puisque la mode de cette rentrée hiver 2023 est au score version set de tennis, on se lâche avec le Bayer qui va breaker son adversaire dans le dernier quart d’heure, avec un ace de Wirtz qui retrouvera son jardin.

Score 6-4

SC Freiburg - Eintracht Frankfurt

Le Topspiel de la journée mettra aux prises l’ancien second (nouveau quatrième) qui recevra dans son antre de l’Europa Park Stadion le nouveau dauphin du Bayern. Match au sommet entre les deux équipes challengers de cette saison qui toutes deux (ainsi que l’Union troisième intercalé) comptent le même nombre de points, 30. Soit 5 points derrière le Bayern assuré de rester leader à mi-parcours.

Ce match s’annonce palpitant.


La formation de la Forêt Noire, pourtant réputée fiable, a pris une déculottée à Wolfsbourg. Autant dire que les hommes de Christian Streich sont attendus au tournant : accident de parcours ou fragilité plus profonde ? Petit rappel, le 16 octobre dernier lors de la dixième journée de Buli, le Bayern avait passé cinq pions à Fribourg qui avait rebondi au match suivant en gagnant à domicile face au Werder (2-0). A domicile, le club de Breisgau n’a plus perdu depuis le 12 août dernier et la seconde journée de championnat qui était sa première réception (1-3 Dortmund). Soit 5v et 1n. Du costaud. Déjà absent à la reprise, son maître à jouer Grifo est incertain (malade).

A sa main, l’Eintracht a tranquillement disposé d’un Schalke trop faible pour inquiéter une équipe qui monte en puissance à l’approche de son huitième de finale de LDC. La cheville de Dina Ebimbé n’a pas résisté (forfait) alors que le buteur colombien Rafael Borré qui clame ses envies répétées de départ a marqué et donné un but : il aurait voulu rester qu’il ne s’y serait pas pris autrement...C’est tout à son honneur et il donne encore un peu plus de profondeur aux lignes offensives d’une équipe qui sera de tous les fronts les prochaines semaines. A noter le gros match de Trapp, preuve que Schalke respire encore ! A l’extérieur, Francfort est solide (4v, 2n, 1d).

Bref, un match de titans entre un Freibourg vexé par la gifle reçue et un Francfort qui n’a certainement pas envie de lâcher ce fauteuil de second au premier match suivant sa prise. J’aime beaucoup Fribourg mais je les crois fragile. Il y aura du turn-over (bye-bye le français Kiliann Sildillia probablement sanctionné pour sa remise en touche fatale, en mode relance dans l’axe, le thème de la reprise apparemment ; j’espère qu’il reviendra car il est épatant si l’on considère son apport sur les 15 premiers matchs), j’imagine Streich jouer le ressort psychologique. Suffisant pour contrer l’armada offensive des hommes de Glasner, je n’y crois que très peu. On se mouille mais pas par conviction.

Score 1-2

FC Augsburg - Borussia M'gladbach

Match entre deux extrémités du milieu de tableau puisque c'est le 15ème qui reçoit le 8ème. Soit deux équipes défaites pour leur reprise.

Augsbourg, qui a la défaite encourageante et je déteste cette expression, est la plus mauvaise équipe à domicile de Buli avec 1v, 2n, 5d.

Alors que Gladbach, qui avec le départ de Sommer amorce tranquillement une fin de cycle, n’a encore jamais gagné à l’extérieur cette saison (4n, 3d).

Tout est réuni pour sortir un beau nul, match plaisant avec de beaux buts. Score fétiche de la Buli, il en faut bien un !!

Score 2-2

SV Werder Bremen - 1. FC Union Berlin

Opposition de style entre le 10ème qui accueille le 3ème.


Scotché au général avec 3 défaites consécutives, le Werder a pris la marée à Cologne en encaissant sept buts ! Et comme c’est beaucoup, on repense inévitablement à cette maxime, « il vaut mieux perdre une fois 7-2, que sept fois un zéro ». Certes mais j’ai quand même tendance à penser que les Hanseaten, et singulièrement son bloc défensif, sont vener après une telle déculottée. Objectif, serrer la vis et retrouver un semblant d’hermétisme. Surtout qu’à domicile, ce sont souvent les montagnes russes (3v, 1n, 4d).

Et ça tombe presque bien parce qu’en face, c’est l’Union, qui était patraque fin 2022, qui se présente. Pas réputée pour sa frénésie offensive, et bien, tout est dans le presque puisque lors de son match de reprise, menés par Hoffenheim depuis la 43ème, les Eisernen sont partis à l’abordage comme rarement sur la seconde période avec 17 frappes dont 5 cadrées (sur un match à 23 frappes) pour 3 buts inscrits et une victoire qui les re-propulse sur le podium. Adepte des mêmes montagnes russes, mais cette fois-ci à l’extérieur (3v, 1n, 4d), l’Union ne se déplacera pas pour rentrer bredouille.

Sur ce match, j’utiliserai bien mon joker 1-N-2 car tout me semble envisageable : que ce soit un récital du duo Füllkrug-Ducksh, un nul 2-2 tellement évident mais si rare au regard de cette passion commune pour les montagnes russes (victoire ou défaite, rarement le partage des points) ou l’affirmation définitive que les Berlinois sont en route pour une grande saison. Et comme, je n’ai pas de joker mais du cœur et que je suis fleur bleue à l’occasion (le 32 de chaque mois!), mes favoris de l’Union pour rester au contact dans un match qui se jouera sur un détail.

Score 1-2

PLAYER PICKS #17

Avec un calendrier à venir favorable, les actifs du RB Leipzig sont à privilégier, avec une vision à 5 matchs.

Wolfsbourg en feu et avec 2 matchs bien abordables et le Bayern revenu de Leipzig ont aussi mes faveurs.

Journée disputée sur 2 jours (mardi et mercredi) avec, à chaque fois, un match à 18h30 puis les autres matchs du jour à 20h30 : autant de possibilités de rotations.

Parmi les suspendus notoires, Bellingham, Kabak, Otavio, Kohr et Stindl.

Enfin, un mot très (trop ?) définitif sur Mitchel Bakker, Leverkusen (Défenseur, 9.6M). Si, c’est en ce moment un atout dans le jeu, je trouve son attitude sur le terrain exécrable. Et ce constat date depuis plusieurs rencontres vues, en faut depuis le début de saison. Typiquement le genre de personne dont le comportement nuit à notre sport qui a besoin de respect et de fairplay. Je me trompe peut-être sur le personnage mais comme je ne cautionne pas, je blackliste jusqu’à la fin de saison. Et je vous le dis pour que vous ne soyez pas surpris de son absence longue durée de cette rubrique.

Gardiens

Blaswich (3,1 M) peut sortir le clean sheet face à Schalke et ouvre le bal des matchs du mardi. Ce qui ouvre le champ des possibles en cas de nouvelles contre-performances fantaisistes.


Gardien de Loups impressionnants, Koen Casteels (11,3 M) peut être une excellente option car sur ses cinq prochaines rencontres: 3 sont plus qu’abordables (Hertha, Werder, Schalke) avec une cs envisageable et 2 s’annoncent costaudes (Bayern+Leipzig) donc des points parce que du travail !


Finn Dhamen (2,4 M) poursuit son intérim, attention c’est l’armada offensive en face donc on double avec un gardien qui joue le mercredi soir à 20h30.


Et pourquoi pas :


Sommer (9,2 M) moins cher que Neuer

Frederik Ronnow (6,2 M) joue mercredi à 20h30

Hradecky (10,1 M) joue mercredi à 20h30

Défenseurs

Gvardiol ( M) sur la lancée de sa belle Coupe du Monde a le profil pour devenir le taulier de votre défense sur les prochains matchs.

Alors que son coéquipier Marcel Halstenberg (8.4 M) buteur a un profil attrayant (latéral bon marché d’une grosse écurie au calendrier favorable).


Cologne attaque beaucoup par les ailes, les arrières latéraux du Bayern devraient donc avoir du travail. Et comme, le Bayern a la possession, Davies (16,6 M) qui a ma préférence pour son plus grand potentiel offensif et Pavard (12,2 M) sont de bonnes options.


Toujours avec ce fort potentiel offensif (tireur de pénalty, CPA, jeu de tête), Bensebaini ( M) nous doit une revanche après le derby perdu, Augsbourg prend des buts et ses 4 prochains matchs sont plus qu’abordables. Investissement.


Enfin, difficile de ne pas rentrer un ou des joueurs de Wolfsbourg dans sa team. En défense, 2 noms ressortent Micky van de Ven (4,5 M), le jeune hollandais de 21 ans monte comme son équipe en puissance et Sebastiaan Bornauw (7,9 M), belge de 23 ans, fait figure de taulier. Ce dernier est en promo.


Si Nico Schlotterbeck sort visuellement un mauvais match, c’est 22 points en Fantasy ! Les limites de l’approche statistique : vaut mieux un défenseur buteur, passeur dé, qui frappe au but à plusieurs reprises et qui coûte deux buts, qu’un défenseur de Francfort qui gagne et fait cs (=8 points). La Fantasy n’est pas la vraie vie !!


Et pourquoi pas :


Upamecano (12,6 M) pour sa propension à gagner des duels

Trimmel (9,4 M), passeur doublement décisif, 24 points lors du dernier match et biker

Julian Ryerson (5.7M), pas cher et apporte de la stabilité sur le côté droit d’une défense de Dortmund qui en a bien besoin.

Frimpong (12,8 M), régulier.

Milieux

Szoboslaï (14,6M) a régalé face au milieu de terrain du Bayern et l’opposition promise par Schalke devrait être moins élevée. Son coéquipier Olmo (12,9M) est moins cher et fera tout aussi bien l’affaire (ERRATUM, Olmo est classé cette année attaquant dans le jeu - MEA CULPA) . Deux joueurs beaux à regarder jouer.


Patrick Wimmer (Wolfsburg, 11.4 M), probablement le joueur à rentrer au milieu, capable de gros retours offensifs et puissant différentiel tellement il n’est quasiment pas possédé. Pour le moment.


Son coéquipier Ridle Baku ( M) a encore marqué. En forme, il a deux matchs au programme pour continuer son festival. Suffisant pour intégrer une team qui cherche un gazier capable de retours offensif et défensif. Cette année, il est milieu alors qu’il était auparavant défenseur et donc plus intéressant. Pas un choix naturel de ce fait et c’est bien dommage.


Et pourquoi pas :


Wirtz (12,5 M) de retour à domicile

Jamie Bynoe-Gittens (1M), de retour et déjà buteur

Attaquants

Prix bon marché pour l’avant-centre titulaire du Bayern, Choupo-Moting (6 M) semble toujours avoir la même réussite au bout des crampons que celle qui l’accompagnait avant la trêve et ça pourrait bien continuer. Et si visuellement, c’est le beau Serge Gnabry (15,9 M) qui a crevé l’écran dredi soir, il est annoncé sur le banc ce soir.

Le danois Jonas Wind (10.7M) est le chef d’une meute de Loups qui a le vent dans le dos. Choix atypique.

André Silva (12.2 M) est en promo, avec un taux de détention de 1 % qui en fait un vrai différentiel : face à Schalke, il devrait marquer. Souvent décevant, on peut guetter la compo de Leipzig. Pour le moment pas prévu qu’il soit dans ma team (mais j’hésite vraiment avec Choupo, les finances arbitreront). Probablement à tort, à vous de voir.

Et pourquoi pas :

Timo Werner (14,6 M), plutôt annoncé sur le banc mais parfois titulaire, un joueur aux pieds carrés possédé par 1 % des joueurs


L’ex-toulousain Amine Adli (8,8 M) parce qu’il déboîte grave sur la pelouse, demandez donc à Elvedi.

Et son coéquipier Diaby (14,3 M) souvent dans les bons coups du Bayer


48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page