top of page
  • robinnarguet

Guide Ligue 1, Le Havre AC

Le Havre Athletic Club


Logo Le Havre


Billet rédigé le 02/08


Histoire :


Le Havre Athletic Club est un club très ancien fondé en 1884, d’abord en tant que club omnisports, puis en ayant sa propre section football à partir de 1894. Un vrai débat existe concernant la date de création du club, mais bien que Le Havre parle d’une création en 1872, il est plus probable que cette dernière date plutôt de 1884.


Suite à sa création, l’équipe remportera 9 fois le championnat de Normandie, avant de devenir professionnelle à partir de 1933, en intégrant la deuxième division. Incapable de se stabiliser en première division, le club doit attendre les années 50 pour connaître une belle période, avec une troisième place en championnat lors de la saison 1950-1951, mais surtout une victoire en Coupe de France en 1959, c’est encore la seule du HAC à ce jour.


Ce succès n’en appelle malheureusement pas d’autres et le club normand est relégué en deuxième division en 1962, la dégringolade sera terrible, le Havre doit repartir en division d’honneur et abandonner son statut professionnel, après plusieurs descentes successives.


Le club retrouve le monde professionnel en 1981, après son retour en deuxième division, malgré plusieurs montées parmi l’élite, il faudra attendre 1992 pour que l’équipe parvienne à se stabiliser en première division. Après neuf saisons de suite, l’équipe redescend malheureusement en deuxième division, malgré deux passages en première division en 2003 et 2009, Le Havre ne parvient plus à revenir durablement parmi l’élite.


En juillet 2012, le HAC inaugure son nouveau stade, le Stade Océane, l’équipe passe toute proche de remonter en Ligue 1 lors de la saison 2015-2016, mais Le Havre termine quatrième, finissant derrière le FC Metz, uniquement en raison d’une moins bonne attaque.


Le club normand aura une nouvelle opportunité de monter en Ligue 1 lors de l’exercice 2017-2018, après une cinquième place en championnat, il dispute les barrages d’accession, mais après avoir battu Brest lors du premier tour, il doit s’incliner lors du second tour contre l’AC Ajaccio, après un match rocambolesque.


Après une huitième place en 2021-2022, Le Havre est parvenu à remonter en Ligue 1 la saison passée, suite à un changement complet de direction sportive ,avec les arrivées de Luka Elsner au poste d’entraîneur et de Mathieu Bodmer au poste de directeur sportif, le HAC a fini champion de Ligue 2. Cette montée a été acquise grâce à un très bon travail lors du mercato et à l’aide d’une très bonne solidité défensive, l’équipe n’ayant encaissé que 19 buts en 38 matchs.


Pour cette première saison parmi l’élite depuis 2009, les dirigeants havrais ont logiquement choisi de faire confiance à Luka Elsner pour permettre au club de se maintenir, avec pour objectif de se stabiliser à long terme en Ligue 1.



Palmarès :


6 Championnats de France de Ligue 2 : 1938, 1959, 1985, 1991, 2008, 2023.


1 Coupe de France : 1959.


1 Trophée des Champions : 1959.



Stade :


Stade Océane

Capacité : 25180 places


Le Stade Océane a commencé à être construit le 12 juillet 2011, il est inauguré le 15 juillet 2012, lors d’un match amical opposant Le Havre Athletic Club au Lille Olympique Sporting Club. Doté d’une capacité de 25180 places assises, le stade peut accueillir jusqu’à 33000 personnes pour les spectacles, il s’agit du plus grand stade de la région de Normandie. Il remplace l’ancien stade du HAC, qui était le Stade Jules-Deschaseaux, il mesure 31 mètres de haut et dispose de 1500 m2 de capteurs photovoltaïques, ce qui en fait un stade écologique, qui consomme moins d’énergie qu’il n’en produit, il dispose également d’un système de récupération des eaux de pluie et d’un bio-composteur. Le stade est également bleu, aux couleurs du club, il dispose de deux écrans géants et emploie 300 personnes, il possède également un hôtel depuis 2018, baptisé 1872 Stadium Hotel, il dispose de chambres donnant directement sur les loges du stade. Le Stade Océane va connaître sa première saison en Ligue 1, peut rempli en Ligue 2, cela va sûrement lui permettre d’améliorer sa moyenne d’affluence.



Stade Océane


Président :


Jean-Michel Roussier a 68 ans, il est français et c’est un dirigeant du football français. En 1995, vrai passionné de football, il est nommé président de l’Olympique de Marseille et le restera pendant quatre saisons, il va permettre au club phocéen de remonter en première division, après sa rétrogradation administrative faisant suite à l’affaire de match truqué lors du match Valenciennes – Marseille. Mais Roussier n’est pas uniquement un dirigeant, après son départ de la présidence de l’OM, il fonde OMTV en 1999, avant de créer Onzeo, la chaîne 100% Ligue 1 et Ligue 2 en 2006. Roussier sera ensuite nommé directeur de la nouvelle chaîne de foot Cfoot en 2011, puis il reprend la présidence de l’AS Nancy Lorraine en 2018, après le départ de son président historique, Jacques Rousselot.


Son passage au sein du club lorrain sera un échec, mais il rebondit rapidement dans le monde des médias en étant nommé directeur général délégué de la chaîne Médiapro. Là encore ce ne sera pas un succès, puisque le groupe fait rapidement faillite, il a finalement été nommé président du Havre Athletic Club en juin 2022, sous l’impulsion de l’actionnaire Vincent Volpe, qui a estimé qu’il était l’homme de la situation pour permettre au club de retrouver l’élite. Rapidement, Roussier a nommé au poste de directeur sportif Mathieu Bodmer, il a également recruté de nombreuses personnes qu’il connaissait déjà pour avoir travaillé avec eux lors de l’émission Téléfoot. Sa bonne gestion et la nomination de nouvelles personnes, dont également l’entraîneur Luka Elsner, ont permis à l’équipe de retrouver l’élite, une première pour le HAC depuis 2009. Le président Roussier a maintenant pour mission de faire du club normand une équipe de Ligue 1 stable à long terme, le plus dur commence sûrement pour lui.



Situation financière :


Sur le plan financier, Le Havre est un club bien géré, au sortir de l’exercice 2021-2022, il affichait un bénéfice de près de 5 millions d’euros. Ce gain s’explique essentiellement par la bonne gestion des dirigeants sur le marché des transferts ces dernières saisons, en recrutant des joueurs libres ou peu chers et en effectuant de jolies ventes (Kadewere 12 millions d’euros, Touré 5.5 millions d’euros). La montée en Ligue 1 et le regain de popularité autour du club avec un Stade Océane ayant une meilleure affluence depuis l’an dernier sont des éléments positifs également pour le HAC, qui devrait avoir plus de recettes en dehors du marché des transferts.


Difficile donc d’être inquiet pour le club normand, qui a su être stable financièrement en Ligue 2 et qui risque également de l’être cet été, au vu de la très bonne gestion de Mathieu Bodmer sur le mercato et de Jean-Michel Roussier un cran plus haut. Même en cas de mauvais scénario, avec une descente en Ligue 2 au terme de la saison, le club ne devrait pas être en danger, car les investissements lors de ce mercato estival seront encore assez faibles et parce que Le Havre est habitué à être stable un cran plus bas.



Coach :


Luka Elsner a 40 ans, il est slovène et a eu une carrière de joueur en tant que défenseur. Celle-ci démarre à l’OGC Nice, son club formateur, avant de se poursuivre à l’AS Cannes, de 2000 à 2004, où il poursuit sa formation. Il signe ensuite en Slovénie, son pays d’origine, au NK Domžale, il y restera six ans et remportera deux titres de champion de Slovénie et une Supercoupe de Slovénie. Après ce passage réussi, il signe six mois à l’Austria Kärnten en Autriche, puis il part six mois au Bahreïn. Il termine sa carrière par une ultime saison au NK Domžale, en 2011-2012, à l’issue de celle-ci, il souhaite rapidement se consacrer au métier d’entraîneur.


Il devient d’abord entraîneur adjoint du NK Domžale juste après sa carrière, avant d’en devenir l’entraîneur principal à partir de 2013, il restera quatre saisons au sein du club qui l’a vu remporter plusieurs titres en tant que joueur, mais il ne gagne rien cette fois-ci. Après cela, il s’engage une saison avec le NK Olimpija Ljubljana, mais encore une fois, il ne parvient pas à gagner de titres et quittera le club après 19 matchs. Suite à un cours passage en Chypre, il s’engage en Belgique avec la Royale Union Saint-Gilloise, il réalise un excellent exercice en 2018-2019, son meilleur en tant que coach jusqu’alors. Il va permettre au club bruxellois d’atteindre les play-offs, en terminant à la troisième place à l’issue de la saison régulière, il atteint également les demi-finales de la Coupe de Belgique.


Ce passage réussi lui permet de signer ensuite à l’Amiens SC en Ligue 1, malheureusement, il ne confirme pas sa bonne aventure belge et termine à la dix-neuvième place, synonyme de relégation pour le club picard. Après un mauvais départ la saison suivante, il est limogé et décide de rebondir une nouvelle fois en Belgique, au KV Courtrai. Mais il ne parvient pas à faire mieux qu’une quatorzième place et s’engage ensuite avec le Standard de Liège, là encore, ce sera un échec, il frôle la relégation alors que l’objectif du club était de se qualifier pour les play-offs en fin de saison. Finalement, Elsner a été recruté l’été dernier pour devenir l’entraîneur du Havre, il a permis à l’équipe de monter en Ligue 1 pour la première fois depuis 2009, en s’appuyant sur une équipe solide défensivement et invincible pendant 32 matchs de suite. Champion de Ligue 2, son objectif sera clair cette année, maintenir le club normand en Ligue 1, pour lui permettre de se stabiliser parmi l’élite lors des années à venir.



Bilan saison 2022-2023 :


Le Havre a réalisé une superbe saison 2022-2023, alors que l’équipe était en Ligue 2 depuis la saison 2008-2009, elle a réussi à terminer en tête du championnat, ce qui lui permet de retrouver l’élite après une saison maitrisée.


Lors de la trêve estivale, le président havrais avait décidé de changer tout l’organigramme du club, l’arrivée de Mathieu Bodmer en tant que directeur sportif a permis de bâtir un effectif plus complet et solide. Des joueurs expérimentés sont arrivés, on pense notamment à Desmas, El-Hadjam ou encore Lloris. Après un mauvais début de saison avec une défaite et deux matchs nuls, l’équipe va se lancer et devenir imbattable à partir de la 4 ème journée, suite à un retentissant succès sur la pelouse de Saint-Etienne, 6-0.


Les havrais s’appuient sur une défense hyper solide, ils réaliseront au total 21 clean sheets et n’encaisseront que 19 buts en 38 journées, ce qui leur permet bien entendu d’être la meilleure défense de Ligue 2, seuls deux équipes parviendront à forcer le verrou normand par deux fois, ce sont Saint-Etienne et Valenciennes. Une performance exceptionnelle, qui est cependant à relativiser, car les havrais ont largement surperformé leurs xGA, avec un total de 41.04, ce qui veut dire qu’ils auraient dû théoriquement encaisser 22 buts de plus. L’équipe ne sera pas battu entre la 3 ème et la 35 ème journée, égalant le record de 32 matchs sans défaite de Sedan, établi lors de la saison 1954-1955, elle prendra la tête du championnat lors de la 14 ème journée et ne la quittera jamais. Lors de cette série, l’équipe prend quatre points contre Metz, 2-0 et 1-1, six points contre Bordeaux, 2-1 et 1-0, ainsi qu’une victoire contre Sochaux alors bien classé, 1-0.


Le Havre n’a donc pas volé sa montée à l’issue de la saison, meilleure équipe de Ligue 2 à domicile et à l’extérieur, elle n’a pas hésité à être pragmatique, préférant parfois obtenir le point du match nul plutôt que de risquer pour prendre les trois points, en témoigne son total de 15 matchs nuls et de 7 résultats 0-0. Le club a également acquis 70% des victoires avec seulement un but d’écart, on en vient au point faible des normands l’an dernier, l’attaque.


L’équipe n’a inscrit que 46 buts en 38 journées, ce qui n’est pas un total très élevé pour un promu, cela s’explique principalement par le manque d’efficacité devant le but, étant donné que le total d’xG est supérieur avec près de 54 unités, ce qui montre que le volume d’occasions créé était quand même assez bon. Le Havre n’avait pas de vrai buteur, leurs trois meilleurs buteurs ne comptent que 6 buts, l’avantage c’est que le danger peut venir de partout, l’inconvénient c’est qu’il n’y a pas de tueur.


Ce sera un point à surveiller en Ligue 1, mais cela a suffit pour monter, malgré une vraie frayeur en fin de saison, avec deux défaites consécutives contre Annecy (0-1) et Valenciennes (0-2), ainsi qu’un match nul lors de la 37 ème journée face à Bastia (1-1). Le Havre devra attendre la dernière journée et un succès contre Dijon (1-0) pour accéder au graal et retrouver l’élite du football français. La réussite d’une équipe qu’il ne faut pas définir comme défensive, malgré des statistiques qui peuvent faire penser à cela. Il y avait un vrai sens tactique dans ce onze et une vraie maitrise technique au milieu de terrain, qui ont fait mal à bon nombre d’adversaires.


Sur le plan individuel, Sangante a été la patron de la meilleure défense de Ligue 2, grand espoir du Havre, il a été nommé dans le onze de l’année. Desmas a lui aussi fait parti de l’équipe de l’année et il a réalisé une superbe saison, apportant son expérience de la Ligue 1 et étant salvateur à de nombreux moments. Operi a été énorme sur son côté gauche, tandis que Richardson a été l’une des révélations de la saison en Ligue 2, box to box, il a fait des ravages au milieu de terrain et a été l’une des pièces maitresses du jeu havrais. Même chose pour Kechta, qui s’est malheureusement blessé en avril, Lekhal a lui été un bon complément aux deux pépites havraises au sein de l’entrejeu. Devant, difficile de ressortir un joueur en particulier, mais Cornette et Alioui ont été les deux joueurs les plus en vue.



Bilan chiffré :


1 er de Ligue 2

75 points (1.97 par match)

20 victoires, 15 nuls, 3 défaites


A domicile

1 er de Ligue 2

40 points (2.11 par match)

11 victoires, 7 nuls, 1 défaite


A l’extérieur

1 er de Ligue 2

35 points (1.84 par match)

9 victoires, 5 nuls, 2 défaites


Buts

46 pour (1.21 par match)

19 contre (0.50 par match)

Différence : +27


Data

xG : 53.96

Différence xG-buts marqués : -7.96


xGA : 41.04

Différence xGA-buts encaissés : +22.04



Mercato :


Au niveau du mercato, il y a eu pas mal de mouvements côté havrais, notamment dans le sens des arrivées, le club se doit de renforcer l’effectif pour maximiser ses chances de se maintenir dans l’élite. Néanmoins, Le Havre ne peut pas beaucoup investir sur le marché des transferts et a donc du flairer les bons coups.



Départs :


Avant de parler des arrivées, commençons par les départs, avec en premier lieu la vente de Richardson à Reims pour 2 millions d’euros. C’est sûrement la plus grosse perte de ce mercato pour les havrais, même si celle-ci était déjà convenue depuis un moment puisque le joueur était prêté l’an dernier pour finir la saison en Ligue 2, alors qu’il avait déjà été acheté par les rémois. Enorme au milieu de terrain, il va grandement manquer à l’entrejeu et lui trouver un remplaçant a été l’une des priorités de ce mercato pour Mathieu Bodmer.


L’autre perte majeur c’est le départ de Lekhal qui était en fin de contrat et qui a décidé de signer au Qatar. Il était la plaque tournante du jeu havrais au milieu et formait un très bon trio avec Kechta et Richardson, il aurait pu découvrir la Ligue 1 pour la première fois de sa carrière, mais il a préféré bénéficier d’un très gros salaire après avoir réalisé l’intégralité de sa carrière au Havre. Là aussi, c’est une perte qui a du être compensée.


Le dernier départ majeur de cette intersaison pour le moment, c’est la fin de contrat de Thiaré, malgré un statut de remplaçant pratiquement toute la saison dernière, il avait des statistiques intéressantes avec 4 buts et 5 passes décisives. Il était une arme en fin de match pour Elsner, qui va devoir trouver d’autres solutions offensivement.


Pour le reste, les autres départs ne vont pas vraiment impacter l’équipe, les prêts de Kongolo et Diakité se sont terminés, mais ils n’étaient pas des joueurs incontournables du onze l’an dernier. Mahmoud a été vendu à Lausanne pour une faible somme d’argent après une saison où il est très peu apparu, même chose pour Wahib à Concarneau, tandis que Gomes est parti librement en National 1, tout comme Wam qui n’a pas encore retrouvé un club, enfin, le jeune Moussadek a été prêté à Villefranche.



Arrivées :


Concernant les arrivées, le très gros coup de ce mercato se nomme Kuzyaev, le russe a signé librement après plusieurs saisons au Zenith Saint-Pétersbourg et vient compenser la perte de Richardson. Un joueur qui semblait pourtant inatteignable pour les normands, mais il a bien voulu diminuer considérablement son salaire pour venir se relancer en Ligue 1. Il a l’expérience de la Coupe d’Europe et sort de plusieurs saisons au haut niveau, pour un bilan de 16 buts et 26 passes décisives au sein du championnat russe en 200 rencontres, il a en plus une valeur marchande de 10 millions d’euros, on a hâte de voir ça.


Les havrais ont également signé N’Diaye au milieu de terrain, le joueur de Sochaux était convoité par pas mal de clubs en Ligue 1, mais il a choisi le projet normand pour découvrir l’élite. Le montant de la transaction est estimé à 1.5 millions d’euros, c’est la plus grosse indemnité de transfert déboursée par l’équipe sur le mercato pour le moment. Il a montré de belles choses avec Sochaux ces deux dernières saisons et pourrait être une belle découverte dans l’entrejeu.


Les dirigeants ont ensuite jeté leur dévolu sur Touré pour compléter ce milieu de terrain et y apporter davantage d’expérience. L’ancien nantais s’est perdu en Italie au Genoa et revient en France pour se relancer, pour une arrivée libre, c’est un coup qui se tente. Autre arrivée libre avec le recrutement de Salmier, le troyen vient de disputer deux saisons en Ligue 1 avec l’ESTAC, en fin de contrat, Le Havre a souhaité le recruter pour former une défense à trois. Il devrait avoir un rôle important cette saison et a été globalement performant lors de ses apparitions avec Troyes, pourquoi pas.


On poursuit avec Nego, formé à Nantes, il jouait en Hongrie après avoir pas mal bourlingué dans sa carrière, du haut de ses 32 ans, il a été recruté pour apporter de l’assurance en défense au poste de piston droit. Là encore, c’est un recrutement libre, pour un joueur qui était en fin de contrat avec son ancien club. Le dernier recrutement libre de ce mercato côté arrivée, c’est la venue de Diawara, qui évoluait à Chypre avec l’APOEL Nicosie, il n’a jamais vraiment percé là-bas et c’est un coup tenté par le board, il est peu probable qu’on le voit régulièrement dans le onze type.


Enfin, le club a déboursé 400000 euros pour recruter Soumaré, l’ailier a réalisé une belle saison avec Quevilly-Rouen la saison dernière en Ligue 2 avec 6 buts et 6 passes décisives. Il a tapé dans l’œil des dirigeants et son recrutement peu onéreux semble être un bon pari, s’il parvient à confirmer à l’étage supérieur.



Suite du mercato :


Le Havre a donc été assez actif sur ce mercato, malgré les pertes majeures de Richardson et Lekhal, l’équipe semble s’être renforcée dans l’entrejeu avec les recrutement de Kuzyaev, Ndiaye et Touré. En défense, les venues de Salmier et Nego semblent assez cohérentes pour un club qui n’a pas beaucoup de moyens financiers et qui recherche avant tout de l’expérience pour se maintenir en Ligue 1. Là où le mercato ne s’est pas encore débloqué côté havrais, c’est en attaque. Le club possède un grand nombre de joueurs, mais aucun ne semble être en mesure d’être le buteur de cette équipe pour cette saison, normalement, au moment où ces lignes sont écrites, un buteur devrait arriver sous peu, ce serait à priori Bayo, qui a besoin de se relancer après une mauvaise saison à Lille, Virginius du LOSC est également espéré en prêt d’ici la fin du mercato. Cela devrait permettre d’y voir plus clair dans un secteur offensif bien trop chargé pour une équipe qui ne devrait évoluer qu’avec deux attaquants lors de cette exercice. En ce sens, des départs sont également espérés dans ce secteur, mais difficile de savoir quels seront les joueurs qu’Elsner va décider de conserver.



Effectif :


Effectif Le Havre


Tactique :


Tactique Le Havre



Style de jeu :


Tactiquement, Elsner devrait troquer le 4-3-3 qui a fait le succès du Havre l’an dernier en Ligue 2 contre un 5-3-2 plus pragmatique, c’est en tout cas ce qu’on a pu observer lors de la préparation. Le coach slovène estime que le Havre ne peut pas être aussi protagoniste que la saison dernière et doit s’adapter pour répondre aux exigences de la Ligue 1, même si globalement, les principes de jeu ne devraient pas changer.


Les havrais cherchaient à relancer proprement l’an dernier, cela devrait encore être le cas cette saison, avec un défenseur supplémentaire et un milieu toujours constitué de trois hommes, il y aura davantage de solutions. Bien que le but est de relancer proprement, Le Havre n’hésitait pas à allonger le jeu, si le pressing adverse devenait trop dangereux, l’idée c’est de ne surtout pas perdre le ballon dans une zone dangereuse.


Les normands ne veulent pas tenir le ballon dans leur moitié de terrain, mais préfèrent l’avoir dans la moitié de terrain adverse, d’où cette volonté de dégager en cas de danger, pour ne pas subir la pression adverse. L’équipe avait la majorité de la possession l’an dernier, cela devrait forcément baisser en Ligue 1. Le rôle des pistons sera primordial, ils seront chargés d’écarter le jeu et d’offrir des solutions, que ce soit pour le gardien ou les défenseurs quand ils voudront allonger le jeu, ou bien pour les milieux de terrain quand ceux-ci ne parviendront pas à faire la différence dans l’axe.


Pour créer des différences, Elsner s’appuyait la saison dernière sur la formation de triangles au milieu avec le latéral et l’ailier, ainsi qu’un milieu de terrain. On risque de retrouver ce schéma, mais d’une façon différente, avec probablement des attaquants qui devront décrocher pour attirer les défenseurs et créer de la profondeur. L’idée principale du Havre dans le dernier tiers, c’est de parvenir à trouver des joueurs lancés dans le dos de la défense, que ce soit en transition rapide ou bien à partir d’attaques placées.


Le problème, c’est que les attaques placées étaient l’un des points faibles de l’équipe en Ligue 2, les havrais parvenaient sans problèmes à investir le camp adverse, mais ils manquaient globalement de qualité individuelle pour faire la différence dans le dernier tiers. En l’absence de vraies recrues offensives, on risque de retrouver le même problème en Ligue 1 pour le moment. Malgré un vrai investissement du camp adverse et une disposition par moments en 2-3-5, ils parvenaient rarement à créer des espaces, même avec des renversements de jeu.


On peut penser que ces problèmes en attaques placées seront sûrement moins préjudiciables pour l’équipe en Ligue 1, un championnat où elle risque d’être plus souvent dominée et de jouer davantage de transitions rapides, il faut en tout cas l’espérer, car ce sera très certainement le point faible de cette formation.


Sur le plan défensif par contre, les havrais risquent d’être très difficiles à jouer, ils n’ont pas été la meilleure défense de Ligue 2 pour rien l’an dernier. Elsner demande à son équipe d’effectuer un contre-pressing à la perte du ballon, les joueurs étant souvent proches les uns des autres en phase de construction, ils sont souvent capables d’être denses à la récupération, et ce dès la parte du ballon. Les défenseurs centraux n’hésitent pas non plus à sortir pour couper des trajectoires et empêcher l’équipe adverse de progresser, Sangante a par exemple été très fort dans ce rôle l’an dernier, un phénomène qui risque de s’accentuer avec le passage à une défense à 5, étant donné qu’il y a une sécurité défensive en plus.


Si jamais le contre-pressing ne fonctionne pas, l’équipe s’organise en bloc médian, le but l’an dernier était de densifier l’axe pour forcer l’adversaire à jouer sur le côté pour déclencher un mécanisme de pression. On devrait retrouver cette même idée, malgré le passage en 5-3-2.



Gardien :


Pour ce qui est des joueurs, Desmas sera le titulaire au poste de gardien, comme c’était déjà le cas l’an dernier. Après une mauvaise saison 2021-2022 avec Clermont, il a parfaitement su se relancer en Normandie et a été l’un des artisans des superbes performances défensives des havrais. Il a réalisé 17 clean sheets au total et a arrêté 77% des tirs qu’il a subi, sa doublure sera Gorgelin, déjà habitué à ce rôle avec Lyon pendant de nombreuses saisons, c’est un gardien sûr, qui saura dépanner si besoin.



Défenseurs :


Pour ce qui est la défense à trois, aucun doute, on retrouvera le trio Lloris/Sangante/Salmier, qui a été aligné très régulièrement lors des matchs de préparation. Sangante sera le vrai patron de cette défense et plus globalement de l’équipe, car il s’agit du capitaine, c’est un défenseur robuste et solide, qui est très difficile à passer physiquement et que beaucoup d’attaquants de Ligue 2 seront content de ne plus recroiser cette saison. Il remportait en moyenne 4 duels défensifs par match l’an dernier, pour une réussite de 55% dans ce domaine, c’est également un très bon joueur de tête, que ce soit défensivement, avec 57% de duels gagnés, ou bien offensivement, avec trois buts inscrits l’an dernier sur coups de pieds arrêtés. Il n’est pas non plus maladroit techniquement, avec un taux de précision de 89% dans ses transmissions, un défenseur très complet donc, qui devra montrer qu’il a le niveau pour la Ligue 1.



A sa droite, Salmier qu’on connaît assez bien enchaînera une troisième saison consécutive en Ligue 1, l’avantage, c’est qu’il est habitué à jouer dans une défense à trois, car c’est le système qu’a utilisé Troyes assez régulièrement ces deux dernières années. L’inconvénient, c’est qu’il ne sort pas d’une très bonne année, car il participé à pratiquement tous les matchs et sa défense a subi un grand nombre d’occasions et de buts. Il devra donc reprendre confiance, mais difficile de trouver mieux que la défense du Havre pour retrouver de la solidité et de la confiance, de plus, si on regarde ses statistiques avancées, il effectuait de très bonnes performances individuelles l’an dernier, avec 62% de duels défensifs gagnés, un pourcentage qui est identique concernant les duels aériens. Un motif d’espoir et un joueur qui a de bonnes chances de s’intégrer au collectif du Havre et d’y apporter son expérience. Lloris va lui retrouver la Ligue 1, après plusieurs saisons en Ligue 2, il était lui aussi très solide défensivement l’an dernier et formait un excellent duo avec Sangante. Il est aussi grand que ses deux coéquipiers défensifs et présente des statistiques et des caractéristiques assez similaires. Il est bon au duel (64% de duels remportés), bon dans les airs (68% de duels remportés) et capable de relancer proprement (90% de réussite), il a l’avantage d’être gaucher pour un défenseur central excentré, ce qui est une donnée importante, il a tout ce qu’on recherche chez un défenseur moderne, reste à voir s’il va confirmer en Ligue 1.



Au global, la défense havraise présente de bonnes statistiques et semble assez complémentaire, ce devrait être le point fort de l’équipe une nouvelle fois cette saison. En cas de pépin pour un des trois titulaires, Kinkoué est le plus susceptible de jouer, il a eu du temps de jeu en préparation, mais il est encore jeune et ne pourra pas vraiment prétendre à mieux cette année. Il y a aussi le tout jeune Gomis, du haut de ses 17 ans, mais il n’a presque pas eu de temps de jeu et sera surtout là pour faire le nombre. A noter qu’El Hajjam est capable également de dépanner dans une défense à trois, si jamais le club a plusieurs absents à un moment donné.



Concernant les pistons, Operi sera l’un des hommes forts du havre à gauche. Il a été énorme la saison passée, capable d’apporter le danger à l’aide de ses montées et de ses centres, il a été décisif à quatre reprises (2 buts et 2 passes décisives) et a grandement contribué au jeu du Havre, avec une moyenne de 82 ballons touchés par rencontre. Un latéral offensif oui, mais un latéral très performant aussi dans le secteur défensif, il réalisait plus de deux tacles par rencontre et remportait plus de 6 duels défensifs par match, pour un taux de réussite de 57%. Il est très rapide, ce qui lui permet de se replier rapidement et donc de passer d’une situation offensive à une situation défensive en un rien de temps, sa heat map de la saison dernière est très parlante et montre qu’il occupe pratiquement tout le flanc gauche.



Heat map Operi


Il ne devrait donc pas avoir de mal à s’adapter à son nouveau rôle de piston et sera vraisemblablement l’une des valeurs sûres havraises, attention néanmoins aux cartons jaunes, il en a obtenu 10 l’an dernier, ce qui parfois occasionner des suspensions. Pour le moment, le seul autre joueur capable d’évoluer à ce poste semble être le jeune Doumbia, il a été testé durant la préparation, mais difficile d’évaluer son niveau et il est possible que le club cherche un renfort à ce poste lors de la suite du mercato.



Au poste de piston droit, Nego et El Hajjam vont se disputer la place de titulaire, le second est blessé pour le début de saison, c’est donc Nego qui semble partir avec une longueur d’avance. C’est très difficile d’analyser son niveau, car il évoluait en Hongrie depuis plusieurs saisons, il a tout de même l’expérience de la Coupe d’Europe, car il a disputé la Ligue Europa lors de la saison 2018-2019, mais il avait peu joué, malgré un but et une passe décisive lors de cette campagne. C’est un vrai pari tenté par la cellule de recrutement et il faudra voir les premiers matchs de championnat pour savoir s’il est au niveau de la Ligue 1 et s’il sera le titulaire indiscutable. Dans le cas où Nego est décevant, le club dispose d’El Hajjam, qui est une vraie valeur sûre en France depuis plusieurs années maintenant. Après avoir connu la Ligue 1 avec Amiens et Troyes, il a participé à la remontée du club l’an dernier et a amené son expérience et sa hargne. Moins offensif qu’Operi à gauche, il brille surtout par ses capacités défensives, remportant 57% de duels défensifs et commettant très peu de fautes, son point faible, c’est le jeu de tête, il peut parfois souffrir face à des attaquants plus grand que lui, mais cette faiblesse devrait moins se voir dans un rôle de piston, rôle qu’il a déjà occupé par le passé et qui ne devrait pas altérer ses performances lors de son retour de blessure.



Milieux :


Au milieu de terrain, Elsner aura pas mal d’options pour bâtir son entrejeu. Avec les recrues, il est difficile de savoir quelles seront les positions exactes de chacun des joueurs, mais une hiérarchie s’est clairement établie lors des matchs de préparation et on connaît normalement les trois titulaires pour débuter la saison. Kuzyaev sera bien entendu l’un d’eux, la star du mercato havrais sera le maître à jouer de l’équipe, c’est un milieu de terrain très polyvalent, capable d’évoluer en tant que numéro 6, en tant que numéro 8 et même en tant que numéro 10. Très propre techniquement, il réussissait 87% de ses passes en Russie et avait un apport offensif très intéressant, avec 5 buts et 4 passes décisives en 26 matchs. Il a une vraie science du jeu et récolte régulièrement des informations autour de lui pour prendre la meilleure décision quand il a le ballon, il est capable de faire la différence par la passe, mais aussi par le dribble, en ce sens, il est capable d’être un milieu box to box. Sa heat map de sa dernière saison en Russie est assez parlante, on voit bien qu’il est assez actif sur le terrain, avec un penchant pour le côté droit, ce qui nous fait dire qu’il devrait évoluer en tant que numéro 8 au sein du milieu normand.



Heat map Kuzyaev


En plus d’être un excellent joueur techniquement et de pouvoir apporter ses qualités dans le dernier tiers, il possède également de très bonnes qualités dans le domaine défensif. Il résiste très bien lors des 1 contre 1 et remporte 59% de ses duels, il est également bon de la tête, malgré une taille qui n’est pas conséquente (1m82). Il n’est pas avare d’efforts et n’hésitera jamais à se replier défensivement, même s’il a effectué une grosse course pour se projeter auparavant. C’est donc un milieu très complet, qui sera l’une des pièces maitresses de la tactique d’Elsner cette saison.



Aux côtés du russe, on devrait retrouver N’Diaye au poste de numéro 8, de l’autre côté du terrain, malgré la très mauvaise fin de saison des sochaliens, il a surnagé et a réalisé un bel exercice 2022-2023. Il présente un profil un peu plus tourné vers l’offensive, cela ne se traduit pas dans ses statistiques offensives (1 but et 1 passe décisive), mais plutôt dans ses statistiques avancées. On peut voir par exemple qu’il n’a pas un excellent taux de réussite au niveau des duels défensifs (49% de duels remportés), en revanche, il est très propre techniquement, affichant 89% de passes réussies lors de la saison écoulée en Ligue 2. L’espoir sénégalais doit donc progresser sur la plan défensif, mais il devrait apporter son énergie et sa combativité au milieu normand, à lui de montrer qu’il a le niveau pour la Ligue 1 et que ses nombreux prétendants sur le mercato étaient justifiés.



Concernant le poste de numéro 6, celui-ci devrait être confié à l’ancien marseillais Targhalline lors du début de championnat. C’est un petit milieu de terrain très technique, il a su gagner sa place en fin de saison dernière suite à la blessure de Kechta et semble être apprécié du coach lors de la préparation. Il semble néanmoins être assez fragile physiquement et il est difficile de croire qu’il puisse être une bonne option à ce poste durant une saison entière en Ligue 1. Il ne gagne en effet que 40% de ses duels défensifs et ne peut pas rivaliser dans le domaine aérien, bien qu’à priori il soit le tireur de penaltys de l’équipe, il semble voué à n’être qu’une solution à court terme à ce poste. La solution par la suite pourrait se nommer Touré, si ce dernier parvient à retrouver le niveau qu’il avait lors de son passage nantais, il a tout pour être le numéro 6 de l’équipe. Le problème, c’est qu’il reste sur une mauvaise saison en Italie, il n’a joué que 8 matchs et manque donc cruellement de rythme et de compétition. Il faudra donc l’intégrer progressivement à l’équipe avant de savoir s’il peut être un titulaire ou non.



Au milieu, Elsner dispose d’autres options, plutôt pour occuper le poste de numéro 8. On retrouve M’Bemba qui a été utilisé lors de la préparation, titulaire à 13 reprises la saison passée, il peut dépanner, probablement pour remplacer N’Diaye en cours de match, mais difficile d’en faire un titulaire en puissance. Kechta aura forcément sa chance à un moment ou un autre, s’il parvient à revenir en forme suite à sa blessure, avant cette dernière, il était l’un des joueurs clés de l’entrejeu havrais, notamment par sa capacité à faire la différence par la passe dans le dernier tiers. Enfin, Grandsir, attaquant de formation est aussi capable d’évoluer un cran plus bas, il l’a fait l’an dernier, avec réussite. Il peut apporter un profil explosif différent de ce que peuvent proposer les autres milieux de l’effectif et c’est une option plus offensive, qui pourrait être utilisée par le coach slovène lors de certaines rencontres.



Attaquants :


Offensivement, c’est là qu’il est très difficile de savoir qui sera titulaire et comment cette attaque sera organisée, d’autant plus difficile qu’à minima une recrue risque d’arriver dans les jours suivants, comme évoqué plus haut. A l’heure actuelle, ce sont Soumaré et Casimir qui semblent être partis pour être titulaires en début de saison, mais il est probable qu’Elsner teste plusieurs associations pour trouver celle qui saura se montrer la plus performante. Soumaré reste sur une belle saison avec Quevilly (6 buts et 6 passes décisives), mais il s’agit principalement d’un ailier et la question sera de savoir s’il peut s’adapter à ce nouveau poste, bien qu’on puisse penser qu’il ne restera pas figé au poste de numéro 9 et qu’il sera très mobile sur le terrain. Cela fait en tout cas partie de ces caractéristiques, il touchait en moyenne 46 ballons par match l’an dernier et n’hésitait pas à être mobile sur le terrain. Casimir est plutôt un pur numéro 9, le problème c’est qu’il manquait cruellement d’efficacité l’an dernier, il n’a marqué que 2 buts en 34 matchs, dont 29 titularisations. Bien qu’il n’hésite pas à faire le premier pressing, difficile de croire qu’il sera une bonne option en Ligue 1 et qu’il puisse avoir de meilleures statistiques.



Les autres options d’Elsner à ce poste sont nombreuses, on retrouve Alioui qui a réalisé une belle saison en Ligue 2 et qui était le meilleur buteur du club avec 6 réalisations, mais il n’a pas semblé avoir la confiance du coach lors de la préparation. Cornette ensuite, qui a lui aussi marqué à 6 reprises, mais il est fragile physiquement et il s’agit surtout d’un joueur efficace en sortie de banc. Kitala qui avait des statistiques correctes (2 buts et 4 passes décisives), mais qui n’a pas convaincu en Ligue 2, donc difficile de croire qu’il va convaincre en Ligue 1, il semble en plus mis de côté. Joujou a eu sa chance lors de la préparation, mais il semble avoir perdu sa place au profit de Soumaré lors des derniers matchs, enfin Chadli semble lui aussi mis de côté. Une fois qu’on a dit tout ça, on est pas beaucoup plus avancés et il faudra attendre les premiers matchs de championnat et la fin du mercato pour réellement pouvoir juger l’attaque havraise et analyser sa complémentarité.



Pronostic :


Après une saison 2022-2023 historique qui lui a permis de retrouver l’élite pour la première fois depuis 2009, Le Havre va maintenant devoir réussir à se maintenir, le plus dur commence. Au niveau du mercato, Bodmer s’est attaché à conserver la base de l’effectif de l’an dernier, en recrutant des renforts intéressants comme Salmier, Nego, Ndiaye et Kuzyaev. Mais l’équipe semble clairement démunie sur le plan offensif et il va absolument falloir que les normands recrutent dans ce secteur s’ils veulent avoir une chance de se maintenir en Ligue 1 cette année. Car leur attaque n’était déjà pas très performante en Ligue 2, et risque de ne pas l’être non plus à l’étage supérieur. Elsner va sûrement mettre en place une stratégie assez défensive lors du début de saison, en espérant avoir les renforts nécessaires pour proposer un jeu plus abouti par la suite. Mais difficile de croire au coach slovène, qui avait eu beaucoup de difficultés en Ligue 1 avec Amiens il y a quelques années. En l’état actuel, Le Havre fait partie des prétendants à la relégation les plus crédibles, on a du mal à croire aux normands, sauf recrutement conséquent à venir sur le front de l’attaque, ce sera notre premier relégable, 17 ème.


Pronostic : 17 ème

1 040 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page