top of page
  • robinnarguet

Guide Ligue 1, Clermont Foot 63

Clermont Foot 63


Logo Clermont

Billet rédigé le 01/08


Histoire :


Le Clermont Foot 63 est un club très récent en comparaison d’autres équipes professionnelles françaises, en effet, il a été fondé en 1984 suite à une fusion entre deux clubs de la ville, le Stade Clermontois et l’Association Sportive Montferrandaise.


L’équipe a des difficultés à ses débuts et alterne les saisons entre la deuxième division et la troisième division, elle finit même par déposer le bilan en 1990. Après être reparti en division d’honneur, Clermont finit par retrouver le monde professionnel suite à son accession en Ligue 2, à l’issue de la saison 2001-2002.


Lors de cette période plus difficile, le club auvergnat avait réussi à se faire un nom en éliminant le Paris SG aux penaltys lors de l’édition 1996-1997 de la Coupe de France. Clermont avait été éliminé ensuite lors des quarts de finale, mais peu importe, cette victoire est l’une des plus marquantes de l’histoire du club.


Suite à sa remontée en Ligue 2, l’équipe va réaliser certains coups en coupe, dans la lignée de son exploit de 1997, avec deux quarts de finale, en Coupe de la Ligue et en Coupe de France, lors de la saison 2004-2005. Après une descente en National en 2006, le club frôle la montée en Ligue 1 lors de plusieurs saisons en 2007-2008, 2009-2010, 2010-2011 et 2011-2012.


Clermont devient le premier club ayant pour coach une femme à partir de 2014 avec l’arrivée de Corinne Diacre, sous ses ordres, l’équipe se stabilise au sein du milieu de tableau de la Ligue 2 et produit un jeu assez plaisant. Partie en cours de saison 2017-2018, elle laisse sa place à Pascal Gastien, qui passe tout proche de faire monter le club en Ligue 1 en 2017-2018.


L’arrivée de Ahmet Schaefer en 2019 et le bon travail de Gastien dans les années qui suivent permettent au club d’accéder pour la première fois de son histoire à la Ligue 1, en 2020-2021, en terminant 2 ème de Ligue 2 et en étant porté par le meilleur buteur du championnat, Mohamed Bayo, qui inscrit 22 buts.


Alors que peu de monde pensait que le club auvergnat se maintiendrait en Ligue 1, il parvient à se sauver en fin de saison lors de l’exercice 2021-2022 en terminant à la 17 ème place, le tout sans renier les principes de jeu de Gastien.


L’an dernier, Clermont était encore annoncé parmi les favoris à la descente en fin de saison, d’autant que quatre équipes étaient condamnées. Mais encore une fois, les hommes de Gastien ont déjoué les pronostics et ils ont fait mieux que se maintenir, ils sont parvenus à terminer à la 8 ème place, ce qui est un réel exploit pour un club qui vivait seulement sa seconde saison parmi l’élite. Tout cela a été réalisé à l’aide d’un véritable collectif, le tout sans Bayo, meilleur joueur du club lors des deux saisons précédentes et avec un engouement régional qui a pris de l’ampleur ces derniers mois.


Pour cette saison 2023-2024, le club a décidé de renouveler sa confiance en Pascal Gastien, après le superbe exercice 2022-2023, l’objectif sera de se maintenir une nouvelle fois en Ligue 1 pour stabiliser l’équipe dans l’élite, le tout en produisant à nouveau un football agréable à regarder.



Palmarès :


2 Championnats de France de National : 2002, 2007.



Stade :


Stade Gabriel Montpied

Capacité : 12 678 Places


Le stade Gabriel-Montpied, est un stade de football, situé dans le quartier de Champratel à la périphérie nord de Clermont-Ferrand. Le stade doit son nom à Gabriel Montpied (1903-1991), ancien résistant et maire de la ville entre 1944 et 1973. L'enceinte de 13 700 places est gérée depuis le 1er janvier 2004 par Clermont Auvergne Métropole. Conçu par l'architecte Jacques Kalisz, le stade est inauguré en décembre 1995. Pour premier match, le stade voit le Clermont Foot, alors en National 2, s'imposer face au FC Gueugnon, qui se trouvait en Division 1, le 30 décembre 1995, devant 4 500 spectateurs. Inspiré du Thomond Park de Limerick, le stade clermontois devait lui aussi se doter de deux tribunes en forme de « yeux ».


En effet, la seule grande tribune du stade Gabriel-Montpied, la tribune Gergovie à l'Ouest, est censée symboliser un œil humain, d'une capacité de près de 8 000 spectateurs. Trois tribunes non couvertes complètent le stade : Livradois au Sud, Limagne à l'Est, d'une capacité de 1 100 spectateurs, et la tribune Volcan au Nord (dont une partie est réservée aux supporteurs visiteurs). Le 4 mai 2018, les élus de Clermont Auvergne Métropole votent la première étape d'agrandissement du stade. Le projet est adopté à 48 voix pour, 35 contre et 4 abstentions. Celui-ci prévoit de porter à terme la capacité du stade à 16 200 places dans un premier temps, avec une réalisation en trois tranches, puis une éventuelle extension supplémentaire à 30 000 places si les résultats du Clermont Foot 63 le permettent.Est également acté le lancement de la première étape des travaux qui consiste à construire une tribune de 6 000 places en face de l'actuelle tribune ouest de 7 000 places. Les travaux de la phase 1 devraient coûter 30 millions d'euros.



Gabriel-Montpied


Président :


Ahmet Schaefer a 38 ans, il s’agit d’un hommes d’affaires suisse qui est président du Clermont Foot 63 depuis 2019. Il est issu d’une famille ayant fait fortune dans le monde de la banque et possède aujourd’hui trois clubs de foot : le Clermont Foot 63, le FC Bienne en Suisse et L’Austria Lustenau en Autriche. Son but est de faire un partenariat entre les clubs, afin de les faire grandir sportivement et économiquement ensemble, en suivant le modèle des compagnies aériennes. Les trois clubs font partie de la holding Cores Sport capital qui est basée à Zoug et qui offre des services comme la gestion du scouting, la data performance et la communication.


Il est important également de noter que Schaefer avait investi dans un club au Danemark, le Vendyssel FF, mais ce partenariat n’a pas duré et s’est terminé en fin d’année 2022. Le Suisse a racheté Clermont pour 4 millions d’euros, il a permis au club d’accéder à la Ligue 1 pour la première fois de son histoire, avant de permettre à ce dernier de se maintenir deux saisons de suite, à l’aide d’une bonne gestion et d’un modèle économique assez sain.


Dernier point concernant le président clermontois, il est actuellement engagé dans une procédure judiciaire suite au départ de son conseiller au club, Jérôme Champagne, en 2022. Son ancien conseiller l’accuse de ne pas lui avoir versé un pourcentage des actions du club suite à la montée en Ligue 1 en 2021. Les deux hommes avaient mis un terme à leur collaboration suite au mécontentement de Schaefer après plusieurs mouvements lors du dernier mercato, notamment le départ d’Hountondji à Angers. Le procès a eu lieu il y un mois et pourrait avoir de petites conséquences au sein du club en fonction de son issue.



Situation financière :


Clermont a l’un des modèles financiers les plus stables de Ligue 1, le club a une balance positive de 126 mille euros si on se fie à son bilan financier à l’issue de la saison 2020-2021. Cela s’explique par la très bonne gestion des dirigeants auvergnats sur le mercato, Clermont investit peu voire très peu en recrutant principalement des joueurs libres. Au niveau des départs, le club se doit de vendre régulièrement des joueurs pour atteindre l’équilibre financier, mais cela n’est pas un problème, comme le prouvent les ventes ces dernières saisons de Grbic pour 9 millions d’euros, Bayo pour 14 millions d’euros ou encore Abdul Samed pour 5 millions d’euros.


Cet été, Clermont devrait réaliser de nouvelles ventes pour continuer d’être stable financièrement, le bon classement de l’équipe l’an dernier lui a sûrement offert une marge qui n’était pas prévue à la base. On peut donc penser que le club auvergnat ne devrait pas avoir de problèmes financiers lors des saisons à venir, sauf peut être en cas de descente imprévue.



Coach :


Pascal Gastien a 59 ans, il est français et a eu une carrière de joueur intégralement en France, en tant que milieu de terrain défensif. Il est important d’indiquer que cette carrière n’a failli jamais voir le jour, en raison d’une paralysie pendant cinq mois, alors qu’il avait seulement 17 ans et qu’il débutait sa carrière du côté d’Angoulême en 1981. Après ce triste évènement, Gastien décide de se relancer à Niort, qui évolue alors en quatrième division, là-bas, il va tout connaître et finira par découvrir la première division avec le club des Deux Sèvres, en 1987.


Malgré une grave blessure lors de la fin de son aventure niortaise, le natif du Poitou-Charentes signe à Marseille et va vivre l’apogée de sa carrière en participant au doublé coupe-championnat des olympiens lors de la saison 1988-1989. Après cela, sa fin de carrière sera un peu plus compliquée, il enchaine les expériences moyennes ou décevantes à Niort, Nice et Châteauroux, avant de raccrocher les crampons en 1997, avec une fin plutôt positive, car il participe à la montée de Châteauroux en première division.


Après cette carrière de joueur, Gastien se lance rapidement vers le métier d’entraîneur en 1999, une évidence pour celui qui a toujours été intéressé par le management et la tactique. Il est adjoint dans son club de cœur à Niort puis entraîneur de l’équipe réserve à ses débuts, après 10 saisons, il devient l’entraîneur principal des niortais en 2009, c’est à partir de ce moment que sa carrière de coach décolle. Alors que l’équipe est en CFA lors de son arrivée, il permet à cette dernière de remonter en National, puis en Ligue 2 ensuite, le tout en à peine cinq ans.


Après cette première expérience réussie, il s’engage ensuite avec Châteauroux, mais cela ne se passera pas comme prévu et il est rapidement limogé. Il arrive ainsi à Clermont en 2017 pour remplacer Corine Diacre, la très belle histoire se met alors en place, après plusieurs bonne saisons en Ligue 2 et un football attrayant, Gastien parvient à faire monter le club auvergnat en Ligue 1 pour la première fois de son histoire, au terme de la saison 2020-2021.


Après un maintien difficilement acquis en 2021-2022 avec une 17 ème place, le coach clermontois a été le grand artisan de la superbe saison des siens l’an dernier, ponctuée d’une 8 ème place. Avec un style de jeu toujours agréable, mais plus pragmatique, son équipe a déjoué les pronostics et semble en mesure de s’installer sur la durée en Ligue 1. Reste à confirmer lors de cette saison 2023-2024 en parvenant à ne pas se faire de frayeurs et à se maintenir en Ligue 1 une troisième saison de suite, c’est dans les cordes du niortais et ce sera son objectif.



Bilan saison 2022-2023 :

Clermont a réalisé une saison 2022-2023 exceptionnelle, malgré les pertes de Bayo, Zedadka, Abdul Samed et Hountondji lors du mercato estival, Pascal Gastien a su se réinventer pour permettre au club de terminer à une huitième place historique, la meilleure performance de l’histoire du club en Ligue 1.


Malgré la claque reçue en ouverture face à un Paris SG injouable (0-5), les auvergnats ont rapidement engrangé des points avec deux précieux succès sur la pelouse de Reims (4-2) et contre Nice (1-0). Initialement organisée en 4-2-3-1, l’équipe a rapidement évoluée vers un système en 3-4-2-1 dès la cinquième journée, pour avoir une meilleure assise défensive et ne pas encaisser autant de buts que la saison passée. Ce dernier ne sera jamais abandonné par le coach Gastien, sauf lors de rares rencontres, il va permettre à Clermont de remporter pas mal de points face à des concurrents directs et de se stabiliser en milieu de tableau.


Lors de cette belle première partie de saison, les clermontois vont notamment réussir à obtenir un point sur la pelouse de Monaco (1-1) et ne perdront que d’un but face à Marseille (0-1) et Lens (1-2), deux cadors. L’équipe doit principalement sa bonne saison à sa solidité défensive, avec 49 buts encaissés, elle était la neuvième défense de Ligue 1 l’an dernier, elle a très largement surperformé ses xGA, étant donné qu’elle aurait du encaisser théoriquement plus de 59 buts, soit 10 de plus. Cette surperformance est à mettre au crédit de Diaw, qui a été excellent dans les buts et d’une défense à trois assez imperméable et difficile à passer.



Clermont a également été très solide en déplacement, affichant le sixième meilleur bilan de l’élite, ce dernier a été amélioré lors de la seconde partie de saison, avec de belles victoires à Paris (3-2), Lyon (1-0) et Nice (2-1), ainsi qu’un match nul sur la pelouse de Lille (0-0). Concernant cette deuxième partie de saison, elle avait initialement assez mal commencé, malgré des succès contre Lyon au Groupama Stadium et Rennes à domicile (2-1), l’équipe va connaitre la pire période de sa saison entre fin janvier et fin février, avec 6 matchs sans victoires, dont trois défaites de rang contre Marseille, Monaco et Rennes, toutes sur le score de 0-2.


Mais alors qu’on aurait pu craindre une dégringolade et une fin de saison plus difficile, il n’en a rien été, Clermont a su repartir de l’avant, malgré une lourde défaite face à Lens (0-4) et a rapidement validé son maintien pour gagner le droit de disputer une troisième saison de suite dans l’élite. Mieux que cela, les auvergnats ont fini la saison avec un impressionnant bilan de 8 victoires, 1 nul et 1 défaite lors des 10 derniers matchs, dont une série de cinq victoires consécutives. Parvenant à battre Nice, Reims, Lyon et Paris, l’équipe a réussi à se hisser en huitième position, un vrai exploit quand on sait que beaucoup d’observateurs voyaient les clermontois descendre au terme de la saison, en sachant qu’il y avait quatre descentes.


Sur le plan du jeu, malgré davantage de pragmatisme et une volonté avant tout d’être solide derrière, l’équipe nous a offert quelques belles phases de jeu dont le coach Gastien a le secret, avec son fils à la baguette. Il a souvent manqué d’un tueur devant et de joueurs de meilleures qualités, en atteste la légère sous-performance de l’équipe sur le plan offensif, mais impossible d’être critique envers l’une des belles surprises de notre championnat l’an dernier.


Au niveau des joueurs, impossible de ne pas mettre en avant Johan Gastien, il a été énorme tout au long de la saison, c’est la clé du jeu clermontois et l’homme déterminant à la relance, 35 ans, mais toujours autant de talent et de technique. Cham a été l’une des belles révélations de la saison, casseur de lignes, il conclut la saison avec un joli bilan de 7 buts et 4 passes décisives. Khaoui a également été à son avantage, présent dans le jeu et décisif (7 buts et 3 passes décisives), même chose pour Kyei, qui a su monter en puissance et être le buteur auvergnat avec 10 pions. Tout le secteur défensif est à mettre en avant, que ce soit Diaw très solide dans ses cages ou bien le trio Seidu/Caufriez/Wieteska très difficile à éliminer, Neto Borges a également été intéressant dans son rôle de piston. Enfin, au rang des déceptions, Andric n’a pas su s’imposer et se montrer à son avantage, tandis que Rashani a semblé assez loin du niveau qu’il avait affiché lors de sa première saison.



Bilan chiffré :


8 ème de Ligue 1

59 points (1.55 par match)

17 victoires, 8 nuls, 13 défaites


A domicile

10 ème de Ligue 1

30 points (1.58 par match)

9 victoires, 3 nuls, 7 défaites


A l’extérieur

6 ème de Ligue 1

29 points (1.52 par match)

8 victoires, 5 nuls, 6 défaites


Buts

45 pour (1.18 par match), 13 ème de Ligue 1

49 contre (1.29 par match), 9 ème de Ligue 1

Différence : -4


Data

xG : 49.65

13 ème de Ligue 1

Différence xG-buts marqués : -4.65


xGA : 59.44

15 ème de Ligue 1

Différence xGA-buts encaissés : +10.44



Mercato :


Au niveau du mercato, Clermont s’est attaché à conserver sa base de l’an dernier lui ayant permis de réaliser une superbe saison, en y rajoutant quelques retouches.



Départs :


Côté départ, la seule perte majeure concerne Khaoui, auteur d’un très bel exercice avec 7 buts et 3 passes décisives, le milieu offensif était un titulaire quasi indiscutable du dispositif de Gastien. Il est parti en fin de contrat aux Emirats Arabes unis et l’une de priorités du mercato clermontois a été de lui trouver un successeur pour limiter l’impact de sa perte au sein du onze.


Pour le reste, Djoco a été prêté en deuxième division belge pour acquérir du temps de jeu, car il est barré par Diaw au poste de gardien, prêt aussi pour Diallo au sein du club partenaire de Lustenau. Le club n’a ensuite pas prolongé Cissé, Bellache, Margueron et Kamdem, qui sont tous partis libres au terme de leur contrat, des choix logiques car aucun n’avait un avenir à Clermont. Enfin, Turkmen a été vendu pour un montant inconnu, là encore, c’est un départ négligeable.



Arrivées :


Au niveau des arrivées, le plus gros coup clermontois est sûrement le recrutement définitif de Caufriez pour 3.5 millions d’euros après son superbe prêt la saison dernière. Le Spartak Moscou n’a pas voulu le conserver et Clermont s’est offert un défenseur qui a été solide l’an dernier avec 26 titularisations. Le prix déboursé pour s’attacher ses services semble assez cohérent avec sa valeur marchande et avec ce qu’il a montré sur le terrain, on valide.


Joli coup aussi avec le retour de Pelmard en Ligue 1, l’ancien niçois s’est relancé à Bâle avec une demi-finale de Ligue Europa Conférence l’an dernier. Capable d’évoluer à tous les postes de la défense, il semble avoir été recruté pour compenser un possible départ de Seidu lors de la suite du mercato. Pour seulement 1.90 millions d’euros, alors que sa valeur marchande est supérieure à 4 millions d’euros, cela semble être une bonne opération sportive et financière.


Recrutement très intéressant ensuite avec l’arrivée de Boutobba en provenance de Niort, le joueur formé à Marseille reste sur une superbe saison malgré la descente en National 1 (11 buts et 5 passes décisives) et arrive librement après la fin de son contrat. Joueur capable d’évoluer sur un côté ou bien en soutien de l’attaquant, il devrait être idéal dans le système de Gastien et semble être le parfait remplaçant de Khaoui.


Clermont a aussi jeté son dévolu sur le jeune Keita de Lyon pour doubler ses postes dans l’entrejeu, le malien n’a jamais eu sa chance avec les Gones et voudra prouver qu’il mérite mieux. Pour 1.5 millions d’euros, c’est un pari qui se tente et cela montre que les auvergnats préparent l’avenir avec les possibles départs de Gastien et Gonalons dans les mois ou années à venir.


Enfin, on notera aussi le recrutement d’Armougom en provenance de Sochaux pour un montant qui n’a pas été dévoilé, solide défenseur de Ligue 2, il vient pour être la doublure de Neto Borges. Le club a aussi recruté un second gardien avec l’arrivée libre de Borne.



Suite du mercato :


Clermont réalise un mercato très cohérent pour le moment, comme c’est le cas désormais depuis plusieurs saisons, le club n’a perdu qu’un joueur majeur de la saison écoulée avec le départ de Khaoui et a su directement le compenser avec l’arrivée de Boutobba, tout en renforçant l’effectif à d’autres postes, avec les arrivées de Pelmard, Keita ou encore Armougom. Sur le plan des arrivées, les auvergnats ne devraient pas se montrer actifs, sauf en cas de départ surprise, car l’effectif actuel semble complet et bâti pour cette saison. La seule rumeur de départ concerne Seidu, très solide l’an dernier, le défenseur a un bon de sortie pour cet été, mais le club ne le vendra pas à n’importe quel prix et en attend une belle somme. Lille était sur les rangs en début de mercato, mais la piste semble s’être refroidie depuis, quoi qu’il arrive, les dirigeants ont déjà anticipé son départ avec la venue de Pelmard, preuve encore de leur très bon travail.



Effectif :


Effectif Clermont


Tactique :


Tactique Clermont

Style de jeu :


Sur le plan tactique, Gastien va continuer d’utiliser cette saison le 3-4-2-1 qui a fait le succès des auvergnats en 2022-2023. Un système qui permet à l’équipe d’être solide défensivement, tout en lui permettant de créer de belles phases de jeu et d’avoir des résultats, aucune raison d’en changer.


A la relance, les deux défenseurs centraux excentrés s’écartent pour permettre au gardien d’avoir davantage de solutions, Gastien veut que son équipe relance le ballon proprement, il a donc besoin d’un gardien doté d’un bon jeu au pied, gardien qu’il semble avoir trouvé depuis la saison dernière avec le recrutement de Diaw. En plus des deux défenseurs excentrés, les deux milieux de terrain décrochent régulièrement pour offrir davantage de solutions à la relance. Les pistons sont quand à eux un cran plus haut, ils permettent d’avoir un autre moyen de battre la pression adverse en allongeant un petit peu.


Une fois la première ligne de pression adverse battue, Clermont s’appuye généralement sur Johan Gastien pour faire la différence au milieu de terrain, le fils du coach et l’un des éléments clés de la tactique de l’équipe. C’est souvent lui qui crée des différences par la passe, trouvant généralement ses pistons et les deux numéros 10 qui décrochent dans les demi-espaces. Il le fait depuis une position reculée et n’a pas besoin d’être haut sur le terrain pour cela, ce qui en fait un poison à maitriser pour les adversaires.


Une fois que le piston ou bien le milieu offensif a été trouvé, la différence dans le dernier tiers se fait souvent à l’aide de dribbles, Gastien octroye une grande liberté offensive à ses joueurs dans le dernier tiers, il préfère prendre des risques pour se créer des occasions plutôt que d’être trop conservateur et stérile. Bien que Clermont ne se soit pas procuré beaucoup d’occasions l’an dernier, en raison de son approche plus pragmatique, ces occasions étaient de qualités et faisaient souvent mouche.


Elles étaient souvent créées par Cham ou par un autre milieu offensif, qui parvenaient à dribbler la défense adverse puis à centrer dans la surface ou bien à trouver un piston lancé, qui effectuait lui-même le centre. A la réception de ces centres, on retrouvait souvent le buteur (Kyei) ou bien un joueur lancé arrivant un retrait. Mais Clermont n’est pas une équipe qui se procure des occasions uniquement à l’aide de centres, c’est son approche principale, mais pas son approche unique, l’équipe est aussi dangereuse en transitions rapides et en combinant dans les petits espaces à proximité de la surface. Un danger offensif qui peut donc provenir d’un peu partout, malgré un volume moins important la saison dernière par rapport à la saison 2021-2022.


Sur la plan défensif désormais, Clermont a une approche assez passive, il s’agit généralement d’un bloc bas et l’équipe ne cherche pas à beaucoup contre-presser à la perte du ballon. Elle avait l’année dernière l’un des PPDA les plus élevés de Ligue 1, ce qui signifie que l’adversaire réalisait en moyenne beaucoup de passes avant de perdre le ballon, exactement 12.94. Un bloc passif donc, qui n’était pas pour autant facile à manœuvrer, les auvergnats ferment très bien les espaces avec un pur 5-4-1 et une volonté de ne pas laisser de brèches au centre du terrain, en poussant l’adversaire à jouer sur les côtés.


Pour pousser l’adversaire à jouer sur les côtés, Clermont s’appuye sur des milieux qui coupent les trajectoires de manière efficace, une fois l’adversaire attiré sur le côté, les pistons et les milieux offensifs déclenchent généralement une pression pour récupérer le ballon, c’est souvent à ce moment là que l’équipe reprend la possession.


L’un des rares point faible défensif de la formation de Gastien sur le plan défensif, c’est sa vulnérabilité aux renversements de jeu, avec des milieux offensifs qui ferment surtout l’intérieur du jeu, le piston se retrouve parfois esseulé et peut avoir du mal à fermer l’espace, ce sera l’un des points à améliorer cette saison.



Gardien :


Pour ce qui est des joueurs, Diaw sera le titulaire indiscutable au poste de gardien, il sort d’une première saison exceptionnelle l’an dernier. Doté d’un bon jeu au pied, qui facilite la première relance sous Gastien, il a surtout été excellent sur sa ligne, la surperformance défensive de l’équipe étant à mettre en grande partie à son actif, avec plus de 10 buts évités. En plus d’avoir évité 10 buts théoriques, il a également arrêté un penalty sur trois, ce qui en fait l’un des meilleurs stoppeurs de penaltys du championnat et plus globalement l’un des meilleurs gardiens de Ligue 1. Sa doublure sera Borne, il a eu du temps de jeu en amical et semble avoir les capacités pour assumer ce rôle.



Défenseurs :


Pour ce qui est de la défense à trois, pas mal d’options pour Gastien et pas mal de doutes avec le possible départ de Seidu, mais également la blessure de Caufriez, qui va lui faire rater les deux premiers mois de compétition. Ce dernier sort d’un très bon exercice, complet et rassurant, il avait disputé 25 matchs l’an dernier. Du coup, Wieteska semble être le seul défenseur central certain d’être un titulaire indiscutable tout au long de la saison. Le polonais a été excellent l’an dernier pour sa première saison en auvergne, solide physiquement, assez rapide, capable d’être bon dans le domaine aérien et efficace à la relance, il coche toutes les cases du défenseur fiable. Une impression qui est appuyée par les statistiques, il a remporté l’an dernier 64% de ses duels défensifs et 65% de ses duels aériens, de très bons chiffres si on les compare à d’autres défenseurs de notre championnat. A la relance, il a été propre, avec 83% de réussite dans ses passes, n’hésitant pas à casser des lignes par moments.



Aux côtés de Wieteska, Seidu semble quand même partir pour être le titulaire, tant qu’il ne part pas, il n’a joué qu’un seul match de préparation, mais il est affuté. L’an dernier, il était probablement le meilleur défenseur clermontois, formé à l’origine au poste de latéral droit, il a été replacé par Gastien dans cette défense à trois, et cela a très bien marché. Capable de battre la pression adverse par des remontées balle au pied, il réussissait plus d’un dribble par match en moyenne, ce qui est un total très élevé pour un défenseur central. Il a aussi une vraie assurance technique, avec 87% de passes réussies, mais ce qui choque le plus avec Seidu, c’est sa capacité à résister physiquement et à remporter un grand nombre de duels défensifs, alors qu’il a le profil d’un latéral droit, fin et ne mesurant qu’un mètre 73. La saison passée, il avait des statistiques défensives hallucinantes, 68% de duels remportés, un chiffre qui monte à 74% si on ne prend en compte que les duels aériens, certains grands défenseurs n’ont pas de telles statistiques. On peut donc comprendre avec tout cela pourquoi c’est un défenseur qui est convoité lors de ce mercato, s’il reste, il sera à n’en pas douter un titulaire indiscutable et l’un des hommes forts de ce collectif.



S’il ne reste pas, on retrouvera Pelmard, qui a été recruté pour compenser son possible départ. L’ancien aiglon revient en France avec la ferme intention de s’imposer, il devrait avoir du temps de jeu dès le début de saison avec la blessure de Caufriez, bien que ce soit à gauche et non pas à droite, son poste de prédilection dans une défense à trois. Il a été solide en Suisse, notamment à la relance, où il a réussi 89% de ses passes, par contre, il devra progresser physiquement s’il veut rivaliser avec Seidu, car il remporte moins d’un duel sur deux en moyenne.



En dehors des quatre joueurs que nous avons évoqué, Gastien dispose de deux options supplémentaires en cas de pépins ou de rotations. On retrouve l’expérimenté Ogier, du haut de ses 34 ans, il vivra peut être sa dernière saison sous le maillot clermontois, étant donné qu’il est en fin de contrat l’été prochain. Il a eu pas mal de temps de jeu l’an passé avec 18 titularisations, il pourra donc dépanner sans problèmes si nécessité. Konaté est également une option, plutôt en tant que défenseur excentré gauche, en provenance de l’équipe réserve, il a été titularisé six fois l’an dernier et a montré de belles promesses. Il est aussi capable d’évoluer en tant que piston gauche pour dépanner par moments, une polyvalence qui le rend intéressant au sein d’un effectif.



En parlant de piston gauche, Neto Borges enchaînera une deuxième saison en tant que titulaire dans ce rôle. Il a rapidement tapé dans l’œil des observateurs l’an dernier, débordant d’énergie, c’est un piston qui adore se projeter vers l’avant et faire des différences. Il réalisait en moyenne 1.49 dribbles par match, ce qui est un total assez élevé pour un piston. Dans un système où il n’a pas d’ailier devant lui, il a un profil idéal, car il peut faire la différence seul, avant d’adresser des centres, il faisait parti des meilleurs latéraux de Ligue 1 dans ce secteur. Un apport offensif confirmé par les statistiques, Neto Borges a marqué 3 buts l’année passée et il a délivré également une passe décisive, il est souvent à la réception des centres qui trainent au second poteau. Un piston qui a aussi de vraies qualités défensives, il est rapide, ce qui lui permet de rapidement se replier au sein du bloc bas mis en place par Gastien. Il remporte 61% de ses duels, qu’ils soient défensifs ou plus spécifiquement aériens, preuve qu’il sait être solide quand il le faut, une valeur sûre de ce 11. Sa doublure cette année sera Armougom, solide lors de ses apparitions avec Sochaux l’an dernier, c’est avant tout un latéral et il devra s’adapter au poste de piston, il n’a en tout cas pas vocation à devenir un titulaire dès cette saison, sauf problème majeur.



Au poste de piston droit, Allevinah a longtemps été le titulaire l’an dernier avec la blessure de Zeffane, mais ce dernier semble bel et bien de retour, il a disputé plusieurs matchs de préparation et part avec une longueur d’avance pour cette nouvelle saison. Le vainqueur de la Coupe de France 2019 a les qualités pour briller à ce poste offensivement, en témoigne son but et sa passe décisive l’an dernier, alors qu’il a assez peu joué (18 matchs et seulement 7 titularisations). En revanche, il va devoir être meilleur dans le secteur défensif, car il est bien moins performant que son pendant à gauche. Il ne remporte en moyenne que 40% de ses duels défensifs, ce qui est bien trop faible à un poste ou Gastien demande un repli efficace et une vraie solidité défensive.



Du coup, le coach auvergnat pourrait être amené à faire confiance à Allevinah une nouvelle fois cette saison, si Zeffane ne se montre pas assez régulier, ou bien s’il est de nouveau blessé. Le gabonais a parfaitement su s’adapter à son nouveau poste l’an dernier, alors qu’il s’agit d’un ailier de formation, il a des qualités naturelles pour se projeter vers l’avant, mais il a su aussi développer son instinct défensif. Sa vitesse est un vrai atout pour lui permettre de revenir défendre rapidement, il ne remportait que 46% de ses duels, mais ce sont tout de même de meilleurs chiffres que Zeffane, alors que ce n’est pas un défenseur de métier, une alternative très crédible donc, on a de bonnes chances de voir une alternance entre les deux joueurs à ce poste.



Milieux :


Au milieu de terrain, on aura bien entendu la plaque tournante de l’équipe avec Johan Gastien, le fils du coach est un élément clé dans la tactique du père, comme expliqué plus haut. Au club depuis 2018, il régale au milieu de terrain et réalise de véritables différences à pratiquement chaque rencontre, il touchait en moyenne 79 ballons la saison dernière, plus que n’importe quel autre joueur clermontois. Des ballons qu’il touche généralement en décrochant un cran plus bas et qu’il bonifie, en trouvant des passes tranchantes à l’intérieur du jeu pour ses pistons ou bien pour ses milieux offensifs. Son taux de réussite dans l’exercice est excellent, il réussit 85% de ses transmissions, une réussite liée à sa très bonne prise d’information et à son sens du placement, avant de recevoir le ballon, il sait déjà comment s’orienter pour battre son adversaire et réaliser la déviation ou la prise de balle qu’il faut. Pas besoin d’être agile donc pour se défaire de son vis-à-vis et faire la différence, Gastien est ce milieu de terrain à l’ancienne qu’on adore et qui est fascinant à voir jouer, l’un des meilleurs de Ligue 1, pourtant loin d’être celui qui est le plus cité. Sa heat map 2022-2023 ci-dessous montre bien qu’il est prépondérant dans le jeu de son équipe, on le retrouve un peu partout sur le terrain, avec un léger penchant à gauche, logique étant donné qu’il joue à gauche au sein du double pivot.



Heat Map Gastien


En plus d’être bon à la création, il a ajouté un apport offensif qu’il n’avait pas les saisons précédentes lors du dernier exercice, signant 4 buts et 3 passes décisives. Là où il pêche, c’est défensivement, bien qu’il ne soit pas avare d’efforts, il ne remporte pas la majorité de ses duels et a besoin d’un joueur plus solide à ses côtés pour cela, l’âge se fait légèrement ressentir dans ce domaine.



Ca tombe bien, car il aura normalement Gonalons à ses côtés, comme c’était déjà le cas la saison passée. Normalement, car le coach Gastien a alterné entre Magnin et Gonalons pour épauler son fils l’an dernier. L’ancien lyonnais a été aligné à 19 reprises en tant que titulaire, son profil plus défensif permet d’équilibrer l’équipe et de compenser les défaillances de Gastien, dont nous avons parlé plus haut. Gonalons a de bien meilleures statistiques défensives, il remporte 56% de ses duels défensifs, un chiffre qui monte à 63% en ne prenant en compte que les duels aériens, il est donc solide dans les airs et dans les pieds. Son influence dans le jeu est moindre, il ne touche que 42 ballons par match, mais ce n’est pas son rôle, il est le parfait complément de la pièce maitresse du puzzle de Pascal Gastien, et c’est déjà bien assez. Magnin peut lui aussi être ce complément, plus jeune, il représente l’avenir du club à ce poste. Il est monté en puissance la saison passée avec 25 titularisations, bien qu’il ne soit pas aussi efficace que Gonalons sur le plan défensif, il a su profiter des absences de ce dernier pour cause de blessures afin de se faire une place. Il devrait encore avoir sa chance cette saison, car Gonalons est assez fragile physiquement, il devra à nouveau la saisir, pour prouver qu’il mérite une place de titulaire à part entière au sein de ce collectif. Au milieu, on retrouve aussi la recrue Keita, il sera sûrement le numéro 4 dans la hiérarchie, mais on devrait le voir apparaître en sortie de banc, il faudra voir ce qu’il est capable d’apporter.



Attaquants :


Pour ce qui est des milieux offensifs, Cham sera cette saison un titulaire indiscutable. Auteur d’une immense saison avec Lustenau il y a deux saisons, il a confirmé l’an dernier et a été l’une des révélations du championnat. Milieu offensif très intelligent, il est capable de se glisser dans les demi-espaces pour recevoir le ballon, une fois qu’il est en possession de ce dernier, il est capable de faire la différence par la passe, mais aussi par le dribble. C’est souvent la première option qu’il privilégie, ses passes sont régulièrement dans le bon tempo et précises, l’an dernier, il réussissait 83% de ses transmissions, ce qui est un total assez élevé pour un milieu offensif. Ses passes sont souvent effectuées pour des joueurs lancés en profondeur et sont rarement neutres, en dehors de cette capacité à savoir se positionner intelligemment et servir ses coéquipiers dans de bonnes conditions, Cham est aussi excellent pour remonter le terrain balle au pied. Cela en fait un très bon contre attaquant et le rend très soluble dans la tactique de Gastien, il peut éliminer plusieurs adversaires dans des petits espaces, depuis des positions diverses, parfois même excentré de l’autre côté du terrain. En plus de ce superbe apport offensif, ponctué l’an dernier de 7 buts et 4 passes décisives, Cham est très bon sur le plan défensif, il n’hésite pas à presser quand il le faut et remporte un certain nombre de duels, une activité globale bien représentée par sa heat map, on peut voir qu’il ne se concentre pas sur une zone en particulier, mais qu’il touche des ballons un peu partout.



Heat map Cham


Un joueur très complet en somme, qui devrait encore jouer davantage cette saison et qui a tout pour s’imposer comme un élément incontournable de la formation clermontoise. Boutobba devrait être sa doublure à ce poste de milieu offensif droit, c’est en tout cas dans cette position qu’il a été utilisé lors des matchs de préparation. Gaucher tout comme Cham, c’était la star de Niort ces dernières saisons et il reste comme dit auparavant dans la section mercato sur une saison à 11 buts et 5 passes décisives. Reste à savoir s’il sera capable de s’imposer en Ligue 1, mais il présente un profil intéressant, c’est un dribbleur, capable de casser des lignes, mais aussi de faire des différences à l’aide de passes, il sera probablement idéal en fin de rencontre, face à des défenses fatiguées, mais devrait avoir sa chance à un moment ou un autre en tant que titulaire, à lui de la saisir.



Il y a plus de doutes concernant le poste de milieu offensif gauche, car Rashani n’a pas pu disputer la préparation, c’est Allevinah qui a été choisi par Gastien pour occuper ce poste. Mais comme dit plus haut, le gabonais aura probablement un rôle à jouer au poste de piston droit, il est donc peu probable de le voir s’imposer comme un titulaire ici. Rashani est donc le titulaire dans notre composition, même s’il ne démarre pas la saison, il n’y a pas de raisons qu’il ne retrouve pas sa place ensuite. Après une première saison excellente sous le maillot auvergnat, avec 8 buts et 3 passes décisives, il a été moins en vue l’an dernier, avec 3 buts et 3 passes, une différence qui s’explique surtout par le changement de système de Pascal Gastien. Le Kosovar jouait ailier gauche et parfois buteur lors de sa première saison et il a dû reculer et s’adapter en tant que milieu offensif. Mais Rashani est un joueur intelligent, il a su s’y faire et a beaucoup apporté au collectif l’an dernier, d’abord en tant que premier déclencheur de pression, mais aussi en tant que tacticien et technicien, parvenant à toucher des ballons entres les lignes et à créer des espaces pour ses coéquipiers. Il est donc capable de se sacrifier pour ses partenaires, il est moins décisif que Cham, mais il n’en reste pas pour autant déterminant dans ce onze.



A ce poste, on retrouve deux autres options avec Maurer, qui a eu quelques minutes de jeu l’an dernier et Bela, peu en vue et qui est surtout utilisé comme un couteau suisse par le coach Gastien. Les deux joueurs n’ont pas vocation à être des titulaires et on devrait assez peu les voir cette saison, ils seront surtout là pour dépanner en cas de pépin.



A la pointe de l’attaque, Kyei sera le titulaire, comme c’était le cas lors de la seconde partie de saison l’an dernier. En concurrence avec Andric au départ et en manque de confiance, le buteur français a eu un déclic et semble retrouver le niveau qu’il a pu avoir par le passé, avec Reims notamment. Il a fini la saison avec un joli total de 10 réalisations et 3 passes décisives, il est le neuf mobile et finisseur que recherche Gastien dans sa tactique. C’est loin d’être le joueur le plus technique de la ligne offensive, mais il est capable de marquer des deux pieds et de la tête, en plus d’être généreux en ne rechignant pas aux tâches défensives. Il s’est aussi imposé comme le titulaire de penaltys de l’équipe l’an dernier, cela devrait lui permettre d’améliorer ses statistiques cette saison s’il dispute davantage de rencontres en tant que titulaire. Andric devra lui faire oublier sa mauvaise première saison, il n’a pas pesé et termine l’exercice 2022-2023 avec un famélique bilan de 4 buts et 3 passes décisives, la faute à la montée en puissance de Kyei, ce dernier étant plus complet que lui. Il devrait tout de même avoir sa chance lors de certaines rencontres et il devra se remettre en confiance pour concurrencer Kyei.



Pronostic :


Comme depuis deux ans, Clermont n’a pas animé l’été, mais a très bien travaillé sans faire de bruit. Pour le moment, les dirigeants sont parvenus à conserver les éléments clés de l’équipe, hormis Khaoui, même un départ de Seidu lors de la suite du mercato ne serait pas catastrophique, car son éventuelle perte a déjà été compensée, avec l’arrivée de Pelmard. Fort de son inamovible duo de Gastien et d’un collectif qui se connait bien et qui sort d’une excellente saison, difficile d’être inquiet pour les auvergnats cette année. Bien que la Ligue 1 sera plus relevée cette année avec seulement 18 équipes, Clermont ne semble pas faire partie des candidats à la relégation les plus crédibles. On voit donc bien la bande à Gastien se maintenir une troisième saison de suite, mais ils n’arriveront pas à reproduire leur exploit de l’an dernier, car le milieu de tableau semble mieux équipé, et parce que leur attaque ne s’est pas vraiment renforcée, 13 ème place.


Pronostic : 13 ème

1 178 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page