top of page
  • Photo du rédacteurRwano Breizh

Spieltag 17 Player-Picks Bundesliga


Buli Circus Episode 17 – Alchimie et mystères de la vie.


C’est reparti pour une année de plaisirs, d’émotions et de suspens : une fête de buts, de centres, de frappes, d’arrêts de gardien, de dribbles, de tacles, de hors jeu, de coups de sifflets et de clameurs venues des tribunes. Bref, la Bundesliga croquée par la Team Fantasy Coach vous souhaite une bonne et belle nouvelle année.


La lutte pour le maintien s’annonce tout aussi passionnante que la course au titre puisque les trois dernières équipes au classement ont aujourd’hui le même nombre de points (Darmstadt dernier, Cologne avant-dernier et Mayence relégable).


Pour le soixantième anniversaire de la Bundesliga, le Bayern va devoir s’employer s’il veut être de nouveau champion pour la douzième fois consécutive en mai prochain. Sur les pelouses et en coulisses. Parce que le chatoyant Bayer Leverkusen de Xabi Alonso n’a cette année pas vraiment grand-chose à voir avec la traditionnelle malédiction de Vizekusen, la version originale du Neverkusen.


Entre deux clubs séparés par quatre points (et avec un match en retard à jouer pour le Bayern), ce mano à mano qui promet d’être passionnant entre deux équipes de qualité (et qui s’expriment dans des styles bien différents) devrait occuper une grande part de notre attention ces prochains mois.


Parce que même si Stuttgart régale lors de certains matchs, je ne crois pas le VfB capable de rivaliser les yeux dans les yeux avec ces deux phénomènes.


Que dire de Dortmund qui a décidé de maintenir Terzic en poste tout en l’encadrant de deux légendes du club (les très populaires Nuri Sahin et Sven Bender étant de retour à des fonctions d’adjoint) : à ne pas prendre de vraie décision et à ficeler une solution mal fagotée, ça ressemble à de la politique. Et en général, ces histoires là finissent mal.


En quête d’histoires pour meubler son armoire aux souvenirs, le RB Leipzig a retiré le tricot numéro 10 porté par Forsberg. Même si ici on a toujours aimé le Suédois et ses arabesques balle au pied, cet hommage à l’américaine d’un joueur de club au demeurant sympathique mais pas non plus extraordinaire (ou d’entreprise puisqu’il continuera à jouer demain et après-demain du côté du RB New-York), ça fait vraiment club en plastique.


Parfois, tu as des Maldini, des Cruyff qui incarnent bien une certaine idée du football que tu revendiques et d’autres fois, tu as des mystères de la vie comme l’Anglais Carragher, petit commentateur qui a oublié quel piètre joueur besogneux d’un immense club il a été, ou des Forsberg, premier joueur corpo à la tambouille taurinée. Après tout, on a le football que l’on mérite. Question d’époque sûrement.



D’ailleurs, fin d’une époque avec la disparition de Frantz Beckenbauer, l’icône du football allemand. Comment ne pas saluer la classe (clin d’œil à l’ami triple g) d’un joueur mythique au style et à l’élégance incomparables, à sa libre adaptation du rôle de libéro des temps modernes, au palmarès rare pour un défenseur (champion du monde en tant que joueur et sélectionneur, double Ballons d’or), devenu un sélectionneur couronné puis un dirigeant volontaire. Comme une incarnation presque sociologique de son temps qui cochait beaucoup de cases pour appréhender une Allemagne réunifiée et en pleine mutation : pur bavarois, né dans l’après-guerre, social-démocrate bourgeois, étendard sportico-médiatique du miracle de la RFA, ambassadeur d’un Bayern dominant et politique, businessman avisé aux mœurs libérées, fin communicant dans une société du spectacle toujours plus présente et chicoté par des affaires judiciaires. Et un surnom légendaire, le Kaiser.



Beckenbauer a déjà joué au Cosmos.


Au programme de la dix-septième étape du Buli Circus, amputé de ses artistes africains et asiatiques partis régaler en sélection, on vous propose pour cette reprise la version new-look d’un Leverkusen qui sera en goguette en Bavière, un Bayern en attente de ses nouvelles recrues, un Leipzig-Francfort au parfum européen, un Mayence-Wolfsbourg qui pourrait faire très mal en cas de défaite et le premier tour de piste de Timo Schultz en tant que nouveau coach du FC Cologne. De belles réjouissances donc pour marquer le passage de la mi-saison.



FC Bayern München (2) - TSG Hoffenheim (7)


Vainqueur étriqué à Wolfsbourg malgré le contrôle des débats et deux passes décisives signées Thomas Müller (1-2), le Bayern Munich s’accroche tant bien que mal au rythme du Bayer. Les Coupes africaine et asiatique des Nations vont amoindrir un effectif dont la profondeur touche certainement là ses limites. Le mercato attendu actif et la capacité de Tuchel à innover avec succès comme avec la découverte Aleksandar Pavlovic en milieu de terrain (19 ans, 5 matchs) vont être scrutés de très près. Le match nul en amical du Bayern à Bâle (1-1) avec Kimmich positionné au poste d’arrière droit et un double pivot Pavlovic-Guerreiro n’a pas vraiment levé les foules, au contraire. On dira que les stars bavaroises se réservaient pour la compétition. Le onze type avec Laimer en latéral droit et un double pivot Kimmich-Goretzka est attendu pour cette reprise. En ouvrant le bal, c’est aussi l’occasion de se rapprocher du leader.


En bouclant sur un match nul prolifique contre Darmstadt alors que la victoire lui tendait les bras après avoir mené trois fois au score(3-3), le TSG Hoffenheim confirme que la baisse de régime actuelle est réelle (1v, 2n, 2d). Pas de quoi remettre en cause une première partie de saison aussi bonne que surprenante mais pour jouer l’Europe, il va falloir enclencher la vitesse supérieure et tout particulièrement en défense (30 buts encaissés, plus mauvaise arrière-garde des huit premiers). Courte défaite en amical à Augsbourg (1-0) mais défaite quand même.


En ouverture, inévitable charge émotionnelle dans un stade qui va vibrer fort pour la cérémonie à la mémoire de Beckenbauer. Match de haut de tableau dans lequel les Bavarois ne devraient faire qu’une bouchée d’un TSG à la défense bien trop poreuse pour enquiquiner réellement l’armada du FCB.


Pronostic 4-1


RB Leipzig (4) - Eintracht Frankfurt (6)


Accroché à Brême (1-1), le RB Leipzig est descendu du podium pour les fêtes. Toujours pas encore assez performants à l’extérieur (4v, 1n, 3d), les Saxons ne dominent pas leur sujet suffisamment pour lever certains doutes sur le potentiel de ce collectif en pleine régénération. Le podium reste l’objectif sportif et économique du club. A voir comment les départs et retraits progressifs de certains leaders de vestiaires (Forsberg, Gulacsci) vont être compensés par les forces vives actuellement au club. Une dimension à ne pas sous-estimer pour réussir et durer au haut-niveau dans un sport collectif. Victoire en amical contre St-Gallen (1-0).


Revenu de nulle part au bout du bout du temps additionnel (deux défenseurs buteurs aux 92’ et 97’ sur deux centres venus de la gauche), l’Eintracht Francfort a remporté une précieuse victoire face à Gladbach (2-1). Trois points et une douce euphorie pour passer la trêve hivernale au chaud d’une place européenne en ligne avec les ambitions d’un club qui a entrepris un sacré virage à la dernière inter-saison. Autant dire que la greffe Toppmöller paraît prometteuse surtout si le Père Noël apporte un attaquant au profil d’avant-centre buteur-chasseur de buts. Après l’arrivée en prêt de Donny van de Beek (milieu, 26 ans, Manchester United), c’est Saša Kalajdžić (26 ans, autrichien, passé par Stuttgart) qui débarque lui aussi en prêt de Wolverhampton : plutôt une bonne pioche même s’il doit se relancer après un passage raté en Premier League (blessure longue durée puis banquette). Petite fessée reçue en amical contre Fribourg (2-5). A voir si les absences des joueurs africains ne sont pas rédhibitoires pour maintenir le rythme de croisière d’un aspirant européen.


La question du rythme pourrait être déterminante pour ce match de reprise, probablement accroché et au parfum européen. A domicile, le RBL est dominant (6v, 2n) alors que Francfort reste sur deux défaites en déplacement. Ballottage favorable aux Saxons.


Pronostic 2-1



Révélation de la première partie de saison, l'excellent défenseur équatorien Pacho (Eintracht Francfort) a tapé dans l'oeil du Real Madrid. Il est la tête d'affiche du premier opus 2024 de notre Buli Circus.


Sport-Club Freiburg (8) - 1. FC Union Berlin (15)


Surpris à Heidenheim par un promu accrocheur jusqu’au bout (2 buts encaissés aux 84’ et 92’), Fribourg a mordu la poussière (3-2) alors que la belle affaire était à portée de main. Autant dire que Streich est fumasse depuis 3 semaines. Finalement, une contre-performance bien dans la lignée de l’inconstance et des limites collectives entraperçues depuis le début de saison. Les représentants de la Forêt-Noire n’ont pas de marge et vont devoir serrer les dents jusqu’au bout. Belle victoire contre l’Eintracht Francfort retourné en amical (5-2). De bonne augure ?


Le FC Union Berlin s’est enfin extirpé de la zone rouge à la faveur d’une victoire heureuse face à Cologne dans un match à six points (2-0). L’effectif est à retailler (Bonucci qui a tout de l’erreur de casting et la diva Fofana rapatrié à Chelsea avant de probablement partir de nouveau en prêt du côté de Séville sont quasiment partis pour libérer autant les esprits que de la masse salariale alors que le jeune milieu de terrain Kemlein part gratter du temps de jeu du côté de Sankt Pauli) mais resterait largement compétitif pour réussir l’opération maintien afin que cette saison ne tourne à la catastrophe industrielle chez les Métallos. Victoire bonne pour la confiance contre Bielefeld en amical (2-0).


Match entre deux souffreteux bien loin des joies de la saison dernière même s’il y avait du mieux avant la courte trêve hivernale. Fribourg paraît toutefois bien plus en place que le FC Union, en tout cas suffisamment pour recommencer l’année sur une victoire.


Pronostic 2-1


1. FSV Mainz 05 (16) - VfL Wolfsburg (10)


En ramenant du Westfalenstadion un bon point notamment avec une seconde mi-temps plutôt consistante (1-1), Mayence a montré que son envie de maintien était intacte. Actuellement barragistes, les Mainzers comptent sur le retour des blessés pour mettre fin à la série actuelle de matchs sans victoire (4n, 2d). Il faudra enclencher dynamique et série pour valider un maintien qui reste jouable. Jan Siewert a été confirmé sur le banc jusqu’en 2026. Victoire encourageante en amical à Marbella contre le Feyenoord Roterdam (2-1).


Battu avec les honneurs par le Bayern (1-2), Wolfsbourg passe pour le moment à côté de sa saison. Un bilan plus que moyen (6v, 1n, 9d) qui met de toute façon Kovac sous pression. Pas du tout convaincu par son système défensif, le mercato pourrait être une solution pour éviter un changement d’entraîneur. Kovac (re)passerait sur une défense à quatre (soit en 4-4-2 ou en 4-3-3) ce qui promet une redistribution des rôles et des temps de jeu au sein de l’effectif. Parmi les perdants annoncés, Svanberg qui devrait batailler avec Vranckx pour une place au milieu au côté de Arnold de nouveau incontournable. Une option qui si elle se confirmait me laisserait plus que dubitatif. On regardera de près les prochaines organisations...En préparation, victoire (3-2) au Portugal contre Schalke dans un 4-2-3-1.


Un match comme une allégorie des forces à l’œuvre dans le football professionnel allemand. Club sympathique autant par sa philosophie, la qualité de son académie et de ses entraîneurs, le modeste Mayence va attaquer une seconde partie de saison déterminante pour la viabilité de son projet sportif. Au moment même où Mercedes augmente ses investissements à Stuttgart, le Wolfsbourg de Volkswagen connaît des soubresauts de motorisation malvenus dans un contexte où la communication et le marketing empiètent de plus en plus l’écosystème Bundesliga. Une amélioration significative des résultats est attendue sous peine de voir le club usine s’enfoncer dans une période de fortes turbulences. Mayence à l’envie, à la condition de museler Wind. Pas simple.


Pronostic 2-1


1. FC Köln (17) - 1. FC Heidenheim 1846 (9)


Avec une amère défaite à Berlin (2-0) pour finir l’année, Cologne espérait avoir mangé son pain noir avant de repartir sur des bases plus sereines. Raté ! Fusible le plus accessible pour un club dans le dur, le coach Baumgart a pris la porte le jeudi 21 décembre. Bien pratique même si le nouvel entraîneur, Timo Schultz (formaté à Sankt Pauli comme joueur, adjoint puis coach mais pas vraiment expérimenté en tant qu’entraîneur principal, tout juste 40 matchs au compteur et une dernière expérience ratée de 3 mois à Bâle), peut déjà se faire du soucis car avec l’effectif actuel, pas sûr que le maintien soit un objectif réaliste. Et comme le directeur sportif Keller ne semble pas avoir envie de remettre en cause sa politique sportive actuelle (départ libre des meilleurs éléments, interdiction de recrutement confirmée suite au débauchage d’un mineur slovène, accusation de corruption par le club slovène concerné, restructuration financière trop brutale pour la compétitivité du club et beaucoup trop d’erreur de casting sur les rares mutations opérées lors des derniers mercatos), la situation est critique. Et si Schultz avait un doute sur l’ampleur de la tâche qui l’attend, le 4-4-2 aligné en amical contre Essen, cador de 3.Liga, a pris l’eau de toute part (4-4). Normal me direz-vous, c’est Cologne !


Heidenheim a gagné bien plus que trois points en renversant dans les dernières minutes le score et le match lors de la réception de Fribourg (3-2). Le promu a confirmé qu’il avait les moyens techniques, tactiques et mentaux pour assurer un maintien relativement tranquillement. Ce qui serait déjà pour les hommes de Frank Schmidt une sacrée performance, eux qui avaient été placés en tête de tous les pronostics estivaux pour la descente. La victoire en amical face à Paderborn (2-0) confirmant la dynamique enclenchée.


Match sous haute tension pour Cologne avant-dernier car une défaite enfoncerait l’Effzeh dans une crise profonde et dangereuse pour l’avenir sportif d’un club qui jouait encore en Ligue Europa Conference la saison dernière. Pour Heidenheim, ce match initialement important sur le tableau de marche peut être abordé de façon beaucoup moins crispante, comme un bonus en fait. En jouant relâché, le promu est capable de réaliser la bonne opération.


Pronostic 1-2



Schultz va essayer de redonner le sourire à Cologne. Ici avec Chabot, ça semble lui sourire.



FC Augsburg (11) - Bayer 04 Leverkusen (1)


Tombé sur un roc à Stuttgart (3-0), Thorup connaît à la tête du club de Augsbourg sa première dépression (1n, 2d). Nichés en milieu de tableau, les Függerstadter possèdent un matelas de 8 points sur la zone rouge et ne sont qu’à 6 points de la première place qualificative à la Ligue Europa Conférence. En cette période de vœux, les autres Bavarois du championnat peuvent s’autoriser à regarder devant. Enfin pour le moment. Petite victoire contre Hoffenheim (1-0) dans un amical joué à domicile. Avec un nouveau but de Jensen, décidément transfiguré sous Thorup.


Avec sa gestion aux petits oignons avec un test grandeur nature face à Bochum (victoire tranquille 4-0) puisqu’il a aligné Hincapie, Stanisic, Andrich et Schick titulaires de son Leverkusen (en lieu et place de Tapsoba, Kossonou, Palacios et Boniface en instance de CAN ou suspendu pour l’Argentin), Xabi Alonso a confirmé qu’il était bien le meilleur coach du moment en Allemagne. Haut la main. Un modèle de management puisque le Basque transforme tout ce qu’il touche en or à l’image du triplé de Schick inscrit en quinze minutes et de la confiance diffusée à ses joueurs. Début janvier, la première tuile de la saison est tombée avec la blessure aux adducteurs de Boniface qui est donc forfait avec le Nigéria pour la CAN. Opération et retour estimé pas avant avril c’est à dire que l’avant-centre ratera le match retour contre le Bayern. La ligne défensive Hincapié-Andrich-Tah testée en amical face à Venezia (4-1) sera reconduite et observée de près.


Attention ce Bayer là, dans les mains de cet alchimiste de haut vol, a des airs de champion. C’est dit, c’est écrit. Autant dire que pour Augsbourg qui a battu Leverkusen sur les deux confrontations de la saison dernière, la tâche ne s’annonce pas simple même face à un onze forcément moins rôdé que celui qui retourne la Buli depuis le mois d’août. S’il existe une chance de les accrocher, c’est maintenant. Toutefois, la raison du plus fort l’emportera parce que les « remplaçants » sont aussi très convaincants et feront tout ce qu’il faut pour rester invaincus.


Pronostic 0-3


SV Darmstadt 98 (18) - Borussia Dortmund (5)


Avec un instinct de survie au taquet à l’image du bon match nul (3-3) ramené de Hoffenheim dans le sillage d’un duo Skarke (2 buts) – Pfeiffer (1 but, 2 passes) efficace, Darmstadt s’accroche tant bien que mal à sa place dans l’élite. Et c’est tout à l’honneur de Lilies qui sont certes derniers mais sont loin d’être largués par leurs concurrents directs. Pour avoir une chance de prolonger son bail parmi l’élite, serrer la vis défensive pour commencer est tout indiqué. Défaite en amical près de Valence contre Holstein Kiel, leader de 2.Bundesliga (2-1), comme une illustration de difficultés persistantes ?


Le tout petit match nul concédé avant la trêve à domicile face à Mayence (1-1), pourtant mal classé, est une nouvelle déception pour un Borussia Dortmund incapable de gagner depuis trop longtemps (le dernier succès remonte au 25 novembre soit 4 matchs pour 3n et 1d). A partir du moment où certains cadres du vestiaires, Reus en tête mais aussi Kobel, Brandt et Füllkrug, ont commencé à fustiger publiquement Terzic et ses limites tactiques, peu probable que l’entraîneur de 41 ans, forcément fragilisé et un peu trop sûr de lui à mon goût, fasse de vieux os sur le banc du BVB où ont pris place deux adjoints au profil de pompiers de service. Triste match nul en amical arraché face à l’AZ Alkmaar (2-2) lors du stage espagnol, impression confirmée avec un second nul concédé quelques jours plus tard face au Standard Liège (3-3). A observer la ligne défensive qui devrait être alignée (Meunier-Süle-Hummels-Schlotterbeck), entre revenants sortis du placard ou du banc et joueur pratiquant le dépannage contraint.


Opposition normalement déséquilibrée entre deux clubs qui ne boxent pas dans la même catégorie. Tout autre résultat qu’une victoire des Schwarzgelben provoquerait une mise sous pression supplémentaire de Terzic déjà fragilisé dans l’exercice de son poste d’entraîneur principal du BVB. L’Equipe va-t-elle lâcher son coach pour avoir sa tête, je n’y crois pas. Les points sont trop précieux.


Pronostic 1-3


VfL Bochum 1848 (14) - SV Werder Bremen (13)


Balayé par un Leverkusen à l’aise dans ses beaux habits de leader (4-0), Bochum sait appartenir à l’autre championnat, celui où il faut transpirer pour se maintenir une nouvelle saison dans l’élite. Si les 1848ers ont mis du temps à trouver la bonne carburation, la situation sportive va mieux et le bilan à presque mi-parcours est en ligne avec cet objectif de maintien (3v, 7n, 6n). et pour faire le plein de confiance avant de replonger dans l’arène, deux victoires en amical contre les Hollandais de Groningen (2-1) et du Vitesse Arnhem (2-0).


Capable d’accrocher dans son Weserstadion un candidat au podium comme le RB Leipzig (1-1), le Werder Brême semblait plus consistant sur ces dernières semaines de compétition. Même si ça ne se traduit pas vraiment au classement général puisque les Werderaner n’ont que six points d’avance sur la zone rouge, Ole Werner donnait le sentiment d’avancer sa barque. Dérogeant à son habituel 3-5-2, il avait aligné son équipe dans un 3-4-3 plutôt prometteur. A voir s’il persiste dans cette voie tactique. Peu probable avec le probable départ de Borré (le Colombien prêté par Francfort partant prématurément alors que l’équipe commence à tourner avec lui) à moins de relancer subitement Kownacki, d’ailleurs la formation alignée en amical était un 3-5-2 (défaite alarmante contre Braunschweig 3-1). De réelles tensions avec la direction sportive accusée de ne pas être assez dynamique et trop critique publiquement transpirent dans la presse que ce soit avec l’entraîneur qui réclame des renforts ou avec des joueurs qui soutiennent leur coach.


Match de reprise important pour ces deux équipes qui se suivent au classement et qui ont le même nombre de points. Bochum connaît sa nécessité de prendre des points dans son stade et, fort de sa réussite actuelle à domicile (2v, 2n), sera déterminé à poursuivre cette série d’invincibilité. Et le Werder Brême est tout simplement la plus mauvaise équipe du championnat à l’extérieur (0v, 2n, 5d), même si ses deux seuls points pris l’ont été sur ses trois derniers déplacements. On peut attendre un match ouvert, avec des buts entre deux équipes bien intentionnées. Logiquement, le VfL de Letsch ne devrait pas perdre. De là, à gagner...


Pronostic 3-2


Borussia Mönchengladbach (12) - VfB Stuttgart (3)


Égalisé dans le temps additionnel puis ensuite dépassé par Francfort (2-1), Mönchengladbach est passé très près d’une victoire qui aurait eu comme un goût de hold-up. Au lieu de ça, les Poulains sont actuellement englués dans un petit rythme (1v, 1n, 3d), plutôt irrégulier, ne permettant pas d’espérer autre chose qu’une saison passée en milieu de tableau. On sera indulgent avec Seoane parti pour reconstruire un nouveau cycle dans le cadre d’une saison de transition. Victoire en amical contre GA Eagles (3-2).


En dominant Augsbourg (3-0, avec trois jolis buts de ses atouts offensifs Undav, Guirassy et Führich), Stuttgart a offert un petit récital jouissif à ses supporters pour la dernière d’une année 2023 fortes en émotions. Passé d’un maintien arraché lors d’un barrage ultra maîtrisé à une place sur le podium actuel de Buli, ce VfB dépositaire d’un jeu tourné vers l’avant est aujourd’hui à sa place. Guirassy à la CAN, les Souabes ont déjà montré qu’ils savaient performer même sans lui. Petite démonstration de force en amical face à Greuther Furth dans le froid de l’hiver allemand (6-1).


A domicile, Gladbach est sur une bonne vague (3v, 2n) et, avec un calendrier à venir pas simple du tout, serait bien inspiré de prendre au moins un point à domicile pour sa première de 2024. Itakura en sélection et Wöber suspendu, la défense centrale sera retouchée. Avec deux défaites sur ses trois derniers déplacements, Stuttgart est en ce moment moins fringuant loin de ses bases. Et comme le VfB va jouer deux fois consécutivement à l’extérieur, ce premier match de l’année au Borussia-Park revêt forcément une grande importance pour un groupe qui doit avoir envie d’aller chercher ensemble quelque chose au bout de cette belle aventure collective. Guirassy à la CAN, retour au 4-3-3 qui a si bien fonctionné en première partie de saison avec Millot recentré derrière l’attaquant. Sur la continuité de sa première partie de saison, Stuttgart vainqueur à la condition de jouer et de s’employer. Sinon, désillusion.


Pronostic 1-2



17 PLAYER-PICKS BUNDESLIGA


Certaines têtes d’affiches de Bundesliga s’apprêtent à disputer sous le maillot de leurs pays respectifs des rencontres officielles dans le cadre des deux CAN (la Coupe d’Afrique des Nations qui se disputent en Côte d’Ivoire du 13 janvier au 11 février et la Coupe d’Asie des Nations qui se déroule au Qatar du 12 janvier au 10 février) : par exemple, Guirassy, Kim, Kossonou, Marmoush, Mazraoui, Skhiri, Tapsoba…


Une réalité à considérer avant de constituer vos effectifs. Heureusement, vous disposez comme à chaque trêve des transferts illimités pour reformater votre effectif et pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez revoir intégralement sa composition.


Ce nouveau player picks est là pour vous aider à prendre les meilleures décisions possibles pour attaquer la nouvelle année pieds aux planchers.



L’équipe du week-end dernier (spieltag 16)






Bus Team (maj le 11/01/2024, 21h00)


3-4-3

En banque 1.5

Points 2418

Classement général 561

Formation susceptible de modifications


Blaswich, (Nicolas)

GRIMALDO, Frimpong, de Ligt (Henrichs, Makengo)

WIRTZ, Brandt, Simons, Musiala (Führich)

KANE, Schick, Füllkrug




Gardiens


Toujours pas le poste où je vous suggère de porter prioritairement vos efforts. L’idée étant de partir sur une paire qui vous permette de naviguer sans transfert sauf contrainte expresse (blessure, suspension, remplaçant).


Forcément


Trois noms pour deux places, c’est ce qu’on appelle le confort.


Le retour du titulaire Omlin n’étant pas attendu avant quelques temps, on peut encore profiter de Nicolas (1,4 Mönchengladbach) qui se déplace à Stuttgart avec du pain sur la planche en perspective.


Plutôt régulier et satisfaisant, Zetterer (1,4 Werder) s’est imposé comme titulaire et en déplacement à Bochum, il devrait pouvoir une nouvelle fois s’affirmer comme à la hauteur de ses nouvelles responsabilités.


Nouvel international allemand, Blaswich (5 Leipzig) garde les cages d’un prétendant sérieux au podium pour un prix modique. Rare.


Bon plan


Baumann (9,5 Hoffenheim) face au Bayern, il va pouvoir faire chauffer ses gants.


Hradecky (11,9 Leverkusen) est protégé par la meilleure défense du championnat (12 buts encaissés).


Pour le moment, Rönnow (8,2 Union Berlin) est le seul berlinois à jouer à son niveau cette saison.



Pour le budget


Zetterer et Nicolas (cf supra).


Müller (6,1 Heidenheim) est cette saison le troisième gardien fantasy. A considérer.


Risquette


Face à Darmstadt, Kobel (11,9 Dortmund), meilleur gardien du championnat, peut sortir un clean sheet. Le problème, c’est sa défense...



Défenseurs


Une ligne de trois à privilégier et ne pas faire comme moi qui ai tenté lors de la précédente journée un 4-3-3 des plus stupides, une hérésie qui m’a coûté une centaine de places alors que les choix de joueurs étaient corrects.


Forcément


Fidèles au poste, Grimaldo (14, 4 Leverkusen) et Frimpong (16,5 Leverkusen), en promo, sont les incontournables de tous les effectifs fantasy. L’Espagnol est moins cher et tire (bien en général) les CPA.


Bon plan


On complète avec un défenseur bavarois à choisir parmi Davies (16,5 Bayern) , plus cher et assez inconstant cette saison, Upamecano (10,8 Bayern), pour se différencier, et de Ligt (10,4 Bayern), en promo et qui a donc ma préférence cette semaine.


Un latéral du RBL entre Raum (12,8 Leipzig) et Henrichs (11,8 Leipzig) en promo.


Tah (8,6 Leverkusen) est le dernier représentant du trio de fer habituel du Werkself, ses compères évoluant actuellement en sélection nationale.


Pour le budget


Maloney (3,1 Heidenheim) toujours titulaire à prix ultra modéré. Son coéquipier Traoré (1 Heidenheim) est de nouveau annoncé titulaire ce week-end.


En promo, Makengo (2,5 Fribourg) devrait arpenter le couloir gauche.


Face au Werder, Bernardo (4,3 Bochum) devrait une nouvelle fois dépanner à gauche.


Risquette


Weiser (10,7 Werder) reste capable de délivrer une passe décisive à tout moment.


Stuttgart à Gladbach devra s’employer, ses défenseurs pouvant donc briller : Anton (7,3 Stuttgart), patron de la défense, Zagadou (4,1 Stuttgart) en promo ou les latéraux Stenzel (4,1 Stuttgart), annoncé titulaire mais moins pérenne sur le long terme, et Mittelstädt (6,8 Stuttgart), bon centreur.


Netz (7 Mönchengladbach) est souvent dans les points fantasy mais face à Stuttgart, le clean sheet paraît délicat à obtenir.


Maehle (7,7 Wolfsbourg) a parfois fait de gros matchs et de gros retours fantasy, on peut lui redonner sa chance.


Milieux


Dans un 3-4-3, c’est ici qu’il faut porter son effort avec dans l’idéal cinq joueurs capables de gros retours fantasy pour que les quatre retenus automatiquement vous boostent au classement.


Forcément


Wirtz (18 Leverkusen) le joueur frisson de Buli.


Bon plan


Avec un calendrier intéressant, Brandt (18,2 Dortmund) qui est le seul à surnager du côté du BVB a ma préférence.


Déjà passé par l’Espagne, la France et les Pays-Bas, le globe-trotter Simons (17,3 Leipzig) performe pour sa première saison en Allemagne.


On attend de Musiala (16,5 Bayern), qu’une fois débarrassé de ses blessures, il fasse franchir un palier qualitatif au jeu offensif de ce FCB. Sacrée pression sur ses épaules.


Avec Guirassy à la CAN et le seul Undav en pointe, Führich (11,8 Stuttgart) devrait retoucher plus souvent le ballon dans sa zone préférentielle. Néo-international allemand, le milieu offensif a l’Euro à la maison en ligne de mire. Motivé le garçon !


Moins sous les feux de la rampe en fin 2023, Hofmann (18,2 Leverkusen) n’en reste pas moins un élément prépondérant de la transfiguration offensive des B04. Puissant différentiel surtout en l’absence de Boniface.


Stöger (10,9 Bochum) est une valeur sûre en fantasy et à domicile, face au Werder, aucune raison que cela change.


Pour le budget


Reitz (2,9 Mönchengladbach) a brillé de mille feux sur cette première partie de saison. Ça devrait continuer.


On vous le conseille depuis cet été. Nous sommes en hiver ? On reste fidèle au talentueux Röhl (3,1 Fribourg).


Gruda (1,8 Mayence) est en promo et sera titulaire sur le côté droit. Il va rentrer intérieur sur son pied gauche et frapper comme un sourd...Vous serez prévenu !


Pour boucler son budget, Pavlovic (1,4 Bayern) devrait démarrer sur le banc mais je vois bien Tuchel le faire rentrer au relais autour de la 70’.


Fernandes (2,9 Mayence), pour se différencier. Joue en défense. Pas forcément convaincu par ce choix.


Risquette


Bynoe-Guitens (7,8 Dortmund) a du gaz, devrait commencer comme titulaire. Reste un pari mais le calendrier à venir du BVB vous donne aussi l’occasion de prendre rang.


Contre Cologne, Beste (9,1 Heidenheim) et sa patte gauche ont un bon résultat au bout des crampons.


Kainz (10,4 Cologne) en promo était la saison deernière un excellent pick fantasy. Cette année, comme son club, il est en perdition. A sa décharge, rien ne tourne et il a été baladé de poste en poste. Contre un promu, il s’agit d’un match de la rédemption. Risquette, comme la rubrique...


Avec la CAN, Stuttgart repasse en 4-2-3-1 et Millot (9,3 Stuttgart) est recentré, juste derrière l’attaquent. Là où il a réalisé ses plus belles performances cette saison.


Skarke (5,4 Darmstadt) pourrait profiter des largesses de la défense de Dortmund. Le problème, c’est que derrière il y a encore Kobel à transpercer.



Attaquants


Un Anglais sinon rien.


Forcément


Kane (19,4 Bayern) est venu en Allemagne pour enfin remporter un titre en club. Pour le moment, le Bayern est second alors que l’Anglais se retrousse les manches comme il faut chaque semaine (21 buts, 5 passes en 15 matchs de Bundesliga).


Bon plan


Boniface out jusqu’en avril, Schick (11,3 Leverkusen) sera l’avant-centre titulaire de ce Werkself de feu et aura les coudées franches pour rappeler qu’il reste un formidable finisseur. La dernière fois, juste avant la trêve (contre Bochum), ça c’est fini par un hat-trick de haut niveau (3 buts entre la 30’ et la 45+1’). Pas sûr que le Tchèque ait très envie de se la jouer romantisme slave après sa longue blessure mais verserait plutôt dans l’avatar footballistique de la légende du Golem de Prague. Augsbourg peut se préparer.



Patrick Schick, puissance 3.


Co-meilleur buteur de Buli en titre, Füllkrug (15,8 Dortmund) a l’occasion de faire parler la poudre à Darmstadt en fracassant un promu.


Sané (18,6 Bayern) est le meilleur allemand du début de saison : reste maintenant à confirmer sur la seconde partie de saison afin de tordre le cou à cette légende persistante de diva capricieuse et dilettante. Défi individuel à la mesure du talent du bonhomme.


Après Bollaert, un stade qui a toute sa place dans la galerie des théâtres de Bundesliga, Openda (17,4 Leipzig) a mis la Red Bull Arena dans sa poche. Pas gagné d’avance pourtant.


Avec 9 buts et 4 passes décisives sur les 20 buts inscrits par les Loups, Wind (13 Wolfsbourg) a pris l’habitude de faire la pluie et le beau temps pour son équipe. En déplacement à Mayence à la MEWA Arena, il devrait encore avoir envie de souffler sur les braises non refroidies. Ambassadeur de la Danish Dynamit.


Seul avant-centre aligné en pointe de l’attaque souabe, Undav (10,7 Stuttgart) est attendu au tournant pour maintenir le VfB dans la course au podium.


Pour le budget


A Cologne, Dinkçi (5,3 Heidenheim) aura-t-il retrouvé ses jambes de feu pour mettre au supplice les Boucs de Cologne ? Bien envie d’y croire sur quelques ballons en profondeur.


Werner a osé le 3-4-3 et Njinmah (3 Werder) en a profité pour exposer la dynamite qui lui brûle les jambes. Un billet qu’on devrait le revoir enflammer les pelouses de Buli.


Leweling (5,5 Stuttgart) devrait être le grand bénéficiaire de l’absence de Guirassy parti à la CAN. Reste à conclure.


Risquette


Malen (15,6 Dortmund) est un peu moins poulet sans tête que lors de son arrivée en Allemagne mais il gagnerait à cadrer plus souvent après ses accélérations dévastatrices. Certainement pour ça que son transfert à Liverpool n’est pas encore finalisé.


De retour à un bon niveau, Pléa (12,9 Mönchengladbach) est toujours là. Pas simple contre Stuttgart.


Avec son air de ne pas y toucher, Kleindienst (9,8 Hoffenheim) et son profil de joueur de Zweite Buli devraient faire un carton contre une équipe qui joue déjà comme si elle était en Zweite Buli. Méchant ? Pas forcément...


Parce qu’il pue le foot et qu’il est peut-être le meilleur clubber de Buli, Ducksch (12,3 Werder) lui sait mettre le feu à un stade. Bochum est prévenu, attention danger !






Posts récents

Voir tout
bottom of page