top of page
  • robinnarguet

Guide Ligue 1, Stade Rennais

Dernière mise à jour : 11 août 2023

Stade Rennais Football Club


Logo Rennes

Billet rédigé le 06/08


Histoire :


Le Stade Rennais est l’un des clubs les plus vieux de France, il est fondé en 1901 et devra attendre 1932 pour devenir professionnel, suite à son intégration en première division. Jusqu’aux années 60, Rennes est une équipe assez anodine en France et alterne les saisons entre la première et la deuxième division.


Sous l’impulsion de Jean Prouff, les bretons terminent à la quatrième place du championnat lors de l’exercice 1964-1965 et remportent leur premier titre majeur, avec la Coupe de France 1965. Ce premier succès sera suivi d’un second, avec une deuxième Coupe de France en 1971.


Après cette belle période, Rennes va connaître un moment difficile suite au départ de Prouff, le club descend en deuxième division au terme de la saison 1974-1975 et aura des difficultés financières. Il faudra attendre 1994 pour que Rennes se stabilise enfin en première division, après une vingtaine d’années à osciller entre première et seconde division.


Après avoir frôlé la relégation en 1998, le club est racheté par l’homme d’affaires français François Pinault, ce qui va donner de nouvelles ambitions au Stade Rennais. Le club se hisse à la cinquième place du championnat l’année suivante, sous les ordres de László Bölöni. Les rouges et noirs se qualifient ensuite pour une Coupe d’Europe, grâce à leur quatrième place obtenue lors de l’exercice 2004-2005.


Rennes passe ensuite tout proche d’une première qualification en Ligue des Champions, avec une quatrième place en 2007-2008, celle-ci leur échappe lors de l’ultime journée, après avoir été sur le podium.


Le club acquiert ensuite une réputation de club maudit avec plusieurs finales de coupes perdues. D’abord en 2009, avec une défaite contre Guingamp en Coupe de France, puis en 2013, avec une défaite contre l’AS Saint-Etienne en Coupe de la Ligue et enfin en 2014, avec une nouvelle défaite contre Guingamp en Coupe de France. Dans le même temps, Rennes rentre dans le rang en championnat et n’arrive pas à lutter pour les places européennes de 2013 à 2017.


La saison 2017-2018 marque un tournant pour le Stade Rennais, qui retrouve le haut du tableau avec une cinquième place, synonyme de qualification en Ligue Europa. L’exercice qui suit sera historique pour le club, avec un succès en Coupe de France acquis face au Paris SG en finale, c’est le premier titre majeur des bretons depuis 48 ans. En plus de ce titre, l’équipe entrainée par Julien Stéphan parvient à réaliser un joli parcours en Ligue Europa, avec une défaite sur le fil en huitièmes de finale face à Arsenal.


La saison suivante confirme cette belle embellie avec une troisième place au classement, Rennes va découvrir la Ligue des Champions pour la première fois de son histoire en 2020-2021. Le parcours européen des rouges et noirs sera décevant, avec une élimination en phase de poules, Stéphan est également limogé en cours de saison, à cause de mauvais résultats en championnat.


Bruno Génésio prend alors la suite, il réalise une belle fin de saison et permet au Stade Rennais d’arracher une place européenne qualificative pour la Ligue Europa Conférence. Lors de l’exercice 2021-2022, l’équipe a réalisé une superbe saison et a longtemps figuré sur le podium du championnat, finissant finalement quatrième après quelques mauvais résultats en fin de saison.


L’an dernier, le Stade Rennais a vécu une année particulière, très performante en début de saison, l’équipe a eu du mal à se remettre de la grave blessure de Martin Terrier et a été éliminée dès les seizièmes de finale de la Ligue Europa, en plus de dégringoler au classement. Finalement, Génésio a fini par trouver les solutions en fin d’exercice, avec un style de jeu retrouvé, Rennes est parvenu à arracher la quatrième place lors de l’ultime journée et disputera la Ligue Europa une deuxième saison de suite.


Génésio a été conforté pour cette saison 2023-2024, malgré des rumeurs de départ, le technicien semble content de rester et aura de grandes ambitions cette année, l’objectif du club étant de retrouver la Ligue des Champions et de faire un joli parcours européen, comme ce fut le cas en 2018-2019 et en 2021-2022.



Palmarès :


2 Championnats de France de Ligue 2 : 1956, 1983.


3 Coupes de France : 1965, 1971, 2019.


1 Trophée des Champions : 1971.



Stade :


Roahzon Park

Capacité : 29 778 places


Le Roazhon Park est le principal stade de la ville de Rennes. Érigé en 1912, il est utilisé par le Stade rennais FC. Propriété de la ville de Rennes, il est rénové à plusieurs reprises avant-guerre, dans les années 1950 et à la fin des années 1980. Entre 1999 et 2004, l'ensemble des tribunes sont rénovées ou entièrement reconstruites, ce qui lui permet d'accroître sensiblement sa capacité d'accueil pour atteindre près de 30 000 places assises. Quinzième stade français au nombre de places proposées, il accueille également ponctuellement quelques autres événements sportifs et culturels. Situé dans le quartier Bourg-l'Évesque - la Touche - Moulin du Comte, à l'ouest de la ville de Rennes, il est bordé par le fleuve de la Vilaine, et se trouve au centre des installations du Stade rennais FC. À sa proximité immédiate se trouvent le centre de formation et le camp d'entraînement, alors que le stade abrite en son sein la boutique, le restaurant du club et son musée la "galerie des légendes".



Roazhon Park


Président :


Olivier Cloarec a 49 ans, il est français et il s’agit d’un dirigeant du foot français. Il a d’abord fait des études de droit et de marketing sportif, cela lui ouvre les portes du Racing Club de Strasbourg, pour une durée de six mois lors d’un stage. Il restera ensuite au club et deviendra responsable du merchandising, de la communication et du marketing de 1999 à 2004. Après ce passage en Alsace, il sera directeur de la communication du Stade Brestois à partir de 2004, avant d’être directeur général du Vannes OC en 2008.


A l’origine du projet de nouveau centre de formation du Stade Brestois lors de la saison 2012/2013, le breton poursuit sa carrière au FC Lorient en tant que directeur du développement. Il quitte ensuite la Bretagne et s’engage avec le Dijon FCO en 2005, où il sera en premier lieu secrétaire général jusqu’en 2018, puis directeur général de 2018 à 2021. Après la descente du club en 2021, il revient en Bretagne en tant que directeur général adjoint du Stade Rennais, avant de devenir le président du club à partir de mai 2022, succédant à Nicolas Holveck, qui avait des problèmes de santé.



Situation financière :


Au niveau des finances, Rennes est un club qui a des dettes, comme le traduit le bilan de l’exercice 2021-2022, avec une perte de plus de 12 millions d’euros. Celle-ci s’explique par les nombreux investissements consentis par le club ces dernières saisons pour avoir une équipe compétitive et capable de jouer le haut du tableau en Ligue 1 chaque saison. Néanmoins, contrairement à la majorité des autres clubs du championnat, le Stade Rennais n’a pas à craindre ses dettes, étant donné que le club est détenu par la famille Pinault, qui n’hésite pas à investir pour compenser une perte financière.


Le club se doit tout de même de faire un minimum attention à ses dépenses et vend donc régulièrement des joueurs, cela a été le cas ces dernières saisons, avec les ventes d’Aguerd pour 35 millions d’euros, Tel pour 28.5 millions d’euros ou encore Camavinga pour 31 millions d’euros. On devrait de nouveau assister à des ventes lors des saisons à venir, mais Rennes présente tout de même l’avantage de pouvoir conserver ses joueurs plus facilement que d’autres équipes, grâce à la famille Pinault, mais aussi à l’aide de ses bons résultats ces dernières saisons, qui amènent des revenus, que ce soit la coupe d’Europe, ou bien le marketing.



Coach :


Bruno Génésio a 56 ans, il est français et a d’abord eu une carrière de joueur en tant que milieu de terrain. Celle-ci débute en 1985, au sein de son club de cœur, l’Olympique Lyonnais, il restera dix saisons là-bas, bien qu’il ne soit pas un titulaire. Il quitte Lyon en 1995 et termine sa carrière à Martigues, où il joue une saison lors de l’exercice 1995-1996.


Rapidement, Génésio se consacre au métier d’entraîneur, il démarre cette seconde carrière en 1999, à Villefranche, au sein de sa région natale. Cette première expérience ne se passera malheureusement pas très bien, le club alors en CFA descend à l’issue de la saison 2000-2001 et le technicien est limogé. Il devient ensuite adjoint à Besançon entre 2001 et 2004, avant de devenir entraîneur principal de l’équipe, mais une nouvelle fois, cela ne se passe pas très bien et il est de nouveau remercié. Il va par la suite revenir à l’Olympique Lyonnais et occupe un poste d’adjoint de 2005 à 2015, il sera également entraîneur de l’équipe réserve de 2009 à 2011.


En cours de saison 2015-2016, il se voit confier le poste d’entraîneur de l’OL, ce qui va être un véritable tournant dans sa carrière, malgré de vives critiques de la part des supporters, il permet au club de se qualifier trois fois en Ligue des Champions en quatre saisons, il atteint également les demi-finales de la Ligue Europa en 2016-2017. Après cette première bonne expérience, il quitte le club en 2019 et décide de vivre sa première expérience à l’étranger en s’engageant en Chine, du côté du Beijing Guoan. Là-bas, il qualifie le club deux fois en Ligue des Champions Asiatique et passe proche du titre de champion lors de la saison 2019-2020.


Il met finalement un terme à cette aventure en 2021 et s’engage avec Rennes en cours d’exercice 2020-2021. Il est d’abord parvenu à qualifier le club pour la Ligue Europa Conférence, avant de réaliser une très belle saison 2021-2022, finissant quatrième après avoir longtemps été sur le podium, le tout en atteignant les quarts de finale de la Ligue Europa Conférence et en pratiquant un football attractif et offensif.


La saison dernière, Génésio a eu plus de difficultés, malgré un très bon début de saison, la blessure de Martin Terrier après la Coupe du monde a grandement atténué le rendement de l’équipe et le technicien a remis en question son avenir au Stade Rennais. Finalement, après avoir trouvé les solutions, son équipe a réalisé une très belle fin de saison en terminant quatrième et en se qualifiant pour la Ligue Europa. Génésio a décidé de rester et l’objectif du club sera de se qualifier en Ligue des Champions cette saison, tout en réalisant un joli parcours européen. A noter aussi que l’entraîneur rennais pourrait devenir manager général dans les semaines/mois à venir, cela pourrait lui donner davantage de pouvoir au sein du domaine sportif, notamment concernant la formation et le recrutement.



Bilan saison 2022-2023 :


Saison 2022-2023 dans la continuité de la précédente pour le Stade Rennais, quatrième en 2021-2022, l’équipe a de nouveau terminé à la quatrième place, synonyme de qualification en Ligue Europa, pourtant tout n’a pas été simple.


Les bretons ont effectué un excellent départ, malgré les pertes de Laborde et d’Aguerd lors du mercato estival et une défaite surprise d’entrée à domicile contre Lorient (0-1), ils vont réussir à prendre 31 points sur 45 avant la Coupe du monde. Génésio remet en place le 4-4-2 qui a fait son succès la saison précédente, avec un Martin Terrier très mobile et décisif, ainsi qu’une vraie versatilité tactique, le 4-4-2 pouvant se transformer en 4-3-3 par moments et en 3-2-5 en phase offensive.


Gouri et Kalimuendo recrutés lors du mercato parviennent à rapidement s’adapter aux côtés de Terrier et le trio fait des ravages, le Stade Rennais finira la saison avec 55.9% de possession, preuve que l’idée principale est d’avoir le contrôle du jeu et du tempo du match, tout en marquant beaucoup de buts. Seul Lens parvient à défaire les bretons avant la Coupe du monde, en dehors des lorientais (1-2), mais difficile de blâmer les hommes de Génésio, tant les lensois ont été injouables la saison dernière à domicile.


Pour réussir leur série de 11 matchs sans défaite avant la trêve hivernale, l’équipe s’est appuyée sur son excellente solidité à domicile, c’est simple, Rennes a remporté tous ses matchs au Roazhon Park entre la J2 et la J21. On notera déjà quelques pertes de points à l’extérieur contre Troyes (1-1) et Monaco (1-1), présages des difficultés du club en déplacement lors de cet opus 2022-2023.

En dehors du championnat, l’équipe parvient à se qualifier pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa, en terminant à la deuxième place de son groupe, derrière le Fenerbahce. Une seconde place frustrante, tant les rennais ont dominé l’intégralité de leurs matchs dans ce groupe, mais le match nul 3-3 en Turquie, alors qu’ils menaient 3-0 leur coûte cher, il symbolise certains errements défensifs de l’équipe sur cette saison 2022-2023, bien que le bilan défensif ne soit pas mauvais statistiquement, avec la 3 ème meilleure défense de Ligue 1.


Au global, le Stade Rennais terminera la saison avec le deuxième meilleur bilan à domicile, mais seulement le douzième à l’extérieur, preuve des grandes difficultés des rouges et noirs hors de leurs bases. Cette tendance se confirme dès la reprise post Coupe du Monde, avec une défaite d’entrée contre Reims (1-3), sur le podium avant cette rencontre, les bretons vont entrer dans une période plus difficile à partir de ce moment.


Ils perdent Martin Terrier sur blessure, en grande forme, le buteur rennais est victime d’une rupture des ligaments croisés, lors du succès contre Nice (2-1). Génésio doit s’adapter tactiquement, mais aura bien du mal, oscillant entre un système en 4-4-2 et une défense à 5 par instants, sans vrai succès. Les bretons enchaînent trois nouvelles défaites à l’extérieur contre Clermont (1-2), Lorient (1-2) et Toulouse (1-3), qui ne sont pourtant pas des cadors du championnat, malgré de belles promesses.


Les déceptions se poursuivent pour Rennes en Coupe de France, avec une élimination dès les seizièmes de finale contre Marseille (0-1), au terme d’un match frustrant, mais surtout en Ligue Europa, contre le Shakhtar Donetsk. Alors qu’ils sont les grands favoris de cette confrontation, les bretons sont éliminés aux tirs aux buts, après avoir pourtant eu l’avantage dans les dernières minutes de jeu, ces deux défaites vont faire mal au moral des hommes de Génésio.


L’équipe parvient tout de même à obtenir des points, malgré un style de jeu parfois moins emballant, Rennes s’imposera notamment au Parc contre un PSG amorphe (2-0), leur deuxième succès contre les parisiens après celui du match aller (1-0), mais les défaites à domicile contre Lille (1-3), Marseille (0-1) et Lens (0-1) empêchent de viser plus haut que la quatrième place, bien que cela soit surtout lié au bilan comptable de l’équipe à l’extérieur.


Finalement, Génésio est parvenu à trouver la formule gagnante en fin de saison pour arracher l’Europe, avec un 4-3-3 plus équilibré et permettant à Bourigeaud de retrouver la grande forme qu’il avait l’année passée. L’équipe a terminé la saison en boulet de canon, avec 18 points sur 24 possibles lors des 8 derniers matchs, dont quatre victoires consécutives pour terminer, dont une très importante contre Monaco (2-0), concurrent direct. Sur le plan statistique, on notera une légère surperformance offensive et défensive sur la saison, bien que la quatrième place semble méritée.


Individuellement, impossible de ne pas ressortir Bourigeaud, il a été moins en vue que lors de l’exercice 2021-2022, mais il termine tout de même la saison avec 7 buts et 10 passes décisives, dont deux buts lors de la dernière journée pour offrir un précieux succès aux siens. Terrier a aussi été énorme avant sa blessure, avec 9 buts en championnat, on espère qu’il retrouve la pleine possession de ses moyens. Doku a enfin montré de belles choses en fin de saison, il semble sur la bonne voie, saison mitigée pour Gouiri malgré des statistiques intéressantes (15 buts et 3 passes décisives), déception par contre pour Kalimuendo, qui a vraiment eu du mal à s’imposer et qui a perdu sa place en fin de saison, au profit de Toko-Ekambi. Majer a lui été bien moins en vue à partir de la Coupe du monde, tout comme Traoré moins en verve offensivement que la saison précédente, difficile ensuite d’évaluer le niveau de Theate, capable du meilleur comme du pire. Enfin, Mandanda a tenu son rang et a réalisé une belle saison, confirmation pour Truffert qui a montré de jolies choses, enfin, Doué est clairement l’une des pépites à suivre, tant il a été impactant lors de ses entrées en jeu tout au long de l’année.



Bilan chiffré :


4 ème de Ligue 1

68 points (1.79 par match)

21 victoires, 5 nuls, 12 défaites


A domicile

2 ème de Ligue 1

45 points (2.37 par match)

15 victoires, 0 nul, 4 victoires


A l’extérieur

12 ème de Ligue 1

23 points (1.21 par match)

6 victoires, 5 nuls, 8 défaites


Buts

69 pour (1.82 par match), 3 ème attaque

39 buts (1.03 par match), 3 ème défense

Différence : +30


Data

xG : 64.24

7 ème de Ligue 1

Différence xG-buts marqués : +4.76

xGA : 43.14

2 ème de Ligue 1

Différence xGA-buts encaissés : +4.14



Mercato :


Au niveau du mercato, Rennes cherche avant tout à consolider ses acquis cet été, en conservant ses éléments clés et en cherchant à se renforcer aux postes qui ont besoin de retouches.



Départs :


Du côtés des départs, la perte de Traoré est sûrement la plus préjudiciable de ce mercato sur le plan sportif, le latéral droit titulaire et capitaine de l’équipe est parti librement après la fin de son contrat. Au club depuis de nombreuses années et ayant notamment participé à la victoire en Coupe de France en 2019, le malien voulait un nouveau challenge et il a signé à la Real Sociedad. Les dirigeants ont fait de son remplacement une priorité sur ce mercato, comme nous le verrons plus loin.


Sur la plan financier, la grosse vente de l’été, c’est le départ de Ugochukwu à Chelsea pour 30 millions d’euros. Le milieu défensif semblait parti pour rester à Rennes cette saison, mais la très grosse offre des Blues a fait craquer les dirigeants, qui ont décidé de le laisser partir, il devrait être prêté dans la foulée à Strasbourg et pourrait donc recroiser les rouges et noirs cette année. Economiquement, c’est une superbe vente, pour un joueur qui était uniquement une doublure et dont la valeur marchande est seulement de 9 millions d’euros.


Ensuite, les dirigeants sont parvenus à valider plusieurs options d’achats incluses dans des prêts l’an dernier. C’est le cas de Badé, qui a signé définitivement à Séville pour 12 millions d’euros, après avoir remporté la Ligue Europa avec les andalous l’an dernier. Acheté 17 millions d’euros à Lens en 2021, le défenseur central n’a pas su s’imposer à Rennes et son départ semble plus que logique, le club ne perd que 5 millions d’euros, ce qui est un moindre mal.


Guirassy a lui signé à Stuttgart pour 9 millions d’euros, après une saison où il a participé au maintien des siens en Bundesliga. Il était assez performant à Rennes, mais il ne rentre plus dans les plans de Génésio et cela semble encore une fois être un choix cohérent, malgré une perte de 6 millions d’euros dans l’opération, car il avait été acheté 15 millions d’euros à Amiens en 2020.


Dernière vente de l’été, avec la vente de Diouf à Bâle pour 5 millions d’euros, le milieu de terrain formé à Rennes n’a jamais su s’imposer en Bretagne et le club a préféré s’en séparer. Diouf a signé à Lens dans la foulée pour 14 millions d’euros, cela peut laisser des regrets au board rennais, qui a peut être intégré une option d’achat trop basse l’an dernier, mais difficile de savoir que le joueur allait réaliser d’aussi bonnes performances en Suisse.


Les dirigeants ont ensuite cherché à diminuer le nombre de joueurs présents dans l’effectif. Salin n’a pas été prolongé, le troisième gardien de l’équipe a signé au Portugal, son départ n’aucune incidence sportive, départ libre aussi pour le quatrième gardien, Damergy. Le jeune Kadile a été vendu pour un montant inconnu à Laval, il n’a jamais eu sa chance en Bretagne et cela semble logique. Enfin, Alemdar a été prêté à Troyes, le jeune gardien turque a besoin de temps de jeu pour progresser et ce prêt en Ligue 2 semble idéal pour lui. Prêt aussi pour le prometteur Do Marcolino, il rejoint Quevilly Rouen pour une saison.

On notera aussi les fins de prêts de plusieurs joueurs qui n’ont pas été conservé. Toko-Ekambi est retourné à Lyon, son prêt pour dépanner en attaque suite à la grave blessure de Terrier a été correct, mais les dirigeants n’avaient aucune intention de l’acheter au terme de celui-ci. Spence est lui de retour à Tottenham, annoncé comme un grand espoir, il n’a pas convaincu du tout lors de son passage breton, étant souvent trop brouillon et trop personnel. Enfin, Rodon est lui aussi reparti chez les Spurs, annoncé comme un titulaire aux côtés de Theate, il a été catastrophique l’an dernier, au point de perdre sa place de titulaire au profit de jeunes joueurs, à oublier.



Arrivées :


Sur le plan des arrivées, Rennes s’est offert le gros coup Le Fée, un transfert 100% breton en provenance de Lorient, pour un montant de 20 millions d’euros. Il a tout du recrutement idéal, il connait déjà la Ligue 1, il sort d’une très grosse saison avec les merlus (5 buts et 5 passes décisives) et il semble compatible avec le style de jeu mis en place par Génésio. Financièrement, le montant déboursé est identique à sa valeur marchande, les dirigeants ne l’ont donc pas surpayé.


Autre gros coup avec l’arrivée de Blas en provenance de Nantes pour 15 millions d’euros. Rennes chipe l’un des meilleurs joueurs de son rival historique, un joueur qui devrait être amené à être le remplaçant de Doku, dont nous parlerons ensuite. Auteur d’une excellente saison 2021-2022, le meneur de jeu nantais a été moins en vue l’an dernier (7 buts et 5 passes décisives), il a tout de même été prépondérant dans l’opération maintien des siens et n’a jamais rien lâché avec les canaris. Tout comme pour Le Fée, l’indemnité de transfert est cohérente avec sa valeur marchande de 20 millions d’euros.


Rennes a ensuite cherché à assurer ses arrières au poste de gardien après les départs de Alemdar et Salin. Le club a d’abord signé Gallon, pour un montant non indiqué, il reste sur une belle saison avec Troyes, malgré la descente en Ligue 2 et les nombreux buts qu’il a encaissé, il devrait faire le travail en tant que doublure de Mandanda. Lembet a lui été recruté librement, en tant que troisième gardien, principalement pour faire le nombre.



Suite du mercato :


Pour le moment, Rennes réalise un mercato très cohérent, le club s’est renforcé au milieu de terrain et offensivement, avec les arrivées de Le Fée et Blas, deux joueurs qui peuvent progresser et qui devraient parfaitement s’adapter au collectif. Les départs de Traoré et Ugochukwu sont les seuls à avoir un véritable impact sportif et les dirigeants s’activent actuellement pour leur trouver des remplaçants lors de la suite de ce mercato. Concernant le latéral droit pour remplacer Traoré, Aguilar de Monaco serait pisté, mais il n’y a pas d’accord avec le club monégasque pour le moment et aucun autre nom n’a fuité. A ce poste, les dirigeants ne cherchent pas un numéro 1 indiscutable, mais plutôt un numéro 1 bis, pour apporter de la concurrence à Assignon, sans pour autant lui barrer la route. Pour ce qui est du milieu de terrain défensif, Rennes serait sur la piste de Matic, l’expérimenté serbe pourrait venir apporter son expérience en Bretagne et serait vraisemblablement la doublure de Santamaria dans ce cas, reste à voir si cela va se finaliser. En dehors de ces deux postes, Rennes serait encore à la recherche de deux joueurs pour compléter son effectif. Un défenseur central tout d’abord, pour apporter une véritable concurrence à Omari et avoir quatre purs défenseurs centraux, afin de jouer sur deux tableaux en même temps avec la Ligue Europa. Pour le moment, aucun nom n’a fuité à ce poste, le board recherche aussi un éventuel buteur, bien que l’équipe soit fournie à ce poste, Pinault est un adepte de ce genre de mouvements en fin de mercato et aime bien acheter un buteur. Ce sera peut être Diallo, qui reste sur une immense saison avec Strasbourg et dont le nom circule avec insistance ces derniers jours.



Côté départs, il risque aussi d’y avoir pas mal de mouvements lors de la fin du mercato. Le club cherche tout d’abord un point de chute à Gomis, qui n’a plus eu sa chance dans les cages depuis deux saisons et qui n’a aucun avenir sportif à Rennes. En défense, Meling était tout proche de rallier Copenhague au Danemark, mais le transfert semble patiner et il pourrait finalement rester au club. Au milieu, plusieurs joueurs pourraient faire leurs valises dans les prochaines semaines. Xeka tout d’abord, qui ne fait plus partie des plans de Génésio, le club espère toucher une petite indemnité à un an de la fin de son contrat. Tait ensuite, qui a un bon de sortie cet été, plus titulaire l’an dernier, il est clairement barré désormais avec le recrutement de Le Fée et devra trouver un club s’il veut jouer cette saison et se relancer. Enfin, Majer est fortement convoité par plusieurs clubs européens, après une mauvaise seconde partie de saison, le croate a perdu sa place dans le 11, néanmoins, le board ne serait pas trop enclin à le vendre et ne le bradera pas, on parle à minima de 30 millions d’euros pour convaincre Rennes. Offensivement, le gros dossier de l’été, c’est le possible départ de Doku, le belge attise les convoitises des grands d’Europe après sa belle fin de saison, notamment Manchester City qui serait venu aux renseignements. Reste à voir si un club va sortir le chéquier, si c’est le cas, il ne sera pas retenu, car le club a plus ou moins anticipé son départ avec la venue de Blas. Les dirigeants vont de toute façon chercher à dégraisser dans ce secteur, car l’effectif est très fourni, on peut penser que Abline et Tchaouna ont de fortes chances de ne plus faire partie de l’effectif au terme de ce mercato.



Effectif :


Effectif Rennes


Tactique :


Tactique Rennes

Style de jeu :


Tactiquement, Génésio va remettre en place le même 4-3-3 qui a permis à Rennes de bien finir la saison l’an dernier. Un 4-3-3 qui est cependant susceptible d’évoluer en 4-4-2 ou en 4-2-3-1 en fonction des adversaires et des phases du match, car Génésio a montré qu’il savait s’adapter et chercher de nouvelles solutions tactiques depuis son arrivée en Bretagne.


Rennes est une équipe qui aime avoir la possession du ballon, avec 55.9% de possession en moyenne l’an dernier. Elle cherche à faire la différence à l’aide d’un jeu de passes courtes, en s’appuyant sur beaucoup de variété et de permutations. A la relance, les deux latéraux montent souvent d’un cran pour menacer la défense adverse, tandis que les deux défenseurs centraux et le numéro 6 sont chargés d’assurer la première relance. On observe ainsi une base en 2-1.


Mais les défenseurs centraux ne sont pas essentiels, ils servent généralement de leurres pour attirer la pression adverse, bien qu’ils doivent tout de même être bon techniquement dans pas mal de situations à la relance. L’idée, c’est de sauter la ligne de pression adverse en cherchant les latéraux ou bien les milieux de terrain de manière verticale, pour cela, il faut que le gardien soit doté d’un bon jeu au pied, ce qui a été le cas de Mandanda l’an dernier.


Une fois le pressing adverse battu, le jeu rennais se met véritablement en place, l’équipe cherche à être la plus haute possible sur le terrain et à faire des différences avec des redoublements de passes courtes, ainsi qu’avec beaucoup de permutations entre les joueurs.


Génésio excelle pour avoir une formation occupant les 5 couloirs de jeu guardioliens, on observe généralement une formation en 3-2-5 quand Rennes est dans le camp adverse, avec le latéral droit qui se joint aux défenseurs centraux pour former la ligne de trois en défense. Le duo du milieu est formé par le numéro 6 et par l’un des deux numéros 8, tandis qu’on retrouve le latéral gauche, le second numéro 8 ainsi que les trois attaquants aux avants postes.


Ce positionnement très haut sur le terrain permet de menacer en permanence l’adversaire, cela permet à Rennes de créer plus facilement des différences dans l’axe du terrain, pour ensuite se retrouver en surnombre dans le dernier tiers. Une fois dans le dernier tiers, l’équipe est l’une des plus redoutables de France, elle parvient à se créer des occasions à partir de diverses situations.


Ces dernières peuvent provenir de centres en retrait, de centres aériens, de frappes lointaines, de redoublements de passes dans l’axe du terrain et parfois d’exploits personnels, car bien que Génésio fasse primer le collectif avant tout, il octroye une certaine liberté offensive à ses joueurs, pour faire mal à l’adversaire.


A la perte du ballon, l’équipe exerce un pressing haut et intensif, Rennes avait l’un des PPDA les plus faibles de Ligue 1 l’an dernier, ce qui signifie que les équipes adverses ne parvenaient pas à réaliser beaucoup de passes avant de perdre le ballon. Les joueurs exercent un contre-pressing immédiat et sont efficaces dans ce domaine, bien aidés par l’apport de nombreux joueurs dans le secteur offensif. Rennes réalisait 6 tacles ou interceptions par minute en phase défensive l’an dernier, ce qui en fait l’un des meilleurs pressings du championnat.


Le système en 3-2-5 dont on a parlé en phase offensive un peu plus haut est aussi très utile en phase défensive, car le latéral se joignant à la charnière centrale permet de mieux gérer les contre-attaques adverses si jamais le contre-pressing ne fonctionne pas. Ce mécanisme est néanmoins à perfectionner, car l’an dernier, l’un des points faibles de l’équipe était sa vulnérabilité en contre-attaque, un point à surveiller cette saison.


Quand l’équipe adverse parvient à se sortir du pressing, la formation de Génésio s’organise très souvent avec un bloc plus bas, la défense s’effectue alors en zone, et non plus en un contre un, comme c’est le cas lors du contre-pressing. Le but reste cependant de récupérer le ballon rapidement, en attirant généralement l’adversaire sur un côté. Une fois le ballon récupéré, Rennes est une équipe redoutable en transitions, ce qui la rend dangereuse dans un registre supplémentaire.


Génésio est donc adepte d’un style de jeu en possession, il demande à ses joueurs d’être très verticaux à la relance pour rapidement se retrouver dans le camp adverse, une fois dans celui-ci, l’équipe s’organise en 3-2-5 pour pousser l’adversaire assez bas. Cela permet à Rennes de progresser plus facilement dans le dernier tiers, et de s’y montrer redoutable en pouvant finir les actions de plusieurs manières différentes. En phase défensive, l’équipe effectue un gros pressing à la perte du ballon, si ce dernier ne fonctionne pas, on retrouve un bloc plus bas, qui n’hésite pas à exploser rapidement après avoir déposséder l’adversaire du ballon.



Gardien :


Pour ce qui est des joueurs, Mandanda sera le titulaire indiscutable au poste de gardien. Arrivé l’an dernier pour apporter plus de sécurité à un poste qui faisait défaut à Rennes, El Fenomeno a répondu présent. Son jeu au pied est essentiel à la relance dans le jeu voulu par Génésio, il parvient régulièrement à créer des décalages et il avait réussi à délivrer une passe décisive en début de saison dernière face à Auxerre. Mais Mandanda est également excellent sur sa ligne, ce n’est plus une nouveauté, ça fait déjà 15 ans qu’on le sait. La saison passée, il a évité plus de 2 buts à son équipe et l’a sauvé à maintes reprises, l’une des grosses valeurs sûres de notre championnat aux cages, il disputera peut être sa dernière saison à ce niveau, étant donné qu’il est en fin de contrat l’été prochain. Gallon sera sa doublure, auteur d’une très belle saison à Troyes, c’est une doublure de qualité et il pourrait profiter des petits pépins physiques de Mandanda pour avoir du temps de jeu cette saison.



Défenseurs :


La charnière centrale sera inchangée par rapport à la saison dernière, on retrouvera Theate et Omari, à moins qu’une recrue n’arrive lors de la fin du mercato dans cette zone. Theate est amené à être le patron de cette défense, mais l’an dernier, il a eu du mal à assumer ce rôle et a commis plusieurs erreurs en début de saison. C’est un défenseur rapide, capable de mettre de l’impact et de remporter la majorité de ses duels défensifs (58%), en plus d’être très bon dans le domaine aérien, où il excelle défensivement (65% de duels gagnés), mais aussi offensivement (2 buts de la tête l’an dernier). Son gros défaut, c’est sa concentration, il a du mal à rester à son meilleur niveau pendant 90 minutes et c’est ce qui fait qu’il manque de sérénité par moments, la saison dernière, il a commis 3 erreurs amenant à des buts adverses. Il est cependant excellent à la relance, c’est pour cela que Génésio l’apprécie beaucoup, le belge réussit 90% de ses passes, et elles sont loin d’être neutres, car il réalise près de 7 passes progressives par rencontre, c’est davantage qu’une grande majorité de défenseurs en Europe. Il a donc de vraies qualités tout de même et il n’a que 23 ans, à lui de montrer qu’il peut franchir un cap cette saison et amener plus de sûreté dans ce secteur.



A sa droite, Omari sera là pour l’accompagner, si une recrue devait arriver, elle prendrait sûrement la place de ce dernier au sein de la charnière. Longtemps blessé la saison dernière, il n’est revenu qu’en fin de saison et il a participé à la belle série ayant permis à l’équipe de terminer à la quatrième place. Formé au club, il présente des caractéristiques similaires à celles de son coéquipier belge, il est assez rapide, capable de remporter la majorité de ses duels (58%) et il est performant également dans le domaine aérien (66% de duels gagnés). Il est aussi très intéressant à la relance, car il réussit 93% de ses transmissions, par contre ces dernières sont plus neutres que celles de Theate, car il ne réalise que 4.6 passes progressives par match. Son défaut est le même que le belge, la concentration, il peut commettre des erreurs préjudiciables pour son équipe, en seulement 15 matchs la saison dernière, il en a commis une menant à un but. Cette charnière centrale correspond donc aux volontés de Génésio à la relance, avec deux défenseurs habiles techniquement, surtout Theate, qui fait régulièrement progresser le jeu, par contre les deux joueurs doivent progresser pour être plus réguliers, car certaines erreurs commises par le passé ont coûté cher à l’équipe.



Pour ce qui est des doublures au niveau des défenseurs centraux, on retrouve d’abord Wooh, recruté l’an dernier pour pallier la blessure d’Omari, il n’a pas convaincu Génésio. Il devrait avoir des occasions de se montrer cette saison avec la Ligue 1 et la Ligue Europa à jouer, ce sera à lui de prouver qu’il mérite mieux. Il y a aussi le jeune Belocian, qu’on a vu apparaitre plusieurs fois dans le 11 la saison passée, il a été malheureux en marquant contre son camp lors de l’élimination face au Shakhtar Donetsk en Ligue Europa, mais il est très prometteur. On l’a vu dépanner en tant que latéral gauche en fin de saison, mais il s’agit bien d’un défenseur central de formation, il est très propre techniquement et solide physiquement, des qualités qui devraient lui permettre de grapiller du temps de jeu cette année.



Au poste de latéral gauche, Truffert sera le titulaire, il vient récemment de prolonger son contrat et restera bien en Bretagne, après des rumeurs de départ cet été. Lui aussi formé au club, c’est déjà un latéral très complet, il est très offensif et n’hésite pas à monter très haut sur le terrain pour former la ligne de 5 dans le dernier tiers dont on a parlé plus haut. Un penchant pour l’attaque bien aidé par sa qualité technique et par son très gros volume de jeu, il propose sans cesse une solution (plus de 7 passes progressives reçues par rencontre) et ses centres sont souvent de qualités, qu’ils soient aériens ou bien en retrait, comme en témoigne ses 6 passes décisives dans ce secteur la saison dernière. Bien qu’il soit le plus offensif des deux latéraux rennais, il se sert aussi de son volume de jeu pour revenir défendre, et il le fait globalement assez bien, malgré quelques erreurs par moments. Truffert remportait plus de 5 duels défensifs par match, avec un taux de réussite de 60% dans ce domaine, ce qui est assez élevé pour un défenseur latéral. Il est également assez doué dans le domaine aérien, avec 57% de duels remportés, ce qui ne rend pas les bretons trop vulnérables aux renversements de jeu aériens dans cette zone du terrain. Enfin, Truffert est un latéral qui tacle beaucoup, aves plus de 2 tacles réussis, ce qui témoigne de son agressivité sans ballon, idéal dans le système de Génésio qui demande un contre-pressing intensif, par contre, il doit gommer certaines erreurs d’inattentions où il se fait prendre dans son dos, un axe de progression. En résumé, c’est déjà un latéral assez complet à seulement 21 ans, son apport offensif est conséquent et sa hargne défensive correspond bien à l’équipe, par contre, il doit gommer certaines petites erreurs défensives. En complément, voici sa heat map de l’an dernier, témoignant de sa très forte activité sur le flan gauche.



Heat map Truffert


Meling sera la doublure de Truffert pour le moment, avant un possible départ lors de la fin du mercato. Le latéral norvégien présente un profil plus conservateur que son coéquipier, il monte moins, par contre il présente plus de garanties défensives, il a donc parfois été utilisé par Génésio dans des matchs où l’équipe fermait un peu plus le jeu, une bonne alternative en somme. Si le départ de Meling se confirme, Belocian pourrait avoir sa chance si le club ne recrute pas à ce poste, comme on l’a dit plus haut, l’espoir français a dépanné à ce poste en fin de saison dernière.



Au poste de latéral droit, Assignon va être le titulaire pour débuter la saison, reste à savoir si la recrue désirée par les dirigeants rennais à ce poste va lui prendre sa place ou non, à priori ce sera plutôt un numéro 1 bis, pour permettre à l’enfant de la maison d’avoir du temps de jeu cette saison et de pouvoir se développer. Intéressant lors de ses quelques apparitions l’an dernier, il s’agit tout comme Truffert d’un latéral plutôt offensif, il sera intéressant de savoir si Génésio va lui demander de former un trio avec les deux défenseurs centraux tout comme il le faisait avec Traoré, ou bien s’il va lui laisser plus de libertés offensives. Capable aussi d’évoluer en tant que milieu droit, il est excellent pour presser l’adversaire et remporte la majorité de ses duels défensifs. C’est l’une des interrogations de ce onze rennais, mais il semble avoir les qualités pour s’imposer cette saison et il devra saisir sa chance. Pour le moment, c’est Guéla Doué qui est sa doublure, le jeune formé au club a montré de belles choses lors de la préparation et pourrait gratter des minutes en début de saison, difficile par contre de penser qu’il puisse être une véritable option sur la durée dès cette année.



Milieux :


Au milieu de terrain, Génésio semble privilégier l’utilisation d’une pure sentinelle devant la défense depuis la fin de saison, et la préparation a confirmé cette tendance. Du coup, Santamaria semble partie pour être un titulaire indiscutable cette saison, c’est le joueur équilibrant par excellence. Il est dans un premier temps essentiel à la relance, car c’est lui qui a pour rôle de décrocher pour offrir une solution aux deux défenseurs centraux, il est globalement assez précis dans ses passes (85% de réussite), et ces dernières permettent de casser la première ligne de pression adverse, avec près de 7 passes progressives par rencontre. L’ancien de Fribourg est la vraie plaque tournante de l’équipe, ses coéquipiers n’hésitent pas à ressortir sur lui quand ils ne parviennent pas à progresser et il est chargé dans ce cas là de faire passer le jeu d’un côté à un autre, il touche 62 ballons par rencontre et on peut voir son activité de l’an dernier à partir de sa heat map.



Heat map Santamaria


Une activité qui n’est pas qu’offensive avec une importance à la relance, mais surtout défensive, car Santamaria parvient à équilibrer l’équipe quand celle-ci perd le ballon. Il a un très bon positionnement et il est utile pour couper les contre-attaques adverses, il est également intéressant quand l’équipe doit défendre un cran plus bas, il protège très bien sa défense et laisse peu d’espaces à l’adversaire à proximité de la surface. Le milieu défensif rennais est aussi très bon dans le domaine aérien, remportant en moyenne trois duels par match et ayant un taux de réussite de 60% dans ce secteur. Enfin, dernier point, bien qu’il ne se projette pas beaucoup vers l’avant et qu’il ait surtout un rôle équilibrant sous Génésio, il est capable de décocher des frappes de loin avec son pied droit, il a marqué 2 fois l’an dernier et a marqué un superbe but en préparation contre West Ham dans ce secteur, une arme de plus pour les bretons.



Xeka n’étant plus désiré et en partance, il n’y a plus de doublures à ce poste à l’heure actuelle, bien que Le Fée soit capable d’évoluer un cran plus bas comme nous en parlerons ensuite. L’arrivée très probable de Matic dans cette zone va apporter de l’expérience dans ce secteur et permettra de faire souffler Santamaria sans perdre trop en qualité à priori, car l’ancien de Manchester United est encore solide à 35 ans.



Un cran plus haut, on retrouvera Le Fée sur la gauche de ce milieu de terrain rennais. L’ancien merlu reste sur une saison incroyable à Lorient, véritable maître à jouer de l’équipe, il a été à la création des actions en participant à la relance, mais aussi à leur finition, que ce soit en marquant ou en délivrant des passes décisives, il a terminé l’exercice 2022-2023 avec 5 buts et 5 passes. Joueur très élégant avec le ballon, Le Fée est capable d’occuper tous les postes du milieu, numéro 6, numéro 8 et même numéro 10, mais là où il s’épanouit le plus, c’est probablement dans ce rôle de relayeur. Ce dernier devrait lui permettre de participer à la relance à Rennes, aux côtés de Santamaria par exemple, pour soutenir les défenseurs centraux, mais il pourra aussi se projeter vers l’avant et apporter son soutien aux offensives, avec sa qualité technique supérieure à la moyenne. L’an dernier, le breton touchait plus de 80 ballons par match et cherchait très régulièrement à faire progresser le jeu, avec plus de 6 passes progressives par rencontre, un risque à la relance qui diminue son taux de passes réussies, qui n’est que de 85%, mais qui reste excellent pour un milieu de terrain. Le Fée n’est pas uniquement capable de faire la différence par la passe, il peut aussi la faire par le dribble et porter le ballon s’il a l’espace nécessaire devant lui. On pouvait voir cela à Lorient, où il réalisait près de 3 possessions progressives par match. Son activité avec ballon dans toutes les zones du milieu de terrain ne peut pas être mieux représenté qu’avec sa heat map, où on peut voir qu’il touche des ballons partout.



Heat map Le Fée


Une activité qu’il peut aussi avoir un cran plus haut, il est capable de trouver des décalages dans le dernier tiers, il peut aussi finir s’il se retrouve dans la surface adverse, car il est doté d’une belle frappe de balle. Une belle frappe qui en faisait le tireur de coups de pieds arrêtés de l’équipe l’an dernier, à Rennes il risque de céder ce rôle à Bourigeaud, mais peut être une bonne alternative. Enfin, on ne serait pas complet sur Le Fée si on ne parlait pas de son activité défensive, son immense volume de jeu lui permet de revenir défendre et il se montre plus qu’efficace dans ce registre, ses appuis assez bas lui permettent de régulièrement récupérer le ballon dans les pieds adverses, avec plus de 3 tacles par match l’an dernier. En bref, c’est un milieu hyper complet, qui sera incontournable cette saison dans le système de Génésio et qui est assez polyvalent, ce qui pourrait permettre au technicien de revoir ses plans selon les matchs, peut être en positionnant le breton un cran plus bas au poste de numéro 6, pour avoir davantage de technicité et de présence offensive sur le terrain.



A droite de Le Fée, Bourigeaud sera inamovible et c’est l’une des pièces maitresses du jeu de Génésio depuis deux saisons, si ce n’est sa pièce maitresse. Un temps positionné sur l’aile droite, il a été replacé à ce poste par Génésio l’an dernier en fin de saison et a terminé le championnat en boulet de canon, terminant avec un bilan de 7 passes et 10 passes décisives. Ce qui caractérise en premier lieu Bourigeaud, c’est son intelligence de jeu, il s’agit d’un joueur qui ne reste jamais immobile, il propose toujours une solution et n’hésite pas à dézoner pour faire la différence, que ce soit sur l’aile droite pour apporter le surnombre, ou bien plus bas, parfois même en tant que latéral pour attirer la pression adverse et trouver ses partenaires grâce à sa qualité de pied. Car le capitaine rennais n’est pas seulement excellent pour se positionner et se mouvoir, il a également une qualité technique exceptionnelle et fait partie des tous meilleurs joueurs du championnat dans ce registre.



Cette qualité technique lui permet de trouver facilement ses coéquipiers dans le dernier tiers, que ce soit à l’aide de passes courtes ou bien avec du jeu long depuis une position plus basse. Une qualité technique qu’on retrouve avec lui sur les coups de pieds arrêtés, c’est lui qui les tire et il parvient très souvent à trouver l’un de ses partenaires dans des zones difficiles à défendre pour l’adversaire. En plus de sa finesse, Bourigeaud est doté d’une superbe frappe de balle, il est capable de marquer de loin et de finir les actions s’il se retrouve en bonne position, cela en fait une menace supplémentaire à maitriser pour l’équipe adverse, une menace très dangereuse, car il arrive souvent de plus loin. En bref, c’est le meneur de jeu idéal, il est également capable de maitriser le tempo et de temporiser s’il ne trouve pas une solution, enfin, bien qu’il ne lui soit pas demander de défendre autant que Le Fée par exemple, il sera comme chaque saison dévoué à la récupération du ballon et participe activement au pressing des siens.



A ces deux postes de relayeurs, Génésio possède plusieurs options sur le banc, des joueurs qui seront amenés à avoir du temps de jeu cette saison en cours de match, ou bien en tant que titulaires avec l’enchainement des rencontres. On retrouve tout d’abord Majer, qui peut apporter un profil différent, car il est gaucher, très créatif et très technique, il s’est un peu perdu de puis la Coupe du Monde en décembre dernier. Bien qu’il soit annoncé parmi les possibles partants lors de la suite du mercato, Pinault veut le conserver, et on comprend pourquoi, car il est capable d’éclairs de génie à tout moment et réalise une préparation encourageante cet été. Il y a ensuite Désiré Doué, qui a été l’une des révélations de l’équipe la saison passée. Lui aussi amène des choses différentes, car il fait surtout la différence par le dribble, il a de très bonnes prises de balles et il aime bien remonter le terrain à l’aide de chevauchées. Il doit cependant apprendre à être plus lucide et cette deuxième saison doit servir à cela. Enfin, il y a aussi Tait, joueur de devoir, mais il a de bonnes chances de partir durant la suite du mercato.



Attaquants :


Offensivement, Blas occupera l’aile droite, en concurrence avec Doku à ce poste, le possible départ de l’ailier belge fait de lui le titulaire pour le moment, reste à voir si ce sera encore le cas dans quelques semaines. Capable d’évoluer aussi au poste de milieu offensif dans un 4-2-3-1 ou bien dans un 4-3-3, sa polyvalence pourrait être utile un cran plus bas cette saison, mais il devrait bien évoluer la majeure partie du temps sur l’aile cette saison. Blas est un ailier très technique, cela faisait plusieurs années qu’il portait l’attaque de Nantes, la preuve encore l’an dernier avec 7 buts et 5 passes décisives, alors qu’il n’était pas dans sa meilleure saison. Il ne cherche pas à faire la différence par sa vitesse, mais plutôt à l’aide de passes ou bien de dribbles. Sa qualité technique est très bonne et cela devrait lui permettre de très bien combiner avec un milieu rennais qui ne manque pas de technique non plus, comme dit plus haut. L’an dernier, il réussissait près de 3 dribbles par rencontres, ce qui se situe dans une norme assez haute si on compare cela à d’autres ailiers en Europe. On peut penser que l’ancien canari va être encore plus fort dans une équipe qui aura davantage le ballon, à Nantes, il était souvent obligé de faire la différence seul, partant généralement de loin, à Rennes, il sera mis dans les meilleurs conditions et devrait toucher davantage de ballons dans le dernier tiers adverse. Il devra par contre progresser défensivement pour exercer le contre-pressing, car à Nantes, il était parfois trop passif et sa débauche d’énergie dans ce secteur était assez aléatoire. En bref, un joueur qui correspond au style de jeu de Génésio et qui devrait s’éclater davantage, il devra par contre élever le curseur sur le plan défensif pour conserver sa place.



Une place qui sera convoitée par Doku, s’il reste, car comme dit dans la section mercato, il a de bonnes chances de partir. Longtemps handicapé par des blessures à Rennes, il a vraiment explosé en fin de saison dernière et il a été l’un des grands artisans de la remontée du club à la quatrième place. Ailier très rapide et dribbleur, il présente un profil différent de celui de Blas, ses statistiques avancées sont incroyables sur le plan offensif, il reçoit plus de 10 passes progressives par match, réussit 6 dribbles par rencontre et réalise 7 possessions progressives par 90 minutes. Des statistiques qui le classe parmi les meilleurs ailiers d’Europe dans ces différents domaines, le belge a aussi progressé dans le dernier geste, là où il était parfois nonchalant avant, il est maintenant lucide et fait souvent le bon choix dans le dernier tiers, il a marqué 6 buts et délivré 2 passes décisives en fin de saison passée. Si jamais le belge reste, Génésio disposera de deux excellentes solutions sur ce flanc droit et pourra adapter son choix en fonction de l’adversaire, on peut par exemple imaginer que Doku est plus pertinent en contre-attaques qu’un Blas par exemple et qu’il serait plutôt aligné contre les grosses équipes. Si jamais Doku part, Salah devrait avoir sa chance cette année, recruté l’hiver dernier, il n’a pas pu réellement se montrer et devra profiter du temps de jeu qu’il aura pour se montrer, à condition d’en avoir.



A gauche de l’attaque, Terrier sera logiquement le titulaire quand il reviendra de sa longue blessure, mais il ne sera pas de retour avant fin septembre à minima et on devrait donc retrouver Gouiri à ce poste, comme l’année passée. Terrier était l’un des joueurs clés de Génésio dans sa tactique et ce n’est pas pour rien si sa blessure a fait très mal au collectif à partir de janvier dernier. Son rôle hybride oscillant entre ailier gauche et buteur est un calvaire à défendre pour l’adversaire, car l’ancien lyonnais est capable de se glisser très facilement dans les demi-espaces. Une fois dans ce dernier, il peut tout faire, sa frappe de balle est excellente, il peut finir des actions dans beaucoup de situations différentes et surperforme ses xG (9 buts pour 5.58 xG l’an dernier).



Il est également capable de trouver un partenaire en bonne position grâce à sa qualité technique, ou bien il peut s’appuyer sur l’un de ces derniers pour s’ouvrir le chemin du but. Mais Terrier n’est pas qu’un finisseur, bien qu’il rentre souvent dans l’axe, et qu’il soit aussi capable de finir des actions de la tête à la réception de centres, l’un de ses gros points forts (4 buts l’an dernier). Terrier est aussi excellent pour participer au jeu, il touche plus de 50 ballons par rencontre et dézone très souvent pour offrir une solution à ces milieux de terrain, ce qui permet dans le même temps à son latéral de dédoubler dans son dos. Un attaquant très complet, qui retrouvera on l’espère son meilleur niveau à son retour, si c’est le cas, il fera un bien fou à Rennes sur le plan offensif et rendra l’équipe encore plus redoutable qu’elle ne l’est déjà.



Mais pour le moment donc, ce sera Gouiri qui jouera sur l’aile. Il évoluait à la pointe de l’attaque quand Terrier était là et on peut penser qu’il retrouvera cette position quand ce dernier reviendra. Sur l’aile, il est naturellement attiré par l’axe et cherche souvent à rentrer sur son pied droit, très technique, il est très fort pour trouver des relais à l’intérieur du jeu. Malgré ce positionnement excentré, il a fini la saison avec 15 buts l’an dernier, preuve que cela ne l’empêche pas de marquer et de se retrouver régulièrement dans la surface adverse. Il est très efficace à la finition, car il ne s’est procuré que 11.70 xG la saison passée en championnat, un total bien plus faible que son nombre total de buts, une surperformance qui s’explique par sa capacité à finir des actions dans beaucoup de situations différentes, et pas uniquement avec son pied droit, car il a marqué 2 buts du pied gauche et 2 buts de la tête. Ce qui lui permet généralement de faire la différence, c’est son placement et sa science du jeu, il sent bien les coups et se positionne souvent dans le bon intervalle pour se retrouver en bonne position avec le ballon. On voit bien que ce n'est pas un pur ailier, car il ne cherche pas en permanence à faire des appels dans la profondeur, mais il a tout de même su s’adapter et peut aussi surprendre l’adversaire en débordant depuis l’aile avant de trouver un partenaire dans l’axe avec un centre.



En résumé, Gouiri est un excellent finisseur et il a su s’adapter à son nouveau poste d’ailier, il n’est néanmoins pas aussi prépondérant dans le jeu rennais que ne l’est Terrier et il devrait retrouver sa place à la pointe de l’attaque lorsque ce dernier reviendra de blessure.



Une pointe qui sera pour le moment occupée par Kalimuendo en début de saison, un poste de titulaire très précaire pour l’ancien parisien, car un nouveau buteur pourrait arriver dans les semaines à venir, et parce que Gouiri est amené à terme à retrouver une position axiale. En attendant, le français devra faire oublier sa mauvaise première saison en Bretagne, où il n’a inscrit que 7 buts. Pourtant, il semblait avoir les qualités requises pour performer à Rennes, mais il semble plutôt performant dans une attaque à deux, comme ce fut le cas en début de saison dernière, avec Gouiri à ses côtés dans le 4-4-2 de Génésio. Seul en pointe, il manque d’un appui pour pouvoir se retrouver en position de marquer et se retrouve trop souvent isolé, preuve en est, il n’a touché que 24 ballons par match en moyenne l’an dernier. Il devra impérativement saisir sa chance en début de saison et se montrer efficace, sinon, il finira par perdre sa place et son aventure rennaise pourrait s’écrire en pointillés à terme. Abline est capable d’évoluer en pointe et reste sur un prêt encourageant à Auxerre, mais la tendance est plutôt à un nouveau prêt et on le verra à priori uniquement lors du début de saison.



Pronostic :


Rennes a réalisé un joli mercato pour le moment avec les arrivées de Le Fée et Blas, le club semble être dans la continuité de ses précédentes saisons et va s’appuyer sur un effectif qui n’a pas énormément bougé, ainsi que sur Génésio qui fait du bon travail. L’équipe reste en plus sur une belle dynamique en fin de saison dernière et on peut imaginer qu’elle va commencer la saison pied au plancher. L’objectif fixé est clairement de terminer sur le podium cette année pour retrouver la Ligue des Champions, après deux quatrième places de suite. Un objectif qui nous semble réalisable, à la condition de renforcer certains postes clés, notamment dans le secteur défensif, où Omari et Assignon nous semblent un peu justes pour êtres les titulaires d’une équipe visant le podium en Ligue 1. Si Rennes parvient à se renforcer à ces deux postes, difficile de leur trouver des points faibles, en revanche, s’ils ne se renforcent pas, ils risquent d’être vulnérables défensivement. On tente tout de même le coup en les classant second dès maintenant, les automatismes sont présents et l’effectif est meilleur que l’an dernier, en espérant que les rennais nous fassent également vibrer en Coupe d’Europe, avec un gros parcours en Ligue Europa ?


Pronostic : 2 ème

1 316 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page