top of page
  • robinnarguet

Guide Ligue 1, AS Monaco

Association Sportive de Monaco


Logo Monaco


Billet rédigé le 05/08

Histoire :


L’AS Monaco est l’un des clubs les plus historiques du football français, bien qu’étant une principauté et un état, l’équipe a toujours eu le droit d’évoluer au sein du championnat de France depuis sa création en 1924. Il faut attendre les années 50 pour que Monaco intègre la première division française après des débuts compliqués, suite à cela, les rouges et blancs remportent rapidement leur premier titre majeur, une Coupe de France en 1960.


Le club connaît ensuite ses premières expériences européennes dans les années 60, il réalise également l’une des plus belles saisons de son histoire en réalisant le doublé coupe-championnat en 1962-1963. Après une période difficile qui verra notamment les monégasques descendre en seconde division, l’équipe va démarrer une période faste à partir de 1978.


Sur le plan national, Monaco garnit son palmarès avec trois championnats de France en 1978, 1982 et 1988, ainsi que trois coupes de France en 1980, 1985 et 1991. C’est cette belle période qui fait clairement entrer le club de la principauté dans la catégorie des clubs historiques du championnat de France.


Sur le plan européen, l’équipe participe régulièrement à la Coupe des Clubs champions et y réalise son premier bon parcours en 1988-1989 sous les ordres d’Arsène Wenger, avec une qualification pour les quarts de finale. S’en suivra notamment une demi-finale de Coupe des Coupes en 1990, mais surtout une demi-finale de Ligue des Champions perdue contre l’AC Milan en 1994.


Cette belle période des années 80 et du début des années 90 ne reste pas sans suite, le club gagne un nouveau titre de champion de France en 1997 sous la houlette de Jean Tigana et atteint une nouvelle fois les demi-finales de la Ligue des Champions en 1998, cette fois-ci, c’est la Juventus Turin de Zidane qui brise les espoirs monégasques.


De nouveau sacrée sur le plan national avec un septième titre de champion de France en 2000, l’équipe va réaliser un parcours exceptionnel en Ligue des Champions lors de la saison 2003-2004, son meilleur encore à ce jour. Après une phase de poules réussie et une victoire contre le Lokomotiv Moscou en huitièmes de finale, les hommes de Didier Deschamps réalisent l’un des plus grands exploits de l’histoire du club, si ce n’est pas le plus grand en éliminant l’immense Real Madrid en quarts de finale, à l’aide notamment de buts de Giuly et Morientes lors du match retour.


La demi-finale contre Chelsea sera ensuite parfaitement maitrisée, ce qui permet au club du rocher de disputer une finale de Ligue des Champions. Malheureusement, celle-ci sera lourdement perdue contre le FC Porto sur le score de 3-0, ce qui est une vraie déception malgré un parcours inespéré en début de saison.


Cette belle épopée ne sera malheureusement pas sans conséquences et Monaco connait un exode massif de ses joueurs dans les années qui suivent. Le club ne parvient pas à se qualifier régulièrement pour une coupe d’Europe et fait face à des difficultés financières, l’inéluctable finit par arriver, les rouges et blancs sont relégués en Ligue 2 à l’issue de la saison 2010-2011, après 34 années de présence en Ligue 1.


Alors qu’on aurait pu craindre le pire, d’autant que l’équipe frôle même la relégation en National la saison suivante, l’arrivée de Dimitri Rybolovlev en 2011 change tout et permet à Monaco de se rebâtir et de retrouver la Ligue 1 au terme de la saison 2012-2013.


Suite à cette remontée, les dirigeants monégasques se veulent rapidement ambitieux et décident de se donner les moyens de leurs ambitions en recrutant notamment James Rodriguez et Radamel Falcao en 2013. Cela est payant, car le club amorce un cercle vertueux et parvient à se qualifier régulièrement en Ligue des Champions dans les années qui suivent, mieux, Monaco atteint même les quarts de finale de l’édition 2014-2015. L’équipe sera éliminée par la Juventus Turin, après avoir réalisée un exploit en sortant Arsenal lors des huitièmes de finale.


L’apogée du club suite au rachat russe survient lors de la saison 2016-2017, sous les ordres de Léonardo Jardim, l’équipe produit un football spectaculaire et écrase tout sur son passage avec 107 buts inscrits en Ligue 1. C’est logiquement que Monaco est sacré champion de France devant le Paris SG avec un total de 95 points, mais la belle saison des monégasques ne s’arrête pas là, car l’équipe atteint les demi-finales de la Ligue des Champions après avoir éliminé Manchester City et le Borussia Dortmund au préalable. Cette demie sera malheureusement perdue, la Juventus Turin étant une nouvelle fois le bourreau d’un collectif incroyable où auront évolué cette saison là Mbappé, Falcao, Lemar, Bernardo Silva et Fabinho, entre autres.


Comme dans les années 2000, cette très belle période n’est pas sans conséquences, un grand nombre de joueurs quittent Monaco dans les années qui suivent et le club frôle la relégation à l’issue d’une saison 2018-2019 catastrophique conclut à la 17 ème place.


L’arrivée de Nico Kovac en 2020 a permis à l’AS Monaco de retrouver le podium lors de la saison 2020-2021 et un jeu plutôt attrayant, mais son limogeage suite à des tensions avec certains joueurs de l’effectif en milieu de saison 2021-2022 a cassé ce regain de forme. En effet, l’arrivée de Philippe Clément à sa place n’a pas été couronnée de succès, malgré une qualification pour les tours préliminaires de la Ligue des Champions, le Belge a échoué. Il n’a pas su qualifier le club de la principauté pour les phases de poules de la Ligue des Champions l’an dernier, pire, l’équipe a fini la saison de manière catastrophique en terminant à la 6 ème place en Ligue 1, ce qui lui a couté une place européenne pour cette saison 2023-2024, alors que l’objectif initial était de finir sur le podium.


Fort logiquement, Philippe Clément a été démis de ses fonctions et les dirigeants ont décidé de faire confiance à Adi Hütter pour relancer Monaco et retrouver le podium à l’issue de la saison à venir. Ce départ n’a pas été le seul, en effet, Paul Mitchell a aussi quitté son poste de directeur sportif et il a été remplacé par Thiago Scuro depuis le 1 er juillet.



Palmarès :


8 Championnats de France de Ligue 1 : 1961, 1963, 1978, 1982, 1988, 1997, 2000, 2017.


1 Championnat de France de Ligue 2 : 2013.


5 Coupes de France : 1960, 1963, 1980, 1985, 1991.


1 Coupe de la Ligue : 2003.


4 Trophées des Champions : 1961, 1985, 1997, 2000.


Stade :


Stade Louis 2

Capacité : 18 523 Places


Le stade Louis-II est un complexe sportif destiné à la pratique de nombreux sports en principauté de Monaco inauguré le 25 janvier 1985 par le prince Rainier III. Il comprend notamment un stade de football d'une capacité de 18 523 places assises avec une piste d'athlétisme, une salle omnisports et un centre nautique. Le stade doit son nom au prince Louis II de Monaco qui fit construire l'ancien stade de la principauté en 1939. Ce dernier d'une capacité de 13 000 places, portait également le nom de stade Louis-II. Après la construction de l'enceinte actuelle, l'ancien stade fut rasé pour laisser place au centre commercial de Fontvieille ainsi qu'à deux musées et une salle polyvalente. Le stade possède une piste de 400 mètres avec 8 couloirs. Tous les équipements ont été implantés dans les demi-lunes (sautoirs, aires de lancer, rivière de steeple ou le long de la piste (saut en longueur). Une piste d'entraînement existe dans les bâtiments. La salle omnisports Gaston-Médecin est située sous les tribunes du stade. Son parquet est en chêne massif et lui permet d'accueillir des compétitions de basket-ball, volley-ball, de handball mais aussi de judo, d'escrime, d'haltérophilie et de gymnastique. Le terrain mesure 44 mètres sur 24 et ses gradins permettent d'accueillir 2 500 spectateurs.La salle Gaston-Médecin a été rénovée en 2016 et peut désormais accueillir environ 3 000 spectateurs.



Stade Louis-II


Président :


Dmitri Rybolovlev a 56 ans, c’est un homme d’affaires Russe qui a acquis sa fortune principalement grâce à Uralkali, une entreprise russe spécialisée dans la production et la vente de potasse à partir des mines de l’Oural. Il devient actionnaire majoritaire de Monaco en 2011 et rachète 66 % des parts du club. Son arrivée a permis au club d’éviter une descente en National et de rapidement remonter en Ligue 1 lors de la saison 2012-2013. Plus globalement, Monaco est redevenu une place forte du foot français grâce à lui, le point culminant étant le titre de champion acquis lors de la saison 2016-2017 devant le Paris SG et la demi finale de Ligue des Champions lors de la même saison perdue contre la Juventus.


Malgré les sanctions envers les oligarques russes liées à la guerre en Ukraine depuis 2022, Rybolovlev n’est pas atteint, car il n’est pas un proche de Vladimir Poutine. La question de son investissement au sein du club pose néanmoins question ces derniers temps auprès des supporters de l’AS Monaco. Alors que le club avait de grandes ambitions suite à son arrivée, cela n’a plus forcément l’air d’être le cas ces dernières saisons au vu de son manque de réaction et de ses choix, malgré les résultats assez moyens de l’équipe.



Situation financière :


Au niveau des finances, on pourrait penser que le club de la principauté est dans une bonne situation au vu des avantages fiscaux monégasques et de sa détention par un milliardaire russe, mais ce n’est pas le cas. Malgré une perte financière de 187 mille euros qui est très faible à l’issue de la saison 2021-2022, l’AS Monaco pâtit de ses non qualifications en Ligue des Champions et de la volonté de ne pas investir de Dmitri Rybolovlev ces dernières années. De ce fait, le club du rocher est contraint de vendre des joueurs lors de chaque mercato pour équilibrer ses comptes et ne pas se retrouver dans une situation périlleuse. Cela a été le cas l’été dernier avec la vente de Tchouameni au Real Madrid pour un montant de 80 millions d’euros et l’hiver dernier avec la vente de Badiashile à Chelsea pour un total de 38 millions d’euros.


Cet été, le club se doit encore de vendre des joueurs pour équilibrer ses comptes avant de pouvoir investir sur le marché des transferts dans le sens des arrivées. Le besoin de résultats sportifs est donc grand, car sans participation à la Ligue des Champions de manière très régulière, l’effectif finira par être de moins en moins étoffé au fil des saisons, étant donné que l’AS Monaco vend ses meilleurs éléments régulièrement. Bien que la formation monégasque soit bonne, à l’image des éclosions de Thierry Henry et Kylian Mbappé parmi tant d’autres, il ne faut pas que celle-ci serve uniquement à équilibrer les comptes, mais bien qu’elle permette d’améliorer la qualité de l’équipe fréquemment. C’est tout de même une garantie financière, car même en cas de catastrophe dans les années à venir, le club de la principauté pourra toujours compter sur son centre de formation.


Coach :


Adi Hütter a 53 ans, il est autrichien et a eu une carrière de joueur exclusivement au sein de son pays natal, en tant que milieu de terrain. Lors de celle-ci, il marquera 58 buts en 483 matchs dans le championnat autrichien, il connaît l’apogée de sa carrière entre 1993 et 2000 à l’Austria Salzbourg où il jouera 201 matchs et remporte trois championnats nationaux, en plus de jouer une finale de Coupe de l’UEFA en 1994.


Hütter met fin à sa carrière de joueur en 2005, il se consacre rapidement au métier d’entraîneur par la suite et commence cette seconde carrière dans sa ville emblématique, au Red Bull Salzbourg, en tant qu’entraîneur des jeunes entre 2007 et 2009. Après avoir acquis de l’expérience, il se lance en tant qu’entraîneur d’une équipe première au Rheindorf Altach en 2009, puis au SV Grodig en 2012. Au sein de ces deux clubs, il obtient de très bons résultats, ce qui attise l’intérêt du Red Bull Salzbourg, qui le recrute de nouveau en 2014, en tant qu’entraîneur principal cette fois. Là-bas, il réalise une saison 2014-2015 exceptionnelle avec un doublé coupe-championnat, après avoir tout gagné en Autriche, Hütter décide de se lancer à l’aventure à l’étranger.


Il signe d’abord au Young Boys Berne où il relance le club et lui permet de gagner un championnat de Suisse en 2018, le premier depuis 32 ans, après trois années de travail acharné et une qualité de jeu remarquable. Il rejoint ensuite l’Eintracht Francfort, où il restera trois saisons, sa première (2018-2019) sera la meilleure, car il atteint les demi-finales de la Ligue Europa et termine cinquième de Bundesliga, il est élu meilleur entraîneur de la saison par le magazine Bild.


Après deux saisons plus mitigées, il quitte le club et rejoint le Borussia Mönchengladbach pour la saison 2021-2022, là-bas, il connaît le premier vrai échec de sa carrière de coach avec une 10 ème place très décevante au terme de la saison, il quitte alors le club après une résiliation à l’amiable. Il a été nommé début juillet pour devenir l’entraîneur de l’AS Monaco durant deux saisons, remplaçant ainsi Philippe Clément, il devra redonner un style de jeu emballant à l’équipe et solidifier son arrière-garde qui a été catastrophique l’an dernier. Son objectif est de finir sur le podium, pour permettre au club de la principauté de retrouver la Ligue des Champions à l’issue de cette saison 2023-2024.



Bilan saison 2022-2023:


Saison 2022-2023 mauvaise pour l’AS Monaco, qui n’a même pas réussi à décrocher une qualification européenne pour l’exercice 2023-2024, en raison de sa sixième place, la faute à une mauvaise gestion du board, un entraineur perdu et des joueurs pas toujours concernés autant qu’ils le devraient.


Comme lors de la saison précédente, le club de la principauté devait disputer les tours préliminaires de la Ligue des Champions, suite à sa troisième place l’année précédente. En raison d’un mercato tardif et de la vente de Tchouameni au Real Madrid, qui n’avait pas encore été compensée pour le troisième tour préliminaire contre le PSV Eindhoven, les monégasques vont connaitre une première grosse désillusion dans leur saison. Après un match nul à l’aller (1-1) et un but d’avance lors des prolongations lors du match retour, les hommes de Philippe Clément s’écroulent et s’inclinent en toute fin de match, encaissant deux buts (2-3). Synonymes d’élimination et de reversement en Ligue Europa.


Comme ce fut le cas en 2021-2022, cette défaite altère le moral de l’équipe et va ruiner le début de saison, Monaco subit une première lourde défaite à domicile face à Lens (1-4), avant de plier une seconde fois au Stade Louis II contre Troyes (2-4). Malgré une belle prestation au Parc de Princes face au PSG entre deux, avec un match nul (1-1), Clément ne trouve pas la solution, malgré un changement de système en passant d’un 4-4-2 au départ à une défense à 5 après la défaite contre Lens.


Globalement, Monaco va souffrir de plusieurs maux tout au long de la saison, tout d’abord l’incapacité à être régulier à domicile, cela va se traduire par de nombreux revers contre Reims (0-1), Montpellier (0-4), Toulouse (1-2) et Marseille (2-3). Le club du rocher n’affiche que le neuvième meilleur bilan de Ligue 1 à domicile, bien trop peu pour viser plus haut. Deuxièmement, l’équipe est trop fragile défensivement, la faute à des changements de système, mais surtout à un Alexander Nubel incapable d’être décisif et qui va prendre l’eau tout au long de la saison, Monaco termine la saison avec la 14 ème défense du championnat, en ayant encaissé pas moins de 58 buts, un bilan qui est mérité au vu des xGA concédés par l’équipe. Le dernier maux majeur du club, c’est l’incapacité à gagner les matchs qui comptent, un seul point pris contre Marseille en deux matchs, aucun contre Lens, une victoire anecdotique contre un PSG amoindri, un seul point contre Rennes et un seul point contre Lille, Monaco est de loin l’équipe affichant le plus mauvais bilan lors des confrontations directes face au top 6 au sein de ce même top 6.


Après un très mauvais début de saison, il va tout de même y avoir du mieux dans le jeu monégasque, bien que le danger provienne plutôt de fortes individualités et non pas d’un collectif bien huilé. L’équipe remonte parmi les places européennes avant la trêve et parvient à se qualifier laborieusement pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa, terminant à la deuxième place de son groupe, derrière Ferencvaros.


Cette remontée est acquise principalement en déplacement, avec de solides succès contre Reims (3-0), Montpellier (2-0) ou encore Toulouse (2-0). Peu performants à domicile, les rouges et blancs excellent en déplacement comme depuis de nombreuses saisons et termineront la saison avec le troisième meilleur bilan de l’élite. L’attaque très prolifique des monégasques est également l’un des facteurs majeurs de leur remontée, la défaite contre Marseille avant la trêve fait mal (2-3), mais n’altère pas le moral et la forme de l’équipe, qui redémarre pied au plancher après la Coupe du Monde.


Monaco enchaîne neuf matchs sans défaite en Ligue 1 et prend 23 points sur 27 possibles, c’est clairement la meilleure période de la saison, elle s’accompagne d’une victoire 3-1 à domicile face au Paris SG et s’explique principalement par un très bon Golovin et un système en 4-4-2 plus fluide suite à l’arrivée de Ben Seghir dans le 11. Seule ombre au tableau, la défaite inattendue aux tirs aux buts contre Rodez en 32 ème de finale de Coupe de France.


Mais cette belle phase ne dure pas, Monaco retombe dans ses travers et s’incline en seizièmes de finale de Ligue Europa, face au Bayer Leverkusen, malgré un succès 3-2 à l’aller, les rouges et blancs s’inclineront une nouvelle fois aux tirs aux buts, un mal récurrent. Cette défaite fait mal au moral de l’équipe et sera suivie d’une lourde défaite à domicile lors du derby face au rival niçois (0-3), c’est le début de la fin pour le club de la principauté, qui va connaitre une fin de saison très difficile.


Sur le podium, l’équipe perd des points bêtement contre Troyes, Reims ou encore Nantes et finit par plier à Bollaert, en s’inclinant 3-0 face à des lensois qui deviennent inarrêtables à partir de ce moment là. Monaco ne reverra pas le podium, pire, les résultats sont tellement mauvais que Rennes et Lille finiront par passer devant suite à des défaites contre Lyon (3-1), Montpellier (0-4), Rennes (0-2) ou encore Toulouse (1-2), le pire étant que le club du rocher aurait pu finir cinquième en s’imposant lors de la dernière journée face aux violets.


Cette fin de saison en roue libre fera l’objet de beaucoup de tensions entre les supporters et l’équipe, Philippe Clément semble avoir abandonné et nie toute responsabilité, les joueurs continuent de sortir en boîte de nuit et dans les bars monégasques, la suffisance générale et le manque d’envie sur le terrain seront criants. Il est temps de tourner la page et d’amorcer un nouveau cycle au sein du club.


Au niveau des joueurs, Golovin a été l’un des rares à tenir son rang, réalisant sûrement sa meilleure saison sous le maillot monégasque avec 8 buts et 7 passes décisives en 34 matchs. Embolo a été la grosse satisfaction du mercato et a été très précieux dans le jeu lorsqu’il était apte, sa fin de saison ayant été entaché par des blessures. On ne peut pas en dire autant pour Ben Yedder, qui a été très décevant, malgré un total de 19 buts, son manque d’impact et d’envie dans la construction a frustré. Camara a globalement réalisé une belle saison au milieu, le contraire de Fofana, très mauvais après la Coupe du monde, Diatta a été le bouc émissaire des supporters, à raison, tant il a été exaspérant. Tout le secteur défensif a été mauvais, notamment Nubel, mais aussi Disasi, qui n’a pas assumé son rôle de patron, grosse déception concernant Minamino, qui était pourtant le transfert hype du mercato. Enfin, deux belles promesses avec Ben Seghir, qui a réalisé une excellente deuxième partie de saison et qui a su s’imposer comme un titulaire, mais aussi Diop, qui a eu du temps de jeu et qui a montré de belles choses, il a l’avantage d’être polyvalent et sera à suivre.



Bilan chiffré :


6 ème de Ligue 1

65 points (1.71 par match)

19 victoires, 8 nuls, 11 défaites


A domicile

9 ème de Ligue 1

30 points (1.58 par match)

9 victoires, 3 nuls, 7 défaites


A l’extérieur

3 ème de Ligue 1

35 points (1.84 par match)

10 victoires, 5 nuls, 4 défaites


Buts

70 pour (1.84 par match), 2 ème attaque

58 contre (1.53 par match), 14 ème défense

Différence : +12



Data

xG : 65.36

6 ème de Ligue 1

Différence xG-buts marqués : +4.64


xGA : 56.14

11 ème de Ligue 1

Différence xGA-buts encaissés : -1.86



Mercato :

Au niveau du mercato, l’arrivée d’un nouveau coach ainsi que la volonté d’amorcer un nouveau cycle aurait pu présager beaucoup de mouvements à Monaco, mais pour le moment, il n’y en a pas eu énormément et le club est plutôt dans la continuité au niveau de son effectif.



Départs :


Côté départ, la vente majeure de ce mercato, c’est le départ de Disasi pour 45 millions d’euros à Chelsea. Patron de la défense l’an dernier, mais moins en vue lors de la fin de saison, le départ de l’ancien rémois a été anticipé par les dirigeants comme nous le verrons plus bas et il avait un bon de sortie cet été. Un mouvement qui montre encore que Monaco vend très bien ses joueurs, après Tchouameni il y a un an et d’autres joueurs avant, le club réalise un bénéfice de 32 millions d’euros après son achat en 2020 pour 13 millions d’euros, une très belle opération financière.


Monaco a ensuite perdu deux joueurs qui étaient prêtés l’an dernier, Nubel et Sarr. Les deux n’ont pas du tout été performants et leurs départs sont logiques, Nubel a été l’un des pires gardiens de Ligue 1 l’an dernier et après deux ans en prêt à Monaco, il n’a pas du tout progresser, pire il a complètement perdu confiance et sa carrière semble prendre une tournure très inquiétante, après avoir été pourtant annoncé comme le futur Manuel Neuer. Sarr était uniquement un remplaçant et il a eu très peu de temps de jeu l’année dernière, lors de ses rares apparitions, il n’a pas du tout été rassurant défensivement.


Le club a ensuite cherché à faire partir des joueurs n’ayant plus aucun avenir au club. On retrouve Pelé, qui est parti librement après plusieurs saisons en prêt, acheté 7.2 millions d’euros en 2018, il n’a jamais joué à Monaco et c’est un véritable flop économique et sportif. Jean Lucas a été revendu 6 millions d’euros à Santos au Brésil, après une saison où il a fait partie du loft et n’a pratiquement jamais eu sa chance, départ logique et perte d’argent limitée pour celui qui avait été acheté 11 millions d’euros à Lyon il y a deux ans. Zagré et Marcelin ont quitté le club librement, achetés 10 millions d’euros chacun, ils n’ont eux aussi pas su s’imposer et font perdre au total 20 millions d’euros au club, le second est resté en France à Bordeaux. Enfin, le jeune Musaba a été vendu à Sheffield Wednesday pour un montant qui n’a pas été dévoilé, il avait été acheté 2.5 millions d’euros au Nec Nijmegen en 2020 et c’est également un échec financier et sportif. Que des échecs dans cette liste, malgré les importances pertes financières qu’ils ont engendré, ils permettent au moins de réduire l’effectif et le nombre de joueurs sous contrat au sein du club.



Arrivées :


Côté arrivées, Monaco se devait absolument de recruter un gardien après le fiasco Nubel, c’est chose faite avec l’arrivée de Köhn pour 10 millions d’euros, en provenance du RB Salzburg. Annoncé comme un bon gardien, il devra vite se montrer performant pour prouver qu’il est l’homme de la situation. L’indemnité versée à Salzburg semble un peu élevé pour un joueur dont la valeur marchande n’est que de 4 millions d’euros, affaire à suivre.


Affaire à suivre aussi pour Salisu, qui a été recruté en défense pour compenser numériquement le départ de Disasi, à un poste où Adi Hütter a demandé des recrues pour pouvoir jouer avec trois défenseurs centraux. Les dirigeants ont versé 15 millions d’euros à Southampton pour s’attacher ses services, il faudra qu’il retrouve sa confiance après une mauvaise saison en Premier League, conclue par une descente, mais il était annoncé comme l’un des grands espoirs du football africain en défense et n’a que 24 ans, il a encore le temps de se relancer.


Enfin, il faut noter les retours de prêts de Majecki et Lemaréchal. Le premier reste sur une bonne saison avec le club partenaire du Cercle Bruges, mais il semble partir pour être la doublure de Köhn et n’accepterait visiblement pas ce rôle, il pourrait donc repartir lors de la suite du mercato. Lemaréchal a lui montré de belles choses à Brest en fin de saison dernière, il faudra voir si Hütter compte sur lui ou non.



Suite du mercato :


Mercato assez calme donc pour l’AS Monaco, le club de la principauté n’a eu qu’un départ majeur avec la vente de Disasi à Chelsea et ce dernier a directement été remplacé par la venue de Salisu. Les dirigeants ont aussi réussi à recruter un nouveau gardien, avec l’arrivée de Köhn, après l’échec Nubel. Tous les autres mouvements sont anecdotiques et ont surtout permis de réduire l’effectif et de faire partir des joueurs qui ne rentraient pas les plans de Hütter. Mais le mercato ne fait peut être que commencer du côté du rocher, dans le sens des départs, beaucoup de joueurs sont susceptibles de partir dans les jours à venir. Le départ majeur sera sûrement celui de Fofana, le milieu français a un bon de sortie cet été et il est pisté par de nombreux clubs en Angleterre, Monaco en demande 35 millions d’euros et espère boucler l’opération avant la fin du mercato. Jakobs a été pisté par Nottingham Forest ces derniers temps, peu apprécié par les supporters et auteur d’une mauvaise saison, l’ailier gauche pourrait partir, à condition d’une offre satisfaisante, le club en espère au moins 10 millions d’euros après l’avoir acheté 6.5 millions d’euros il y a deux ans. Un défenseur central risque également de faire ses valises, reste à savoir si ce sera Okou ou Matsima, la fin de la préparation et le début de la saison risquent de trancher la question. Toujours en défense, Aguilar est en partance, Rennes et Montpellier sont sur le dossier et recherchent un joueur à ce poste, il y a de fortes chances qu’il ne soit plus monégasque à la fin du mercato, à condition que l’un des deux clubs s’aligne sur les demandes rouges et blanches. Sur l’aile droite, Gelson Martins est mis de côté depuis un an et ne rentre pas dans les plans du nouveau coach, les dirigeants lui cherchent une porte de sortie pour se libérer de son salaire conséquent, à un an de la fin de son contrat, en vain. Diatta est lui suivi par le Royal Antwerp et Lille, victime du passage d’un 4-4-2 à un 3-4-2-1 avec l’arrivée de Hütter, il a perdu sa place de titulaire, le club en demande 20 millions d’euros et ne discutera qu’à partir de 10 millions d’euros, affaire à suivre. Devant, il a été question d’un départ de Ben Yedder, mais ce dernier devrait bien rester au club et honorer la fin de son contrat, avant de partir libre l’été prochain. Les dirigeants cherchent une porte de sortie à Volland, il a réalisé une belle préparation, mais il reste sur une mauvaise saison et plombe les finances du club, malgré des touches en Allemagne, notamment à Wolfsbourg, il est toujours au club.



Enfin, le club doit statuer sur les situations de Majecki, Lemaréchal et Boadu, trois jeunes joueurs qui ont besoin de temps de jeu pour progresser et qui n’en auront probablement pas cette saison s’ils restent au club, des prêts semblent donc être la meilleure option.



Dans le sens des arrivées, Monaco recherche un défenseur central pour être titulaire en tant que défenseur excentré droit. Le club a jeté son dévolu sur Adarabioyo, qui évolue à Fulham et qui a été mis de côté par l’entraîneur l’an dernier. Les négociations seraient à priori en bonne voie et il viendrait sur le rocher pour un montant de 5 millions d’euros, reste à valider le deal. Les dirigeants sont aussi à la recherche d’un milieu de terrain pour pallier au très probable départ de Fofana lors de la suite du mercato. Zakaria est la piste évoquée depuis de nombreux jours, un accord aurait été trouvé avec la Juventus pour un prêt avec une option d’achat obligatoire de 18 millions d’euros, reste à convaincre le joueur de signer en principauté, il pourrait retrouver Hütter qu’il a déjà connu comme entraîneur par le passé à Mönchengladbach. Enfin, le board monégasque tenterait de faire venir le buteur brésilien Deivid Washington, un joueur pour l’avenir qui n’arriverait probablement que l’été prochain en principauté, mais Chelsea est également sur le dossier et le transfert semble compliqué à finaliser. Pour le reste, Monaco est finalement à la recherche d’un buteur pour pallier à la grave blessure d’Embolo, qui vient de se faire les ligaments croisés, les pistes Wahi et Balogun sont évoquées, reste à savoir si ces dernières vont aboutir, ou bien si le board décidera de faire la saison avec Ben Yedder, Volland et Boadu en pointe.



Effectif :


Effectif Monaco


Tactique :


Tactique Monaco


Style de jeu :


Tactiquement, Hütter est un adepte du 3-4-2-1 et il ne dérogera pas à la règle avec l’AS Monaco, c’est le système qu’il a utilisé lors des matchs de préparation et le système qu’il devrait utiliser toute la saison. Il est cependant capable d’ajustements tactiques et n’est pas un dogmatique, car il a déjà utilisé le 4-2-3-1 au préalable dans sa carrière.


C’est un style de jeu très vertical et basé sur les transitions rapides, à la relance, l’entraîneur autrichien demande à ses défenseurs centraux excentrés de s’écarter comme des latéraux pour offrir davantage de solutions, une relance qui nécessite un gardien doté d’un bon jeu au pied.

Une fois les défenseurs centraux touchés dans de bonnes positions, ils doivent se montrer courageux avec ballon et casser la première ligne de pression adverse, que ce soit à l’aide d’une passe ou bien à l’aide d’une percée balle au pied. Le but est de trouver les deux milieux de terrain formant le double pivot, ces derniers ont pour consigne de ne pas trop jouer vers l’arrière et ils réalisent généralement un contrôle orienté pour se mettre face au jeu.


Quand l’un des deux milieux de terrain se retrouve face au jeu, il est chargé de trouver l’un des deux milieux offensifs entre les lignes, ces deux derniers ont un rôle essentiel et doivent être capables de faire des appels dans les demi-espaces pour recevoir le ballon. Les milieux peuvent aussi rechercher en priorité les pistons, qui ont un rôle essentiel sous Hütter, ils doivent être capables d’apporter de la largeur pour étirer le bloc adverse, tout en plongeant dans la profondeur si l’espace se libère.


L’idée finale, c’est de mettre un maximum de joueurs autour de la surface adverse, les numéros 8 se projettent beaucoup dans la tactique du technicien autrichien, en plus des deux numéros 10 qui sont assez mobiles et qui amène en permanence du danger dans le dernier tiers adverse, tout cela oblige la défense à reculer. Généralement, les actions sous Hütter se terminent par un centre de la part de l’un des deux pistons, ou bien par un décalage créé suite à un redoublement de passe dans l’axe, la forte densité dans la surface permet d’avoir plusieurs joueurs à la conclusion. L’effectif monégasque semble avoir les joueurs nécessaires pour cela, avec Caio Henrique et Vanderson, qui sont deux pistons très offensifs, ainsi que Golovin et Ben Seghir, qui sont deux numéros 10 mobiles et créatifs.


Le jeu de Hütter nécessite également un attaquant de pointe très mobile et complet, ce devrait être théoriquement Embolo dans ce rôle. Les deux hommes se connaissent bien depuis leur travail commun à Mönchengladbach et l’attaquant suisse sera souvent à la réception des actions créées par ses coéquipiers, que ce soit suite à des centres, ou bien dans la profondeur.


Une profondeur que les équipes de Hütter adorent exploiter en contre-attaques, c’est l’un des points forts majeurs de ses formations et cela devrait encore être le cas à Monaco, d’autant qu’il a les joueurs pour, comme on en a parlé auparavant, avec Embolo en tête de liste.


Offensivement donc, Monaco cherchera à se projeter rapidement vers l’avant en trouvant rapidement ses milieux offensifs et ses pistons, le but est de finir par trouver la faille dans la défense adverse à l’aide d’une forte densité, obligeant la défense adverse à reculer. Les actions se concluent généralement par des centres, qu’ils soient destinés au buteur ou bien à des joueurs arrivant lancés en retrait, mais ces actions peuvent aussi se terminer suite à une différence axiale. Attention tout de même car les équipes de Hütter ont parfois tendance à avoir des schémas de jeu trop répétitifs, ce qui peut parfois entraîner un manque de variété, ce sera un point à suivre sur le rocher.


Sur le plan défensif, l’entraîneur autrichien demande un pressing haut et intensif pour récupérer le ballon rapidement, dès la perte de ce dernier. Il s’agit généralement d’un marquage en un contre un, qui peut se montrer risqué, mais qui paye la plupart du temps. L’idée est principalement de contrôler l’axe du terrain, pour obliger l’adversaire à jouer sur les côtés, afin de lui subtiliser le ballon plus facilement.


Les défenseurs centraux ont un rôle important sur le plan défensif, ils sont souvent très haut et Hütter leur demande de sortir sur les attaquants adverses, il est même fréquent de voir la ligne défensive jouer le piège du hors-jeu au sein de formations du technicien autrichien, ce sera un point à surveiller lors des premiers matchs monégasques.


Si jamais le pressing haut est battu, l’équipe se replie souvent dans un bloc médian en 3-4-3, visant principalement à fermer l’axe, toujours suivant le même principe, pour pouvoir récupérer le ballon ensuite plus facilement dans des zones moins dangereuses sur les côtés du terrain.


Enfin, dernier point, Hütter est un adepte des coups de pied arrêtés travaillés et on risque de voir souvent des combinaisons dans ce domaine cette saison. Cela rappelle Nico Kovac, qui mettait régulièrement en place ce genre de choses.



Gardien :


Pour ce qui est des joueurs, Köhn sera le titulaire indiscutable au poste de gardien. Recruté pour faire oublier les échecs Lecomte et Nubel, le gardien suisse doit permettre à l’équipe de retrouver de la stabilité et de la solidité à un poste qui lui fait défaut depuis plusieurs saisons désormais. C’est un gardien qui joue assez haut sur le terrain et qui a une très belle qualité de relances, que ce soit des relances courtes ou bien des relances longues. Ces deux caractéristiques vont être idéales sous Hütter, qui demande à son équipe de relancer proprement et de jouer assez haut sur le terrain. Sur sa ligne, il est assez grand (1m90) et arrête des frappes parfois très bien placées, il est également très bon en un contre un. Par contre, il commet quelques fautes de main, que ce soit sur des frappes lointaines ou bien lors de ses sorties au poing, des erreurs qu’il devra gommer pour enfin faire oublier Nubel et permettre à l’équipe d’encaisser moins de buts que l’an dernier. Dernier point, il n’a pas l’air très bon sur penaltys, donnant l’information du côté où il plonge trop rapidement, un axe de progression. Sa doublure devrait être Majecki, si ce dernier ne part pas avant la fin du mercato, c’est un gardien fiable qui fera le travail si besoin, après une belle saison en Belgique.



Défenseurs :


Concernant le trio défensif, malgré l’arrivée d’une recrue dans les jours/semaines à venir, il y a déjà deux certitudes, Salisu et Maripan seront des titulaires indiscutables. Salisu évoluera en tant que défenseur excentré gauche, c’est un défenseur rugueux, rapide, solide et gaucher, qui ne refuse pas le duel et qui est efficace, avec 61% de duels défensifs remportés. Très grand (1m91), il est également bon dans les airs, avec 67% de duels aériens gagnés l’an dernier du côté de Southampton. Globalement, il a d’excellentes statistiques défensives, avec plus de 2.5 tirs bloqués par rencontre et plus de 5 dégagements par match. Là où il semble pêcher, c’est techniquement, il a un pourcentage de réussite très faible dans ses transmissions pour un défenseur central (77%). Il parait aussi assez prudent avec le ballon, un secteur où il devra progresser, bien qu’il soit capable de fulgurances, car Hütter aime que ses défenseurs soient courageux pour sortir de la pression adverse. C’est un défenseur qui a donc l’air d’être solide défensivement, mais qui devra reprendre confiance après une saison très difficile en Premier League avec Southampton, il doit aussi s’améliorer avec ballon et être plus courageux et précis à la relance. Sa doublure à ce poste de défenseur central excentré gauche sera probablement Magassa, milieu défensif de formation, il a été testé par Hütter à ce poste lors de la préparation, et il a séduit le coach. Il a notamment réalisé un superbe match face à Arsenal et a montré de vraies qualités techniques et physiques, il devrait assurer ce rôle et pourra avoir quelques minutes de temps de jeu pour progresser cette saison.



Dans l’axe du trio défensif, Maripan sera le joueur d’expérience de cette défense, au club depuis quatre ans, il sera chargé d’accompagner Salisu et probablement Adarabioyo. Maripan est un vrai soldat, il tient cela de ses origines sud-américaines, un soldat qui ne lâche jamais rien, mais qui reste sur une saison en demi-teinte, où il a montré de vraies faiblesses. Sa gestion de la profondeur est sûrement son plus gros point faible, il n’est pas très rapide et a beaucoup de mal à maitriser des attaquants très mobiles qui plongent dans son dos. Un défaut très criant dans une défense à deux, mais qui pourrait être moins visible dans une défense à trois, avec des défenseurs excentrés plus rapides, ce qui est le cas de Salisu par exemple. En dehors de sa mauvaise vitesse, Maripan a aussi eu des problèmes d’anticipation l’an dernier, se faisant souvent prendre à revers par des passes adverses, encore une fois, ce défaut devrait moins se voir dans une défense à trois. En dehors de ces deux défauts, la vraie qualité de Maripan, c’est sa relance, il est meilleur que Salisu dans ce domaine par exemple. Il réussit 88% de ses transmissions, par contre celles-ci sont assez neutres, s’il veut s’adapter au style de jeu du nouveau coach, il va devoir prendre plus de risques dans ce secteur. Il va également devoir être plus solide physiquement que l’an dernier, car il n’a remporté que 53%, ce qui est bien trop peu pour un central qui va devoir assurer la couverture et rattraper les erreurs de ses coéquipiers à ce poste. Dernier point sur Maripan, c’est une vraie menace sur coups de pieds arrêtés offensifs, il a marqué à 3 reprises en Ligue 1 l’an dernier.



Pour compléter cette défense, Matsima est pour le moment le titulaire, il pourrait jouer le ou les premiers matchs, mais il sera sûrement remplacé par Adarabioyo, si son arrivée se confirme. Matsima semble trop léger pour être le titulaire d’une équipe qui vise les places européennes en Ligue 1, il n’a clairement pas convaincu l’an dernier, quand il a dû dépanner en seconde partie de saison. Malgré de bonnes statistiques, avec 67% de duels défensifs remportés et 69% de duels aériens gagnés, il manque globalement d’assurance, il n’est pas non plus très serein à la relance et peut commettre quelques erreurs. Un départ en prêt comme l’an dernier à Lorient ne serait pas étonnant, même s’il semble tout de même correct pour être une doublure à ce poste cette saison. Adarabioyo a l’air de présenter un profil plus sûr, bien qu’il ait été mis de côté par l’entraîneur de Fulham en fin de saison dernière. Il est très grand (1m96) et devrait apporter une vraie solidité à l’équipe dans le domaine aérien, il est globalement très performant au niveau des duels défensifs (64%). Il a l’air également assez bon pour briser la pression adverse à l’aide de passes, avec plus de 4 passes progressives par match, un attribut que recherche Hütter et qu’il pourrait trouver avec ce joueur, en bref, il pourrait être une bonne recrue et semble complémentaire de Salisu et Maripan, qui sont moins doués à la relance. A ce poste de défenseur excentré droit, Okou a eu du temps de jeu lors de la préparation, mais il est encore jeune et s’il reste au club d’ici la fin du mercato, il ne devrait pas être plus qu’une doublure.



Au poste de piston gauche, on retrouvera l’inamovible Caio Henrique. Titulaire indiscutable depuis trois saisons, le brésilien monte d’un cran et ne sera plus contraint de jouer plus bas en tant que latéral, un changement de rôle qui devrait mieux correspondre à ses qualités. Car Caio Henrique est avant tout un joueur offensif, il possède d’excellentes qualités de contre-attaquant et explose rapidement vers l’avant à la récupération du ballon, il possède un énorme volume de jeu, qui lui permet de multiplier les allers-retours entre la défense et l’attaque. Mais ce qui saute aux yeux avec Caio Henrique, c’est bien entendu sa qualité technique, cela lui permet de combiner offensivement, principalement avec Golovin qui joue un cran plus haut, un duo qui a déjà fait des ravages par le passé et dont la qualité n’est plus à prouver. Le brésilien a une excellente patte pour brosser des centres, une caractéristique dont Hütter a besoin dans sa tactique, il ne devrait pas être déçu. Cette qualité de pied fait de Caio Henrique l’un des deux tireurs de coups de pieds arrêtés de l’équipe, il se partage ces derniers avec Golovin, cela lui a permis d’avoir de belles statistiques offensives l’année dernière, avec 1 but et 9 passes décisives, malgré une saison plus difficile pour son club. Caio Henrique devrait donc se régaler cette saison dans ce nouveau rôle, il touchait 65 ballons l’an dernier et devrait encore être l’un des joueurs de l’équipe touchant le plus de ballons, il permettra d’étirer le bloc adverse. En complément, voici sa heat map de la saison dernière, on peut voir qu’il était très actif sur son flanc gauche, une heat map qui devrait être encore plus tourné vers l’avant cette année.



Heat map Caio Henrique


Enfin, on notera que Caio Henrique n’est pas pour autant mauvais sur le plan défensif, car il gagnait 60% de ses duels l’an dernier, même s’il devrait moins défendre cette saison, c’est tout de même une donnée à prendre en considération pour montrer qu’il est capable d’amener une certaine solidité plus bas. Jakobs est sa doublure pour le moment, pour le moment, car comme dit dans la section mercato, il pourrait partir. Peu convaincant la saison passée, le sénégalais pourrait malgré tout se relancer cette saison, car le nouveau système lui convient mieux également, étant donné qu’il s’agit plutôt d’un ailier à la base, donc d’un joueur à vocation offensive. S’il venait à partir, le club n’aura pas vraiment de doublure à ce poste et pourrait songer à faire monter un jeune joueur du Groupe Elite.



En tant que latéral droit, Vanderson sera le titulaire indiscutable cette saison, il devrait être le parfait pendant de Caio Henrique à gauche. Latéral très offensif également l’an dernier, capable même d’évoluer ailier lors de certains matchs, ce nouveau système devrait parfaitement lui convenir aussi. Il est excellent pour attaquer l’espace, peut être même meilleur que Caio Henrique, qui est plus conservateur par moments, l’an dernier, il recevait plus de 7 passes progressives par match. On peut parfaitement voir cela sur sa heat map, où il touche un peu plus de ballons hauts que son compère brésilien.



Heat map Vanderson


Très technique, il parvient fréquemment à faire la différence dans le dernier tiers, que ce soit à l’aide de ses dribbles ou en combinant avec l’un de ses partenaires, on peut imaginer cette saison qu’il va combiner avec le milieu offensif droit. Une qualité dans le dernier tiers qui lui permet d’avoir des statistiques qui sont loins d’être négligeables, l’an dernier, il a marqué 1 but et a délivré 4 passes décisives, alors qu’il évoluait un cran plus bas. Tout comme pour Caio Henrique, il ne faut pas le résumer uniquement à un joueur offensif, Vanderson est capable de revenir défendre efficacement, il a un gros volume de jeu et il sait mettre de l’impact dans les duels, remportant 52% d’entre eux en moyenne. Il était également l’un des défenseurs réalisant le plus de tacles en Ligue 1 l’an dernier, avec plus de 3 par rencontre. Monaco semble donc très bien armé pour ces deux postes de pistons, qui sont prépondérants dans la tactique de Hütter.



Difficile de savoir qui sera la doublure de Vanderson cette saison, Aguilar ne semble pas être utilisé par le coach autrichien à ce poste et il est en partance, Gelson Martins qui a déjà joué dans ce rôle sous Kovac ne donne plus de signes de vie, tandis que Diatta a été utilisé dans ce rôle lors de la préparation, mais pourrait lui aussi partir. Du coup, c’est le jeune Edan Diop, qu’on a aperçu quelques fois l’an dernier qui pourrait postuler pour avoir du temps de jeu cette saison. Très percutant et intelligent sur le terrain, il avait fait forte impression lors de ses rares apparitions, il est polyvalent, capable de jouer sur cette aile droite, mais aussi au milieu, poste où il pourrait aussi jouer, comme nous en parlerons plus bas.



Milieux :


Au milieu, la certitude, c’est que Camara sera indéboulonnable. Milieu à vocation défensive, il a été l’une des rares satisfactions de la dernière saison monégasque, il est le milieu de terrain équilibrant par excellence. Il ne se projette pas énormément et cherche surtout à couper les transitions rapides adverses, il est très fort dans ce domaine, notamment grâce à sa lecture du jeu et à son positionnement. Il est aussi capable de mettre de l’impact physique quand il le faut, il n’a pas peur d’aller au duel et remportait la majorité de ces derniers l’an dernier (56%). Sous Hütter, il va tout de même devoir progresser avec ballon, car il a un jeu assez latéralisant et plutôt conservateur quand son équipe est dans une phase de construction. Il est capable de réaliser une passe tranchante, mais c’est plutôt lorsqu’il récupère un ballon assez haut, ce qui est rare, car comme dit avant, il ne se porte pas beaucoup à l’offensive. Un point qu’il devra sûrement modifier, le coach autrichien ne va jamais lui demander d’être un milieu box to box, mais il doit tout de même pouvoir apporter davantage de choses quand il est dans le dernier tiers, ce qui n’est pas le cas actuellement. En bref, Camara est un très bon milieu défensif, qui sera essentiel pour équilibrer l’équipe cette saison, par contre, il devra progresser avec ballon pour correspondre davantage à la philosophie du coach autrichien.



Aux côtés de Camara, Fofana est toujours là pour le moment et il part titulaire pour le début de saison, mais il est peu probable qu’il reste après la fin du mercato et il sera probablement remplacé dans le 11 par Zakaria. Fofana est un bon complément de Camara sur le plan défensif, il récupère pas mal de ballons et a une grosse activité, mais il a clairement plongé mentalement après la Coupe du Monde l’an dernier, se montrant moins performant. Il a aussi souffert du départ de Tchouameni à ses côtés, lorsque ce dernier était encore là, il permettait d’apporter une touche plus offensive et davantage de courses vers l’avant au milieu monégasque, permettant à Fofana de se montrer à son avantage dans un rôle plus défensif. Le problème, c’est que lorsque Tchouameni est parti, il a été remplacé par Camara, bien plus défensif, Fofana a donc pris davantage le jeu à son compte, mais ce n’est pas son rôle premier. Bien qu’il ait eu un certain apport, avec 7 passes progressives par match et un bilan de 2 buts et 2 passes décisives, il n’est pas assez complémentaire de Camara et le milieu a clairement manqué de projections. C’est pour cela que Zakaria est pisté pour le remplacer, bien qu’il ne soit pas un milieu hyper offensif, il devrait à priori avoir plus d’impact dans ce domaine que Fofana. Si Hütter veut le récupérer en tout cas, c’est qu’il sait à quel point il est précieux dans son système de jeu, reste à espérer que l’opération aboutisse. Concernant la doublure à ce poste de milieu central droit, on devrait retrouver comme l’an dernier Matazo, ce n’est pas un joueur exceptionnel, mais il est capable de faire le travail quand on a besoin de lui et ce devrait encore être le cas cette saison. Magassa est lui aussi capable d’évoluer au milieu, mais s’il joue dans cette zone, il sera sûrement le remplaçant de Camara, comme on l’a dit plus haut, il a un profil assez défensif, c’est ce qui lui permet de prétendre au poste de défenseur central. Diop peut aussi prétendre à du temps de jeu à ce poste, mais il pourrait jouer un rôle en tant que piston droit, comme évoqué plus haut. Enfin, il y a aussi Lemaréchal, qui est revenu de son prêt à Brest, reste à voir si la direction veut le conserver ou non, mais son profil technique pourrait apporter quelque chose de différent dans cette zone.



Attaquants :


Dans le secteur offensif, on retrouvera l’un des joueurs clés de l’équipe au poste de milieu offensif gauche, le tsar Golovin. Joueur soyeux et très élégant avec le ballon, il a longtemps vu sa carrière stagner en raison de blessures récurrentes depuis son arrivée en principauté lors du mercato estival de l’été 2018. Mais l’an dernier, fort d’une préparation adaptée spécifiquement à son corps, il a réussi à régler ses problèmes de blessures et a réalisé la meilleure saison de sa carrière en Ligue 1, avec 8 buts et 7 passes décisives. Golovin est excellent à la création, il n’hésite pas à décrocher plus bas pour toucher des ballons, il est également très intelligent dans son placement, l’année dernière, il évoluait en tant qu’ailier, cette année il sera plus proche de l’attaquant. Il devrait se régaler dans cette position, car son intelligence de jeu va lui permettre de se retrouver régulièrement dans les demi-espaces, on risque de voir assez souvent sa spéciale enroulée du pied droit qui finit dans le petit filet adverse, car il aura plus de facilité à la dégainer depuis l’axe, on l’a d’ailleurs vu à deux reprises lors des matchs de préparation. Il est globalement capable de tout avec le ballon, en plus de pouvoir tirer de loin, il peut faire la différence par le dribble à l’aide de ses petits appuis, il peut aussi trouver ses partenaires à l’aide de passes tranchantes, ou bien tout simplement maitriser le tempo, pour attendre un dédoublement de Caio Henrique, avec lequel il forme une superbe paire depuis plusieurs saisons. Un joueur très complet donc, qui recevait près de 8 passes progressives par rencontre l’an dernier, preuve que ses coéquipiers le recherchent et qu’il est la plaque tournante du jeu offensif monégasque, une tendance qui va sûrement s’accentuer cette saison avec son nouveau placement.



Au poste de milieu offensif droit, Ben Seghir devrait être le titulaire cette saison, il n’est pas certain qu’il le reste tout au long de l’année, contrairement à Golovin, car Hütter a d’autres options à ce poste dont nous parlerons plus loin. Le joueur formé à l’ASM a été l’une des grosses révélations de Ligue 1 l’an dernier, lancé par Philippe Clément en cours de saison, il a réussi à gagner sa place et ne l’a quasiment plus quitté. C’est un véritable élection libre, il est plutôt à l’aise pour jouer en soutien de l’attaquant, c’est en tout cas dans cette position qu’il a été utilisé l’an dernier, ça tombe bien, ce sera encore le cas cette année. Il excelle dans le demi-espace et devrait donc se régaler avec Hütter, il fait souvent la différence lors de sa première prise de balle, qui est toujours dans le sens du jeu, très agile, il est difficile à stopper quand il a fait la différence. Une fois face au jeu, il est capable de faire la différence par le dribble ou par la passe. Il avait d’excellentes statistiques dans ces deux domaines pour un attaquant et se montre déjà très lucide dans le dernier tiers pour son âge, il réussit près de 79% de ses passes et plus de 4 d’entre elles sont progressives à chaque rencontre. Tout cela s’accompagne d’une belle qualité de frappe, notamment sur son pied droit, où il parvient à très bien enroulé, quelque chose qu’on reverra peut être moins cette saison, car il joue à droite, à moins qu’il dézone sur la gauche. Enfin, c’est également un excellent joueur pour exercer le premier pressing, il se donne à fond pour récupérer le ballon après que l’équipe l’ait perdu, ce qui est une qualité très appréciable pour un entraîneur. Pour résumer, un immense espoir qui devrait vivre sa première saison complète de Ligue 1 en tant que titulaire, à lui de continuer à progresser et de montrer tout son talent.



Pour ce qui est des doublures à ces postes de milieux offensifs, on retrouve tout d’abord Akliouche. Formé au club, il a prolongé l’an dernier, mais il peine à exploser, il est plutôt à l’aise pour jouer à gauche, donc sera la doublure de Golovin, à lui de montrer plus de choses cette saison pour espérer grapiller du temps de jeu. Minamino cherchera lui à se relancer, après une très mauvaise saison où il n’a pas répondu aux grosses attentes placées en lui après avoir été l’un des mouvements majeurs du mercato. Il peut évoluer à droite comme et à gauche et a réalisé une grosse préparation dans ce rôle, il semble être en mesure d’apporter une vraie concurrence avec Ben Seghir. Enfin, il y a toujours Volland, bien que le club lui cherche une porte de sortie et qu’il s’agisse plutôt d’un buteur, il a joué à ce poste lors des matchs amicaux et y a été intéressant, à suivre.



En pointe, difficile de savoir qui sera le titulaire, normalement, Embolo est censé le devenir à terme, pour préparer le départ de Ben Yedder en fin de saison, mais aussi parce qu’il semble davantage coller au style de numéro 9 qu’apprécie Hütter. Malheureusement, le suisse vient de se blesser gravement et ne sera pas apte avant 2024, un vrai coup dur, au contraire de Ben Yedder, qui a joué lors de tous les matchs, du coup, c’est bien ce dernier qui devrait débuter la saison, ensuite il faudra voir si les dirigeants recrutent un nouveau buteur à ce poste ou bien s’ils font confiance à l’ancien toulousain. Ben Yedder est un redoutable finisseur, même dans une saison où il n’a pas toujours été titulaire l’an dernier, il a marqué 19 buts en championnat. Mais en dehors de ses qualités de finisseur, Ben Yedder fait son âge et il manque globalement de mouvement pour participer au jeu. Hütter voulant un neuf mobile et complet, il ne semble pas correspondre à ce profil. Il est capable de faire des appels dans la profondeur et il a un immense sens du but, mais c’est plus ou moins tout, il ne presse pas assez haut et il est difficilement soluble dans un collectif moderne, surtout dans un collectif où l’entraineur demande un pressing haut. Difficile de croire en Ben Yedder cette saison, mais même s’il termine sur le banc, il restera un excellent supersub et reste capable de marquer à tout moment.



Embolo est lui beaucoup plus mobile, comme dit plus haut, il était le numéro 9 de Hütter à Mönchengladbach et ce n’est pas pour rien. Le suisse est très généreux sur un terrain, il presse beaucoup et propose toujours des solutions, que ce soit par des appels dans la profondeur ou bien par du jeu en remise. Il se procure beaucoup d’occasions et il surperforme ses xG, l’an dernier, il n’a eu besoin que de 8.5 xG pour marquer 12 buts. Il est très difficile à maitriser pour les défenses adverses, car il est imposant et sait parfaitement positionner son corps pour prendre le dessus, son mètre 85 lui permet aussi d’apporter une présence aérienne que ne peut pas apporter Ben Yedder. En bref, l’attaquant complet que beaucoup d’entraîneurs rêvent d’avoir dans leur équipe, il a tout pour s’imposer comme le titulaire de cette équipe à terme, en espérant qu’il parvienne à se remettre de sa blessure. A ce poste de buteur, Boadu pourrait finalement avoir du temps de jeu si le club ne parvenait pas à recruter un joueur pour remplacer Embolo lors de la suite du mercato. Mais le néerlandais n’a jamais vraiment convaincu depuis deux ans et il est difficile de croire qu’il puisse apporter quelque chose cette saison.



Pronostic :


C’est la saison du changement cette année à Monaco, changement d’entraîneur tout d’abord, avec l’arrivée de Hütter, changement de directeur sportif ensuite, avec la nomination de Thiago Scuro. Ce changement d’organigramme doit permettre au club de la principauté de retrouver son standing avec une qualification pour la Ligue des Champions à l’issue de la saison. Une volonté qui doit encore se transformer en actes, car Monaco n’a pas encore terminé son mercato, et en l’état actuel, les seules arrivées de Salisu et Köhn ne suffisent pas pour prétendre à cela, bien qu’elles comblent des besoins importants. Les dirigeants doivent encore confirmer l’arrivée de deux recrues pour que l’équipe soit au complet, en plus d’un possible buteur pour compenser la terrible perte d’Embolo, qui handicape grandement le 11, car il était censé être la pointe du système d’Adi Hütter. Des départs lors de la fin du mercato semblent eux aussi nécessaires pour alléger l’effectif et rendre le vestiaire plus sain, néanmoins, le système de jeu semble plus adapté aux qualités des joueurs en place et le fait de ne pas jouer de coupe d’Europe cette saison va permettre de se concentrer uniquement sur le championnat. Il y a des doutes oui, mais aussi des raisons d’y croire, on ne sera fixé qu’en début de saison, mais on voit Monaco retrouver l’Europe en terminant au pire à la 5 ème place, un point de vue qui pourrait être réhaussé, si la mayonnaise prend rapidement et que l’équipe se remet à être très solide, car l’effectif reste de qualité.


Pronostic : 5 ème

1 267 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page