top of page
  • Photo du rédacteurRwano Breizh

Spieltag 20#, Player-Picks, Bundesliga

Dernière mise à jour : 17 févr. 2023


Billet rédigé le 09/02


Moins disponible en cette fin de semaine, je vous propose un format particulier mais proche tout de même de la livraison habituelle avec un panorama des matchs de la journée écoulée, des pronos synthétiques (eh oui, ça m’arrive de faire court – titre) et le traditionnel player-picks.


Surtout le billet est rédigé en milieu de semaine, et non pas au tout, tout dernier moment (comme j’en ai la fâcheuse habitude), donc bien checker les compositions probables sur le lien ci-dessous qui est en général très fiable (source la Ligue Allemande).



Ça ne rigole toujours pas pour les entraîneurs dans cette saison de Bundesliga avec le remplacement d’André Breitenreiter par Pellegrini Matarazzo sur le banc d’Hoffenheim.


Si la course à l’Europe bat son plein, le Hertha Berlin et Schalke sont clairement les équipes favorites à la relégation. Seul Stuttgart met du sien pour leurs laisser une larme d’espérance.

Samedi soir, l’Union Berlin a repris la tête du classement quelques heures avant que le FC Bayern ne reprenne son bien dimanche après sa première victoire en Buli de l’année 2023 sur la pelouse de Wolfsbourg.


Cette rivalité sportive est d’autant plus réjouissante que le FC Hollywood est de nouveau de la partie à Munich où un Neuer vindicatif, certainement grisé par les Mondiaux de Ski Alpin, nous offre une sortie médiatique (non autorisée par le club et qui pourrait lui valoir une belle amende, une remontée de bretelles et son capitanat) de toute beauté qui déclenche l’ire des dirigeants bavarois et autres (vieilles) légendes du club, bien trop crispés pour un club revendiquant si haut et si fort sa sérénité. Si on y ajoute le sketch des gardiens de but, le récent licenciement de l’entraîneur des gardiens ou la « fashion session » parisienne du Beau Serge Gnabry, cela révèle surtout les luttes rampantes de pouvoir et autres fissures profondes d’un vestiaire fracturé entre une partie des joueurs (plutôt les historiques) et Nagelsmann, jeune manager aussi bien tacticien dans les bureaux que devant le tableau noir. Finalement une version toute munichoise du si instrumentalisé « rien ni personne n’est au-dessus de l’institution », façon d’écarter les gêneurs en tout genre.


Pendant ce temps-là, Dortmund continue de gagner, et cette fois-ci avec la manière (faut dire que Fribourg est à dix dès le premier quart d’heure, ça aide). Encore brillant, Kolo-Muani porte l’Eintracht et est en train de mettre l’Allemagne du football dans sa poche. Bien qu'avançant au ralentis, Leipzig et Fribourg sont toujours là, à portée de fusil.


Oui, cette année, le titre cette est loin d’être attribué. Pour notre plus grand plaisir ! Et celui de ceux qui brassent autour du ballon.


Ce qui d’ailleurs devrait faire monter les prochaines enchères actuellement en cours puisque la ligue allemande de football s’apprête à vendre une partie des droits médiatiques et commerciaux de la Bundesliga (via une société ad-hoc détentrice des dits droits). L’investisseur américain Sixth Street est en pôle pour mettre la main sur une participation minoritaire (à priori 20%) moyennant une douloureuse annoncée autour des 18 milliards d’euros. Une bagatelle à partager entre les clubs ! Une annonce, qui devrait faire les gros titres dans les prochains jours et aiguiser autant l’appétit financier que les tensions sportives des prochaines spieltag.


Et enfin pour finir, très gros big-up à la belle action de Willi Orban qui est la tête d’affiche de ce player-picks opus 20. Le nouvel exploit de cet homme remarquable n’a pas grand-chose à voir avec le ballon rond et rappelle à tous que donner, c’est aussi parfois sauver : inscrit sur la base de données des donneurs potentiels, il a été invité à faire un don de ses cellules souches afin de sauver une personne atteinte d’un cancer du sang. Prélevé ce mercredi, le capitaine d’un RB Leipzig candidat au titre est très incertain pour le match de samedi (10 jours de repos étant conseillé). Sens des priorités et responsabilité sociétale, il coche ainsi toutes les cases d’un football qui, sport numéro un de notre société des loisirs, peut changer le monde et nos vies. Orban a fait un choix, celui du collectif avant tout. Respect. Une des actions de la saison.





Retour sur Spieltag #19


FC Augsburg - Bayer 04 Leverkusen



Avec le seul but du match inscrit de la tête sur corner par l’excellent Berisha dans un match joué sur un petit rythme entre deux équipes joueuses mais pas assez ambitieuses à mon goût, Augsbourg s’est vue récompensé par une victoire (1-0) qui va faire du bien au classement et aux têtes des hommes de Maaßen. Pour Leverkusen, la formidable remontée est dorénavant contrariée par deux défaites consécutives qui éloignent l’équipe de Xabi Alonso de sa quête européenne. Poursuite pas encore rédhibitoire mais ça s’annonce forcément encore plus compliquée. Interrogation sur les choix opérés par le coach espagnol avec ce 3-4-3 (pourtant ma structure préférée) tellement loin de la qualité de jeu produite la semaine précédente face à Dortmund dans un 4-3-3 tirant parfois dans un 4-1-5 ultra offensif.



VfL Bochum 1848 - TSG Hoffenheim



Dans un match décisif chez un concurrent direct pour le maintien, Hoffenheim s’est présenté dans une configuration très (trop ??) défensive, notamment avec Kramaric sur le banc, et des positions pour le moins surprenantes (demander à Baumgartner de jouer couloir droit y compris avec des responsabilités défensives...ça m’a laissé dubitatif). Comme un aveu de faiblesse.

La première mi-temps est une vraie démonstration de Bochum (3-0) avec 3 passes décisives de l’excellent attaquant ghanéen Christopher Antwi-Adjei, intenable sur son aile gauche. A la télé, gros plan intrusif sur un André Breitenreiter, aussi perdu que désabusé sur son banc devant la piètre prestation de son équipe , a-t-il été lâché par ses joueurs ? On peut se poser la question même si la presse dit que non. Malgré les quatre changements à la mi-temps qui se traduiront immédiatement par une réduction du score, il n’y avait rien à faire pour des Kraichgauer désorganisés qui s’inclineront lourdement (5-2). Comme prévu l’entraîneur n’a pas passé la semaine ni même le week-end en fait (viré dimanche). Bochum confirme qu’à domicile, il sait prendre les points par poignée de trois. Ce qui est le bon régime pour qui veut se maintenir.



Borussia Dortmund - SC Freiburg



Ce Dortmund-Fribourg s’annonçait serré, il ne le fût que 17 minutes le temps pour Monsieur Schroder arbitre de son état de distribuer en deux minutes deux jaunes plutôt sévères au latéral droit de Fribourg, le français Kiliann Sildillia. A dix, Fribourg a fait illusion une mi-temps et vraiment bien d’ailleurs (1-1) avant de craquer dans les grandes largeurs en seconde période (5-1). Vingt-quatre frappes plus tard, on retrouve au Borussia cinq buteurs différents, dont Haller qui ouvre son compteur et Adeyemi qui score une seconde fois en une semaine et surtout un Guerreiro de gala qui avec 3 passes décisives rappelle à tous son formidable talent créatif. Dortmund sera au rendez-vous, cette équipe avance et peu importe la manière. Une qualité pour aller haut, très haut. Pour Fribourg, beaucoup de déception et de frustration à l’image de son entraîneur Christian Streich expulsé à la 77ème minute.



Eintracht Frankfurt - Hertha Berlin



Sans forcer, et dans le sillage d’un Kolo-Muani auteur d’un doublé express lors de la première demi-heure, l’Eintracht gagne un match dont le score (3-0) peut paraître une nouvelle fois sévère à sa victime du jour un Hertha Berlin toujours avant-dernier. Oliver Glasner et ses hommes grappillent une place et campent cette semaine en cinquième position.



1. FC Köln - RB Leipzig



Rencontre soldée sur un terne 0-0, score suffisamment rare en Buli pour être mentionné. La défense de l’Effzeh a tenu bon alors que les absences commencent à peser sur le jeu de Roten Bullen qui, trop timides, ratent la belle opération du week-end. Tout petit nul logique.



1. FC Union Berlin - 1. FSV Mainz 05



Dans un match serré qui en dit long sur les ressources et la volonté de cette équipe, l’Union s’est arrachée pour venir à bout d’un Mayence coriace (2-1). Behrens a ouvert le score avant que Siebatcheu sur une remise de Thorsby, tous deux en sortie de banc, ne donne une victoire mise à mal par un pénalty généreux transformé par Ingvartsen, ex-Eisener tout en retenu dans sa célébration. Une victoire qui va compter pour la suite de la compétition. Samedi soir, l’Union Berlin était leader de Bundesliga.



FC Schalke 04 - Borussia M'gladbach



Deuxième 0-0 du samedi pour un derby attendu comme pourtant très déséquilibré. Entre un Mönchengladbach aussi inconstant, irrégulier qu’énervant et un Schalke qui se bat avec la louable énergie du désespoir de celui qui ne veut pas mourir, il y a avait donc ce samedi soir moins que les 80 kilomètres qui séparent les deux villes. Et pour Schalke, ça résonnait presque comme une victoire.




VfB Stuttgart - SV Werder Bremen



Opposition longtemps indécise et plutôt équilibrée, le Werder emporte la mise en seconde période avec une efficacité offensive redoutable avec deux lucarnes, une de chaque côté (0-2). Magnifique bonbon de Marvin Ducksch pour sceller le match sur une frappe enveloppée en une touche de touche balle à la suite d’un une-deux. Le but de la journée. Pour Stuttgart, barragiste, il y a avait pourtant matière à espérer beaucoup mieux qu’une défaite.




VfL Wolfsburg - FC Bayern München



Kovac a voulu surprendre le Bayern en passant à une défense à 5 et avec la volonté de défendre haut. Résultat ? 0-3 après seulement 19 minutes de jeu sur un but chanceux de Coman qui voit son centre finir dans les cages, une reprise de volée somptueuse du même Coman sur une galette de Cancelo et une tête victorieuse de Müller sur coup-franc. Un Bayern clinique sur ses premières occasions. Rappelé sur le banc à la demi-heure, le français Lacroix dégoupille (merci au grand-frère Joshua Guilavogui qui va le ramener à la raison) et voit son remplaçant Kaminski réduire le score dans une autre animation tactique. L’autre Joshua sur le pré, le Kimmich bavarois, va voir rouge (l’expérimenté Arnold sur le second jaune jouant très, très bien le coup) et laisse ses partenaires à dix pour finir le travail (2-4). Avec une merveille de slalom au sein de la défense locale signée du talent Musiala qui ridiculise pas moins de 8 joueurs (bien regarder dès la prise de balle initiale qui élimine 3 joueurs avant de s’engouffrer dans la surface et de jouer avec les piquets). A croire que les défenseurs modernes ne savent plus découper et ceux des Loups croquer !!

Le score reflète mal la physionomie du match, le Bayern terriblement efficace, piquant vite et bien avant de jouer les contres une fois à dix. Les Loups n’ont pas eu les moyens de leurs ambitions. Sur ce coup-là. Je suis persuadé que le Galette du PSG a trouvé matière à réflexion dans les nombreuses percussions subies par des Bavarois à la défense artistique où Pavard en axial fait son match (De Ligt mauvais au duel, que d’espace dans le dos de Davies…).



Pronostics Spieltag 20



FC Schalke 04 - VfL Wolfsburg


La lanterne rouge reçoit le 7ème.


Schalke reste sur deux matchs nuls consécutifs, deux 0-0. Les supporters des Knappen se réjouiraient presque de la performance, c’est dire la tristesse d’une saison bien difficile. Ces 2 clean- sheets coïncident avec la titularisation du défenseur central prêté par le FC Lorient, Moritz Jenz, qui n’a pas laissé un souvenir impérissable à Kerlir (parce qu’au Moustoir, faut-il encore jouer…). Avec un schéma clairement défensif, le 5-4-1 mis en place par Thomas Reis annonce des parties cadenassées. Et comme l’attaque est toujours muette, il ne surtout pas prendre de but.


Alors qu’ils ont plutôt dominé les débats face au Bayern, les Loups ont perdu et restent sur deux défaites qui les placent à 5 points de l’Europe. Wolfsbourg a largement les moyens de réagir et de repartir de l’avant. Le groupe est au complet.


Les Loups reprennent goût au festin, pas de quartier.


Score 0-2



FC Bayern München - VfL Bochum 1848


Le leader accueille le 15ème.


En manque de contrôle à l’approche des échéances européennes, le Bayern continue d’animer les gazettes avec des sorties médiatiques tout azimut (Neuer, Kahn, Salihamidzic, Hainer) et une saga des gardiens de but (dernier épisode en date : le recrutement de l’entraîneur des gardiens d’Hoffenheim). Première victoire de l’année en Buli avec un réalisme offensif impressionnant (et deux réalisations magnifiques) mais la défense n’est toujours pas au point. A souligner l’intégration expresse de Cancelo, passeur déjà décisif, qui devrait à nouveau régaler. Musiala pourrait jouer un cran plus bas dans le cœur du jeu pour remplacer numériquement Kimmich suspendu après son rouge.


Bochum sort d’un gros match à domicile. Face à l’ogre bavarois, rien à perdre. Je pense même que les 1848ers peuvent avec leurs ailiers titiller une arrière-garde qui n’a toujours pas gardé ses cages inviolées en Buli depuis la nouvelle année. On profitera aussi de ce match pour évaluer le milieu Philipp Förster qui a tout pour jouer au-dessus.


Bochum reste sur deux matchs conclus sur le même score (5-2), une défaite et une victoire. La passe de trois me semble un brin utopique mais sait-on jamais avec ce championnat à nul autre pareil ? Des Bavarois en mode LDC voudront à nouveau se rassurer défensivement parce qu’à Wolfsbourg, ce n’était toujours pas ça sur ce plan.


Score 5-2



SC Freiburg - VfB Stuttgart


Match parti pour être déséquilibré en le 6ème qui reçoit le 16ème


Christian Streich n’aime pas se déplacer à Dortmund et ça s’est vu : ce coach très expérimenté avait aligné un 3-3-2-2 avec aux avants-postes Ritsu Doan et Daniel-Kofi Kyereh, des milieux offensifs très habiles sur CPA mais pas de vrais attaquants. Perdant puisqu’en plus de la correction administrée, il s’est lui-même vu expulser par l ‘arbitre de la rencontre pour contestation. Pour oublier cette mésaventure, rien ne vaut une party à l’Europa-Park Stadion où son Fribourg est solide (6v, 2n, 1d).


Stuttgart n’a toujours pas gagné en déplacement et a un besoin vital de points même en voyage. Pour ne rien gâter, les Souabes sont impactés par la scoumoune rennaise jusqu’en Allemagne avec l’absence de Serhou Guirassy pour un mois (adducteurs).


Fribourg en marche avant pour suivre le rythme imposé par les tous meilleurs. Avec ou sans clean-sheet, telle est la question ?


Score 2-0



1. FSV Mainz 05 - FC Augsburg


Match équilibré de milieu de tableau : le 12ème accueille le 13ème, deux points les séparent.


Si Mayence n’est pas rayonnant cette saison à domicile (2v, 4n, 3d), elle reste une équipe accrocheuse.

Alors qu’Augsbourg est sur courant alternatif à l’extérieur (3v, 1n, 5d). Son programme a plutôt été ardu depuis la reprise, le mercato a apporté équilibre et profondeur. C’est une équipe en plein développement.


Dans ce duel entre deux des coachs les plus intéressants de ce championnat, je penche plus pour Augsbourg probablement parce qu’il y a plus de talents purs dans cet effectif. Tout est possible y compris une victoire à l’extérieur. Ma risquette de la semaine.


Score 2-3



TSG Hoffenheim - Bayer 04 Leverkusen


Match entre le 14ème et le 10ème.


Après une nouvelle défaite 5-2 contre Bochum, où son coaching a révélé un tacticien perdu, André Breitenreiter a été licencié dans la foulée. Et son remplaçant n’est pas un inconnu puisque c’est l'ancien entraîneur de Stuttgart Pellegrini Matarazzo qui a été nommé nouvel entraîneur d'Hoffenheim (contrat jusqu'en 2025) et qui a déjà travaillé pour les Sinsheimers (en jeunes et adjoint des pros). Il y a dans l’effectif actuel suffisamment de bons joueurs dans chaque ligne pour assurer un maintien, dorénavant seul objectif d’un club qui pourrait se réorganiser profondément dans les prochains mois.


Leverkusen reste sur deux défaites consécutives. Comme l’impression que Xabi Alonso tâtonne à nouveau entre une défense à 4 ou à 5 (avec des latéraux très hauts). Cette dernière animation lui ayant offert le support de sa très belle remontée avant la Coupe du Monde. Le Werlself viendra pour prendre 3 points.


Deux équipes aux trajectoires diamétralement opposées. A voir si le choc psychologique va jouer à plein pour les Kraichgauer. Même si j’ai envie d’y croire, le Leverkusen d’avant les deux dernières rencontres était séduisant. On devrait voir des buts.


Score 2-2



SV Werder Bremen - Borussia Dortmund


8ème contre 3ème, dix points séparent le promu du cador.


Du mal à croire que ce Werder puisse arrêter ce Dortmund. En plus, l’humiliation reçue lors du match aller à domicile dans ce qui reste à ce jour comme un des plus beaux matchs de la saison en cours devrait rajouter un petit iota de motivation à des Marsupiaux qui, pouvant sérieusement viser le titre, n’en manquent certainement pas. Avec le nouveau dispositif mis en place par Terzic, Brandt est brillant en ce moment, à croire qu ce positionnement comme ailier droit lui convient parfaitement. Son alter-ego à gauche Adeyemi est suspendu.


Beau duel d’avant-centre Füllkrug-Haller. Des buts, du jeu (car Dortmund revanchard va attaquer, se dépouiller et surtout jouer à fond) et pourquoi pas à nouveau des rebondissements.


Score 2-4



RB Leipzig - 1. FC Union Berlin


Le TopSpiel de la journée, le 4ème accueille un second qui a 3 points d’avance au classement.


Sacré match de challengers entre deux des plus sérieux poursuivants du Bayern qui sont actuellement les deux seules équipes de Bundesliga issues de l’ex-Allemagne de l’Est. Le club d’un empire du sport business mondialisé (F1, football, sports extrêmes) contre un club populaire de quartier, aussi atypique que peu vraisemblable. Allégorie à peine déformée de ce que la chute du Mur a pu engendrer Outre-Rhin. Pour revenir au ballon, je vois les Berlinois jouer au maçon en dressant un mur suffisamment solide pour contenir la mécanique actuelle d’un Rasen Bullen Sport toujours privé de certains de ses meilleurs éléments offensifs.


Pas forcément un feu d’artifice mais le scénario du match pourrait nous offrir un sacré match avec pour l’éventuel vainqueur un statut de challenger numéro 1. Épique.


Score 1-1



Hertha Berlin - Borussia M'gladbach


L’avant-dernier reçoit le 9ème.


Quatre défaites consécutives pour le Hertha qui n’est plus aujourd’hui que l’ombre de l’équipe que Sandro Scharwz avait réussi à rebooster remarquablement à l’automne dernier. Et comme les dirigeants sont dans les bureaux à la hauteur des joueur sur la pelouse, ça s’annonce, comment dire, complexe l’opération maintien.

En face, c’est imprévisible de savoir qui s’alignera au coup d’envoi sur la pelouse de l’Olympiastadion Doktor Fohlen ou Mister Gladbah ? Déroutant pour les adversaires, les supporteurs, les parieurs, les fantaisistes et sûrement le coach Daniel Farke qui connaît donc un drôle de bizutage pour sa première expérience sur un banc de Buli.


Autant par esprit de contradiction que par respect pour les personnes âgées, on dira la Vieille Dame du bout d’un crampon pendant le temps additionnel. Ne pas hypothéquer sa maison sur ce match.


Score 1-0



1. FC Köln - Eintracht Frankfurt


11ème contre 5ème.


Deux équipes européennes en début de saison. Cologne vient d’enchaîner deux clean-sheets et ne perd plus en Buli depuis la reprise. Cinquième et plus que jamais dans la course au podium, Francfort compte dans ses rangs celui qui aujourd’hui est le meilleur joueur de Bundesliga, Randal Kolo-Muani. Saura-t-il percer le coffre-fort de l’équipe de la Ville Cathédrale ? Je l’en crois capable. Mais j’ai dû mal à envisager une avalanche de buts. Francfort est un des candidats cachés au titre, ce match sera un bon révélateur de son potentiel réel à décrocher la timbale.


Score 0-1



Player – Picks



Pas forcément une session évidente pour les fantaisistes que la journée disputée le week-end dernier. Et celle-ci ne s’annonce pas non plus comme étant des plus simples à pronostiquer.


Pour se rassurer, on peut se gaver de joueurs du Bayern Munich et à un degré moindre de Fribourg, ça devrait booster votre classement général. Au moins un Munichois par ligne.


Sur une approche plus risquée, Wolfsbourg et Gladbach partiront largement favoris face à des équipes présupposées plus faibles mais qui ont montré la semaine dernière qu’elles respiraient encore. A doser prudemment.


Gardiens


Plus Sommer que Flekken si vous recherchez le cs.


Parmi les petits prix, Dahmen face aux artistes d’Augsbourg ne devrait pas chômer tout en étant capable de garder les cages de Mayence vierges.



Défenseurs


Beaucoup de Bayern, un zest de Fribourg et une pinçée risquée mais romantique d’Union


Cancelo et/ou Davies prioritairement, ça coûte un peu cher mais l’amortissement est intéressant (minimum de quatre matchs très abordables sur les cinq prochaines rencontres).


Günter et Ginter, un des deux dans le squad. Le premier plus passeur, le second plus buteur, les deux excellents défenseurs.


On conserve Frimpong et on donne une dernière chance à Bensebaini que l’on prévoit de sortir la semaine prochaine (réception du Bayern).


Otavio pour sa capacité à prendre les espaces comme Guerreiro : pour faire perdurer cette légende de l’arrière gauche chevauchant à grandes enjambées le long de la ligne de touche avant de délivrer galette (bretonne, ça va de soi) et autre caviar à profusion. Paroles de...gaucher !!


Schlotterbeck était la saison dernière le meilleur défenseur du jeu, je l’ai bien taillé suite à son match d’Augsbourg et depuis ça va mieux. Comme le lait sur le feu, à surveiller. Comme une action, on achète jamais au plus bas. Un vrai différentiel s’il retrouve son niveau notamment par sa faculté à gagner de très nombreux duels.


L’Union va défendre et tentera sa chance sur CPA : Doekhi a démontré récemment toute sa science en ces deux matières, ma risquette défensive de la semaine.


Milieux


Kimmich forfait - suspendu .


Hofmann ne devrait pas passer deux fois au travers. Un peu comme Grifo qui a pris cher à Dortmund.


Wirtz devrait démarrer donc je conserve.


Chez les Loups, j’aime beaucoup Wimmer mais Arnold ou Baku ont de sérieux atouts.


Enfin, Bellingham et Brandt sont quand même souvent dans les bons coups d’un Dortmund qui en ce moment gagne.


Attaquants


Kolo-Muani marche sur l’eau, autant l’accompagner dans son heureuse promenade.


Au FC Bayern, ce qui est bien, c’est qu’il y en a pour tous les goûts : Musiala est très doué, Choupo-Moting est inclassable, Leroy Sané est talentueux, Müller ne veut à son tour plus vieillir, Coman est souvent abonné au banc alors le Beau Serge Gnabry voudra briller avant de retourner à Paris, capitale mondiale de la mode.


Onisiwo a été épatant lors de sa dernière rencontre à domicile et Mayence reçoit Augsbourg et une défense qui reste sur 14 buts encaissés sur ses 5 derniers déplacements.


Haller a ouvert son compteur et comme le grand buteur qu’il est, il va enchaîner. Füllkrug qui sera sur la même pelouse ne voudra pas rester en retrait (ou alors juste pour la mettre au fond).


129 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page