top of page
  • robinnarguet

Guide Ligue 1, RC Strasbourg Alsace

Racing Club De Strasbourg Alsace


Logo Strasbourg


Billet rédigé le 05/08


Histoire :


Le Racing Club de Strasbourg est l’un des clubs les plus anciens du championnat de France, fondé en 1906, il se nomme d’abord FC Neudorf, jusqu’en 1919. Strasbourg intègre la deuxième division et le monde professionnel à partir de 1933, comme un grand nombre d’équipes françaises lors de cette époque.


Le club va connaître une belle période au sortir de la guerre avec le gain de la Coupe de France en 1951, mais également une stabilisation en première division, qui permet au RCS de découvrir l’Europe à partir de 1964. L’équipe remporte ensuite une seconde Coupe de France en 1966, mais redescend malheureusement en deuxième division au début des années 1970.


Après sa remontée en 1977, Strasbourg joue à nouveau les premiers rôles en première division et remporte le premier titre de champion de France de son histoire, lors de la saison 1978-1979. Après avoir découvert la Ligue des Champions, l’équipe ne parvient cependant pas à se maintenir dans l’élite et redescend à nouveau en seconde division.


Le RCS finit par se stabiliser en première division à partir de 1994 et remporte la Coupe Intertoto en 1995, ainsi que la Coupe de la Ligue en 1997. Le club réalise également un joli parcours européen lors de la saison 1997-1998, en atteignant les quarts de finale de la Coupe de l’UEFA.


Après avoir remporté deux nouveaux titres nationaux avec le gain de la Coupe de France en 2001 et une victoire en Coupe de la Ligue en 2005, le RCS va connaitre une vraie dégringolade. Après une descente au Ligue 2 au terme de la saison 2007-2008, le club descend en national deux exercices plus tard et finit par déposer le bilan en 2011, suite à des problèmes financiers.


Marc Keller rachète le club à l’aide d’investisseurs locaux suite à son dépôt de bilan et va permettre à ce dernier de rapidement retrouver le monde professionnel. Après une remontée immédiate en CFA, Strasbourg termine champion de National lors de la saison 2015-2016 et réintègre la Ligue 2.


Alors que le RCSA visait un stabilisation en Ligue 2, le club surprend les observateurs et va terminer champion lors de l’exercice suivant, lui permettant ainsi de retrouver la Ligue 1, 9 ans après sa dernière saison parmi l’élite. Après deux maintiens acquis solidement, Strasbourg parvient à remporter l’édition 2018-2019 de la Coupe de la Ligue, ce qui lui permet de disputer les barrages de la Ligue Europa la saison suivante.


Après une défaite lors de ces barrages, le club parvient à se maintenir en Ligue 1 lors des deux exercices qui suivent, avec une dixième place, puis une quinzième place. La saison 2021-2022 sera excellente pour le RCSA, qui obtient son meilleur classement depuis sa remontée en Ligue 1, avec une sixième place sous les ordres de Julien Stéphan, le club a cru à une qualification européenne jusqu’à la dernière journée du championnat.


L’an dernier, Strasbourg a vécu une saison bien plus compliquée, après un très mauvais début de saison et de nombreuses blessures, Julien Stéphan a été remercié en deuxième partie de saison, alors que le club était dans la zone de relégation. Après un cours intérim de la part de Matthieu Le Scornet, Frédéric Antonetti est arrivé au mois de février et a permis à l’équipe de se maintenir en Ligue 1, avec une quinzième place, en retrouvant un bon niveau de jeu.


L’entraîneur corse a quitté le club cet été d’un commun accord avec la direction, le Racing Club de Strasbourg Alsace a également été racheté par le consortium d’investisseurs BlueCo, dont fait déjà partie Chelsea. Ce rachat va amorcer un renouveau pour le club lors des saisons à venir, Patrick Vieira a été nommé au poste d’entraîneur, l’objectif de Strasbourg est de terminer au milieu de tableau cette saison, avant de viser une qualification européenne à long terme, lors des saisons à venir.



Palmarès :


1 Championnat de France de Ligue 1 : 1979.


3 Championnats de France de Ligue 2 : 1977, 1988, 2017.


1 Championnat de France de National : 2016.


3 Coupes de France : 1951, 1966, 2001.


3 Coupes de la Ligue : 1997, 2005, 2019.


1 Coupe Intertoto : 1995.



Stade :


Stade de La Meinau

Capacité : 26 109 places


Le site du stade de la Meinau est utilisé pour y jouer au football depuis 1906, lorsque le club du FC Frankonia transforme progressivement la prairie du jardin Haemmerlé en terrain de football. À partir de 1914, le pré est utilisé par le FC Neudorf qui se renomme Racing Club de Strasbourg en 1919. La première tribune en bois est construite en 1921, année où le jardin prend le nom de stade de la Meinau. L'enceinte est rénovée en 1951 avant d'être complètement reconstruite en 1984. Doté alors de plus de 40 000 places, la capacité est ensuite réduite à 29 320 places dont 23 320 assises pour mettre le stade aux normes de sécurité et de confort. Après installation des écrans géants lors de la saison 2017/2018, quelques places assises sont encore retirées portant le nombre de places assises à environ 23 000. La capacité totale est donc actuellement de 26 100 places dont environ 22 000 places assises et 4 000 debout.


Un projet de rénovation, restructuration et d'agrandissement est actuellement en cours, et portera la capacité du stade à l'horizon 2025 à environ 32 000 places assises et le situera premier stade de la région Grand Est. La Meinau est, en 2016, le seizième plus grand stade français au nombre de places proposées (onzième rang national des stades de football puisque Gerland et Chaban-Delmas sont désormais destinés au rugby). Principal équipement sportif de la ville, stade du RC Strasbourg, l'enceinte accueille ponctuellement d'autres évènements sportifs ou culturels. Le stade se situe dans le quartier de la Meinau aux bords du Krimmeri.



Stade de la Meinau


Président :


Marc Keller a 55 ans, il est français et il a eu une carrière de joueur professionnel en tant qu’attaquant polyvalent. Celle-ci débute à Mulhouse en 1987, il jouera quatre saisons et participera à la montée du club en Ligue 1, lors de l’exercice 1988-1989. Après cela, il s’engage avec Strasbourg en 1991 et connaîtra le pic de sa carrière, avec 44 buts inscrits en quatre saisons, il participe une nouvelle fois à la montée d’un club parmi l’élite. Il se lance ensuite à l’étranger au Karlsruher SC en 1996, il sera à nouveau performant, ce qui lui permet d’être sélectionné en Equipe de France. Il termine sa carrière en Angleterre, après un échec à West Ham de 1998 à 2001, malgré le gain d’une Coupe Intertoto, il signe à Blackburn, mais il n’arrive pas à s’imposer et préfère en rester là, en 2001.


Keller continue de s’investir dans le domaine sportif assez rapidement, il devient manager général du Racing Club de Strasbourg en 2001. Son retour en Alsace sera bon, il permet à l’équipe de remporter une Coupe de la Ligue et de bien figurer en championnat. Il s’engage ensuite à l’AS Monaco pendant trois saisons de 2006 à 2009, où il occupe le poste de directeur général, il finit par se retirer suite aux difficultés sportives du club. Après une pause, il rachète le Racing Club de Strasbourg en 2012 avec des actionnaires locaux pour un euro symbolique. Il a permis à l’équipe de retrouver le monde professionnel et la Ligue 1 à partir de 2017, tout en assurant la santé financière du club.


Cet été, Marc Keller a cédé le club au Consortium d’investisseurs BlueCo, dont fait partie Todd Boehly, propriétaire de Chelsea depuis 2022. Le président strasbourgeois garde cependant son poste, dans le but de ne pas perdre l’identité du RCSA et de pouvoir mettre en corrélation ses compétences avec celles des nouveaux investisseurs. Ce rachat est un tournant dans l’histoire de Strasbourg et doit permettre au club de franchir un cap sur le plan national dans un premier temps et peut être européen par la suite. Le président du club alsacien est également à l’origine du projet de rénovation du stade, qui est l’une de ses volontés depuis de nombreuses années.



Situation financière :


Sur le plan financier, Le Racing Club de Strasbourg est un club stable depuis sa remontée en Ligue 1, il y a quelques années. Le bilan économique à l’issue de l’exercice 2021-2022 montre assez bien cela, avec un bénéfice d’un peu plus de deux millions d’euros. Cette stabilité est à mettre au crédit de Marc Keller, qui a eu une excellente gestion depuis son arrivée à la présidence du club. Les quelques belles ventes de ces dernières années (Fofana pour 15 millions d’euros, Aholou pour 14 millions d’euros et Simakan pour 15 millions d’euros), ainsi que les arrivées à bas coût ont permis à l’équipe de combler sa dette structurelle, commune aux autres équipes de Ligue 1.


La grande interrogation réside désormais dans le groupe BlueCo qui vient de racheter le club, bien que Marc Keller reste le président pour le moment, difficile de savoir si le nouveau projet strasbourgeois est viable financièrement. Les nouveaux investisseurs semblent vouloir faire de Strasbourg l’un des clubs majeurs de Ligue 1 lors des années à venir, mais cela va s’accompagner d’importantes dépenses, comme cela a déjà été le cas cet été avec la venue de Sylla pour 20 millions d’euros. Les très probables échanges de joueurs avec Chelsea, membre du groupe peuvent également faire penser au partenariat entre l’ESTAC Troyes et Manchester Coty, dans le cadre du City Football Group. Dans ce cas précis, on a bien vu l’an dernier que ce n’était pas toujours une réussite sportive, avec la descente du club de l’Aube en Ligue 2 à l’issue de la saison. On peut penser que Strasbourg aura des dettes financières dans les années à venir et qu’il faudra des résultats sportifs pour convaincre le groupe BlueCo de rester engagé au sein du club pour couvrir ces dernières, auquel cas, l’avenir financier du club alsacien pourrait être en danger, surtout si Marc Keller venait à quitter la présidence par la suite.



Coach :


Patrick Vieira a 47 ans, il est français et a eu une carrière de joueur en tant que milieu de terrain défensif. Cette dernière démarre à l’AS Cannes en 1993, où Vieira acquiert de l’expérience, ce qui lui permet de s’engager avec l’AC Milan deux saisons plus tard. Mais ce transfert est un échec et le français ne parvient pas à s’imposer au sein du milieu de terrain italien, il quitte le club après seulement un exercice. Il est alors repéré par Arsène Wenger et s’engage avec Arsenal lors de l’été 1996, c’est le tournant majeur de sa carrière. Avec les Gunners, Vieira s’impose rapidement comme un titulaire indiscutable et comme le capitaine d’une équipe qui réalise notamment le doublé coupe-championnat en 1998, il est surnommé la pieuvre, en référence aux nombreuses récupérations qu’il effectue au milieu de terrain.


Lors de ce même été 1998, Vieira remporte la Coupe du monde avec les bleus et rentre dans l’histoire, il fera le doublé international avec la victoire deux ans plus tard lors de l’Euro. Avec Arsenal, il participe à la saison historique des rouges et blancs en remportant la Premier League sans perdre le moindre match, lors de la saison 2003-2004. Après 10 saisons sous le maillot londonien, Vieira décide de quitter le club et s’engage en Italie, à la Juventus Turin. Là-bas, il s’impose rapidement et remporte le Scudetto, mais les nombreuses polémiques au sein du club suite au scandale du Calciopoli le pousse à changer de club et à signer à l’Inter Milan en 2006.


Il restera pendant trois saisons chez les Milanais, mais peine à s’imposer en raison d’un physique qui commence à être défectueux, il termine sa carrière à Manchester City en 2011, après une ultime saison en Premier League, où il participe au succès des siens en FA Cup. Après sa carrière de joueur, Vieira s’investit rapidement en tant qu’ambassadeur de Manchester City, en Angleterre et à l’étranger, puis il devient entraîneur de l’équipe U21 du club pour la saison 2013-2014. Après cette première expérience sur un banc, il est nommé entraîneur principal de New York City, club ayant le même investisseur que Manchester City. Là-bas, il aura un bilan honorable (40 victoires, 22 nuls et 28 défaites), mais ne réalise pas de grandes performances.


Il signe ensuite à l’OGC Nice en 2018, avec pour objectif de faire franchir un cap au club après le rachat de ce dernier par INEOS juste après son arrivée. Son style de jeu est jugé trop défensif et l’équipe termine à la huitième place lors de sa première saison, il ne fera pas bien mieux avec une septième place lors de l’exercice 2019-2020. Finalement, il est limogé en décembre 2020 après un très mauvais début de saison. Il rebondit assez rapidement, en Angleterre, à Crystal Palace, où il permet au club de se maintenir lors de sa première saison. Lors de son second exercice à la tête des Eagles, il a été remercié en mars dernier, après une mauvaise série et un cruel manque offensif, alors que l’équipe se rapprochait dangereusement de la zone de relégation.


Il a été recruté par les dirigeants strasbourgeois cet été pour porter le nouveau projet du club suite au rachat de ce dernier par le groupe BlueCo. Son objectif est de bâtir une identité de jeu et de permettre au club de terminer à minima au milieu de tableau lors de cette saison 2023-2024, avant de viser à long terme une qualification en coupe d’Europe.



Bilan saison 2022-2023 :


Après une saison 2021-2022 conclue à une superbe sixième place, Strasbourg a vécu une saison bien plus compliquée l’an dernier, achevée à la quinzième place, après deux changements de coach et une vraie frayeur.


Pourtant, l’équipe était pratiquement inchangée par rapport à la saison passée et Stéphan avait logiquement conservé la confiance de ses dirigeants, mais le début de saison a été catastrophique. Très solide à domicile l’an dernier, Strasbourg s’incline trois fois lors du début de saison contre Monaco (1-2), Rennes (1-3) et Lille (0-3), plus globalement, l’équipe n’arrive pas à gagner et devra attendre un déplacement à Angers, lors de la dixième journée pour remporter sa première rencontre (3-2). Pire, les strasbourgeois devront attendre la 22 ème journée et un succès contre Montpellier pour obtenir leur première victoire à la Meinau (2-0).


Difficile d’expliquer ce mauvais départ, l’effectif inchangé a sûrement mis les joueurs dans une situation trop confortable, les nombreuses blessures du début de saison n’ont également pas aidé l’équipe. Au niveau du jeu, les alsaciens n’arrivent pas à percer les blocs bas et manquent cruellement d’idées dans le dernier tiers, sur le plan défensif, Stéphan a du mal à trouver son trio de défenseurs centraux, la charnière sera en souffrance, encaissant à minima un but lors des 21 premières rencontres.


En manque de résultats et relégable, le club est en grand danger et le board alsacien décide de remercier Stéphan, il le remplace dans un premier temps par Matthieu le Scornet à partir de la 18 ème journée, suite à une défaite en Coupe de France face à Angers aux tirs aux buts. Mais cette nomination ne porte pas réellement ses fruits, malgré un premier succès à domicile contre Montpellier, comme évoqué plus haut et une victoire sur la pelouse de Lyon (2-1), les alsaciens sont toujours 17 ème et le board décide de faire confiance à un entraineur expérimenté dans la lutte pour le maintien, avec la nomination de Frédéric Antonetti en février.


Ce dernier va réussir à relancer l’équipe, il garde le système à 5 défenseurs, mais décide de l’adapter en 3-4-2-1, suite aux départs de Thomasson et Ajorque lors du mercato hivernal. Diallo est installé seul en pointe et les jeunes Doukouré et Diarra sont intégrés au onze type, en plus des recrues Sanson et Guilbert. Après une victoire inaugurale contre Angers (2-1), les alsaciens obtiennent un point inespéré sur la pelouse de Marseille (2-2) et parviennent petit à petit à s’extirper de la zone de relégation.


Diallo porte Strasbourg et atteint la barre des 20 buts, les cinq succès acquis contre Auxerre (2-0), Ajaccio (3-1), Reims (2-0), Nantes (2-0) et Nice (2-0) permettent au club d’assurer pratiquement son maintien, ce sera chose faite lors de la 37 ème journée, après un match nul contre le Paris SG (1-1). Sous Antonetti, l’équipe a été moins prévisible offensivement et a su imposer un pressing plus intense, il y a également eu une stabilisation défensive, qui a permis de tenir plus facilement des résultats face aux concurrents directs. Sur le plan statistique, on peut voir que Strasbourg a légèrement sous performé ses xG et ses xGA au global sur la saison, mais il ne s’agit pas d’un écart réellement significatif.


Concernant les performances individuelles, Diallo est bien entendu le joueur à mettre en avant, c’est en grande partie grâce à lui que le club s’est sauvé, avec de nombreux buts dans des positions diverses, un attaquant complet. Diarra a été la vraie révélation de la seconde partie de saison, véritable milieu box to box, il est capable de revenir défendre et d’amener le surnombre offensivement (3 buts et 2 passes décisives). Sanson a été la bonne pioche du mercato hivernal, il a apporté son expérience et sa détermination à une équipe qui en avait besoin. En défense, Sels a comme souvent tenu son rang, mais les défenseurs centraux ont tous été décevants, hormis le jeune Doukouré, solide en fin de saison. Pour le reste, Ajorque et Thomasson ont été de vraies déceptions lors de la première partie de championnat, Bellegarde a été bon, sans être excellent, tandis que Guilbert a su apporter de la sérénité en seconde partie d’exercice, à un poste qui en manquait.



Bilan chiffré :


15 ème de Ligue 1

40 points (1.14 par match)

9 victoires, 13 nuls, 16 défaites



A domicile

16 ème de Ligue 1

22 points (1.16 par match)

5 victoires, 7 nuls, 7 défaites



A l’extérieur

14 ème de Ligue 1

18 points (0.95 par match)

4 victoires, 6 nuls, 9 défaites


Buts

51 pour (1.34 par match), 10 ème attaque

59 contre (1.55 par match), 15 ème défense

Différence : -8


Data

xG : 52.79

11 ème de Ligue 1

Différence xG-buts marqués : -1.79


xGA : 55.93

12 ème de Ligue 1

Différence xGA-buts encaissés : -3.07



Mercato :


Strasbourg vit un mercato animé suite à son rachat par le groupe BlueCo, les nouveaux moyens du club lui permettent de pouvoir investir et son partenariat avec Chelsea va sûrement lui permettre d’obtenir des joueurs en prêts.



Départs :


Au niveau des départs actés, la perte de Djiku est sûrement le mouvement le plus préjudiciable, le défenseur ghanéen est parti librement à Fenerbahce suite à la fin de son contrat. C’était le patron de la défense alsacienne l’an dernier et son remplacement a été l’une des priorités des dirigeants durant ce mercato. Ces derniers auraient bien aimé obtenir une indemnité de transfert, mais le départ du défenseur à Hoffenheim avait été bloqué l’an dernier pour une question d’agents, ce n’est donc pas vraiment de la faute du club.


Le Marchand a lui décidé de mettre fin à sa carrière, l’ancien niçois avait des problèmes récurrents au dos et il a préféré arrêter plutôt que de continuer, on lui souhaite plein de bonheur dans sa nouvelle vie. Pour Strasbourg, cela a aussi été une perte importante dans le secteur défensif, car il était un titulaire indiscutable en fin de saison dernière.


La légende Liénard a également quitté le club en fin de contrat, au sein de l’effectif depuis 2013, il avait participé à la remontée du club en Ligue 1 et a été l’un des éléments majeurs du onze pendant de nombreuses saisons. Il a préféré vivre un nouveau challenge à Bastia en Ligue 2 plutôt que de rester à Strasbourg. Ce n’est pas une immense perte sportive, car il n’était plus titulaire l’an dernier, c’est par contre un départ majeur pour le vestiaire, car ce dernier perd l’un de ses leaders. On notera aussi que Liénard devrait revenir au club à l’issue de sa carrière et occuper un poste au sein de celui-ci, un joli geste.


Pour le reste, il ne s’agit que de départs mineurs, Dagba est retourné à Paris après son prêt raté où il n’a pas su se relancer, son départ n’a aucun impact. Nakashima a lui quitté le club librement, c’était le second gardien et sa perte a été compensée sans problème. Strasbourg a ensuite vendu Elimbi pour un montant inconnu, tandis que les jeunes Risser et Jean ont été prêtés pour acquérir du temps de jeu à Dijon et Avranches.



Arrivées :


Côté arrivées, Strasbourg a directement montré sa nouvelle manne financière, avec le recrutement de Sylla pour 20 millions d’euros. Le défenseur ivoirien arrive en provenance du Club Bruges et il est annoncé comme l’un des grands espoirs mondiaux à ce poste. Il permet de compenser le départ de Djiku et c’était un joueur dont avait besoin Vieira à ce poste. On peut par contre s’interroger sur le montant de la transaction, qui semble élevé, car sa valeur marchande n'est que de 8 millions d’euros, il faudra qu’il se montre performant pour ne pas que le club perde de l’argent dessus.


Le deuxième gros achat de l’été, c’est l’arrivée d’Emegha en provenance du Sturm Graz pour 13 millions d’euros. Le buteur néerlandais est lui aussi annoncé comme un espoir et Strasbourg semble l’avoir recruté pour combler une possible perte de Diallo lors de la fin du mercato, nous en parlerons plus bas. Là aussi, il faudra que le joueur se montre performant, car sa valeur marchande n’est que de 8 millions d’euros.


Les alsaciens ont aussi réalisé un joli coup avec l’arrivée libre de Deminguet après la fin de son contrat à Caen. Il était une valeur sûre du club normand depuis plusieurs saisons et devrait avoir un rôle à jouer cette saison dans la rotation au milieu de terrain. Enfin, on notera aussi l’arrivée du jeune Baseya en provenance de Nancy, mais le montant de la transaction n’a pas fuité.



Suite du mercato :


Pour le moment, fort de ses nouveau moyens, Strasbourg réalise un début de mercato ambitieux et a recruté deux espoirs majeurs avec les arrivées de Sylla et Emegha, il faudra voir ce que les deux joueurs donneront sur le terrain avant de savoir si ce sont de bons recrutements ou non. Côté départs, il n’y a pas eu de pertes très préjudiciables, hormis Diku, et ce dernier a déjà été remplacé numériquement par Sylla en défense. Mais le mercato des alsaciens est loin d’être terminé, car le club a ciblé trois postes prioritaires à renforcer d’ici la fin du mercato, le poste de défenseur central, le poste de milieu défensif et le poste de buteur. Pour ce qui est du défenseur central, les dirigeants convoitent Davinson Sanchez, qui est en échec à Tottenham, ainsi que le joueur de l’Héllas Vérone, Isak Hien, reste à voir si ces pistes aboutiront, ils risquent également de conclure l’arrivée de Mwanga en provenance des Girondins de Bordeaux dans les jours à venir au moment où ces lignes sont écrites. Concernant le milieu défensif, Strasbourg devrait normalement accueillir Ugochukwu en prêt, après son transfert à Chelsea. Cela pourrait être le premier échange entre les deux clubs sur le marché des transferts et son arrivée serait un très bon coup pour renforcer ce poste.



Pour ce qui est du buteur, les alsaciens visent un second prêt de Chelsea, qui attend sûrement un possible transfert de Wahi et une validation pour Deivid Washinghton, afin de choisir quel joueur ils enverront à Strasbourg. Ce pourrait aussi être Angelo, qui a montré de belles choses lors de la préparation avec les Blues, mais ce dernier est plutôt un ailier. Strasbourg a aussi de bonnes chances de conclure l’arrivée de Bakwa dans les jours à venir, l’ailier gauche bordelais devrait s’engager avec les alsaciens. Enfin, dernière rumeur en date du côté des arrivées avec la piste Zakharyan, il s’agit d’un milieu offensif âgé de 20 ans, qui évolue au Dynamo Moscou et le club serait apparemment intéressé pour s’attacher ses services, à suivre. Du côté des départs, Diallo pourrait quitter le club, c’est en tout cas la tendance, bien qu’il n'y ait pas pour le moment d’offres concrètes de la part d’autres clubs, parmi les intéressés, il y aurait notamment Lens et Rennes. Le club en demandera minimum 20 millions d’euros et ne devrait pas avoir besoin de recruter pour compenser son départ, avec l’arrivée d’Emegha et le possible prêt d’un buteur de Chelsea. Bellegarde et Diarra ont souvent été associés à des rumeurs de départs en Ligue 1 cet été, mais ils sont toujours au club et semblent partis pour rester. Enfin, Chahiri qui n’entre plus dans les plans du club est invité à se trouver une porte de sortie d’ici la fin du mercato.


Effectif :


Effectif Strasbourg


Tactique :


Tactique Strasbourg

Style de jeu :


Tactiquement, Vieira devrait utiliser un système à cinq défenseurs pour s’adapter à l’effectif en place. Il préfère plutôt un schéma en 4-3-3 ou 4-2-3-1, schéma qu’il utilisait fréquemment à Crystal Palace, mais il est capable de manier un système à cinq défenseurs, il l’a déjà fait par exemple à Nice par le passé.


Il est adepte d’un jeu direct basé sur des transitions rapides, à la relance, il demande de la qualité à ses défenseurs centraux pour briser la première ligne de pression adverse, que ce soit par la passe ou bien à l’aide de remontées balle au pied. L’objectif est de réussir à amener le danger rapidement sur le but adverse, idéalement en une dizaine de passes.

Vieira n’est cependant pas un dogmatique et il autorise ses défenseurs centraux à allonger si la solution n’est pas trouvable proprement. On risque régulièrement de voir des longs ballons vers les buteurs, pour le moment Diallo et Emegha, les deux pourraient être intéressants dans ce rôle, permettant de casser le pressing de l’adversaire d’une autre manière. Cela demandera des milieux relayeurs capables de jouer les seconds ballons pour profiter des déviations de la part des buteurs.


Une fois dans le dernier tiers, que ce soit à l’aide d’une relance propre ou bien d’un jeu plus direct, les équipes de Vieira utilisent beaucoup la largeur du terrain pour faire la différence. Généralement, il demande à sa formation d’attirer les défenseurs d’un côté du terrain, puis de renverser à l’opposée dans l’espace libre, le rôle des pistons sera essentiel pour cela, ils devront proposer une solution et savoir exploiter l’espace.


Une fois ce dernier trouvé, l’idée sera sûrement de trouver les buteurs à l’aide de centres, à Crystal Palace, il aimait beaucoup varier avec des ailiers capables de participer au jeu et d’amener du danger à l’intérieur, mais dans un système à cinq défenseurs, on risque de moins voir cela, à moins que les milieux relayeurs se projettent énormément.


Logiquement, les équipes de Vieira sont redoutables en contre-attaques, étant donné qu’elles cherchent déjà à se projeter vite vers l’avant en possession du ballon, quand elle le récupère, cette volonté est encore plus grande. Un duo de buteurs peut être très intéressant dans ce type de situations, on peut très bien imaginer une récupération puis un long ballon vers l’un des deux attaquants, qui effectue ensuite une déviation pour son partenaire dans la profondeur.


L’un des points de vigilance concernera les phases avec ballon, l’an dernier, Vieira n’a pas su insuffler suffisamment de variété dans ses attaques et le jeu de Crystal Palace était trop stérile, il faudra voir s’il est capable d’améliorer cela à Strasbourg.


Sur le plan défensif, Vieira demande un pressing haut à ses joueurs, mais ce n’est pas un pressing constant et intensif, il sera déclenché à certains moments, mais ne sera pas permanent. On devrait observer une organisation assez classique en 5-3-2, avec la volonté de fermer l’axe pour coincer l’adversaire sur les côtés et chercher à le presser dans ces zones.


Dernier point, les équipes de Vieira sont souvent très intéressantes sur coups de pieds arrêtés offensifs, en 27 matchs avec Crystal Palace l’an dernier, 8 des 21 buts des Eagles avaient été inscrits sur phase arrêtés, les adversaires devront donc se méfier, surtout que l’effectif alsacien dispose de plusieurs armes dans ce domaine.



Gardien :


Pour ce qui est des joueurs, on retrouvera l’incontournable Sels au poste de gardien. Le Belge est l’un des piliers de l’équipe depuis de nombreuses saisons et il n’y a aucun raison qu’il ne soit pas à nouveau essentiel cette année. Malgré une saison plus difficile pour son équipe et des statistiques avancées qui ne sont pas incroyables l’an dernier, il a sauvé Strasbourg à plusieurs reprises et a grandement contribué au maintien des siens. Sa doublure sera normalement Bellaarouch cette saison, le jeune gardien a eu du temps de jeu lors de la préparation.



Défenseurs :


Au niveau de la défense à trois, difficile de savoir quels seront les titulaires pour toute la saison, car la future recrue à ce poste pourrait chambouler le trio actuel, la certitude, c’est que Sylla sera indiscutable à gauche de cette défense. Recruté 20 millions d’euros, il est le gros coup du mercato strasbourgeois, c’est un défenseur déjà très complet à seulement 20 ans, que ce soit à la relance ou bien en tant que pur défenseur, il a l’avantage d’avoir déjà évolué dans une défense à trois au Club Bruges, il ne sera donc pas perdu à ce poste. A la relance, il se montre très propre techniquement, avec plus de 89% de précision dans ses transmissions, des transmissions qui ne sont en plus pas neutres, car il réalise plus de 5 passes progressives par rencontre, il sera un excellent premier relanceur dans le système de Vieira. Il est capable de battre la pression adverse par la passe, mais aussi par des percées, costaud et mesurant 1m88, il est difficile à stopper balle au pied, il doit cependant s’améliorer dans ce secteur, car il perd parfois le ballon dans des zones dangereuses. Sur le plan défensif, il est très difficile à passer, car il est imposant physiquement et se montre assez rapide, il ne craint pas les duels et remportait près de 70% d’entre eux en Belgique. Là où il doit par contre faire des progrès défensivement, c’est dans son jeu aérien, car malgré sa taille assez grande, il ne remporte que 50% de ses duels aériens, un pourcentage un peu faible pour un défenseur central. Il reste néanmoins un très bon défenseur pour son âge et c’est l’un des meilleurs espoirs européens à ce poste, les attaquants de Ligue 1 seront loin de s’amuser avec lui.



A sa droite, on retrouvera Nyamsi, en attendant une possible recrue qui pourrait remettre en cause son statut de titulaire. L’ancien rennais a été souvent blessé l’an dernier et son absence a pesé sur les performances défensives de l’équipe. Au centre de ce trio défensif, il va être chargé de couvrir la profondeur et d’assurer la couverture, notamment si les deux défenseurs centraux excentrés sortent sur les attaquants adverses. Il est doté d’une bonne vitesse et il est assez rugueux, tout comme son coéquipier ivoirien, il remportait moins de duels défensifs que ce dernier (57%), par contre il est meilleur dans les airs et sera la tour de contrôle de cette défense pour contrer les centres adverses (70% de duels aériens remportés). Le point faible de Nyamsi, c’est sa qualité de relance, il est beaucoup moins propre techniquement que Sylla et ne réussit que 84% de ses passes, il est capable de briser le pressing adverse à l’aide de percées, mais il en effectue beaucoup moins que son compère défensif. Un défenseur simple donc, qui se contente de faire ce qu’il sait faire, mais qui risque d’avoir du mal à franchir un cap dans le nouveau projet strasbourgeois et qui manque de qualité à la relance pour le style Vieira, on comprend la volonté des dirigeants de lui trouver un remplaçant.



Le défenseur excentré droit devrait par contre être Doukouré pour l’intégralité de la saison, à moins que sa polyvalence finisse par le pousser un cran plus haut, au poste de milieu défensif, poste qu’il a occupé à plusieurs reprises l’an dernier en dehors de ce poste de défenseur central. Capable aussi d’évoluer en tant que latéral droit, il est idéal pour s’insérer dans une défense à trois, il apporte un profil vraiment différent. Bien qu’il soit assez conservateur à la relance, son agilité liée à son gabarit plus fin (1m80) est une vraie arme pour se sortir de la pression adverse, d’autant qu’il est habitué à dribbler en ayant déjà joué sur le côté. Une caractéristique qu’on retrouve dans ses attributs avancées, car il réalise plus d’un dribble par match, ce qui est plus élevé que bon nombre de défenseurs. Il n’hésite pas à porter le ballon et il lui arrive même d’apporter son soutien offensivement, la défense à trois le lui permet, car Nyamsi et Sylla sont là pour couvrir ses arrières an cas de contre-attaque. Il va devoir par contre progresser sur le plan défensif, car il ne remporte que 54% de ses duels défensifs, un chiffre qui tombe à 44% dans le domaine aérien, moins dommageable car il est accompagné par Nyamsi, très bon dans ce rôle comme vu plus haut. En résumé, un véritable espoir à 20 ans, reste à savoir s’il va s’imposer à ce poste ou bien si ses capacités techniques seront appréciées par Vieira un cran plus haut sur le terrain.


Si jamais l’entraîneur français veut le remplacer dans sa défense, il optera très certainement pour la solution Perrin. Fila a aussi eu du temps de jeu lors de la préparation en tant que défenseur central, mais ce n’est pas un défenseur central de métier, plutôt un latéral ou bien un piston. Perrin est une valeur assez sûre de la défense strasbourgeoise depuis deux saisons, sans faire de bruit, il fait toujours le travail avec 59% de duels défensifs remportés et 65% de réussite dans les airs. Si jamais Vieira fait appel à lui, nul doute qu’il répondra présent, il est également plus sûr avec le ballon qu’un Nyamsi par exemple.



Pour ce qui est des pistons, il y a une concurrence à gauche entre Delaine et Sobol, mais c’est bien le premier qui devrait partir titulaire cette saison au vu des matchs amicaux. L’ancien messin a profité de la venue d’Antonetti l’an dernier pour se relancer, il devrait être idéal dans le système de Vieira, car c’est un piston offensif qui amène sans cesse de la largeur et de la profondeur. Capable également de jouer à droite, car il a les deux pieds, Delaine est difficile à défendre pour un défenseur, car il peut déborder pour centrer à l’aide de son pied gauche, ou bien revenir à l’intérieur et centrer avec son pied droit. Une qualité de centres qui est l’un de ses points forts et qui lui a permis de réaliser 2 passes décisives en à peine 13 titularisations l’année passée. Delaine est un piston qui n’hésite pas à multiplier les appels dans la profondeur, preuve en est avec ses 7.75 passes progressives reçues par 90 minutes sous Antonetti. En plus d’être bon sur le plan offensif, Delaine assure ses replis défensifs et ces derniers sont généralement de qualité, il remporte la majorité de ces duels défensifs, qu’ils soient aériens ou non, ce qui est très bien pour un piston. En résumé, c’est un piston assez complet qui devrait être l’une des valeurs sûres strasbourgeoises cette saison, attention par contre aux blessures, car il a régulièrement des pépins. Ces pépins pourraient permettre à Sobol d’avoir sa chance, arrivé l’hiver dernier, l’ukrainien n’a pas convaincu, la faute à un impact offensif moindre. Mais il a de belles qualités défensives et semble meilleur sur ce point que Delaine (plus de 60% de duels remportés), il pourrait donc avoir sa chance à un moment ou un autre cette saison, il faudra d’abord qu’il se remette d’une blessure à la cheville droite.



En tant que piston droit, Guilbert sera indiscutable, son départ lors de la première partie de saison l’an dernier s’est grandement fait ressentir et son retour a permis de stabiliser l’arrière-garde alsacienne. Il peut aussi dépanner à gauche ou dans une défense centrale, mais on devrait exclusivement le voir à droite cette année. Guilbert est surtout très précieux dans le secteur défensif, il se replie très efficacement et ferme bien l’espace dans son dos, il n’hésite pas non plus à aller au duel et se montre performant dans ces derniers, avec 55% de réussite. Mais il ne faut pas cataloguer l’ancien bordelais à un rôle défensif, il peut aussi apporter son soutien devant et a une vraie patte pour brosser des ballons en direction des attaquants. Ce n'est pas pour rien qu’il était le tireur de coups de pieds arrêtés de l’équipe à un moment, il pourrait d’ailleurs l’être à nouveau cette saison, d’autant que Vieira mise beaucoup sur eux pour se montrer dangereux. Il apporte moins que Delaine offensivement, mais il a tout de même réussi une passe décisive l’an dernier et dans une équipe qui cherchera à se projeter vite vers l’avant, il est un excellent contre-attaquant qui semble idéal pour occuper ce poste. Sa doublure devrait être le jeune Senaya, après plusieurs prêts, il a eu sa chance lors de la préparation et a montré de belles choses. Il ne semble pas en capacité de prendre la place de Guilbert à l’heure actuelle, mais il doit profiter de cette année pour emmagasiner de l’expérience et devenir à terme le titulaire à ce poste. Il y a aussi l’option Fila, mais ce dernier a aussi dépanné dans l’axe et part de plus loin par rapport à Guilbert et Senaya.



Milieux :


Au milieu de terrain, en attendant la très probable arrivée d’Ugochukwu, Deminguet devrait jouer en tant que milieu défensif, au moins pour le premier match. Valeur sûre de Caen depuis plusieurs saisons, difficile de savoir s’il peut franchir un cap en Ligue 1, il a l’avantage d’être polyvalent et de pouvoir jouer à tous les postes du milieu de terrain, ce qui en fera une doublure flexible pour Vieira selon toute vraisemblance. Car bien qu’il soit assez habile techniquement, avec 88% de passes réussies, il semble manquer clairement d’impact physique et ne gagne que 45% de ses duels défensifs. Un impact physique que devrait apporter Ugochuwku et qu’a demandé le coach français dans cette zone, le nouveau joueur de Chelsea remporte 57% de ses duels défensifs et il est aussi capable d’avoir une véritable présence aérienne que n’a pas Deminguet, avec 70% de réussite, bien aidé par son mètre 88. En plus d’être bon défensivement et d’assurer l’équilibre de l’équipe, Ugochukwu n’est pas maladroit techniquement, il a un taux de réussite dans ses transmissions identique à celui de Deminguet, si son arrivée se confirme, ce sera un très bon choix pour Strasbourg et pour la méthode Vieira. A ce poste de numéro 6, Vieira a deux autres options avec Aholou et Prcic, deux joueurs capables d’évoluer un cran plus haut également, difficile de savoir s’ils auront du temps de jeu et si oui à quel poste.



Car le duo de milieux relayeurs, très important dans la tactique de Vieira pour être à l’affut des deuxièmes ballons et soutenir les attaques semble indiscutablement être Bellegarde/Diarra, à moins d’un départ, mais ce n’est pas l’hypothèse la plus probable au moment où ces lignes sont écrites. Diarra s’est révélé sous Antonetti, utilisé un cran plus haut dans un rôle hybride oscillant entre ailier droit et milieu box to box, il a excellé et a tapé dans l’œil de nombreux observateurs. C’est ce même poste qu’il risque d’occuper cette saison sous Vieira et on risque souvent de le voir trainer sur l’aile droite, comme le montre sa heat map de l’an dernier où il touchait beaucoup de ballons dans cette zone.



Heat map Diarra


Il est très fin techniquement, mais c’est surtout par ses percées balle au pied qu’il fait la différence au milieu, une fois dans le dernier tiers, il prend très souvent la bonne décision et il assez lucide. Une lucidité qui lui a permis de finir la saison avec 3 buts et 2 passes décisives en seulement 18 titularisations, ce sont de très bonnes statistiques pour un milieu de terrain. Son important volume de jeu lui permet aussi de revenir défendre efficacement, c’est ce qu’appréciait beaucoup Antonetti chez lui l’an dernier. Il devra néanmoins progresser défensivement, car il manque d’impact, mais c’est quelque chose qu’on peut nuancer car ce n’est pas non plus son but premier en tant que milieu box to box.



Aux côtés de Diarra, Bellegarde devrait être très complémentaire, c’est lui aussi un joueur avec un gros volume de jeu, mais il jouait un cran plus bas que son partenaire l’an dernier, ce devrait aussi être le cas cette saison. Bellegarde est un milieu de terrain très complet, à l’aise techniquement, il est très bon dans le dernier tiers adverse pour trouver des décalages, Vieira devrait apprécier cette qualité. On peut le définir comme un milieu box to box, car il casse souvent la pression adverse à l’aide de courses à l’intérieur du jeu, l’an dernier, il réalisait près de 4 courses progressives par rencontre, ce qui le classe parmi les meilleurs milieux de terrain d’Europe dans ce domaine. Cette faculté à casser les lignes lui a permis d’avoir des statistiques offensives intéressantes, il a terminé la saison avec 2 buts et 6 passes décisives. Il est important de noter aussi que Bellegarde est un très bon tireur de coups francs directs, il a régulièrement été intéressant dans ce domaine cette saison avec de jolis buts, une qualité de pied qui lui permet aussi de tirer les corners de l’équipe. Sur le plan défensif, il est plus mûr que Diarra, normal car il est moins jeune, parce qu’il a plus d’expérience en Ligue 1 et parce qu’il joue un peu moins haut, n’hésitant pas à décrocher pour demander le ballon. Il remporte en moyenne 56% de ses duels défensifs, ce qui est assez correct pour un milieu box to box. Ci-dessous sa heat map, pour montrer qu’il est très actif et qu’il touche des ballons dans toutes les zones du milieu de terrain, cela permet aussi de la comparer avec celle de Diarra pour voir qu’ils n’ont pas exactement les mêmes rôles, malgré des positionnement théoriques assez proches.



Heat map Bellegarde


Le duo Bellegarde/Diarra semble donc très complémentaire comme nous l’avons vu, ce devrait être l’une des forces de Strasbourg cette saison. Sur le banc, Vieira dispose de Prcic et Aholou, dont on a parlé plus haut, mais ils sont plus à l’aise un cran plus bas et ne peuvent pas vraiment évoluer comme des box to box. Du coup, c’est sûrement Sissoko qui aura sa chance en tant que doublure, il est rugueux et solide, mais il devra par contre progresser sur la plan offensif, où il manque encore d’impact. Sinon, il y a aussi l’option Deminguet si ce dernier venait à être poussé sur le banc par la très probable arrivée d’Ugochukwu.



Attaquants :


En attaque, dans l’attente d’un départ ou non de Diallo lors de la suite du mercato, la seule certitude, c’est qu’Emegha sera un titulaire indiscutable. A priori dans une attaque à deux buteurs, à moins que de futurs prêts de Chelsea viennent bouleverser les plans et que Vieira soit obligé de remodeler son système avec des ailiers, mais c’est encore trop flou pour véritablement en parler. Emegha est un pur numéro 9, qui préfère évoluer avec un attaquant à côté de lui, ce qui devrait être le cas à Strasbourg. Il est très grand (1m95), ce qui ne l’empêche pas d’être très mobile, il lit bien le jeu et ses appels dans le dos de la défense sont souvent très tranchants, il sera difficile à contenir pour les défenseurs. D’autant plus difficile à contenir qu’il est puissant et qu’il sait jouer de son corps pour faire la différence en un contre un, là où il pêche davantage, c’est sur sa conduite de balle, il perd parfois des ballons alors qu’il est en bonne position. Il est capable de partir dans de longues chevauchées, mais celles-ci sont souvent vaines en raison de ce déchet technique, c’est un point qu’il devra améliorer. Tout comme sa finition, car malgré 9 buts en championnat l’an dernier, il rate beaucoup de face à face, tirant souvent sur le gardien et ne plaçant pas assez bien son ballon. Il sera par contre un danger aérien et son jeu de tête est assez bon, ce qui est compatible avec des pistons qui délivrent de bons centres, comme on en a parlé auparavant. En résumé, c’est un attaquant très intéressant et qui est assez complet, il se crée beaucoup d’occasions mais devra impérativement progresser à la finition pour ne pas frustrer ses coéquipiers et ses supporters.



Pour le début de saison, Emegha devrait être associé à Diallo, meilleur buteur strasbourgeois l’an dernier, le sénégalais a réalisé la meilleure saison de sa carrière avec 20 buts inscrits, ce qui attise forcément la convoitise. S’il reste, Strasbourg aura un duo qui risque de faire mal à beaucoup de défenses en Ligue 1, car avec un buteur physique à ses côtés, capable de déviations dans le domaine aérien, il aura de bons ballons à exploiter et on sait qu’il est assez clinique à la finition (17.76 xG pour 20 buts l’an dernier). Le problème, c’est que ce n’est pas l’hypothèse la plus probable, Vieira a donc testé pas mal d’autres associations lors des matchs de préparation. C’est le jeune Sahi Dion qui semble avoir tirer son épingle du jeu, auteur d’un bon prêt l’an dernier à Annecy en Ligue 2, avec 15 buts marqués au sein d’une équipe qui a joué la relégation, il semble assez complémentaire d’Emegha. Il est plus petit (1m75) et il fait mal dans le dos des défenses adverses, on peut très bien imaginer Emegha qui fixe la défense avant de servir Sahi Dion, l’idée est alléchante, reste à voir ce que cela donnera sur le terrain. Vieira a aussi l’option Gameiro, l’ancien parisien a finalement prolongé son contrat pour une saison supplémentaire en Alsace. Néanmoins, difficile de croire qu’il puisse être plus qu’un super sub cette saison, car il n’a plus le physique pour tenir tout un match à haute intensité, par contre, il est toujours aussi clinique et peut permettre de forcer une décision. Enfin, il y a aussi Mothiba, mais il semble assez loin dans la hiérarchie et la possible arrivée d’un numéro 9 risque définitivement de condamner son avenir à Strasbourg.



Pronostic :


Grand changement cet été avec l’arrivée de BlueCo en Alsace, après une saison difficile et un maintien acquis en fin de saison, Marc Keller a cédé le club pour franchir un cap cette année. Un changement de propriétaire qui s’est rapidement vu sur le marché, avec les arrivées de Sylla et Emegha, en attendant possiblement Mwanga, Bakwa et des joueurs prêtés par Chelsea, nouveau club partenaire des alsaciens. Tout cela s’est accompagné de l’arrivée de Vieira sur le banc, qui aura les cartes en mains pour porter le projet strasbourgeois vers l’Europe à terme. Il est cependant assez difficile de savoir ce que va être capable de faire Strasbourg cette saison, car il y a beaucoup de nouveaux joueurs et parce que le système de jeu n’ait pas clairement établi et pourrait évoluer en cours de saison. Des doutes qui concernant aussi Vieira, qui sort d’une saison très difficile à Crystal Palace. Il faudra aussi voir si Diallo restera pour cette saison, ou bien s’il va partir avant la fin du mercato, pas mal de questionnements et de flou. Néanmoins, on a du mal à imaginer Strasbourg réaliser une saison catastrophique, car l’effectif reste cohérent et de qualité. Le club pourrait être l’une des belles surprises du championnat, mais on opte plutôt pour une place dans le ventre mou et on préfère attendre de voir ce que cela donne, 11 ème.


Pronostic : 11 ème

1 280 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page