top of page
  • Photo du rédacteurRwano Breizh

Spieltag 28 Player-Picks Bundesliga


Buli Circus Episode 28. Au bal des mal-classés.

 

 

Avec la victoire quasi-historique de Dortmund à Munich dans le Klassiker (la dernière remontait à 2014), le FC Bayern a quasiment dit adieu au titre. Pour Tuchel qui, en interview d’après-match, a félicité Leverkusen pour son titre, l’Histoire est déjà entendue. Comme un aveu de cuisante défaite pour le club bavarois qui n’a plus que la Ligue des Champions pour ne pas signer une saison blanche.

 

Les hommes de Xabi Alonso, qui ont de nouveau renversé la vapeur en fin de match, ont en effet un boulevard devant eux pour remporter le premier titre de champion du club : treize points d’avance à sept journées de la fin. Le sacre devrait intervenir autour de la trentième journée, qui verra Leverkusen se déplacer à Dortmund. Comme un symbole entre deux poissards longtemps victimes d’un Rekordmeister impitoyable avec ses vassaux. Xabi Alonso étant le facteur X que Terzic n’aura pas su être la saison dernière alors qu’il en avait eu l’occasion dans ce même Westphalenstadion lors de la dernière journée de Bundesliga saison 2022-2023.

 

Le Bayern Munich (60 points) est maintenant sous la menace de Stuttgart (57 points) qui n’a pu faire mieux que match nul dans le derby qui l’opposait à l’étonnant promu Heidenheim. Victorieux, Dortmund (53 points) retrouve le top 4 (et donc une potentielle qualification pour la lucrative Ligue des Champions) et s’annonce comme l’épouvantail de cette fin de saison. Et comme parfois le calendrier est bien fait, Dortmund accueille Stuttgart samedi soir, histoire de décanter le podium. A l’affût, le RB Leipzig (50 points) guettera un éventuel faux-pas mais aura surtout fort à faire avec un déplacement à Fribourg qui vise la septième place possiblement européenne si le Bayer Leverkusen remporte la Pokal.

 

Mais ce week-end notre attention se portera aussi vers le bas du classement : cette vingt-huitième journée s’annonce elle aussi déterminante dans la course pour le maintien puisque les quatre derniers au classement s’affrontent. Et à la même heure, ce qui est mieux pour l’équité de la compétition.

Les deux oppositions Mayence (18 points) - Darmstadt (14 points) et Cologne (19 points) - Bochum (26 points) devraient nous offrir des duels âpres et de belles émotions. Un vrai bal des mal-classés.

Toujours vivant, la lanterne rouge Darmstadt repousse ce moment fatidique où mathématiquement le maintien ne sera plus possible. L’enjeu principal de cette lutte au couteau est de savoir qui finira dix-septième, avec une relégation automatique à la clef ? La place de barragiste ressemblant de plus en plus à un havre de paix en trompe l’œil, tant la Zweite Bundesliga est relevée cette année et enverra au charbon un troisième qui n’aura rien d’un faire-valoir. Pour le moment, c’est Düsseldorf (demi-finaliste en Pokal) qui est le barragiste. Une équipe drivée par Thoune et qui joue bien au ballon avec de belles individualités pour donner du relief à un football offensif. Bref, pas vraiment un cadeau sur une double confrontation en mode aller-retour.

 

Avec 28 points au compteur, Wolfsbourg et Mönchengladbach restent concernés par une éventuelle relégation. Surtout que les deux équipes s’affrontent ce week-end. Se croire déjà sauvées pour une de ces deux équipes serait une erreur d'appréciation tant l’instinct de survie des mal classés semble encore bien vivace. Et comme, ces équipes ont aussi des qualités footballistiques et qu’il reste encore 21 points à prendre, la marge réelle de manœuvre est bien plus serrée qu’à première vue.

 

On connaît l’affiche de la finale de Pokal qui se jouera à Berlin le 25 mai prochain. Mardi, dans un derby qui n’a pas atteint des sommets du jeu, un Kaiserlautern prudent et réaliste s’est imposé à Sarrebrück (0-2). Une erreur individuelle de son gardien précipitant l’élimination cruelle du pensionnaire de 3.Liga qui voit donc son beau parcours s’arrêter en demi-finale alors que le FCK s’offre une respiration dans une saison galère. Ce sera aussi l’occasion d’une superbe démonstration de ferveur de la part des chauds supporters qui viendront en nombre encourager les Roten Teufel dans un Olympiastadion à guichets fermés. Et il faudra au moins ça car l’autre finaliste sera le Bayer Leverkusen qui n’est rien de moins que la meilleure équipe allemande de la saison. Mercredi, le Werkself a déroulé (4-0) face à un Düsseldorf logiquement moins fort car Xabi Alonso, bien conscient de la possibilité d’écrire l’Histoire, avait aligné sa meilleure équipe disponible. Restera la finale à bien négocier : sur un match, avec le statut de favori (le leader de Buli contre le seizième de 2.Buli), la pression de l’évènement et les attentes d’un environnement affamé de titre(s), ce ne sera pas la rencontre la plus facile à aborder pour le B04.

 

En Zweite Bundesliga, les deux premiers Sankt Pauli (57 points) et Holstein Kiel (52 points) ont tous les deux gagné et restent candidat plus que jamais à l’accession directe. Derrière, avec 46 points, Düsseldorf, avec un nouveau doublé de Tzolis, est le nouveau troisième à la faveur de sa victoire 1-3 à Kaiserlautern, seizième en perdition et barragiste. Quatrième, Hambourg (45 points) décroche et sort du podium en ne prenant qu’un point en déplacement à Greuther Fürth. Ça ressemble de plus en plus à un nouveau rendez-vous manqué pour un HSV, décidément mentalement trop peu fiable. Et attention parce que Hanovre (43 points), vainqueur à l’extérieur et toujours dans le coup, n’a pas dit son dernier mot.

 

La 3.Liga nous prépare un magnifique sprint final avec un énorme suspens puisque les quatre premiers se tiennent en quatre points : en gagnant enfin son premier match depuis deux mois (2n, 4d), Regensburg (57 points) reprend le commandement d’un championnat ultra serré. Malgré une égalisation en toute fin de match qui lui permet de limiter la casse, le promu Ulm (56 points) abandonne sa place de leader et s’habille de celle de premier dauphin. Alors que dans le match au sommet, Munster (55 points) autre promu surprenant a battu contre le cours du jeu un Dynamo Dresde (54 points) qui est en train de caler après avoir longtemps fait la course devant au classement.

Samedi, l’affiche de la journée opposera Munster, nouveau troisième et surfant sur une remarquable dynamique de sept victoires consécutives, au leader Regensburg. Une pièce sur la poursuite de l’incroyable série du promu qui jouera dans son Preussenstadion.

 

Au copieux programme de la vingt-huitième étape du Buli Circus, un alléchant topspiel Dortmund-Stuttgart, un bal des mal-classés où valseront Mayence-Darmstadt, Cologne-Bochum et Wolfsbourg-Mönchengladbach avec le maintien en tête alors que Leverkusen, le Bayern et Leipzig se déplaceront.



Tenu en échec par Berlin (0-0), Francfort a confirmé son manque d’imagination pour percer des équipes regroupées et bloc bas. Un match nul qui est un moindre mal puisque les équipes immédiatement devant et derrière ont dû partager les points. L’Europe restant l’objectif de fin de saison.

 

Le Werder Brême a fait les frais du changement d’entraîneur opéré par Wolfsbourg en s’inclinant logiquement (0-2). Incapables de battre à domicile une équipe pourtant dans le dur, les Werderaner qui sont maintenant sur une série en cours de quatre défaites consécutives ont confirmé leurs limites actuelles. Alvero out (mollet).

 

Dans une saison où l’Eintracht n’a pas vraiment donné l’impression de maîtriser complètement son sujet, le club de Francfort reste un solide sixième avec une marge de progression collective certaine. Le Werder a un temps ambitionné de jouer le haut de tableau avant que la vérité sportive ne reprenne le dessus. Un effectif pas assez profond et trop peu talentueux à certains postes. Un match pour mesurer la différence entre rêve et réalité.

 

Pronostic 2-1

 


Avec une grosse défense et une attaque inconséquente, l’Union Berlin a tenu en échec Francfort (0-0). Rien d’emballant mais un point de pris, un nouveau clean sheet et un moral au beau fixe, le club berlinois se rapproche encore un peu plus de son maintien. Pâle consolation d’une saison qui aurait pu tourner au cauchemar.

 

Longtemps mené au score par Hoffenheim, Leverkusen a encore retourné en fin de match une situation compromise. Une victoire (2-1) d’autant plus importante que le Bayern s’est incliné dans le même temps. Le titre est maintenant à portée de crampons. Andrich encore en sauveur et Schick de nouveau buteur alors que le retour de Boniface se rapproche, le Werkself pourrait finir fort une saison qui restera de toute façon historique : on en est actuellement à 39 matchs sans défaite toutes compétitions confondues. Palacios et Boniface de retour dans le groupe.

 

Le FC Union Berlin a l’occasion de donner un peu de relief à sa saison en étant la première équipe à terrasser le Bayer Leverkusen. Celui-ci semble drapé d’un voile protecteur presque surnaturel tant il se sauve des pires situations en marquant très souvent lors des fins de match. Le leader reste au-dessus, même avec la probable rotation opérée par Xabi Alonso qui, soucieux d’impliquer tout son monde, veut réaliser un triplé historique (Meisterschale, Pokal, Ligue Europa).

 

Pronostic 0-2

 


En gagnant sans difficulté à Gladbach (0-3), Fribourg a rassuré dans sa volonté d’offrir à son grand manitou Streich la sortie qu’il mérite. Les Breisgauer n’ont pas dit leur dernier mot pour accrocher un éventuel ticket européen.

 

Retombé dans ses travers, le RB Leipzig n’a jamais su trouver la solution face à Mayence qui pourtant lutte pour ne pas descendre. Un 0-0 qui est une vraie contre-performance puisque le BVB qui est allé, dans le même temps, s’imposer à l’Allianz Arena, prend trois points d’avance. Très mauvaise opération. Poulsen out (cuisse).

 

Sacré match en perspective entre deux équipes qui vont avoir des difficultés à atteindre leurs objectifs européens respectifs.

Même s’il s’en cache, Fribourg aspire encore à jouer une compétition continentale la saison prochaine. Pour inscrire le club dans une continuité sportive (et économique), surtout dans le contexte de l’après-Streich. Pour le RBL, un des grands perdants de la dernière journée, la qualification pour la Ligue des Champions est en danger, ce qui pourrait fragiliser grandement les projets du club (planification financière, recrutement…). La saison dernière, c’est Leipzig qui, en une semaine, avait torpillé les doux rêves de Fribourg (C1 et Pokal) en s’imposant deux fois consécutivement en Forêt-Noire.

Beaucoup d’enjeux donc pour ces deux équipes très irrégulières dans leurs productions. Un score de parité semble de mise mais mon cœur balance pour le SCF même si le RBL est le favori logique des suiveurs de Buli.

 

Pronostic 2-1

 


Ultra dominé et bombardé par Leipzig (23 tirs dont 10 cadrés), Mayence a gardé ses cages inviolées et peut dire un grand merci à son gardien Zentner, homme du match, pour sa contribution au point du nul (0-0). Deuxième clean sheet consécutif et une solidité défensive loin d’être anodine dans la bataille pour le maintien, les Mainzers sont toujours là. Plus combatifs que jamais.



Parce que nous avons tous besoin un jour d'un Robin, Mayence peut compter sur son dernier rempart, Robin Zentner.

 

Menés 2-0 à Bochum à la 48’, Darmstadt a trouvé dans l’énergie du désespoir les ressources pour revenir au score (2-2) et prendre le point du match nul qui mathématiquement permet de toujours rêver à un improbable sauvetage. Deux passes décisives signées Justin Justvan, milieu offensif prêté cet hiver par le TSG. Comme pour mieux faire regretter les blessures de Mehlem et Nurnberger dont les qualités créatives et offensives ont manqué à ces Lilies.

 

Match au sommet dans la bataille pour le maintien puisque Mayence, seizième et barragiste (20 points) reçoit Darmstadt, lanterne rouge (14 points). Quatre-vingt-dix minutes (et certainement un peu plus…) pour continuer à espérer se maintenir. Défaite interdite, un match nul plombant les deux formations. De la tension, de la pression, des émotions, du duel, de l’engagement, du tacle, des cartons et des buts. Pour finir avec des sourires et des larmes. L’autre football que j’aime, celui qui fait la part belle à ceux qui portent les pianos.

 

Pronostic 4-2

 


Toujours barragiste, un Cologne ambitieux dans ses intentions de jeu a ramené le point du match nul de son déplacement à Augsbourg (1-1). Du mieux mais l’Effzeh part de tellement loin, la situation reste compliquée même si le maintien reste encore possible. Maintenant, il faut gagner car le point du match nul ne suffit plus.

 

Désillusion au Vonovia Ruhrstadion où Bochum a perdu le fil face à Darmstadt après avoir mené 2-0 et raté des occasions de 3-0. Doublé de Hofmann et mains cotonneuses pour Rimann. Un match nul (2-2) qui enferme les Unabsteigbaren dans la bataille du maintien. Une lutte qu’il va falloir mener jusqu’à la fin du championnat puisque le VfL ne compte que six points d’avance sur Mayence, barragiste.

 

Match important dans la course au maintien : Cologne, dix-septième, reçoit Bochum, quinzième avec sept points d’avance. La donne est simple : l’Effzeh ne gagne plus depuis huit matchs (5n, 3d) et le salut passera par des victoires. Il faut donc gagner, à commencer par ce match disputé à domicile face à un adversaire direct. Depuis sa victoire contre le Bayern mi-février, Bochum n’a pris qu’un seul point (1n, 4d). Un rythme de relégué qui a fait fondre le petit matelas d’avance sur la zone rouge. Ce match peut permettre au VfL d’enrayer cette spirale négative. Disputé et serré.

 

Pronostic 2-1

 

 

Certainement un sentiment mitigé pour Heidenheim après son court déplacement à Stuttgart : la satisfaction d’avoir pris un point chez le troisième (3-3), d’avoir retourné en déplacement une situation compromise (mené 2-0 à l’heure de jeu) et la déception de s’être fait égalisé au bout du bout des arrêts de jeu et de ne pas avoir offert la victoire dans le derby à ses supporters. Doublé express de Kleindienst en deux minutes, avant-centre à la tête d’une attaque réaliste (6 tirs, 3 cadrés, 3 buts).

 

En s’inclinant à domicile face à Dortmund (0-2), le Bayern Munich a perdu plus qu’un simple Klassiker : le titre s’est envolé et se dirige tranquillement vers la Rhénanie du Nord-Westphalie. Une défaite d’autant plus douloureuse qu’elle est infligée par le BVB, rival si souvent raillé et moqué par les supporters bavarois. Un acide retour de karma et une punition humiliante pour un FCB blessé. Tuchel ne restera pas, définitivement. Neuer et Sané devraient être préservés avant le match contre Arsenal alors que Guerreiro rentrera, Pavlovic, Coman et Gnabry postulant à une place de titulaire.

 

Promu promis à la descente lors des pronostics estivaux, Heidenheim campe dans le milieu de tableau avec une avance de dix points sur le barragiste à sept matchs de la fin. Ombre noire du tableau, la série en cours de six matchs sans victoire (3n, 3d). Défait à domicile et dans le Klassiker, la semaine a dû être pesante à la Säbener Straße. Avant la Ligue des Champions, dernière compétition que peut gagner le Bayern s’il ne veut pas faire une saison blanche, il s’agira avant tout pour les Bavarois de renouer avec la victoire, de reprendre confiance, ne pas encaisser de but, de donner du temps de jeu à certains joueurs et d’éviter toute nouvelle blessure. Enfin, ça c’est en théorie dans un monde munichois parfait car Heidenheim n’a rien à perdre dans ce match bonus.

 

Pronostic 1-3

 

 

Victorieux à Munich pour la première fois depuis 2014, Dortmund s’est adjugé le Klassiker (0-2), entre performance défensive et efficacité offensive. Et une mention spéciale au collectif sur le deuxième but inscrit par Ryerson après une séquence de 21 passes. Assurément un des gros coups de la journée : outre le fait de torpiller quasi-définitivement le Bayern dans la course au titre (la vengeance d’un souffre-douleur est un plat qui peut aussi se manger froid), le BVB fait aussi une belle opération comptable en repoussant son poursuivant immédiat à trois points et fait le plein de confiance avant de jouter la semaine prochaine en Ligue des Champions. Et Terzic continue son insondable trajectoire à la tête de son club de cœur comme un équilibriste de haut vol qui ne cesse de surprendre son monde. En bien et en moins bien. Kobel de retour, Malen très incertain.

 

Dans un derby à l’improbable scénario, Stuttgart a partagé le point du match nul avec Heidenheim (3-3). Dans une partie totalement sous contrôle, le VfB menait deux à zéro avant que Nübel, auteur d’un csc digne de son passage monégasque, relance un match qui va ensuite devenir complètement fou : Kleindienst convertissant deux ballons arrivés au second poteau (un de la gauche et un de la droite) aux 84’ et 85’ minutes et Undav arrachant le but de l’égalisation à la 98’. Forcément une grosse déception pour des Souabes qui ratent une belle occasion de creuser l’écart avec ses poursuivants. Anton suspendu, Rouault (fracture de la mâchoire) et Zagadou (genou) forfaits, Sebastian Hoeneß va devoir bricoler une défense centrale dont Ito sera le rescapé.

 

Pour célébrer le cinquantième anniversaire de l'inauguration du Signal Iduna Park (plus connu comme le Westfalenstadion), un topspiel opposant le VfB, troisième, et le BVB, quatrième va nous régaler. Les deux équipes sont séparées par quatre points, visent toutes deux une place sur le podium et sont en forme. Dortmund est sur une belle série de quatre victoires consécutives dont une dernière de prestige dans le cadre du Klassiker. Stuttgart enchaîne les bons résultats (7v, 2n). Tous les ingrédients sont réunis pour assister à une rencontre de grande qualité. Capable de se mettre en mode C1, Dortmund part légèrement favori surtout que son jeu de contre-attaque pourrait faire mal à un Stuttgart plus joueur mais moins mature.

 

Pronostic 2-1

 


Longtemps Hoffenheim a crû être la première équipe à faire chuter cette saison Leverkusen, avant de craquer sous les derniers coups de boutoirs d’un leader toujours invaincu (1-2). Scotché dans une série de trois défaites consécutives, le TSG s’apprête à finir la saison bien tranquillement. Ce qui est déjà une réelle satisfaction comparée à la saison dernière.

 

En partageant les points avec Cologne (1-1), Augsbourg n’a pas concrétisé sa domination et a gâché une belle occasion de se rapprocher de la sixième place européenne. A cinq points, elle constitue l’objectif de fin de saison pour des Függerstädters en forme (4v, 1n) et au taquet.

 

En gagnant, le TSG a la possibilité de revenir à hauteur de son adversaire du jour. Alors qu’au contraire, en s’imposant à l’extérieur, Augsbourg écarterait un adversaire direct dans la course aux places européennes et s’autoriserait une fin de championnat intéressante. Le fameux match à six points. Pas forcément l’affiche la plus ronflante de la journée mais possiblement un match spectaculaire entre deux équipes tournées vers l’offensive. Avec Beier et Demirovic, deux des attaquants marquants de la saison, on devrait voir des buts.

 

Pronostic 3-3

 

 

Pour la première de son nouveau coach sur son banc, Wolfsbourg s’est imposé à Brême (0-2) et mis fin à une série de 11 matchs sans victoires (6n, 5d). Sur ce match, l’entraîneur autrichien Ralph Hasenhuttl a redistribué les cartes offensives (Sarr titulaire, Wind et Majer sur le banc). A voir si c’est une nouvelle orientation ou une gestion post rassemblements internationaux. Avant de parler d’un choc psychologique réussi, il reste maintenant à confirmer par une victoire à domicile, la dernière remontant à fin novembre.

 

A domicile, Mönchengladbach a explosé devant l’efficacité de Fribourg (0-3). Une nouvelle contre-performance qui ne va pas faire les affaires de Seoane, de moins en moins perçu comme le bon cocher de Poulains à relancer. Entre abattement et dépit, le public est proche du point de rupture avec son équipe. Attention danger.

 

Entre des Loups aux canines élimées et des Poulains plombés par leur manque d’aplomb, une opposition entre deux des déceptions de la saison. Les deux équipes ont le même nombre de points, l’éventuelle perdante devrait alors lutter pour assurer son maintien. Le match nul n’arrangeant personne, un des deux forcera son destin. Petite prime à Wolfsbourg qui joue à domicile face à un Gladbach éteint.

 

Pronostic 2-1

 


28 PLAYER-PICKS BUNDESLIGA

 

Une semaine compliquée en perspective puisque plusieurs équipes pourvoyeuses d’actifs fantasy de qualité s’affrontent (Stuttgart-Dortmund) ou ont un déplacement à risque (Leipzig).

 

Et avec les compétitions européennes à l’ordre du jour de la semaine prochaine, certains entraîneurs auront des contraintes de temps de jeu à gérer soit pour remettre en rythme des éléments de retour de blessure (Gnabry, Coman, Guerreiro, Kim, Pavlovic, Haller, Palacios, Boniface…), en manque de temps de jeu (Sabitzer, Stanisic…) ou pour éviter la blessure d’éléments très/trop sollicités (Musiala, Wirtz…). Les inévitables rotations à l’heure où pour les cadors les saisons se jouent.

 

Je pense que Xabi Alonso alignera encore sa meilleure équipe disponible pour sécuriser au plus vite le championnat. Histoire d’aborder le déplacement à Dortmund (GW30) et la réception de Stuttgart (GW31) avec une vraie marge sur le second. La finale de Pokal étant assurée, s’il y a une compétition à privilégier, c’est bien la Bundesliga. En Coupe d’Europe, il pourra en plus impliquer les joueurs de son effectif qui ont moins souvent l’occasion de jouer ces derniers temps (Hofmann, Kossonou, Hlozeck, Iglesiais, Stanisic ou Boniface… que du beau monde). Pas une certitude juste une intuition vu le management de Xabi Alonso depuis 16 mois.

 

Mon idée du moment est donc de prendre le pari de jouer des différentiels (un par ligne) plutôt que de prendre le risque d’aligner des actifs qui pourraient être préservés ou pire cloués au banc.

 

Bonne lecture et bons picks.

 

L’équipe du week-end dernier (spieltag 27)

 

 




 

 

Bus Team (maj le 05/04/2024, 05h00)

 

3-4-3

En banque 12,4

Points 4210 (+158)

Classement général 283 from 275 ↓ (-8)

Formation susceptible de modifications

 

Zetterer (Schuhen)

Frimpong, Bernardo, GRIMALDO (Raum, Weiser)

WIRTZ, Musiala, Simons, Stöger (Honorat)

KANE, Schick, Demirovic

 

IN

Weiser, Honorat, Schick, Demirovic

 

OUT

Henrichs, Führich, Guirassy, Openda

 

Gardiens

 

Forcément

 

Avec les incertitudes pesant sur Zetterer, on conserve Schuhen (4,4 Darmstadt). Le déplacement à Mayence ne sera pas tranquille, on joue donc la carte du but assiégé et du gardien en feu.

 

Bon plan

 

Encore un bon match de Baumann (10,1 Hoffenheim) malgré la défaite contre Leverkusen. Le gardien le plus régulier de la saison. Et de loin.

 

En forme et pleinement concerné par le sauvetage de son club, Zentner (5,5 Mayence) est cette semaine une vraie option avec la réception de la lanterne rouge.

 

Pour le budget

 

Touché à la cheville, Zetterer (2,1 Werder) pourrait être ménagé, ce qui offrirait un possible dernier match à Pavlenka arrivé au club en 2017. A considérer. Dernière tendance, il joue.

 

Casteels forfait (épaule), Pervan (1,3 Wolfsbourg) sera de nouveau dans les cages contre Gladbach.

 

Neuer encore incertain, Ulreich (3,2 Bayern) se tient prêt. Main pas suffisamment ferme sur l’ouverture du score lors du Klassiker, l’habituelle doublure doit avoir envie de se montrer. Décision au dernier moment donc sans garantie.

 

Risquette

 

Face aux attaquants du leader, Ronnow (8,9 Union Berlin) aura des situations à négocier. Et comme il est excellent… Pari cosmique.

 

Défenseurs

 

Forcément

 

Le duo de latéraux volants qui a marché cette saison sur la Buli Grimaldo (18,6 Leverkusen) et Frimpong (19,7 Leverkusen). Frimpong pourrait cependant voir son temps de jeu partagé avec Tella. Donc Grimaldo joueur étoile.

 

Bon plan

 

Sur sa forme du moment, on conserve le latéral gauche Raum (14,6 Leipzig). Alors que Mittelstädt (9,1 Stuttgart), nouvel international allemand, est lui aussi en pleine bourre. Pas forcément un détail si on considère qu’ils postulent tous les deux à une place en sélection allemande. Bienfait de la saine émulation.

 

Face à la redoutable doublette d’attaquants du VfB (Guirassy-Undav), Orban (8,9 Leipzig) devrait livrer de nombreux duels. Et comme le garçon est solide….

 

Avec un gros match à disputer, j’aime beaucoup l’option Bernardo (4,5 Bochum).

 

Pour une option plus classique, on se rabat sur Weiser (12,3 Werder), habitué à faire ses points fantasy même quand son équipe ne tourne pas.

 

Pour le budget

 

Vous lisez cette rubrique pour ça, découvrir de nouveaux joueurs. Jeune pousse sorti de l’académie, Drexler (1 Hoffenheim) enchaîne ses premières titularisations comme axe gauche dans la défense à trois du TSG. Pour boucler votre budget, même en début de mois…

 

Pour la risquette différentiel et pas chère, il y a Schlotterbeck (4 Bochum). En face, il croisera le latéral Finkgräfe (1,7 Cologne) doté d’une sacrée pate gauche. Jeune joueur en devenir et qui prend certains CPA.

 

Risquette

 

En ce moment, le BVB est difficile à négocier et c’est en grande partie à cause de sa solidité défensive. Et, il y en a pour tous les goûts. Le rugueux norvégien Ryerson (9,8 Dortmund), le chien fou Schlotterbeck (12,4 Dortmund), le très offensif latéral gauche Maatsen (11,1 Dortmund) et le papy de la défense Hummels (8,6 Dortmund) en promo, qui en ce moment est sur ces dernières sorties un des tous meilleurs défenseurs centraux de la planète football.

 

Le latéral droit Mbabu (6,2 Augsbourg) et le central Gouweleew (4 Augsbourg) pourraient encore tirer leurs épingles du jeu lors du déplacement au TSG.

 

Vu mon biais pour les latéraux gauchers, Mwene (5,8 Mayence) a la gueule de l’emploi cette semaine. Pour manager aventurier.

 

Milieux

 

Forcément

 

Mon chouchou depuis 5 ans, Wirtz (21,2 Leverkusen. Qui fait le choix, judicieux à mon sens, de rester à Leverkusen la saison prochaine. Avec Xabi Alonso sur le banc, il devrait éclabousser l’Europe de son talent en 2024-2025.

 

Toujours présent en fantasy, Simons (20 Leipzig).

 

Bon plan

 

Fatigué et moins fringuant lorsqu’il faut enchaîner, Musiala (17,4 Bayern) sera préservé par Tuchel qui fera rentrer Gnabry (ou Coman si le Beau Serge démarre) à sa place autour de l’heure de jeu. En prévision du match contre Arsenal.

 

Olmo (14,8 Leipzig) bientôt en Premier League, va finir par en loger une.

 

Monsieur fantasy : Stöger (12,8 Bochum) pour vous servir.

 

Pour le budget

 

Avant de partir sous d’autres cieux (on parle de Fribourg, quel recrutement) Osterhage (3,9 Bochum) voudra laisser le VfL dans l’élite du football allemand. Son capitaine Losilla (4 Bochum) y jouera toujours.

 

Pas facile de galoper à Gladbach cette saison, Reitz (2,9 Mönchengladbach) est un étalon prénommé Rocco (titre).

 

Rohl (3,3 Fribourg) retrouve du temps de jeu et marque. Pas simplement une coïncidence.

 

Joueur intéressant déclassé sous Maassen, Meier (5,4 Augsbourg) est à la relance sous Thorup.

 

Tout en percussion, Gruda (2,3 Mayence) le super sub des Mainzers.

 

Risquette

 

Beste (10,6 Heidenheim) a de la magie dans son pied gauche. Et sur un CPA, tout est possible. Même face au Bayern.

 

Depuis quelques temps, c’est un pick que j’aime bien et qui le rend bien : Vargas (8,9 Augsbourg).

 

Concerné par la rotation de Xabi Alonso, Hofmann (18,9 Leverkusen) est un différentiel intéressant. Mais un peu cher quand même.

 

Brandt (18,8 Dortmund) toujours capable de distiller des amours de passe.

 

Honorat (13,3 Mönchengladbach) continue de percuter sur son flanc droit. Une des rares satisfactions chez les Poulains.

 

Attaquants

 

Forcément

 

Silencieux dans le Klassiker, Kane (22 Bayern) a un record à aller chercher. A défaut de titre collectif…

 

Bon plan

 

Face à la défense du TSG, la quatrième plus mauvaise du plateau (52 buts encaissés), Demirovic (13 Augsbourg) est de retour de suspension, avec l’envie de casser la baraque et de qualifier son club pour une Coupe d’Europe. Avant de partir ?

 

Buteur contre le Bayer sur un une-deux d’école, Beier (8,8 Hoffenheim) a définitivement quelque chose. Et à ce prix, c’est le bon plan offensif de la semaine.

 

Pas sûr de démarrer (il a joué 65’ mercredi en Pokal) et alors que Boniface rentrera autour de l’heure de jeu, Schick (12,2 Leverkusen) revient fort (5 buts sur le mois de mars, toutes compétitions confondues). Une vraie tentation.

 

Müller (13,6 Bayern) devrait démarrer avant de sortir à l’heure de jeu. Suffisant pour que sa science du jeu lui permette de scorer (passes et buts).

 

Pour le budget

 

Retrouvant le niveau qui a fait de lui une cible du Real Madrid il y a 2 ans (4 buts sur ses six derniers matchs disputés), Burkardt (4,9 Mayence) va pouvoir aider son club pour le sprint final.

 

Risquette

 

Difficile d’ignorer la bonne passe de speedy Adeyemi (12,5 Dortmund).

 

En promo, Guirassy (14,9 Stuttgart) va croiser la défense du BVB guidée par un Hummels toujours autoritaire et qui a été capable de museler Kane. Un vrai test en perspective pour l’attaquant numéro un du VfB. Pas évident.

 

Sauveur lors du dernier match, Undav (12,5 Stuttgart) est l’autre atout offensif du VfB dans son match au sommet à Dortmund. Différentiel.

 

Openda (19,4 Leipzig) a changé de coupe de cheveu ? Pas en réussite contre Mayence, à voir contre Fribourg.

 

Pas ma tasse de thé, Gregoritsch (13,6 Fribourg) est en forme. Pas une incitation à l’achat, juste une information.

 

Moins en forme mais un choix plus raccord avec le style de joueur que j’apprécie : auteur d’une saison déjà convaincante (10 buts, 6 passes), Marmoush (13,1 Francfort) a la côte en Premier League. Silencieux depuis fin février, il devrait s’illustrer face à la défense du Werder.

 

 

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page