top of page
  • robinnarguet

Guide Ligue 1, FC Nantes

Football Club De Nantes


Logo Nantes

Billet rédigé le 06/08


Histoire :


Le FC Nantes est l’un des clubs majeurs du championnat de France depuis sa création, le club est fondé en 1943 suite à la fusion de plusieurs clubs de la ville, dans le but de se professionnaliser et d’accéder à la première division. L’équipe quitte le monde amateur en 1945 suite à son accession en deuxième division, puis elle finira par monter en première division, à l’issue de la saison 1962-1963.


Il ne faut pas attendre longtemps pour voir les Canaris performer en première division avec deux titres de champions consécutifs en 1965 et 1966, le tout en produisant un football agréable sous les ordres de José Arribas, cela permet au club de découvrir l’Europe par la suite.


Nantes devient l’un des mastodontes du football français et remporte un nouveau titre de champion en 1973, toujours sous les ordres d’Arribas. Ce dernier se retire du poste d’entraîneur en 1976, mais cela n’altère pas les performances des jaunes et verts qui glanent un nouveau championnat lors de la saison 1976-1977, cette fois sous les ordres de Jean Vincent.


La saison suivante, Nantes décide de faire confiance à un duo Jean Vincent/Jean-Claude Suaudeau pour continuer de dominer les débats et cela paye. Les canaris remportent un cinquième titre de champion de France en 1980 et une première Coupe de France en 1979, le club va aussi connaître sa première belle aventure européenne en atteignant la demi-finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe en 1980.


Suaudeau prend seul les commandes de l’équipe à partir de la saison 1981-1982 et remporte un sixième sacre national lors de l’exercice suivant. Malgré une période compliquée lors de la fin des années 80 en raison de problèmes financiers, Nantes revient sur le devant de la scène en 1995 avec un septième titre, toujours sous les ordres de Suaudeau. Ce dernier finit par céder sa place à Denoueix qui remportera deux coupes de France en 1999 et 2000, ainsi qu’un nouveau titre de champion de France en 2001, c’est le dernier du club à ce jour.


Les nombreux succès nantais lors des années 70/80/90 ainsi que la qualité du jeu produit vaudront au club l’appellation de « jeu à la nantaise » pour caractériser cette période dorée. Malheureusement, la belle histoire nantaise prend une mauvaise tournure en 2006-2007, l’équipe descend en deuxième division, après 44 saisons consécutives au sein de l’élite.


Waldemar Kita rachète le club en 2007, après une longue période en Ligue 2, le club retrouve la Ligue 1 au terme de la saison 2012-2013. Lors des exercices suivants, Nantes se maintient assez facilement, mais peine à réellement progresser, malgré une septième et une neuvième place lors des saisons 2016-2017 et 2017-2018. Cette stagnation est principalement due aux nombreux changements d’entraineurs qui ont lieu sous la direction de Kita et à certaines tensions en interne.


Lors de la saison 2020-2021, Nantes frôle la catastrophe, après une saison très difficile, l’équipe termine 18 ème du championnat et parvient à sauver sa place en Ligue 1 uniquement en barrages, après un succès contre Toulouse. C’est Antoine Kombouaré qui permet eux canaris d’échapper à la relégation, l’ancien parisien ne va pas s’arrêter en si bon chemin avec une neuvième lors de l’exercice suivant, mais surtout un succès en Coupe de France, le premier trophée du club depuis 2001.


Après cette saison inattendue, Nantes a vécu une année très particulière, malgré une nouvelle finale de Coupe de France (perdue lourdement contre Toulouse, 1-5) et une qualification pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa (défaite face à la Juventus), le club a failli connaître une descente en toute fin de saison et a terminé à la seizième place. Il aura fallu attendre la 38 ème journée et une victoire contre Angers pour valider le maintien du club dans l’élite, le tout en ayant eu un résultat positif dans le même temps avec la défaite d’Auxerre face à Lens. Cette exercice difficile a coûté son poste à Kombouaré qui a été remercié en fin de saison et remplacé par Pierre Aristouy, alors entraîneur des U19 canaris.


Pour cette exercice 2023-2024, les dirigeants ont décidé d’accorder leur confiance à Aristouy suite à sa mission sauvetage réussie, il a signé un contrat de deux ans. Le club visera cette saison un maintien confortable, tout en cherchant à se reconstruire après une saison éprouvante.



Palmarès :


8 Championnats de France de Ligue 1 : 1965, 1966, 1973, 1977, 1980, 1983, 1995, 2001.


4 Coupes de France : 1979, 1999, 2000, 2022.

3 Trophées des champions : 1965, 1999, 2001.



Stade :


Stade de la Beaujoire

Capacité : 37 473 Places


Le stade est situé dans le quartier Nantes Erdre (Beaujoire), juste en face du parc des expositions. Érigé en 1984, le stade de la Beaujoire remplace l'ancien stade Marcel-Saupin, situé près du centre-ville, dont la faible capacité (27 000 places) et le confort sommaire ne répondaient plus aux besoins du ténor du football français qu'était alors le FC Nantes. L'idée de construire un nouveau stade de football à Nantes sera lancée à la fin des années 1970 par le président du Football Club Nantes Atlantique, Louis Fonteneau. Celui-ci se bâtit avec acharnement pour mener à bien le projet, obtenant en particulier de la Fédération Française de Football et des pouvoirs publics de coupler la construction et le financement du nouveau stade à l'organisation par la France du Championnat d'Europe de football 1984.


En septembre 2017, la municipalité de Nantes et le groupe immobilier Réalités lancent un projet de nouveau stade à la Beaujoire baptisé « YelloPark ». Celui-ci, d'une capacité de 40 000 places, serait construit d'ici l'été 2022, sur l'emplacement du parking situé à l'ouest du stade actuel, qui sera alors démoli. Ce projet, chiffré à 200 millions d'euros et entièrement financé par des fonds privés, couvre l'aménagement du périmètre de 23 hectares englobant l'actuelle structure, sur lequel doivent être érigés entre 1 500 à 2 000 logements, des équipements tertiaires (bureaux et commerces), un complexe sport santé bien-être, une clinique du sport, une aire de restauration et une école. Le 25 février 2019, le projet de YelloPark est enterré par Nantes Métropole et Johanna Rolland, à la suite des soupçons de fraude fiscale planant sur Waldemar Kita.



La Beaujoire


Président :

Waldemar Kita a 70 ans, il s’agit d’un homme d’affaires franco-polonais, il est optométriste de formation et président du FC Nantes depuis 2007. Il a créé en 1987 le groupe Cornéal, qui est devenu 20 ans plus tard l’un des plus gros groupes français de conception de lentilles intraoculaires. Il a fini par revendre ce groupe et a créé ensuite en 2007 la société Vivacy.


Sur le plan footballistique, il a d’abord été propriétaire du club de Lausanne de 1998 à 2001, mais cette histoire n’a pas duré car l’équipe a fait faillite juste après son départ, il est suspecté d’être l’un des artisans de cette liquidation. Après avoir tenté de racheter le FC Nantes une première fois en 1998, il revient à la charge en 2007, suite à la descente des canaris en Ligue 2, il parvient cette fois-ci à en devenir l’actionnaire et le président. Il a souvent été critiqué depuis son arrivée, notamment pour sa gestion sportive, avec pas moins de 20 entraîneurs utilisés en 15 ans. En 2019, il passe proche de vendre le club, mais revient finalement sur sa décision, au grand dam des supportes qui espéraient un départ.


Malgré une stabilisation du club en Ligue 1 et le gain d’une Coupe de France en 2022, Kita reste encore critiqué aujourd’hui. Il a confié la majeure partie des responsabilités du club à son fils, Franck Kita, mais ce dernier est soupçonné de transferts douteux et les deux hommes ont dû passer devant la justice le 28 juin dernier. En dehors de cette affaire qui pourrait avoir des conséquences et entrainer des sanctions pour le FC Nantes, Kita a également été sous le feu des projecteurs en fin de saison dernière, suite à une dispute avec Mogi Bayat, agent de joueurs, mais qui a une forte influence au sein de l’équipe et des transferts.



Situation financière :


Nantes est un club assez stable sur le plan financier, le bilan de la saison 2021-2022 l’illustre bien avec un gain de 120 mille euros, la somme est assez faible, mais beaucoup de clubs ont des bilans négatifs, ce qui rend celui-ci honorable. Le club jouit également de sa victoire en Coupe de France et de son joli parcours européen l’an dernier, ce qui devrait lui permettre d’avoir aussi un bilan financier positif au terme de l’exercice 2022-2023.


Malgré cela, les canaris sont obligés de vendre des joueurs pour présenter un bon bilan, comme c’est le cas pour un grand nombre de clubs français. Cela s’est traduit cet été avec la vente de Blas pour 15 millions d’euros et lors des étés précédents avec les ventes de Rongier pour 13 millions d’euros ou encore Louza pour 10 millions d’euros.


Il semble également important de préciser que l’affaire en cours concernant de possibles transferts douteux pourrait peser sur les finances du club si les faits sont avérés. Tout comme la présence de Mogi Bayat au sein du club, qui a un impact non négligeable depuis de nombreuses années, avec certains transferts pour des sommes importantes qui n’ont pas fonctionné (Limbombe, Edmond). Il faut donc rester vigilant pour savoir si Nantes est réellement dans une situation financière stable, d’autant que le club a frôlé une descente en Ligue 2 l’an dernier.



Coach :


Pierre Aristouy a 43 ans, il est français et a eu une carrière de joueur en tant qu’attaquant. Celle-ci se déroulera intégralement en France et débute à Nantes, son club formateur, en 1999. Malgré un titre de champion acquis en 2001, Aristouy est barré par la concurrence et ne dispute que 15 matchs en cinq saisons, il décide alors de quitter le club qui l’a formé. Il signe à Grenoble en 2004 où il évolue en Ligue 2, il commence à avoir du temps de jeu, mais il marque peu, ce sera mieux ensuite à Bayonne et à l’Entente SSG, mais ce n’est toujours pas suffisant et il peine à s’imposer.


Il connait finalement le pic de sa carrière lors de la fin de cette dernière, d’abord à Pau, où il est le capitaine pendant trois saisons et où il marque 29 buts en 83 matchs, puis ensuite au FC Montois, son club de cœur, où il jouera deux saisons. Après avoir pris sa retraite en tant que joueur en 2012, Aristouy veut rapidement se consacrer au métier d’entraîneur.


Il connait sa première expérience en tant que coach sur le banc du FC Montois, il s’engage en 2014 et obtiendra de bons résultats en CFA durant trois saisons, pas suffisant cependant pour permettre au club landais d’accéder au National. Il revient ensuite à Nantes où il devient entraîneur de l’équipe réserve entre 2017 et 2021, il va notamment remporter le titre de National 3, ce qui permet à l’équipe de retrouver le National 2. Après cette bonne expérience, il devient coach des U19 nantais, il sera à nouveau sacré champion de France.


Suite à ses bons résultats au sein des équipes de jeunes nantaises, les dirigeants ont décidé de lui faire confiance en tant que coach de l’équipe première en fin de saison dernière pour permettre au club de se maintenir en Ligue 1. Après avoir sauvé l’équipe lors de l’ultime journée, il s’est vu offrir un contrat de deux ans, il a accepté ce dernier et devra maintenir de manière confortable le club en Ligue 1 lors de cette saison 2023-2024, pour ce qui sera sa première saison en tant que coach d’une équipe professionnelle. Pour l’anecdote, le FC Nantes devra payer une amende de 25000 euros lors de chaque match cette saison, car Aristouy n’a pas encore son diplôme d’entraîneur, il obtiendra normalement ce dernier au printemps prochain.



Bilan saison 2022-2023 :


Saison 2022-2023 très particulière pour Nantes l’an dernier, malgré une nouvelle finale de Coupe de France et un joli parcours européen, l’équipe a frôlé la catastrophe et aura dû attendre la dernière journée pour se sauver en Ligue 1, finissant 16 ème.


Après une belle saison 2021-2022, avec une victoire en Coupe de France et une place au sein de la première partie de tableau sous les ordres d’Antoine Kombouaré, Nantes avait choisi la stabilité l’an dernier. Pas de changement d’entraîneur, ce qui est rare pour Kita, mais également un effectif globalement inchangé, à l’exception du départ de Kolo Muani. On pouvait alors se dire que les canaris allaient vivre une saison assez sereine et parvenir à se maintenir facilement, en ayant conservé Lafont, Girotto ou encore Blas, mais on s’est trompé.


Le début de saison sera très difficile pour Nantes, qui subit un lourd revers face au Paris SG lors du Trophée des Champions (0-4), avant de ne remporter qu’un seul de ses dix premiers matchs de championnat, ce sera contre Toulouse lors de la quatrième journée (3-1). Entre temps, il y aura des défaites contre Marseille (1-2), Paris (0-3), Lorient (2-3), Monaco (1-4) et Rennes (0-3).


Des défaites qui font glisser le club à une inquiétante 19 ème place, le succès face à Brest (4-1) lors de la onzième journée relance cependant l’équipe, qui termine un peu mieux avant la trêve hivernale. D’autant que dans le même temps, les canaris vont réussir à se qualifier pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa, après une victoire lors de la dernière journée de la phase de poules sur la pelouse de l’Olympiakos (2-0).


Il y a deux choses qui ont coûté chers à Nantes l’an dernier, en premier lieu le manque d’efficacité, au terme de la saison, l’équipe est uniquement la 17 ème attaque de Ligue 1. Bien que le total d’xG des canaris ne soit pas énorme, il est tout de même de 44.62, ce qui signifie que le club aurait dû inscrire 7 buts de plus en championnat. Deuxièmement, le manque de profondeur de l’effectif, cela se verra surtout lors de la seconde partie de saison, avec l’enchainement des matchs en Ligue 1, Coupe de France et Ligue Europa, les joueurs n’arrivent plus à tenir physiquement et finissent alors par choisir leurs rencontres.


Après la Coupe du Monde, Nantes est toujours en danger, n’étant que 15 ème, mais Kombouaré parvient à remobiliser ses hommes, sans être flamboyante, l’équipe s’impose face aux mal classés et parvient peu à peu à s’extirper de la zone dangereuse. Les canaris sont treizième au mois de février, avec quatre victoires depuis la reprise, dans le même temps, ils parviennent à atteindre les quarts de finale de la Coupe de France, avec deux victoires de suite aux tirs aux buts.


Mais tout bascule à partir de la double confrontation face à la Juventus en Ligue Europa, Nantes est logiquement éliminé à l’issue des deux matchs (1-4), malgré un superbe match nul lors de la rencontre aller à l’extérieur (1-1). Mentalement, cette défaite fait mal à l’équipe, les joueurs vont peu à peu lâcher en championnat, pensant que le maintien est déjà acquis et se concentrant uniquement sur la Coupe de France.


Une Coupe de France où les canaris vont parvenir à atteindre une seconde finale de rang, après un succès face à Lens en quarts de finale (2-1), puis face à Lyon en demi-finales (1-0). Mais il y a urgence en Ligue 1, car l’équipe ne parvient plus à gagner un seul match, elle ne prendra que 5 points en 14 journées, une série catastrophique qui fait plonger les canaris dans la zone de relégation, en 17 ème position.


En parallèle, la finale de Coupe de France sera un véritable fiasco, les hommes de Kombouaré s’écroulent face à Toulouse et s’inclinent lourdement, 1-5. L’ancien entraîneur parisien est finalement limogé au soir de la 34 ème journée, après un nouveau revers contre Strasbourg (0-2). Il est remplacé par Aristouy, qui va parvenir à sauver miraculeusement le club lors de la dernière journée, à la faveur d’une victoire contre Angers (1-0) et d’une défaite d’Auxerre contre Lens (1-3).


Saison donc très stressante pour les canaris, malgré de belles émotions en coupe, le club a failli redescendre en Ligue 2 et manque globalement de stabilité depuis de nombreuses saisons. L’équipe se maintien avec seulement 36 points, ce qui ne représente même pas un point par match, un total très faible qui n’aurait probablement pas suffit si le niveau du championnat avait été plus relevé l’an dernier. On peut noter aussi, au-delà de l’attaque, dont on a parlé plus haut, que la défense a pris l’eau, avec 55 buts encaissés, alors qu’il s’agit généralement de l’un des point forts des équipes de Kombouaré.


Sur le plan individuel, difficile de ressortir beaucoup de choses positives après une telle saison. Blas a tout de même été au-dessus du lot, comme depuis de nombreuses années, il termine la saison avec 7 buts et 5 passes décisives et il a été l’un des rares frissons offensifs d’une équipe très limitée offensivement. Girotto a été le patron défensivement, c’est le seul a avoir tenu son rang dans ce secteur, toujours bien placé et rattrapant les erreurs de ses coéquipiers, il n’a malheureusement pas pu tout faire à lui tout seul. Pour le reste, il n’y a eu que des déceptions, Lafont a commis beaucoup d’erreurs en fin de saison et il a semblé avoir la tête ailleurs, peut être se voyait-il déjà parti du club. Simon a été transparent, après une saison où il avait pourtant montré de belles choses, plus globalement, c’est tout le secteur offensif qu’il faut blâmer en dehors de Blas. Le retour de Sissoko n’a rien apporté non plus, venu pour apporter de l’expérience, il n’a pas été performant et plombe en plus les finances du club. Enfin, Pallois semble faire son âge défensivement, il a commis des erreurs et a souvent été dépassé, malgré une hargne défensive qu’il ne perdra jamais.



Bilan chiffré :


16 ème de Ligue 1

36 points (0.95 par match)

7 victoires, 15 nuls, 16 défaites


A domicile

15 ème de Ligue 1

23 points (1.21 par match)

5 victoires, 8 nuls, 6 défaites


A l’extérieur

16 ème de Ligue 1

13 points (0.68 par match)

2 victoires, 7 nuls, 10 défaites


Buts

37 pour (0.97 par match), 17 ème attaque

55 contre (1.45 par match), 12 ème défense

Différence : -18


Data

xG : 44.62

15 ème de Ligue 1

Différence xG-buts marqués : -7.62


xGA : 58.41

13 ème de Ligue 1

Différence xGA-buts encaissés : +3.41



Mercato :


Au niveau du mercato, Nantes vit un été assez calme pour le moment, mais celui-ci a débuté il y a peu pour les canaris et il risque d’y avoir beaucoup de mouvements dans les jours à venir, l’effectif va donc évoluer dans le sens des départs, comme dans celui des arrivées.



Départs :


Pour ce qui est des départs actés, la grosse perte de l’été, c’est bien entendu le départ de Blas à Rennes pour 15 millions d’euros. Le meilleur joueur offensif nantais semblait arrivé au bout de l’aventure et cela s’est confirmé avec ce départ, après avoir été proche de partir l’été dernier à Lille, il a finalement rejoint l’ennemi rennais. L’indemnité de 15 millions d’euros semble assez cohérente pour un joueur qui arrivait bientôt en fin de contrat et dont la valeur est estimée à 20 millions d’euros actuellement. Bien entendu, son remplacement dans le secteur offensif a été érigé comme une priorité par les dirigeants, qui perdent celui qui était impliqué dans un tiers des buts des jaunes et verts en championnat.


L’autre gros départ, c’est celui de Girotto, le transfert vient d’être officialisé et il a rejoint Al-Taawoun en Arabie Saoudite. Une immense perte pour Nantes, car le défenseur central brésilien était le patron de l’équipe en défense depuis deux saisons désormais, il était en plus polyvalent et pouvait s’insérer dans un milieu à trois. Là encore, les dirigeants s’attachent à lui trouver urgemment un remplaçant durant ce mercato.


Le club a ensuite perdu de l’argent sur Delort, après un prêt complètement raté en seconde partie de saison, les dirigeants ont été contraints d’acheter ce dernier pour 5 millions d’euros, car l’option d’achat incluse dans le prêt négocié avec Nice était obligatoire en cas de maintien dans l’élite. Delort a été revendu pour 2.5 millions d’euros à Umm Salal au Qatar, entraînant ainsi une perte de 2.5 millions d’euros en à peine quelques jours, rocambolesque.


Nantes a ensuite laissé partir librement plusieurs joueurs qui n’avaient plus aucun avenir au club. On retrouve d’abord Corchia qui a rejoint Amiens librement, il n’a presque pas eu de temps de jeu l’an dernier et a été décevant lors de ses apparitions, c’est donc un choix logique. Traoré a lui eu quelques minutes sous Aristouy, mais cela faisait plusieurs années qu’il était au club et qu’il n’apportait pas grand-chose, c’est cohérent également et cela permet de diminuer la masse salariale de l’effectif. Enfin, Yepié Yépié qui n’apparaissait pas avec l’équipe première a subi le même destin.


Les derniers départs de ce mercato pour l’instant concernent des prêts. Joao Victor est retourné à Benfica, il n’a pas du tout convaincu le board nantais, que ce soit en défense centrale ou bien en tant que latéral droit et n’a donc pas été conservé. Même chose pour Guessand, qui est de retour à Nice, il n’a fait que de rares entrées en jeu l’an dernier et sa perte n’aura aucun impact sur les performances sportives de l’équipe. Enfin, dans l’autre sens, le jeune Doucet a été prêté au Paris FC pour avoir du temps de jeu et emmagasiner de la confiance, un choix logique, car il ne semble pas encore pouvoir prétendre à du temps de jeu cette année.



Arrivées :


Dans le sens des arrivées, très peu de mouvements pour le moment, le plus important d’entre eux concerne Mohamed, qui a été acheté 5.75 millions d’euros à Galatasaray, après son prêt l’an dernier. Un prêt qui a été assez mitigé, avec seulement 8 buts en Ligue 1, mais le club avait absolument besoin d’un numéro 9 lors de ce mercato et on peut comprendre que les dirigeants aient préféré recruter un joueur qui connaît déjà la maison. Le montant déboursé pour s’attacher ses services semble en plus cohérent avec sa valeur marchande de 6 millions d’euros.


Nantes a ensuite recruté librement Pierre-Gabriel, suite à la fin de son contrat à Mayence en Allemagne. Après un échec l’an dernier à Strasbourg et un précédent passage en Ligue 1 avec Brest, le français va vivre une nouvelle expérience dans notre championnat. Il compense numériquement le départ de Corchia et devrait être la doublure de Centonze au poste de latéral droit, pour un joueur connaissant le championnat, et sans contrat, c’est plutôt un bon coup.


Deux mouvements pour finir, d’abord le prêt de Diack, un milieu défensif qui provient de Turquie. Il s’agit d’un prêt payant de 400000 euros, avec une option d’achat obligatoire de 2 millions d’euros à l’issue de la saison. Il est très difficile d’évaluer ce joueur et il faudra suivre ses premières apparitions pour savoir s’il s’agit d’un bon coup ou non, il devrait avoir un rôle de doublure au milieu de terrain. Ensuite, Bamba est revenu de son prêt en Ligue 2 à Saint-Etienne, mais il ne rentre pas dans les plans d’Aristouy et devrait repartir lors de la suite du mercato, dont nous allons parler plus bas.



Suite du mercato :


Car oui, il va y avoir d’autres mouvements dans les jours/semaines à venir à Nantes et cela risque encore d’être très agité. Les départs de Girotto et Blas sont de vraies pertes sportives et des motifs d’inquiétude pour les supportes nantais, car à l’heure actuelle, ils n’ont toujours pas été remplacés. Dans le sens des arrivées, cela semble bien trop maigre, puisque seul Mohamed semble partir pour être titulaire, dans une équipe qui risque d’avoir besoin de plusieurs renforts.


Concernant les départs, il devrait encore y avoir d’autres pertes au sein de l’effectif nantais, tout d’abord, Lafont a de très fortes chances de quitter le club, il est en fin de contrat l’an prochain et il a un bon de sortie, car les dirigeants veulent obtenir une indemnité de transfert plutôt que de le voir partir librement l’été prochain. Mais pour le moment son départ bloque, car Kita serait très exigeant financièrement, demandant entre 10 et 15 millions d’euros à minima pour son gardien. On peut cependant imaginer que ce transfert devrait se réaliser, car les deux parties ont un intérêt à ce dernier, s’il part, les dirigeants doivent absolument lui trouver un remplaçant, nous en parlerons plus bas. En défense, en plus du départ de Girotto, le club pourrait perdre ses deux autres titulaires de l’an dernier, Castelletto et Pallois. Le premier a fait l’objet d’une offre de Cagliari comprise entre 4.5 millions d’euros et 5 millions d’euros, il n’a pas participé au dernier match de préparation et son départ semble plus que probable dans les jours à venir. Le second a eu plusieurs touches ces dernières semaines, à un an de la fin de son contrat, il envisagerait de quitter le club dès cet été, affaire à suivre. Dans tous les cas, Nantes se doit de recruter également en défense centrale, pour pallier au départ de Girotto, puis potentiellement à ceux de ses deux autres titulaires. Le dernier joueur pisté avec insistance, c’est Moutoussamy au milieu de terrain, lui aussi titulaire, il serait courtisé par Cologne et les dirigeants ne chercheront pas à le retenir en cas d’offre très satisfaisante. Encore une zone qui devra être renforcé.


Le club cherche ensuite à trouver un point de chute à Sissoko et Bamba, les deux joueurs plombent les finances nantaises, surtout Sissoko, et ils ne rentrent pas dans les plans du nouveau coach, mais pour le moment, aucun des deux ne semble vraiment en partance.


Beaucoup de départs encore à prévoir donc, et forcément, cela va aussi bouger dans le sens des arrivées. Les dirigeants s’activent pour trouver le successeur de Lafont, qui va normalement partir, ils semblent avoir jeté leur dévolu sur Petrovic, qui évolue en MLS avec New England Revolution. Reste à trouver un accord avec le club américain, qui semble très exigeant, sinon, Bulka et Dragowski seraient les deux autres pistes potentielles. En défense, le club recherche à minima un défenseur central, voire deux si le départ de Castelletto se confirme. Awaziem devrait normalement signer dans les prochains jours en provenance de Porto, déjà passé par Nantes en 2017, il a pas mal bourlingué et pourrait coûter 4 à 5 millions d’euros. L’autre piste se nomme Touba, c’est un défenseur qui évolue en Turquie et qui serait à priori recruter pour jouer en tant qu’axial gauche, probablement à la place de Pallois donc, reste à voir si cette piste aboutira. Le club cherche ensuite un second latéral gauche, car pour le moment, seul Hadjam semble pouvoir occuper ce poste, Carole aurait pu arriver, mais Kita a finalement bloqué le transfert, car le joueur est déjà passé par Nantes et aurait eu des conflits avec la direction. L’idée semble donc abandonné et d’autres pistes sont sûrement explorées à ce poste.


Au milieu de terrain, Aristouy ne compte s’appuyer que sur trois joueurs actuellement dans l’effectif, dont Moutoussamy qui pourrait partir, il semble donc urgent de recruter aussi à ce poste. Les canaris ont deux noms, le premier c’est Augusto, qui évolue au PAOK, le brésilien a été l’un des meilleurs joueurs de son équipe l’an dernier en Grèce et pourrait connaitre sa première expérience dans un championnat du top 5 européen, à 26 ans. Le second c’est Kadri, qui joue à Courtai, en Belgique, mais il est pisté par l’Ajax Amsterdam et il semble difficile de pouvoir faire aboutir de transfert. Enfin, dans le secteur offensif, Nantes a bien entendu besoin de renforts après le départ de Blas. Pour ce poste d’ailier droit, Akgun de Galatasaray semble être la priorité des canaris, on parle plutôt d’un prêt avec une option d’achat, mais le dossier patine depuis de nombreuses semaines. Si jamais ce dernier n’aboutit pas, la rumeur Marquinhos a éclaté ces derniers jours, l’ailier droit d’Arsenal n’a pas sa chance avec les gunners et pourrait venir se relançait en France, à voir si cette rumeur est vraiment concrète. Enormément de rumeurs concernant cette fin de mercato à Nantes, et un vrai flou sur la nature de l’effectif au sortir de cet été.


Effectif :


Effectif Nantes


Tactique :


Tactique Nantes

Style de jeu :


Tactiquement, il est impossible de savoir quelles seront les consignes d’Aristouy, car il n’a disputé que 4 matchs sur le banc des canaris l’an dernier. La certitude, c’est que l’équipe évoluera en 4-2-3-1 au vu des matchs des préparation et qu’elle sera à priori plus joueuse que les saisons précédentes, avec une volonté de ressortir proprement et de mettre en place un jeu basé sur des passes courtes. Dernier point, Aristouy était le directeur du centre de formation auparavant, il devrait grandement faire confiance aux jeunes cette saison, comme on a pu déjà le voir en fin de saison dernière et lors des matchs amicaux.



Gardien :


Pour ce qui est des joueurs, première incertitude au poste de gardien, puisque Lafont est en partance et devrait être le titulaire uniquement pour le ou les premiers matchs. Performant lors de la saison 2021-2022 et lors du début de saison l’an dernier, il s’est écroulé en fin de saison et n’a pas du tout été rassurant. On peut penser que sa perte ne sera pas forcément très préjudiciable, d’autant que Petrovic est l’un des meilleurs gardiens de MLS. Si jamais Lafont part assez tôt et qu’il n’est pas remplacé directement, voire même s’il part et qu’il n'est pas du tout remplacé, Descamps aura sa chance. Il a participé aux deux dernières campagnes de Coupe de France et a été solide à chaque fois, il devrait être en mesure de combler le départ de l’international français.



Défenseur :


Beaucoup d’incertitudes aussi concernant la défense centrale, comme dit plus haut, Castelletto devrait partir, tandis que Pallois aurait émis le souhait de s’en aller également. Ce dernier devrait cependant débuter la saison, il a en tout cas joué le dernier match de préparation, ce qui est plutôt bon signe pour les premiers matchs. Joueur de devoir, Pallois est désormais présent à Nantes depuis six ans, mais il a été en difficulté l’an dernier, il a maintenant 35 ans et se retrouve souvent exposé dans son dos. Dans une défense à trois, cette faiblesse était déjà visible, alors dans la défense à deux mise en place par Aristouy cette saison, cela risque d’être encore plus criant. Bien qu’il soit toujours performant dans les duels défensifs, avec 59% de duels remportés, ainsi que dans les airs ,avec 59% de réussite dans les duels aériens, il commence clairement à faire son âge. Il n’est pas non plus un très bon défenseur à la relance, or le nouvel entraîneur nantais semble vouloir mettre en place un jeu plus posé, plusieurs éléments qui font que Pallois semble difficilement soluble dans le onze cette saison. S’il ne part pas, on peut imaginer qu’il devrait être une doublure. Reste à savoir la doublure de qui, parmi les noms qu’on a évoqué dans la section mercato, Touba est pisté, il pourrait convenir à ce poste, car il est gaucher. Il semble avoir une belle qualité de relance, mais difficile de juger ce joueur et il est loin d’être certain qu’il signe. Nantes est donc très clairement dans le flou à ce poste.



Dans le flou aussi pour son défenseur central droit, Castelletto semblait partir pour être le titulaire, mais son très probable départ change tout. C’est un défenseur capable d’avoir une certaine qualité à la relance, tout en ayant de bonnes statistiques défensives et il semblait coller avec les idées de jeu d’Aristouy. Pour débuter la saison, le coach des canaris aura à choisir entre plusieurs jeunes joueurs qui ont eu du temps de jeu lors de la préparation. On retrouve M’Bemba, Zeze et Diaz, à priori c’est le premier qui devrait jouer lors du premier match, il a en tout cas été titulaire lors du dernier match de préparation. Il est très difficile de savoir ce que valent ces trois joueurs, car on ne les a jamais vu jouer en Ligue 1, hormis Zeze qui a disputé un match la saison dernière, il faudra attendre pour savoir quelles sont leurs qualités. Ce qui est certain, c’est qu’aucun de ces trois jeunes joueurs ne semble capable d’évoluer toute une saison en tant que titulaire. Un titulaire qui pourrait donc être Awaziem, si son recrutement venait à se confirmer. Il reste sur une saison pleine en Croatie avec Hadjuk Split, où il a semblé rassurant défensivement et intéressant offensivement, car il a marqué à 5 reprises, reste à voir s’il saura se réadapter à un niveau plus élevé en Ligue 1. Vous l’aurez compris, beaucoup de doutes concernant la charnière centrale nantaise avant ce début de saison et il y a clairement de quoi être inquiet dans ce secteur.



Au poste de latéral gauche, Hadjam part pour être indiscutable tant qu’aucun autre joueur n’arrive à ce poste, car il est le seul joueur formé dans ce rôle au sein de l’effectif. L’année dernière, il a eu sa chance, mais il était loin d’être titulaire, à cause notamment d’une polémique en cours de saison. C’est un latéral correct, mais il est difficile à juger car il n’a été titulaire que 8 fois, il a de bonnes statistiques au niveau des duels défensifs, remportant 57% d’entre eux, en revanche, il a des progrès à faire dans les autres secteurs. Techniquement, il ne réussit que 81% de ses passes, ce qui est loin d’être excellent pour un latéral, il est également en difficulté dans le domaine aérien (37% de réussite), ce qui expose Nantes aux renversements de jeu adverses dans cette zone. Il faudra aussi voir s’il peut avoir un apport offensif sur la durée, l’an dernier, il avait délivré une passe décisive. Ce poste de latéral gauche est à nouveau une source d’inquiétude, car Hadjam semble un peu juste pour être titulaire sur toute une saison, à moins qu’il n’explose cette année, mais il devra beaucoup progresser pour cela, à seulement 20 ans. Centonze est capable de dépanner à ce poste, il l’a très souvent fait l’an dernier et il était même régulièrement le titulaire, mais ce n’est pas son poste et Aristouy l’a installé sur le côté droit comme nous le verrons ensuite. Merlin a aussi dépanné en tant que latéral gauche, mais Aristouy veut en faire un titulaire un cran plus haut, estimant qu’il ne s’agit pas d’un latéral. Du coup, la doublure d’Hadjam, c’est pour le moment le jeune Meupiyou, il s’agit d’un défenseur central de formation qui a été testé à ce poste lors de la préparation et qui a montré de belles choses. Reste à savoir s’il s’agit vraiment d’un latéral gauche en devenir, ou bien s’il est plutôt voué à s’imposer dans l’axe.



Comme dit auparavant, Centonze sera le titulaire à droite de cette défense, c’est probablement la seule valeur sûre de cette défense nantaise à l’entame de cette nouvelle saison. Très bon avec Metz en Ligue 1 il y a quelques saisons, il a eu du mal à convaincre l’an dernier avec le maillot jaune et vert, la faute surtout à un jeu assez restrictif sous Kombouaré. Avec l’arrivée d’Aristouy, il devrait avoir plus de liberté et on risque de le voir fréquemment apporter son soutien aux attaquants. Il a un gros volume de jeu qui lui permet d’effectuer des allers-retours entre la défense et l’attaque, bien que son but premier sera d’assurer l’équilibre défensif de l’équipe, on devrait pouvoir admirer sa qualité de centres dans le dernier tiers. Sur le plan défensif, il est très solide, il n’hésite pas à aller au duel et a de très bonnes statistiques dans ce domaine, avec 66% de duels défensifs remportés. Il a également une vraie présence aérienne, au contraire d’Hadjam, car il remporte 67% de ses duels aériens, enfin, il se place souvent très bien et lit bien le jeu, ce qui lui permet de réaliser fréquemment des interceptions et de couper les attaques adverses. Un latéral très complet donc, sur lequel pourra compter l’entraîneur nantais cette saison, sa doublure sera Pierre-Gabriel. Décevant avec Strasbourg l’an dernier, où il n’a été titulaire que 7 fois avant de repartir dès la mi-saison en Espagne, il est clairement en manque de temps de jeu. Il va devoir retrouver de la confiance et devra profiter des apparitions qu’il aura pour se montrer à son avantage, bien qu’il semble difficile de le voir bousculer la hiérarchie.



Milieux :


Au milieu de terrain, Chirivella sera la valeur sûre de l’équipe et son nouveau capitaine. Sa blessure en fin de saison dernière s’est clairement fait ressentir dans les performances de l’équipe, la série noire de Nantes commençant plus ou moins à partir de son absence. C’est un milieu de terrain défensif assez complet, il aura à coup sûr un rôle important à la relance dans le style de jeu prôné par Aristouy, ce sera à lui de décrocher pour soutenir ses défenseurs centraux et de trouver des décalages au milieu de terrain. Il a la qualité technique pour, car l’an dernier il réussissait 87% de ses transmissions, ce qui est un joli chiffre pour un milieu de terrain qui évolue dans une zone dense. Sa heat map de la saison dernière montre bien son influence dans le jeu nantais, avec beaucoup de ballons touchés, plutôt à gauche, son poste au sein du double pivot.



Heat map Chirivella


Chirivella est loin d’être neutre avec ballon, car il réalisait près de 8 passes progressives par rencontre l’an dernier, c’est pour cela qu’il sera aussi important dans le milieu de terrain d’Aristouy. Mais il ne faut pas résumer l’espagnol à ce simple rôle de relanceur et de créateur, il est aussi intéressant sur le plan défensif. Il parvient généralement à bien se positionner pour couper les transitions adverses, quand l’équipe est organisée en bloc bas, il n’hésite pas à aller au duel pour protéger sa surface de réparation, bien qu’il ne soit pas le plus physique des milieux de terrain, il gagne quand même la majorité de ses duels. En bref, il s’agit de l’une des rares valeurs sûres de Nantes pour le moment, le jeu devrait passer par lui et il aura un rôle prépondérant pour créer du jeu et équilibrer l’équipe.



A ses côtés, on devrait en théorie retrouver Moutoussamy, à moins qu’il ne parte dans les jours à venir. Le congolais présente un profil plutôt créatif au milieu, mais malgré un statut de titulaire l’an dernier, difficile de croire en lui cette saison si on regarde ses statistiques. Il est assez propre avec le ballon et réussit la majorité de ses passes (87%), ce qui colle à la philosophie de jeu d’Aristouy, par contre, il manque cruellement d’impact physique et cela pourrait poser problème défensivement. Il ne se projette également pas beaucoup vers l’avant et il manque de qualité dans le dernier tiers, dans un double pivot, on peut penser qu’Aristouy demandera à l’un de ses deux milieux de terrain de soutenir les offensives, ce qui n’est pas le cas ici. On comprend donc pourquoi les dirigeants se sont penchés sur la piste Augusto à ce poste, le milieu de terrain brésilien du PAOK a l’air de présenter un profil bien plus complet. Il a marqué à 4 reprises la saison dernière en Grèce et sa heatmap témoigne d’une volonté de se projeter vers l’avant plus importante que Moutoussamy, gaucher tout comme Chirivella, il formera sûrement le double pivot avec lui, s’il arrive à Nantes, on espère en tout cas, car le milieu de terrain semble bien trop léger pour le moment.



D’autant que sur le banc, on retrouve Sissoko, qui semble clairement en partance et qui n’a pas su apporter ses qualités l’an dernier, à 33 ans, il n’a plus les attributs physiques nécessaires pour tenir 90 minutes à ce poste. Il y a aussi Diack, qui vient d’arriver, mais le sénégalais présente un pur profil de récupérateur et il sera probablement utilisé par Aristouy pour fermer le jeu, en fin de rencontre par exemple, difficile de croire qu’il puisse vraiment s’imposer à ce poste, surtout qu’il n’est pas compatible avec l’inamovible Chirivella.



Attaquants :


Sur le plan offensif, c’est l’incertitude à droite, car le club attend une recrue et parce que Coco et le jeune Appuah ont été en concurrence durant la préparation. Coco a été mis au placard par Kombouaré l’an dernier, avant qu’Aristouy ne lui donne sa chance en fin de saison, joueur de devoir et qui ne rechigne pas à faire les efforts, il manque par contre cruellement de qualité offensive. En 26 apparitions l’an dernier, il n’a été décisif qu’une seule fois avec un but, trop brouillon avec le ballon, il est trop neutre et on comprend pourquoi le club recherche un joueur dans cette zone. Le jeune Appuah a fait de belles entrées en fin de saison l’an dernier et il a eu pas mal de temps de jeu lors de la préparation, apprécié par Aristouy qui l’a formé, on devrait le voir en sortie de banc cette saison et il pourrait apporter sa fougue en fin de match. Si Akgun signe, on peut imaginer qu’il aura un rôle similaire à celui de Blas, c’est également un gaucher, difficile de savoir quelles sont ses qualités et il faudra voir ce qu’il donne en match pour se faire un avis si l’opération venait à se finaliser.



Au poste de numéro 10, Mollet semble parti pour être installé en tant que titulaire cette saison, Merlin peut aussi évoluer dans cette position, mais Aristouy semble plutôt préférer ce dernier sur l’aile gauche, comme nous en parlerons ensuite. Recruté l’hiver dernier, Mollet avait tout du bon coup, il a l’expérience de Ligue 1 depuis son passage à Montpellier et c’est un joueur qui réalisait toujours de bonnes saisons, mais il s’est noyé dans le collectif nantais. A sa décharge, il n’a pas vraiment été mis en confiance par Kombouaré et il ne jouait pas toujours à son poste fétiche de numéro 10. Installé dans sa position idéale et s’il retrouve sa confiance, il pourrait faire mal cette saison. Numéro 10 très technique, il a toujours été très habile avec le ballon et il réussissait 87% de ses transmissions à l’époque avec Montpellier. Mais Mollet n’est pas seulement bon à la passe, car c’est sa frappe de balle qui ressort quand on évoque son nom, il est capable de véritables boulets de canon et en a offert plus d’un du côté de la paillade. S’il reprend confiance cette année, il pourrait être une vraie arme pour les canaris, cette frappe de balle en fait également un bon tireur de coups de pieds arrêtés, il devrait partager ces derniers avec Merlin cette saison. Il semble être le 10 dont à besoin Aristouy dans son système, reste à savoir s’il va réussir à retrouver le niveau qu’il avait à Montpellier par le passé.



Sur l’aile gauche, on retrouvera donc Merlin, utilisé comme latéral gauche sous Kombouaré, il a rapidement été replacé un cran plus haut par Aristouy, il estime que c’est un gâchis de le faire jouer un cran plus bas, compte tenu de ses qualités. Il a plutôt raison, car Merlin adore se projeter vers l’avant et possède une vraie qualité technique dans le dernier tiers, son but contre le Paris SG il y a deux saisons en est le parfait exemple. Il risque fréquemment de décrocher pour demander des ballons au milieu de terrain et il sera sûrement l’un des joueurs clés de Nantes à la construction du jeu, on peut même imaginer le voir permuter avec Mollet par moments pour créer de la variété offensive. Ses centres risquent aussi d’être l’une des armes offensives de Nantes, il a une vraie qualité de pied pour brosser les ballons et on peut facilement imaginer un schéma classique des canaris cette saison, avec un débordement sur l’aile de Merlin, suivi d’un centre pour Mohamed, dont on parlera ensuite. Dernier point, il a tiré profit de son placement plus bas ces deux dernières années et il est donc habitué à défendre, ce sera donc un très bon joueur pour déclencher le premier pressing, mais aussi pour fermer efficacement le flanc gauche quand le bloc équipe sera positionné plus bas. En bref, c’est l’un des joueurs les plus intéressants à suivre du côté de Nantes cette saison avec son replacement un cran plus haut, reste à espérer qu’il puisse s’épanouir.



Ce poste d’ailier gauche est probablement le poste le mieux fourni de l’effectif nantais à l’heure actuelle, puisque Simon est également présent dans l’effectif. Le Nigérian reste sur une saison plus que moyenne, malgré des statistiques honorables avec 5 buts et 4 passes décisives. Il faut dire qu’il nous avait habitué à mieux la saison précédente, où il était un incontournable de l’équipe et avait bouclé l’exercice avec 6 buts et 8 passes décisives, avec une vraie importance dans le jeu de l’équipe. Il devrait cependant être un très bon supersub en fin de match cette année, ses qualités de dribbles et de percussion peuvent faire mal à bon nombre de défenses de Ligue 1 fatigués en fin de rencontre.



A la pointe de l’attaque, Aristouy dispose de deux options avec Mohamed et Ganago, mais c’est bien le premier qui sera le titulaire. Définitivement recruté cet été, l’Egyptien semble concerné lors de cette présaison, il suit actuellement des cours de français, preuve de sa volonté de s’acclimater en France et de réaliser une année sérieuse au club. Il a marqué à 8 reprises l’an dernier, en seulement 18 titularisations, bien que ce ne soit pas des statistiques incroyables, il avait une certaine présence offensive et dans un système de jeu le mettant en valeur, il pourrait réaliser une grosse saison. Car Mohamed est un attaquant de surface très complet, il ne participe pas beaucoup au jeu, ce n’est pas vraiment son rôle, par contre il est clinique dans la surface, marquant la moitié de ses buts avec son pied droit et l’autre moitié de la tête. Il est capable de finir des actions dans des positions diverses et il surperformait légèrement ses xG l’an dernier, témoin de sa belle finition. Il sera souvent bien positionné dans la surface et pourra être à la réception de centres, probablement ceux de Merlin, comme évoqué plus haut. S’il est en confiance et indiscutable dans le 11, il est capable de surprendre beaucoup de monde et de finir la saison avec pas mal de buts, d’autant qu’il devrait être le tireur de penaltys de l’équipe. En dehors de ses qualités de buteurs, Mohamed ne rechigne pas à faire les efforts défensifs, une qualité qui devrait être appréciée de l’entraîneur canari.



Ganago est capable d’apporter un profil différent, plus mobile et n’hésitant pas à faire beaucoup d’appels dans le dos de la défense, il peut être utile en contre-attaques par exemple. Mais ce n’est pas un attaquant de surface et malgré ses 5 buts l’an dernier, il a du mal à être clinique devant le but. Il semble moins adapté aux besoins d’une équipe qui devrait chercher à avoir le ballon et qui aura besoin d’un attaquant tueur devant les cages adverses.



Pronostic :


Nantes sort d’une saison 2022-2023 très difficile, avec un maintien miraculeux et une équipe qui a fini la saison sur les rotules, on aurait pu penser que Kita et les dirigeants nantais allaient retenir le leçon, mais ce n’est visiblement pas le cas. Le club vit une cascade de départs lors de ce mercato, Blas et Girotto sont déjà partis, tandis que Lafont, Castelletto et Pallois pourraient suivre. De nombreux départs de joueurs cadres, qui n’ont pas été anticipés, car les canaris viennent à peine de commencer leur mercato et on ne peut pas dire que les seules arrivées de Pierre-Gabriel et Diack permettent de renforcer cet effectif. Bien que le club va sûrement recruter dans les semaines à venir, cette gestion bancale du mercato et des rumeurs de joueurs inconnus ne prêtent pas à l’optimisme pour cette nouvelle saison. Pourtant, Aristouy semble vouloir mettre en place un projet de jeu intéressant, mais cela demande du temps et des joueurs de qualité, or à Nantes, il est difficile d’avoir du temps avec Kita et il n’a pour le moment pas de joueurs de qualités. Difficile d’y croire cette année pour les canaris, l’équipe risque de souffrir en début de saison et sort d’une mauvaise préparation en prime, il y a de fortes chances que le coach canari ait du mal à finir la saison, miraculé l’an dernier, Nantes n’y échappera pas cette fois, c’est notre lanterne rouge, 18 ème.


Pronostic : 18 ème

860 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page