top of page
  • robinnarguet

Guide Ligue 1, FC Lorient

Football Club De Lorient


Logo Lorient

Billet rédigé le 02/08


Histoire :


Le FC Lorient est fondé en 1926 et va longtemps rester dans l’anonymat du football français, pas professionnel avant 1967, le club découvre la seconde division entre 1967 et 1977. Les débuts seront difficiles, mais l’équipe frôle la montée en première division en 1975 et 1976, raté, au lieu d’une montée historique, les Merlus vont connaitre un dépôt de bilan l’année suivante et doivent repartir au niveau amateur à partir de 1977.


L’arrivée de Georges Guenoum à la présidence va permettre à l’équipe de gravir les échelons dans les années 80, malgré une certaine stagnation entre la deuxième et la troisième division lors des années 1985 à 1995.


C’est à partir de 1995 que Lorient prend réellement son envol, après avoir réussi à se stabiliser en deuxième division, le club accède à la première division pour la première fois de son histoire en 1998. Cette joie sera de courte durée, car l’équipe redescend directement en seconde division.


Cela entraîne l’arrivée de Christian Gourcuff au poste d’entraîneur de l’équipe première, il va tout changer et va amorcer la meilleure période de l’histoire du FC Lorient. Après une remontée rapide en première division lors de l’exercice 2000-2001, le club réalise une saison historique l’année suivante en remportant la Coupe de France et en atteignant la finale de la Coupe de la Ligue, malgré le départ de Gourcuff cette saison là.


Cette saison 2001-2002 est la plus belle de l’histoire du club, car c’est encore aujourd’hui le seul titre majeur remporté par les Merlus, mais elle est également contrastée, car l’équipe ne parvient pas à jouer parfaitement sur tous les tableaux et finit par être reléguée en seconde division à l’issue de l’exercice.


Le retour de Gourcuff à partir de 2003 va permettre au club breton de se stabiliser en Ligue 1 après une remontée en 2005-2006. L’équipe parvient même à terminer à la 7 ème place du championnat lors de la saison 2009-2010, ce qui est encore à ce jour le meilleur classement de l’histoire du club.


Après cette très belle période des années 2000 et du début des années 2010, ponctuée d’une Coupe de France et d’une stabilisation en Ligue 1, le départ de Gourcuff en 2014 laisse un vide qu’il va être difficile de combler pour les dirigeants lorientais.


Le club parvient à se maintenir lors des deux saisons qui suivent en bénéficiant du bon travail en amont du coach breton, mais Lorient finit par retrouver la Ligue 2 en perdant en barrages contre Troyes au terme de l’exercice 2016-2017, sous les ordres de Sylvain Ripoll, une première depuis 2006.


Malgré une volonté de remonter rapidement en Ligue 1, le club n’y parvient pas lors de ses deux premières saisons en Ligue 2 sous les ordres de Mickael Landreau. C’est l’arrivée de Christophe Pélissier en 2019 qui va permettre à l’équipe de retrouver l’élite à l’issue de la première saison de l’ancien entraineur amiénois, en 2019-2020.


Le technicien a continué son beau parcours avec les Merlus par la suite en permettant eu club de se maintenir deux saisons de suite en Ligue 1, avec deux 16 ème place. L’été dernier, Loïc Féry et Christophe Pélissier avaient décidé de se séparer d’un commun accord et c’est Régis Le Bris, alors directeur de la formation au sein du club qui a pris le relais en tant qu’entraîneur de l’équipe première.


Sous ses ordres, Lorient a réalisé une superbe saison l’an dernier, achevée à la 10 ème place, sûrement la meilleure du club en Ligue 1 depuis la fin de l’ère Gourcuff. Au-delà des résultats, cette année a marqué le retour du beau jeu des bretons, comme ce fut le cas sous les ordres de Gourcuff.


Cette saison 2022-2023 a également été un tournant pour Lorient sur le plan financier, les bretons ayant intégré le groupe Foley, ce qui en fait un club partenaire de Bournemouth. Les Merlus comptent s’appuyer sur cela et sur les bons résultats de la saison passée pour capitaliser et continuer de se stabiliser en Ligue 1, l’objectif du club pour cette saison 2023-2024 étant de se maintenir confortablement au sein de l’élite.



Palmarès :


1 Championnat de France de Ligue 2 : 2020.


1 Championnat de France de National : 1995.


1 Coupe de France : 2002.



Stade :


Stade du Moustoir

Capacité : 18 110 Places


Le stade du Moustoir ouvre en 1924, il est alors un parc sportif qui accueille des compétitions de football, de boxe, ou d'autres sports. Rendu obsolète après-guerre, il est reconstruit à une centaine de mètres du site initial, et est inauguré en 1957. Il connaît une série d'agrandissements au début des années 2000, alors que son club résident, le Football Club Lorient, accède à la Ligue 1. D'une capacité de 18 500 places, dont 18 110 assises, il a pour club résident le Football Club Lorient. Il est également régulièrement utilisé pour d'autres événements, comme le Festival interceltique de Lorient. En 2017-2018, le club, étant relégué en Ligue 2, il est décidé de fermer la tribune d'Honneur et la partie Haute de la Tribune Sud pour restreindre à une capacité de 14 640 places; à la suite de quelques travaux, la capacité du stade retrouve son entière capacité, à l'occasion de la remontée du club en Ligue 1, en 2020.



Stade du Moustoir

Président :


Loïc Féry a 49 ans, il s’agit d’un entrepreneur du monde de la finance et il est président du FC Lorient depuis 2009. Il possède sa propre holding spécialisée dans la gestion des marchés de crédit et de financement, celle-ci est basée entre Londres et Luxembourg, elle se nomme Chenavari Investment Managers. Il a toujours rêvé d’être président d’un club de foot, après avoir échoué à réaliser ce rêve à Nice, Grenoble, Nîmes ou encore Sheffield Wednesday, il parvient à le faire à Lorient en 2009. Il rachète au départ 75 % des parts du club, puis la totalité par la suite, depuis son arrivée, il a permis à l’équipe d’être stable financièrement et ce malgré un retour en Ligue 2 entre 2017 et 2020. Il a aussi été à l’origine de l’agrandissement du stade du Moustoir, dans le but de pérenniser les Merlus en Ligue 1.


Ces derniers temps, Féry a amorcé un changement de stratégie au sein du club en faisant entrer au capital de celui-ci le groupe Foley, détenu par l’homme d’affaires américain Bill Foley. Ce groupe est actionnaire minoritaire du club depuis début 2023, il doit permettre au FC Lorient d’avoir une stabilité économique lors des années à venir et un soutien en cas de difficulté sportive, étant donné qu’on retrouve également au sein de ce groupe un autre club de foot, avec la présence de Bournemouth. Les transferts entre les deux équipes risquent ainsi de se multiplier, ce qui a déjà été le cas avec Ouattara en janvier et Faivre cet été.


Il est aussi important de mentionner qu’il y a eu des tensions au mois de juin entre Féry et Le Bris, le coach lorientais étant mécontent de la gestion du club lors de la fin de saison dernière. Après des rumeurs de départ vers l’OGC Nice pour le coach breton, des discussions entre les deux hommes ont arrangé la situation et le président a conforté son entraineur, cela faisant suite à sa prolongation en cours d’exercice dernier jusqu’en 2027.



Situation financière :


Au niveau des finances, Lorient est un club globalement stable, malgré une perte d’un peu plus de 2 millions d’euros au terme de la saison 2021-2022. Ce bon bilan financier s’explique par les nombreuses ventes qu’effectue le club sur le marché des transferts, on peut prendre pour exemples ces dernières saisons la vente de Claude-Maurice pour 13 millions d’euros ou bien celle de Wissa pour 10 millions d’euros. On peut également dire que ce bilan ne tient pas encore compte de l’exercice écoulé, qui a été meilleur que prévu sur le plan sportif et qui a permis au club de réaliser d’excellentes ventes (Moffi, 22.5 millions d’euros), Ouattara (22.5 millions d’euros) et Le Fée (20 millions d’euros).


On peut donc imaginer à partir de ce qui a été évoqué au-dessus que Lorient est dans une très bonne situation financière à l’entame de cette saison 2023-2024. Tout cela sans parler de l’arrivée du Groupe Foley en tant qu’actionnaire minoritaire, qui apporte un vrai soutien financier au FC Lorient et qui lui donne certains avantages sur le marché des transferts. Difficile donc de penser que le club breton soit en difficulté financière lors des saisons à venir, sauf évènement inattendu.



Coach :


Régis Le Bris a 47 ans, il est français et a eu une carrière de joueur en tant que défenseur. Celle-ci sera assez courte, malgré un vrai talent en tant que jeune, il débute avec Rennes en 1994, mais intégrera l’effectif professionnel uniquement en 1997 et ne percera jamais au sein de son club formateur. Il décide de s’engager avec Laval en 1999, mais cette seconde expérience ne sera pas vraiment meilleure que la première, il joue peu durant les trois saisons qu’il dispute avec les Tangos en Ligue 2. Il termine sa carrière à l’âge de 27 ans, après un dernier échec en Belgique, du côté du KSK Renaix, il souhaite rapidement se reconvertir dans la formation.


Il débute cette seconde carrière à Wasquehal en 2003, avant de revenir au sein de son club formateur l’année suivante, au Stade Rennais. Là-bas, il reste huit ans et remportera ses premiers trophées avec un championnat national des moins de 18 ans en 2007 et une Coupe Gambardella en 2008. Il rejoint ensuite Lorient en 2012 où il devient directeur du centre de formation, il entraîne l’équipe des moins de 17 ans et gagnera un nouveau championnat, en 2015. Ses succès lui permettent de devenir entraineur de l’équipe réserve des Merlus pendant sept ans, petit à petit, Le Bris gravit les échelons et l’été dernier, il finit par accéder à son but, être entraîneur d’une équipe première.


Alors que pas mal de doutes avaient émergé au moment de sa nomination, notamment car il était assez méconnu du grand public, le coach breton a rapidement mis tout le monde d’accord. Sous ses ordres, le FC Lorient a produit une qualité de jeu remarquable pendant la majeure partie de la saison dernière, surtout au début de saison avec un excellent départ et une place de dauphin du Paris SG lors des premières journées. Cela c’est un peu estompé à partir du milieu de saison, en raison surtout des départs de Moffi et de Ouattara lors du mercato hivernal, mais Le Bris a su se réinventer et il a tout de même permis aux Merlus de terminer au sein de la première partie de tableau, à la 10 ème place.


Après avoir prolongé jusqu’en 2027 en cours d’exercice dernier, Le Bris n’a pas été satisfait de certaines visions de son président au mois de mai. Il a donc cherché à négocier avec ce dernier pour avoir davantage de responsabilités, ce qu’il a obtenu après de nombreuses discussions, il y avait notamment la rumeur d’un départ pour rejoindre l’OGC Nice si le président ne reconnaissait pas certains dysfonctionnements au sein du club et ne souhaitait pas les régler en lui donnant plus de pouvoir. Son rôle s’est ainsi élargi pour cette saison 2023-2024, il ne sera pas seulement entraîneur, mais il aura les pleins pouvoirs sur tout le domaine sportif, ce qui comprend la formation et le recrutement. Son objectif sera d’obtenir un maintien confortable comme la saison passée, afin de permettre au club de se stabiliser encore davantage en Ligue 1, il aura également à cœur de pratiquer un football agréable à regarder comme c’est le cas depuis ses débuts à Lorient.



Bilan saison 2022-2023 :


Lorient a réalisé une très belle saison 2022-2023, tube de l’été et vrai vent de fraicheur sur notre Ligue 1, les Merlus nous ont régalé et ont conclu leur saison à la 10 ème place, ils disputeront une quatrième saison de rang parmi l’élite, alors que beaucoup les voyait avoir du mal à se sauver l’an dernier.


L’arrivée de Le Bris au poste d’entraîneur principal avait de quoi interpeller, mais le breton a répondu de la meilleure des manières en signant une victoire lors du derby breton face à Rennes dès la première journée (0-1), le ton était donné. Les Merlus vont réaliser le meilleur début de saison de leur histoire, avec 25 points pris sur 30 possibles et une série de six victoires consécutives, entre la J5 et la J10. Lors de celle-ci, ils battront notamment Lyon (3-1) et Lille (2-1) et se retrouvent dauphin du PSG, l’équipe séduit les observateurs avec un jeu fluide basé sur un système en 4-2-3-1 et une vraie qualité en transition rapide, bien qu’elle soit aussi capable de patienter et de conserver le ballon, ce qui la rend difficile à prévoir.


Lorient relance proprement, mais n’est pas pour autant une équipe qui se procure beaucoup d’occasions, ils n’en ont pas besoin dans ce début de saison où ils sont en pleine réussite, à l’image d’un duo Moffi/Ouattara qui va empiler but sur but, souvent bien servi par un Enzo Le Fée indispensable à la baguette. Les Merlus sont surtout performants à domicile, au global, ils ont le septième meilleur bilan de l’élite dans ce secteur et peu d’équipes parviendront à prendre les trois points au Moustoir.


Après cette période dorée, les hommes de le Bris vont connaître une période plus difficile avant la Coupe du monde, aucune victoire en cinq matchs, mais surtout deux défaites consécutives à domicile, contre Nice (1-2) et le Paris SG (1-2), alors que leur seule défaite jusque là remontait à la quatrième journée et un lourd revers sur la pelouse du RC Lens (2-5). L’équipe est logiquement victime de ses surperformances au niveau des xGA et des xG et finit par rentrer dans le rang avant la trêve.


Après cette dernière, les pertes de Moffi et Ouattara durant le mercato hivernal vont faire mal au secteur offensif des merlus, qui n’inscrivent que cinq buts en six matchs lors du mois de février, ils finissent par se stabiliser au sein du milieu de tableau. Lorient est également éliminé de la Coupe de France en huitièmes de finale, face à Lens, après avoir longtemps résisté, l’équipe s’incline lors de la séance de tirs aux buts.


Globalement, le coach Le Bris a eu du mal à se remettre de la perte de ses deux joueurs offensifs, il y a réellement eu deux saisons en une au sein de cet exercice 2022-2023 des merlus. Lorient reste capable de coups d’éclats, comme le montre son succès face à Rennes (2-1), ou bien ses matchs nuls contre Lyon (0-0) et Nice (1-1), mais cela reste moins fréquent qu’en début de saison. Finalement, le technicien breton a su se réinventer à partir du mois d’avril, en finissant la saison dans un nouveau système en 3-4-2-1, afin de tenter de finir le plus haut possible au classement et de tester un nouveau schéma de jeu en vue de la saison suivante, le maintien étant déjà acquis depuis longtemps.


Ce système a permis aux merlus de tenir en échec l’OM sur sa pelouse (0-0), mais surtout de signer une victoire de prestige sur la pelouse du Parc, face au Paris SG (3-1), avec une meilleure stabilité défensive et plus de qualité en transition, ils ont performé face aux grosses équipes du championnat, malgré une défaite contre Lens, lors de la 36 ème journée (1-3). La victoire face au PSG leur a permis d’améliorer leur bilan à l’extérieur, qui n’est finalement que le onzième de Ligue 1, preuve que les hommes de Le Bris ont obtenu la majorité de leurs résultats à domicile.


Au global, cette saison lorientaise est excellente, malgré une certaine frustration liée à une seconde partie d’exercice biaisée par le départ de ses deux joueurs offensifs. On se demandera toujours si les Merlus auraient pu terminer plus haut en conservant ce duo toute la saison, bien que Faivre recruté pour remplacer Ouattara a réalisé une belle deuxième partie de saison et ait offert la place au sein de la première partie de tableau au club, en marquant un doublé lors du dernier match de la saison face à Strasbourg (2-1).


Au niveau des joueurs, impossible de ne pas parler de Le Fée qui a été le joueur clé de l’équipe, capable d’être le premier relanceur, il a été un excellent récupérateur et a su apporter sa technique et sa vision dans le dernier tiers, indispensable. Evidemment, Moffi et Ouattara ont été énormes, mais cela n’a duré qu’une demi-saison, mention pour Faivre, qui a eu de très belles statistiques avec Lorient (5 buts et 4 passes décisives), il a su se relancer après une mauvaise période à Lyon. Sur le plan défensif, Mvogo a réalisé une très belle année, malgré sa blessure qui l’a éloigné des terrains pendant plusieurs mois, Talbi a été énorme, tandis que Meité s’est révélé et a su profiter de la blessure de Laporte pour s’imposer en tant que titulaire. De belles promesses ensuite concernant Ponceau, Kalulu et Le Bris, qui ont été intéressants, tout comme Yongwa, qui a réalisé une belle fin de saison, déception en revanche pour Dieng, qui a beaucoup raté et qui n'a pas su saisir sa chance pour s’imposer chez les Merlus.



Bilan chiffré :


10 ème de Ligue 1

55 points (1.45 par match)

15 victoires, 10 nuls, 13 défaites


A domicile

7 ème de Ligue 1

31 points (1.63 par match)

9 victoires, 4 nuls, 6 défaites


A l’extérieur

11 ème de Ligue 1

24 points (1.26 par match)

6 victoires, 6 nuls, 7 défaites


Buts

52 pour (1.37 par match), 9 ème attaque

53 contre (1.39 par match), 10 ème défense

Différence : -1


Data

xG : 47.35

14 ème de Ligue 1

Différence xG-buts marqués : +4.65


xGA : 60.97

16 ème de Ligue 1

Différence xGA-buts encaissés : + 7.97



Mercato :


Au niveau du mercato, il y a eu pas mal de mouvements côté lorientais, avec une perte majeure, mais surtout pas mal d’arrivées.



Départs :


La perte majeure, c’est bien entendu le départ de Le Fée à Rennes pour un montant de 20 millions d’euros, auteur d’une saison exceptionnelle, l’espoir français était incontournable dans le jeu des siens, que ce soit à la création ou bien dans le derniers tiers, il a terminé la saison 2022-2023 avec un total de 5 but et 5 passes décisives. Le club a dû chercher des moyens de se reconstruire sans lui sur ce mercato, sur le plan financier c’est une très bonne opération pour un joueur formé au club.


Niveau départ, il est important de noter que les 22.5 millions de la vente de Moffi seront comptabilisés cet été, étant donné que le buteur nigérian était uniquement prêté par Lorient à Nice l’an dernier et que les aiglons ont activé l’option d’achat obligatoire.


En dehors du départ de Le Fée, le club n’a pas perdu de joueurs importants et s’est surtout attaché à dégraisser un effectif conséquent. Il a réalisé une très belle opération, avec la vente de Jenz à Wolfsburg pour 8 millions d’euros, acheté 3.5 millions d’euros en 2021, il n’a jamais vraiment brillé avec le maillot lorientais, mais il a réalisé un bon prêt avec Schalke 04 l’an dernier et cela a convaincu les loups de s’attacher ses services.


Pour le reste, Bartouche a quitté le club libre, c’était le quatrième gardien et il n’avait pas de temps de jeu. Pollersbeck est retourné à Lyon après son prêt, Loric a été vendu pour un montant inconnu à Quevilly-Rouen en Ligue 2 et Soumano vient d’être prêté à ce même club de Quevilly pour avoir du temps de jeu cette saison et progresser.



Arrivées :


Dans le sens des arrivées, il y a eu bien plus de mouvements notables, tout d’abord, Lorient a réussi à conserver Faivre après son très bon prêt lors de la seconde partie de saison passée (5 buts et 4 passes décisives). Les Merlus n’avaient pas les moyens de s’attacher ses services, car Lyon demandait 15 millions d’euros, mais ils sont parvenus à faire marcher leur partenariat avec Bournemouth pour l’obtenir en prêt, après que ces derniers aient payé les 15 millions nécessaires à son achat. Un très joli coup, qui ne coûte rien au club et qui lui permet de renforcer considérablement sa ligne offensive.


Les dirigeants ont souhaité acquérir un buteur, cela est chose faite avec l’arrivée de Tosin en provenance de Zurich. Le buteur béninois a été recruté pour 4 millions d’euros et sort d’une saison correcte avec 12 buts en 27 matchs de championnat suisse. Il devrait être le titulaire cette saison, puisque le club ne compte plus sur Koné et a des doutes concernant Dieng, comme nous allons le voir plus loin.


Ensuite, Lorient a validé la venue de l’ailier norvégien Mvuka, son recrutement avait déjà été validé lors du mercato d’hiver pour la somme de 5.50 millions d’euros et il était prêté à Bodo Glimt en attendant le début de cette nouvelle saison. Il est l’un des grands espoirs du football norvégien et évoluait dans une équipe qui écrase tout dans son championnat cette année, il a tout du bon coup et pourrait être l’une des révélations de Ligue 1 cette année, dans un secteur où le club avait besoin d’un renfort de qualité après le départ de Ouattara l’hiver dernier.


Les Merlus ont ensuite déboursé 7.5 millions d’euros pour acheter Formose Mendy, qui évoluait à Amiens l’an dernier et qui a été l’un des meilleurs défenseurs centraux de Ligue 2. Il était très convoité, notamment par Nice, mais Lorient a réussi à s’attacher ses services, ce qui comble un besoin à ce poste, car Le Bris souhaite définitivement adopter un système à trois défenseurs pour cet exercice. L’indemnité de transfert semble par contre un peu trop élevé pour un joueur qui n’a encore rien prouvé en Ligue 1 et dont la valeur marchande est de 3 millions d’euros, il devra être performant, sinon Lorient pourrait perdre de l’argent dans cette opération.


La grosse surprise de ce mercato a été le retour de Benjamin Mendy en Ligue 1, le Citizen sort de plusieurs années difficiles en raison de problèmes avec la justice et souhaite se relancer. Le board a tenté le coup et va lui donner sa chance cette saison, il arrive librement après avoir rompu son contrat avec les Sky Blues. Difficile de savoir où il en est, il faudra voir ses premières minutes pour savoir si c’est un bon pari ou non.


Enfin, il y a eu trois autres arrivées pour compléter l’effectif, le gardien Youfeigane arrive en provenance de Guingamp pour être le troisième gardien. Le prêt de Kari a été prolongé, le parisien reste à Lorient et aura normalement un rôle de doublure, Sylla a lui été recruté à Laval pour 1 millions d’euros, auteur d’une belle année en Ligue 2, il devrait être la doublure de Kalulu au poste de latéral droit.



Suite du mercato :


Le mercato lorientais semble pour le moment assez cohérent, le départ de Le Fée était plus ou moins prévu et les dirigeants ont pu travailler en amont pour anticiper son départ. La belle vente surprise de Jenz est un vrai coup de pouce financier pour un joueur qui n’avait aucun avenir dans l’effectif. Au niveau des arrivées, peu de doutes concernant l’apport de Faivre, Mvuka a l’air prometteur, difficile d’évaluer les arrivées de Benjamin Mendy, Tosin et Sylla, tandis qu’il faudra attendre pour voir si le transfert de Formose Mendy sera rentable ou non. Malgré ces nombreux mouvements, le mercato des merlus est loin d’être terminé, que ce soit dans le sens des arrivées ou bien dans celui des départs. Koné a un bon de sortie et devrait normalement partir, l’arrivée de Tosin va en ce sens, reste à trouver le club qui saura répondre aux exigences des dirigeants pour s’attacher ses services. Quid de Igor Silva, qui n’a pas participé à la préparation et qui n’a pas d’avenir au club, il semble lui aussi en partance. Grbic est lui aussi indésirable, recruté à prix d’or il y a plusieurs saisons, il n’a jamais réussi à se faire une place en Bretagne et enchaîne les prêts, Lorient veut en tirer une petite somme d’argent. Pour le reste, il ne devrait pas y avoir d’autres départs, si ce n’est peut être un léger dégraissage supplémentaire en attaque et quelques prêts à l’issue de la préparation, étant donné que Le Bris a testé un grand nombre de jeunes lors de celle-ci.


Côté arrivées, Lorient est toujours à la recherche d’un milieu de terrain ayant un profil similaire à celui de Le Fée, le club semble avoir jeté son dévolu sur Kaba, qui sort d’une belle saison à Valenciennes en Ligue 2, on parle d’une offre comprise entre 3.5 et 5 millions d’euros. Pour le reste, le club a déjà bien recruté et il ne devrait pas y avoir d’autres mouvements, sauf opportunité liée au marché dans les semaines à venir.



Effectif :


Effectif Lorient


Tactique :


Tactique Lorient

Style de jeu :


Tactiquement, Le Bris va remettre en place le 3-4-3 qui a globalement bien fonctionné lors de la fin de saison dernière, il semble définitivement avoir abandonné son 4-2-3-1 au vu des matchs de préparation, car il a exclusivement utilisé cette formation à trois défenseurs. Un 3-4-3 susceptible d’évoluer en 3-4-2-1 en fonction des joueurs alignés et des matchs, mais on semble tout de même plus proche d’un 3-4-3.


Bien que le système est changé l’an dernier, les principes de jeu du coach breton eux ne changent pas. Il demande à ses joueurs de relancer proprement, dans la mesure du possible, pour cela, on a souvent les deux défenseurs centraux excentrés qui s’écartent pour offrir davantage de solutions. Les deux milieux de terrain ont aussi un rôle important, ils sont chargés de décrocher pour offrir une solution supplémentaire, leur positionnement varie assez régulièrement pour ne pas faire rentrer l’équipe adverse dans une routine. On observe ainsi une base qui peut évoluer à la relance, tantôt un 3-1, tantôt un 3-2.


Bien qu’il souhaite relancer au sol, Le Bris est loin d’être un dogmatique et il autorise son gardien à allonger si le pressing adverse est trop difficile à battre. Le gardien doit donc être doté d’un bon jeu au pied, ce qui était le cas l’an dernier, que ce soit avec Mvogo ou bien avec Mannone. Généralement, si le gardien allongeait l’an dernier, il recherchait les pistons qui sont un cran plus haut, ou bien le buteur de l’équipe pour une remise de la tête, l’an dernier il s’agissait de Koné, cette année ce devrait être Tosin. On peut penser que ce schéma sera davantage utilisé cette saison, car l’équipe a perdu son leader technique au milieu avec le départ de Le Fée, et aucun joueur actuellement ne semble pouvoir prétendre à ce rôle.


Une fois que l’équipe est parvenue à battre la pression adverse et à aspirer l’adversaire, elle souhaite rapidement se projeter dans le dernier tiers adverse, Lorient n’était pas une équipe de possession l’an dernier, et ce ne sera pas non plus le cas cette année, l’équipe sait bien manier le ballon, mais c’est une formation bâtie pour les transitions rapides. L’idée principale est de se servir des ailiers pour créer des espaces dans le dos de la défense adverse, ces derniers ont une grande liberté sous Le Bris et doivent être capables à la fois de décrocher dans le demi-espace pour combiner, mais aussi de prendre la profondeur quand le jeu le demande.


Pour se créer des espaces, l’équipe utilise une méthode assez simple, elle cherche souvent à surcharger un côté du terrain pour renverser à l’opposée pour un ou des joueurs esseulés. Le rôle des pistons est donc essentiel dans cette tactique, comme dans de nombreuses tactiques avec trois défenseurs centraux, ils doivent étirer le bloc adverse et être en mesure de prendre la profondeur pour bonifier le travail effectué au préalable. Une fois le joueur lancé, il est souvent chargé de centrer pour trouver l’attaquant de pointe ou bien un joueur arrivant lancé en retrait.


Comme dit plus haut, Lorient est une équipe de transition rapide, donc elle excelle en contre-attaques et parvient généralement à rapidement apporter le danger sur le but adverse une fois le ballon récupéré. Justement, sur le plan défensif, l’équipe adopte une approche assez passive, l’an dernier, son PPDA était assez élevé, ce qui signifie que les joueurs adverses échangeaient beaucoup de passes avant de perdre le ballon. Cette défense s’organise la plupart du temps en zone et vise à fermer le centre du jeu dans un 5-4-1 assez bien organisé et qui laisse peu d’espaces.


Le but est de pousser l’adversaire à jouer sur les côtés pour déclencher une pression et le déposséder du ballon à l’aide de la ligne de touche. Une approche assez prudente qui est caractérisée par le comportement des défenseurs centraux, ces derniers sortent assez peu et cherchent surtout à protéger la profondeur, ils disputent peu de un contre un. En bref, Lorient est une équipe assez prudente qui excelle dans le jeu de transitions rapides et plus précisément lors des contre-attaques. Le passage à une défense à cinq semble plus cohérent avec cette idée et avec les qualités des joueurs à la disposition de Le Bris et c’est un système qui a de bonnes chances de marcher si on se fie à la fin de saison 2022-2023 des merlus.



Gardien :


Pour ce qui est des joueurs, on retrouvera Mvogo au poste de gardien, longtemps blessé l’an dernier, cela ne l’a pas empêché de faire bonne impression. Tout d’abord, sa qualité de relance est très appréciée de Régis Le Bris, qui aime bien que son gardien soit capable de relancer court ou long, comme expliqué plus haut. Il est également rassurant sur sa ligne, il a souvent réalisé de belles parades et il était l’un des hommes forts de l’équipe lors du superbe début de saison des merlus, où il surperformait très régulièrement ses xGA. Sa doublure sera Mannone, le vétéran italien a parfaitement su assurer l’intérim la saison dernière lors de la blessure du gardien suisse et nul doute qu’il sera au niveau s’il est sollicité.



Défenseurs :


Concernant la défense à trois, il est très difficile de savoir quels seront les choix de Le Bris, qui a essayé de nombreux joueurs et de nombreuses associations lors des matchs de préparation. La seule certitude, c’est que Talbi sera un titulaire indiscutable et qu’il sera le patron de cette défense. L’an dernier, il a été énorme, disputant l’intégralité des 38 matchs de la saison, c’est un défenseur très complet, capable de se montrer efficace avec le ballon tout d’abord. Il parvenait à réussir 89% de ses transmissions, une qualité appréciée par le coach breton qui aime bien que ses défenseurs centraux soit capables d’être efficaces dans ce secteur, mais ce n’est pas pour autant un bon relanceur, car il ne réalise pas beaucoup de passes progressives, il est surtout performant pour casser des lignes en portant le ballon depuis une position reculée. Mais les qualités de Talbi ne se résument pas à cela, c’est un excellent défenseur, dur sur l’homme, il remportait 67% de ses duels et ne laissait pas d’espaces aux attaquants adverses. Des statistiques qui se confirment dans le domaine aérien, où il excelle du haut de ses 1m90 avec 65% de duels gagnés. Placé au centre de la défense à trois, il est souvent chargé de réparer les erreurs de ses coéquipiers s’il y a lieu, et il le fait très bien, c’est l’un des défenseurs réalisant le plus de dégagements par match en Europe, avec près de 5 dégagements par 90 minutes.



Aux côtés de Talbi, il y aura bataille entre Meité et Formose Mendy à droite, difficile de départager les deux, mais c’est bien le premier qui semble partir titulaire pour le début de saison, grâce à son expérience au sein du club et à son temps de jeu plus élevé lors des matchs de préparation. Il s’agit d’un petit gabarit (1m83), mais il a toutes les qualités requises pour évoluer dans une défense à trois, c’est un bon relanceur, mais tout comme Talbi, il ne réalise pas beaucoup de passes progressives et il est avant tout doué pour faire la différence balle au pied, son agilité l’aide beaucoup pour cela. Au niveau défensif, il anticipe très bien les trajectoires et se fait très rarement prendre dans son dos, il doit encore progresser physiquement par contre, car il ne remporte que 52% de ses duels défensifs et a parfois du mal à lutter dans le domaine aérien, face à des attaquants assez grands. Il est tout de même assez prometteur et voudra prouver qu’il mérite de jouer une saison en tant que titulaire après avoir parfaitement profité de la blessure de Laporte l’an dernier pour se faire une place. Formose Mendy risque d’être un bon concurrent pour lui, car l’ancien amiénois a les crocs et a hâte de découvrir la Ligue 1. Il était l’un des meilleurs défenseurs de Ligue 2 la saison dernière, malgré la saison assez moyenne de son club, il a d’excellentes statistiques au niveau des duels, du haut de son mètre 91, c’est une vraie tour de contrôle et il gagnait 70% de ses duels aériens l’an dernier. Il se laisse rarement avoir dans son dos et se sert de son physique pour écarter ses adversaires, affichant 8 duels gagnés par match et 67% de réussite. Mais ses qualités ne se résument pas à son jeu défensif, il est également excellent à la relance, notamment par sa capacité à allonger et à trouver ses joueurs lancés dans le dos de la défense adverse, il peut être une vraie arme pour battre la pression adverse et pousser une équipe à défendre un cran plus bas. Enfin, Mendy est aussi capable de courses progressives, un autre moyen de battre les lignes adverses, une fois lancé, il est difficile à arrêter car imposant, c’est donc un défenseur très complet qui devrait s’imposer à long terme au sein de la défense lorientaise, reste à savoir si ce sera le cas dès cette saison.



A gauche de la défense, il y a une seconde incertitude entre Laporte et Le Goff, mais le premier semble tout de même avoir une nette longueur d’avance sur le second. Laporte a longtemps été blessé l’an dernier et a raté une grande majorité de la saison, ne jouant que 20 matchs. Après son retour en fin de saison, il a eu un peu de temps de jeu, mais il a surtout pu faire une préparation complète pour se remettre au niveau cet été et il semble en forme. Taulier de l’équipe depuis plusieurs saisons, il semble être l’un des hommes de base de Le Bris pour ce nouvel exercice. Ce n’est pas un défenseur très doué à la relance, il est surtout très bon sur le plan défensif, que ce soit dans le domaine aérien ou en un contre un, il se laisse rarement dominer et remporte environ 60% de ses duels. Là où il est très bon, c’est pour couvrir la profondeur et réaliser des dégagements, tout comme Talbi, il a d’excellentes statistiques à ce niveau. En bref, un soldat qui devrait à nouveau réaliser une belle saison, à condition que son corps le lui permette. Si jamais il a de nouveau un pépin ou bien s’il a besoin de souffler, Le Goff est une très bonne doublure, il a joué à ce poste l’an dernier lors de l’intronisation de la défense à trois et y a été performant. On peut même penser que le latéral gauche de formation a été définitivement replacé dans l’axe au vu des matchs de préparation où il a joué à ce poste et suite au recrutement de Benjamin Mendy à gauche. C’est lui aussi un joueur de devoir et il déçoit rarement, il n’est pas très grand (1m77), mais a su rapidement comprendre les enjeux de ce poste et s’y adapter.



Pour ce qui est des pistons, Yongwa sera le titulaire à gauche. Peu utilisé par Le Bris lors de la première partie de saison, en raison d’un système moins adapté à ses qualités et du statut de Le Goff, il a eu sa chance en fin de saison et a su la saisir. C’est un piston ultra offensif, il n’hésite pas à s’aventurer balle au pied et à remonter le terrain, la preuve avec ses 3.34 possessions progressives par match en moyenne l’an dernier. Il fait également beaucoup d’appels dans la profondeur, recevant plus de 8 passes en profondeur par rencontre, on pourrait facilement le comparer à un ailier avec de telles statistiques, d’autant qu’il a marqué un but et délivré une passe décisive lors de ses 8 titularisations la saison dernière, car il est souvent à l’affut de centres mal repoussés ou a la conclusion après avoir reçu une passe en profondeur. Un fort impact offensif, qui est très intéressant dans le style de jeu basé sur les transitions rapides mis en place par Le Bris, le problème, c’est qu’il n’est pas du tout performant sur le plan défensif. Il est capable de se replier rapidement et de tenir beaucoup d’attaquants à la course, mais il est trop frêle et son placement laisse parfois à désirer, en plus de ne remporter que très peu de duels, qu’ils soient aériens ou non. Une très belle arme offensive donc, qui nécessite une couverture derrière lui pour ne pas pénaliser son équipe, heureusement il l’aura cette saison, avec ce système à trois défenseurs et le retour de Laporte, il a donc de bonnes chances d’être indiscutable à ce poste. A moins que Benjamin Mendy ne parvienne à retrouver son top niveau, mais difficile d’imaginer l’ancien monégasque revenir au pic de sa forme après tout ce qu’il a vécu. Cela risque de prendre du temps et il faudra sûrement attendre quelques matchs pour qu’il puisse avoir du temps de jeu, ne serait ce qu’en tant que remplaçant. Du coup difficile d’être inquiet pour Yongwa, il y aussi l’option Le Goff évoquait auparavant, mais comme dit plus haut, ce sera surtout une option de dépannage, car il semble installé un cran plus bas.



A droite, on retrouvera Kalulu, qui a été très précieux la saison dernière. C’est plutôt un latéral de formation et ça se voit, il a un profil plus équilibré que celui de Yongwa de l’autre côté du terrain. Il se projette moins que ce dernier, mais il est tout de même capable d’apporter le danger, notamment grâce à une très belle qualité de centre, qui lui a permis de réaliser 4 passes décisives l’an dernier. Il n’hésite pas à porter le ballon, mais il est assez conservateur et cherche plutôt à combiner avec ses milieux de terrain pour progresser. Sur le plan défensif, il a de bonnes statistiques au niveau des duels pour un joueur de côté, remportant 55% de ses duels et réalisant près de 3 dégagements. Il a en tout cas l’activité et le volume pour évoluer à ce poste de piston et devrait être un joueur fiable cette saison, il permet à Le Bris d’équilibrer ses pistons pour ne pas laisser ses trois défenseurs centraux démunis en cas de contre-attaque. Il sera suppléer par le jeune Sylla, qui évoluait avec Laval l’an dernier, il a montré de belles choses lors de la préparation, mais il est difficile de pouvoir jauger réellement son niveau, il semble tout de même être capable d’assumer ce rôle.



Milieux :


Au milieu de terrain, difficile de se remettre de la perte de Le Fée pour Lorient et Le Bris semble plutôt privilégier la solution interne pour réadapter son système, en attendant une possible arrivée. Le duo choisi semble clairement être Abergel/Makengo, c’est en tout cas celui qu’on a vu en préparation et celui qui semble le plus cohérent. Abergel est l’un des tauliers de cette équipe depuis de nombreuses saisons, c’est le garant de l’équilibre défensif de la formation de Le Bris, meilleur tacleur de l’équipe avec 3.5 tacles par match, il est déterminant au milieu pour couper les trajectoires de passes adverses et chiper le ballon dans les pieds de ses adversaires. En plus d’être très bon sur le plan défensif, c’est la plaque tournante de l’équipe à la relance, un rôle qui risque d’être encore plus prépondérant cette saison, avec le départ de Le Fée. Il touchait la saison passée plus de 64 ballons par match et ses transmissions sont toujours très propres, en atteste ses 88% de réussite. Celles-ci sont en plus régulièrement progressives et permettent de briser les lignes adverses. Un milieu défensif solide, qui sait ce qu’il doit faire et qui s’y cantonne, il ne se projettera que très rarement, mais ce n’est pas ce que demande Le Bris dans sa tactique et cela lui suffit amplement, sa heat map ci-dessous appuye ce qu’on a pu dire sur lui avec des ballons touchés dans beaucoup de zones du milieu de terrain.



Heat map Abergel


Aux côtés d’Abergel, Makengo est plutôt un milieu box to box et semble être son parfait complément, en attendant de voir si la possible arrivée de Kaba viendra bousculer la hiérarchie. Arrivé l’hiver dernier, il a déjà pu montrer certaines de ses qualités, c’est un milieu qui aime bien recevoir le ballon face au jeu et faire des différences dans l’entrejeu, soit par le dribble, soit par la passe. Il réussit en moyenne 1.5 dribbles par match et réalisait 2 possessions progressives en moyenne, des domaines où il peut encore progresser, mais où il a déjà montré de belles aptitudes. Il devra aussi être meilleur dans le dernier tiers, car s’il sait faire des différences au milieu, il a plus de mal un cran plus haut (0 but et 0 passe décisive), or dans cette formation, il sera chargé d’apporter le surnombre offensivement. Il doit aussi s’améliorer défensivement, malgré son bon volume de jeu qui lui permet de se replier, il peine à remporter ses duels (51%), même s’il a un milieu plus défensif à ses côtés avec Abergel, c’est un point à surveiller.



Le Bris dispose principalement de deux alternatives au milieu de terrain, Innocent tout d’abord, qui a eu régulièrement sa chance l’an dernier. Il présente un profil assez défensif, ce qui peut être intéressant pour fermer davantage le jeu en fin de rencontre ou bien lors de certains matchs. Kari ensuite, qui n’a pas eu beaucoup de temps de jeu lors de son premier prêt l’an dernier, mais qui devrait avoir sa chance cette année, à moins que les dirigeants ne parviennent à acheter un milieu créatif en remplacement de Le Fée, auquel cas il devra encore se contenter des miettes. En dehors de ces deux options, on peut aussi évoquer Ponceau, qui a été testé lors de la préparation dans un milieu à deux, mais c’est plutôt un milieu offensif et il ne semble pas amené à s’installer dans cette zone.



Attaquants :


Offensivement, difficile de savoir quels seront les hommes choisis par le coach breton, hormis au poste d’ailier droit, où Faivre sera clairement incontournable. L’ancien brestois a parfaitement su se relancer dans le Morbihan en fin de saison dernière, après un passage désastreux à Lyon, signant 5 buts et 4 passes décisives. Il est un joueur clé des offensives lorientaises, car il est capable de se glisser dans le demi-espace à l’intérieur du jeu, il se retrouve ainsi sur son pied gauche ensuite pour pouvoir éliminer son adversaire par le dribble ou bien lancer un coéquipier en profondeur. Il a d’excellentes statistiques concernant les dribbles et les passes, il réussit en moyenne 84% de ses transmissions, ce qui est excellent pour un milieu offensif/ailier, cela s’agrémente de 5 passes progressives et de 5 possessions progressives par match, en plus de 3 dribbles gagnants par rencontre. Un profil très technique et complet donc, qui n’hésite pas à dérocher, bien que son jeu penche à droite, il est capable de se réaxer fréquemment, voire même de se déporter sur le côté gauche, des tendances qu’on peut observer sur sa heatmap de la saison 2022-2023.



Heat map Faivre


Le principal défaut de Faivre, c’est son implication défensive, bien qu’il fasse les efforts de replis, il manque globalement d’agressivité lorsqu’il presse, un point à améliorer, car bien que le bloc équipe soit assez passif en situation défensive, il nécessite un minimum de pression pour récupérer le ballon.



A ce poste d’ailier droit, Le Bris dispose de deux solutions sur le banc avec Diarra et Mvuka. Les deux présentent des profils assez similaires, le second semble partir avec un tant d’avance pour ce rôle de doublure, droitier, il a joué pas mal de minutes lors de la préparation, mais il a surtout le rythme de la compétition, car il a joué tout le début de saison en Norvège avec Bodo Glimt. Un début de saison où il a su se montrer très performant, avec 3 buts et 3 passes décisives en 12 rencontres. Reste à savoir s’il sera aussi performant dans un championnat plus relevé, mais si c’est le cas, il pourrait être une des belles révélations lorientaises, d’autant qu’il pourrait prétendre à avoir du temps de jeu également au poste d’ailier gauche, mais ça nous en parlerons juste en-dessous. On connait un peu mieux Diarra, qui avait réalisé un superbe début de saison l’an dernier, avant de s’éteindre et de perdre sa place de titulaire avec le changement de système. Ailier assez classique, il cherche à faire la différence par sa vitesse en prenant la profondeur, il peut être intéressant en fin de match, mais difficile de croire qu’il puisse avoir beaucoup de temps de jeu cette saison, il pourrait être l’une des victimes d’un dégraissage de fin de mercato pour assainir l’effectif.



A gauche, il est très difficile de savoir qui sera le titulaire pour cette saison, Le Bris a testé beaucoup de choses, s’il fallait se mouiller, son neveu semble être le premier choix au vu des derniers matchs de préparations. Théo Le Bris a été l’une des révélations de la belle saison des merlus l’an dernier, ailier virevoltant, il avait signé un but mémorable contre Lille en début de saison, offrant le but de la victoire aux siens alors que Lorient était réduit à dix. Le neveu du coach a ensuite dépanné en tant que latéral droit, puis en tant que piston droit ensuite, mais il semble désormais utilisé comme un pur ailier gauche par son oncle. A ce poste, il peut rentrer sur son pied droit et faire la différence à l’aide de ses dribbles, il reste néanmoins un ailier assez conservateur et n’hésite pas à repasser par derrière et à jouer avec ses coéquipiers pour faire la différence si besoin. Difficile de savoir s’il peut avoir un impact offensif suffisant cette saison, l’an dernier, il a marqué deux buts et a réalisé deux passes décisives, s’il est titulaire il peut faire mieux, mais la concurrence sera rude. Il y a tout d’abord Mvuka, qu’on a évoqué plus haut et qui risque à terme de s’imposer à ce poste, il pourrait ainsi rentrer sur son pied droit à l’intérieur du jeu et faire des dégâts. Ensuite, on retrouve Aouchiche, mais surtout Ponceau, les deux joueurs sont des milieux offensifs et c’est probablement le poste qui se rapproche le plus de leurs caractéristiques au sein de la tactique de Le Bris. Mais le premier semble mis de côté, tandis que le second a dépanné au milieu et n’a pas eu de temps de jeu lors de la préparation à ce poste, dur de savoir s’il aura sa chance donc. Ensuite, il y a toujours Cathline, super sub l’an dernier, il pourrait aussi être utilisé à ce poste, mais il ne s’est pas montré à son avantage lors de la préparation. Enfin, la bonne surprise pourrait provenir de Kroupi, le jeune joueur de 17 ans formé au club a montré de belles choses lors de cette pré-saison et pourrait être lancé dans le grand bain dès cette saison. Beaucoup d’options pour Le Bris, qui ne manquera pas de choix et qui devra vite trancher à ce poste pour définir un vrai titulaire.



En pointe, il devrait y avoir un peu moins de débat, Tosin semble avoir été recruté pour être le titulaire. Le Béninois sort d’une saison à 12 buts à Zurich et va découvrir un championnat du top 5 européen pour la première fois de sa carrière. Difficile d’évaluer ce joueur, car il vient tout juste d’arriver et n’a pas encore eu de temps de jeu avec Lorient, mais cela a plutôt l’air d’être un attaquant de profondeur si on se fie à ses statistiques. Le style d’attaquant dont a typiquement besoin Le Bris dans sa tactique à priori, ce qui ressort, c’est qu’il se procure beaucoup d’occasions de tirs, avec plus de 3 tentatives par match. Il a aussi de vraies qualités balle au pied à priori, puisqu’il parvient à dribbler régulièrement ses adversaires et à faire progresser le ballon dans le dernier tiers. Reste à voir s’il est efficace devant le but et s’il est doué dans le domaine aérien, car il ne fait qu’un mètre 79, malgré deux buts de la tête l’an dernier.



Si jamais Tosin n’arrive pas à s’adapter et à être performant, on devrait retrouver Dieng, ce dernier pourrait même débuter la saison, le temps que son coéquipier prenne ses marques. Après un début 2023 très moyen avec Lorient, alors qu’il devait être le successeur de Moffi, il semble retrouver des couleurs cet été et a notamment inscrit un but contre Nantes en amical. Rapide et capable de prendre la profondeur, il devra s’améliorer à la finition s’il veut bousculer la hiérarchie et prouver qu’il mérite sa place, car la saison dernière, il a marqué 4 buts avec Lorient, pour 6.49 xG. On ne l’a pas évoqué dans la partie consacrée aux ailiers gauche, mais une association Tosin/Dieng pourrait être envisageable si les deux joueurs sont performants, Dieng pouvant jouer sur le côté, une option de plus pour le tacticien Le Bris. En pointe, on retrouve aussi Koné, mais ce dernier devrait normalement partir lors de la fin de ce mercato, donc on ne cherchera pas à détailler sur lui ici. En revanche, Pagis a eu du temps de jeu en préparation et il a montré de belles choses, à suivre.



Pronostic :


Après un très bel exercice 2022-2023, Lorient a subi la perte de Le Fée, ce qui risque forcément d’avoir un impact sur le niveau de jeu de l’équipe au milieu de terrain. Mais l’an dernier, Le Bris a su se réinventer après les départs de Moffi et de Ouattara, le meilleur recrutement de l’été est peut être bien d’avoir réussi à conserver celui qui a permis au club de réaliser un exceptionnel début de saison la saison passée. D’autant qu’en dehors de la perte de Le Fée, l’effectif n’a pas beaucoup bougé, Lorient a en plus été assez actif sur le mercato avec les arrivées de Formose Mendy, Benjamin Mendy, Faivre ou encore Tosin. Malgré des doutes sur la capacité de l’équipe à se remettre de la perte de son maître à jouer (Le Fée), difficile de croire que Lorient est véritablement en danger cette saison, malgré un championnat qui sera plus relevé. On ne voit pas les merlus finir aussi hauts que l’an dernier et réaliser à nouveau un énorme début de saison, mais on ne les voit pas non plus descendre ou avoir de grosses difficultés à se maintenir, dans le ventre mou, 12 ème.


Pronostic : 12 ème

896 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page